Helmut Hardelpik


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

Helmut Hardelpik

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Français
avatar

Messages RP : 2
Messages : 18
Âge du personnage : 30 ans

MessageSujet: Helmut Hardelpik   Dim 5 Juil - 1:16

Nom : Hardelpik

Prénom : Helmut

Âge : 31 ans

Nationalité : Officiellement Français - mais franco-allemand de fait

Métier : Vétérinaire, spécialité es dragons

Description physique :
Helmut est un homme de grande taille, plutôt mince mais avec un début de gros ventre (ah, la bière...dit-il en y pensant). Rarement rasé de près, il porte fièrement une barbe a la fois brune et blonde, avec quelques poils roux et blancs. Son crâne dégarnit affiche une calvitie précoce pour son âge.

Myope, il porte de petites lunettes lorsque la situation l'oblige, comme conduire sa Traction Avant ou observer les oiseaux par exemple. Aux dires de ses rares conquêtes féminines, ses yeux bleu/vert sont ce qu'il y a de plus séduisant chez lui.

Avec sa barbe, ses sourcils qui froncent naturellement et son avarice en paroles, Helmut donne l'impression d'etre toujours en colère. Mais ce n'est qu'une impression, tous ceux qui le connaissent intimement savent qu'Helmut est doux et qu'il n'est pas du genre a s'énerver pour rien. Et quand une personne s'adresse a lui avec ce préjugé, la politesse d'Helmut la fait toujours changer d'avis.

Naturellement discret, ses tenues vestimentaires sont toujours sobres et fonctionnelles.

Un éternel cigare, ou son équivalent erzatz du temps de guerre, vissé aux lèvres, Helmut ne l'allume que dans les situation délicates ou quand il est contrarié.

Helmut parle toujours d'un air tranquille voir détaché, avec une voix grave mais douce (mais avec le temps, les cigares et l'alcool, sa voix tend a s'érailler).

La silhouette d'Helmut est rigide, sans souplesse apparente, ce qui renforce sont aspect austère. Mais celui qui l'a vu se déhancher avant guerre sur les rythmes zazous sait qu'il ne faut pas se limiter aux apparences !

Description Mentale:
Helmut est comme ses vetements: simples et fonctionnels. Rationnel et cartésien, il ne croit pas une seconde en l'existence d'un Dieu supérieur. Avec Helmut tout est toujours simple, quand un problème se présente, il suffit de réfléchir un peu pour trouver la solution, si il n'y a pas de solution c'est qu'il n'y a pas de problème...
Malgré son coté terre a terre, Helmut un un grand rêveur. Si son attention n'est pas retenue par un élément réel, l'esprit d'Helmut voyage dans les spirales de l'imagination. Ayant lu beaucoup sur les aventures des temps modernes, il rève de grandes découvertes ou de grand exploits.
Coté coeur, Helmut est fleur bleue derrière son aspect bourru. Quand il n'a pas abusé de la bière, il est capable de déclamer des vers en hommage a la beauté des femmes. Il souffre de la solitude et place la fidélité (en amour et en amitié) en bonne place. Quand Helmut donne, il ne reprend pas. Il sait couper son coeur en deux pour venir en aide a ses amis.
Néanmoins, Helmut ne s'aveugle jamais a cause des sentiments. Selon lui l'esprit est supérieur aux sentiments, c'est l'esprit qui guide ses pas.

Histoire :
Si on demande a Helmut quelle est sa nationalité, il serait bien embarrassé. Fruit d'une union entre un père allemand et une mère française, il est l'archétype de l'alsacien tiraillé entre les deux peuples. Ses parents et grand-parents étant eux mêmes issus d'unions franco-allemandes Helmut se perd un peu entre les membres de sa famille: lequel est allemand, lequel est français ? Tous répondraient volontiers qu'ils sont alsacien et rien d'autre !

Né en 1910 d'un père commerçant, Helmut reçut un prénom allemand pour faire plaisir a sa grand-mère paternelle, alors que l'envie des parents s'orientait vers un prénom plus français.
Helmut fait des études discrètes, sans éclat, car il était trop réveur pour se concentrer sur un cahier d'école.
En 1918, son petit univers s'écroule, et sa région reviens dans le giron de la République Française. Nullement affecté par ce revirement politique et culturel, Helmut continue sa petite vie tranquille.

Il obtient son certificat d'étude et se trouve des petits travaux pour gagner de l'argent.

Vers sa 20ème année, Helmut commence a prendre conscience de son statut particulier. Un de ses oncles français lui rend souvent visite et passe des heures entières a raconter la bataille de Verdun ou il avait perdu son bras. Absolument persuadé de la stupidité des conflits armés, Helmut mit alors un point d'honneur a cultiver sa double culture: Si une guerre entre la France et l'Allemagne devait éclater a nouveau, il serait sa première cible ! En tant qu'allemand il devrait tuer son moi français, en tant que français il devrait tuer son moi allemand. C'est alors tout naturellement qu'Helmut devint fondamentalement pacifiste.

Fasciné depuis toujours par le spectacle merveilleux de la Nature, Helmut se prit de passion pour les plus formidables animaux de la Création: les dragons. Il entre alors, et avec l'aide financière sa famille, dans une école vétérinaire. Passionné de dragons, pacifiste, soigner les animaux devient a ses yeux le seul moyen concret de mettre en pratique ses idéaux.

Son diplôme en poche, et après deux longs séjours en France et en Allemagne pour apprendre le métier, Helmut s'installe a Montreuil en 1938. Il ouvre son cabinet, et se félicite de pouvoir a l'occasion donner des leçons de médecine vétérinaire aux stupides militaires du Chateau de Sarnand.

Célibataire, Helmut a eu tout son temps pour se lier d'amitié avec Robert "le Rouge", le brasseur de la ville. Mais il est vrai qu'il trouve son lit bien vide...

Dès que la troisième guerre franco-allemande éclata, Helmut se procura une petite capsule fabriquée par un ami pharmacien. Ingurgitée avant la visite médicale lors de l'incorporation sous les drapeaux, elle le fit vomir, lui fit un teint verdatre et le secoua de tremblements absolument incontrôlables ! Helmut fut réformé, mais il eu la plus grande frayeur de sa vie !!

Quand la guerre fut déclarée puis perdue par la France, Helmut, pas plus bouleversé que si la mère Michelle avait perdu son chat, vit son activité se réduire, puis se limiter a quelques vaches a faire vêler ou des chevaux a soigner. Il se mis alors a fréquenter plus assidument la brasserie de son ami Robert

Aujourd'hui, Helmut attend avec impatience la décision de la Kommandantur concernant sa future activité a Sarnand. En effet, il a reçu la visite d'un officier allemand lui demandant de les aider a soigner les dragons du chateau, lui seul dans la région sait comment traiter les ailes et les écailles de dragons. Décidé a s'amuser un peu, a tirer parti de la guerre et surtout a retrouver les dragons, Helmut n'a fait mine de résister a la proposition que par principe !

Relations :
Originaire de la région, seul vétérinaire autour de Montreuil, Helmut connait et est connu de nombreuses personnes. La plupart de ces connaissances sont purement formelles, n'ayant jamais été plus loin que "votre lapin a la mixomatose" ou quelque chose de ce genre.

Helmut a 3 vrais amis a Montreuil:
- Le vieux Onésime, vétéran de 14/18, ami de son père et premier contact d'Helmut a son arrivée en ville.
- Jean le Beau, un commerçant passionné de chiens qui amène régulièrement ses protégés a Helmut.
- Robert "Le Rouge", le brasseur de bière du village, avec qui Helmut passe le plus clair de son temps libre. Le dimanche tous deux se retrouvent autour de la cuve pour gouter les bières et trouver de nouvelles saveurs. (tous deux athées, leur seule religion est la Sainte Bière !)

Dragon :
Helmut n'a jamais volé, et donc ne possède pas de dragons. Mais il aime a dire (et il le pense vraiment) que tous les dragons qu'il a soigné sont un peu les sien.

Texte personnel :
Le nuit tombée sur Montreuil, une patrouille allemande faisait claquer ses bottes sur les pavés. Encore une heure et ce sera le couvre feu. Helmut se dépêche de rejoindre la brasserie de son ami Robert. Sa mallette a la main, son ausweiss en poche, il est un des rare civil a pouvoir donner une raison valable pour sortir la nuit: il y a toujours une intervention vétérinaire a prétexter.
Lorsqu'il fut arrivé chez son ami, Helmut entra discrètement par la porte de service, dont il connaissait l'emplacement de la cachette pour la clé. D'un pas feutré il descendit a la cave qui était déjà éclairée par deux chandeliers. Devant la cuve, Robert était en train de nettoyer une dizaine de verres a bières.

- Ah te voila Helmut ! Tu n'a pas eu d'ennuis avec la patrouille ?

- Pas le moindre problème !
répondit Helmut en se hottant son manteau et son chapeau. Ces imbéciles font tellement de bruit avec leurs bottes qu'on les entends a un kilomètre a la ronde ! Il faut le vouloir pour etre embarqué !

Lorsqu'Helmut fut installé a la table placé a coté de la cuve, Robert alla chercher un jambon caché dans une niche au fond de la cave. Alors qu'Helmut entreprit la coupe de larges tranches, Robert aligna sur la table deux rangés de sept verres.

Quand tout fut en place, Robert prit la parole d'un air solennel:

- Alors voila Helmut, nous avons sept dégustations a faire. Il faut que l'on découvre le juste équilibre. J'ai arrété la cuve, donc si tu as besoin de regouter ce n'est pas un problème. Tu sais que nous n'avons pas le droit a l'erreur, je joue ma réputation !!

Amusé par les simagrés de son compère, Helmut répondit malicieusement:

- Au pire si elle est vraiment mauvaise, tu pourras la vendre aux allemands, ils boivent n'importe quoi !!

Helmut savait que Robert tenait a ne pas avoir de rapports avec l'occupant. Le brasseur répondit en un éclair

- Jamais ! Ou alors tu me donnera du laxatif pour que je leur joue un petit tour !!

Quand ils eurent bien ri. La séance de dégustation débuta. Robert remplissait les verres, Helmut prenait les notes sur un petit carnet. Mousse, robe, amertume, bulles, rondeur, tout était passé au crible. Les sept verres remplis, puis vidés, les deux alchimistes du houblon décidèrent qu'il fallait recommencer pour etre sur des notes prises...

Après trois séries de dégustation, ils n'étaient plus très vifs mais avaient enfin trouvé le juste dosage pour obtenir leur breuvage.

Helmut déclara avec conviction:

- Sept verres comme les sept cavaliers de l'Apocalypse ! Nous avons trouvé le seul cavalier qui nous mènera au Paradis !

- Ja Helmut, demain nous lancerons la production, mais maintenant je vais faire un petit somme...

Quelques secondes après avoir terminé sa phrase, Robert "Le Rouge" s'écroula sur la table et se mis a ronfler comme une locomotive. Helmut remonta péniblement a quatre pattes jusqu'au rez de chaussée, se laissa tomber dans le sofa et alla rejoindre son ami au pays des rêves.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Helmut Hardelpik

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Die Adler :: Prologue  :: Cadastres :: Archives-