Une bonne soirée en perspective [jeudi 13 mars]


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

Une bonne soirée en perspective [jeudi 13 mars]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Allemand
avatar

Messages RP : 180
Messages : 359
Âge du personnage : 31

MessageSujet: Une bonne soirée en perspective [jeudi 13 mars]   Dim 12 Juil - 14:25

Le lieutenant n'était pas du genre à aller faire la fête alors qu'il y avait du travail le lendemain à faire. et quand même qu'il aurait eu une permission pour se reposer, il ne serait pas sorti. Mais dans certaines situations, il fallait savoir abdiquer pour se faire voir, montrer qu'on était là et que la cohésion était aussi effective pour lui. Il n'était pas un homme à aimer la solitude, mais presque. Fréquenter ses pairs qui avaient des manies détestables.

Quand un de ses collègues vint le chercher, il était en train de frotter les écailles de Thuban. Bien qu'un Flieger en général ne le faisait jamais, laissant cela à la charge de l'équipe d'entretien, Peter lui prenait plaisir à prendre soin de son dragon. Son hirondelle aimait ses attentions affectives. Même si entretenir un dragon pouvait se révéler loing, Peter n'avait pas peur de l'effort. Après tout, comme les cavaliers de l'ancien temps, il fallait être capable de soigner son dragon pour l'avoir au mieux de sa forme et cela renforçait les liens qu'il possédait avec lui. Un rare moment de tranquillité où pilote et dragon pouvait converser de tout et de rien, sans se soucier du travail, des missions et des ragots qui trainaient toujours dans les rangs des hommes. Donc quand un des collègues vient chercher Peter, il fut guère surpris de le voir là, aux côtés de l'hirondelle.

- Peter, tu allais oublier.
- Allez sans moi... Je n'ai guère envie ce soir.
- Mais tu dis cela à chaque fois. Et tu vas louper la fête
- Hum
- Même pour l'anniversaire de Lothar tu vas rester là à panser ton dragon ?
- Tu connais justement mon avis sur les cabarets.


Hantz s'était rapproché pour donner une accolade amicale à l'épaule d'Hessler. Thuban suivait la scène tout en gardant le silence.

- Est-ce que le Sieur Hessler aurait peur des jolies filles effarouchées et conquises par notre champ ? Allons fais-le au moins pour Lothar. Il aime voir du monde et en plus, je sais que tu l'apprécie assez pour te donner la peine de te bouger de là. Aide-moi Thuban.
- Laisse-le en....
- Il a raison tu sais... Tu as besoin de voir un peu d'autres chose.

Thuban fit un clin d'oeil.

- Moi je serai à ta place, je n'hésiterai pas... Toutes ces femelles à portée de griffes... J'en rougis déjà.
- Mais...
-Alors c'est décidé. Vas te changer et je passe te prendre dans vingt minutes.


Hantz parti ravi. Peter adressa un regard assez furax à son dragon

- Merci de ton soutien.
- Tu vas bien t'amuser, c'est moi qui te le dit.
- Ahh, ce reptile !
- Moi aussi je t'aime.

Thuban lui fit un sourire taquin. Peter soupira et lui donna une caresse affectueuse avant de partir s'habiller pour la peine. Il se laissait trop facilement prendre.

Une fois dans une tenue plus adapté que celle d'un simple palefrenier pour dragon, il arriva à temps quand la voiture d'Hantz arriva. Une fois à bord, l'auto, une magnifique traction à la peinture d'un noir luisant, sortit de la cour du château pour rejoindre le cabaret... Enfin un des cabarets. Ce n'était pas cela qui manquait franchement en ville.

Quand Peter et Hantz débarquèrent, ils rejoignirent aussi d'autres officiers, rieurs et heureux d'être réuni pour une bonne fête. Tous souriaient. Peter un peu moins. Il allait devoir se forcer pour vraiment apprécier ce genre de festivités... Tous pénétrèrent dans l'établissement et déjà quelques belles donzelles vient les rejoindre. Hessler roula déjà des yeux....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Française
avatar

Messages RP : 18
Messages : 109
Âge du personnage : 33 ans

MessageSujet: Re: Une bonne soirée en perspective [jeudi 13 mars]   Dim 12 Juil - 21:34

Les filles du cabaret s’étaient jetées sur les Allemands comme des chattes en chaleur, même sans les voir Emmanuelle pouvait le deviner. Elles adoraient l’uniforme et la tenue de ces enflures, elles les trouvaient tellement attirants, tellement classes et surtout tellement vainqueurs et tellement riches… Tellement plus riches que les minables qui habitaient Montreuil depuis leur naissance, ces pauvres gens qui avaient tout perdu après l’occupation, ceux qui avaient gagné des fortunes à collaborer ou à ruser… C’est vrai, épouser un Allemand par les temps qui couraient, ça pouvait tenter.

Emmanuelle les écoutait, glapissantes, roucoulantes, câlines et lascives comme on leur avait enseigné, elle écoutait leurs rires odieux et leurs baisers bruyants et vulgaires sur les joues des soldats. Certaines s’osaient à quelques mots d’allemands, pitoyables tentatives de mettre l’ennemi à l’aise. Les autres s’était agglutinées autour d’un officier français dans un coin de la salle, écoutant avec des cris de plaisir ses récits de victoire. C’était comme ça tous les soirs, chaque soir, sans jamais de changement.

Ecoeurée, elle se tourna de nouveau vers son miroir. Il lui renvoyait toujours cette image flatteuse d’elle-même, celle qu’elle était obligée de cultiver pour gagner encore sa vie. Elle fixa ses immenses faux-cils noirs, para ses lèvres de ce rouge vulgaire et rehaussa ses joues de rose avant de passer l’habituelle perruque noire. Le velours bleu de sa robe s’irisa un instant lorsqu’elle se leva pour se rendre sur la scène, sous les projecteurs odieux qui ne laissaient jamais aucune imperfection impunie.

Les lumières s’éteignirent sur le cabaret, allumées uniquement sur la scène vide à l’exception de musiciens et d’Emmanuelle. Elle se força à sourire, son sourire commercial,si mécanique et figé. C’était si facile, sans voir la salle, sans voir ces porcs de soldats prêts à tout pour une seconde de plaisir, ces horribles résidus d’armées pourries, à peine bon à aller se perdre dans des cabarets ; elle souriait sans mal, finalement, et la chanson qui sortait de sa gorge avait presque des accents de sincérité.

Emma ne savait pas si elle était bonne chanteuse ou pas, elle savait que les clients appréciaient ses lents déhanchés et ses longues jambes qui apparaissaient parfois à travers la fente de sa robe, les clins d’œil et les baisers qu’elle envoyait au fil de sa chanson. Peu importait la chanson, peu importait sa voix. De toute manière elle n’avait pas été formée à chanter…

Elle chantait en allemand. Ordre du patron, depuis le début de l’occupation. Son allemand à elle était meilleur que celui des filles, celles-ci l’avaient souvent implorée de leur apprendre, lui avaient aussi demandé comment elle avait appris cette « merveilleuse langue ». Pathétiques créatures.

Enfin son supplice cessa, les lumières s’éteignirent complètement puis se rallumèrent. Sous les applaudissements de la salle, elle descendit de la scène et ouvrit les bras avec son sourire de théâtre, lançant à la cantonnade, en français :

- Hé bien Meinen Herren, qui ici me payera donc un verre pour reposer ma gorge ?

Elle planta un instant son regard sur les officiers allemands toujours harcelés par les filles, comme par défi, par provocation. L’un d’entre eux ne semblait pas ravi d’être là, elle lui adressa un rictus mauvais et discret, facilement interprétable.

Rentre chez toi, pauvre type.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 180
Messages : 359
Âge du personnage : 31

MessageSujet: Re: Une bonne soirée en perspective [jeudi 13 mars]   Dim 12 Juil - 22:14

Peter aurait voulu se faire discret, mais entouré de jeunes femmes excitées par la présence de ses pairs et par l'uniforme -surtout pour l'argent qu'ils pouvaient avoir sur eux pour passer un peu de bon temps en bonne compagnie-, il ne put que suivre le troupeau et avec ses collègues, allèrent s'asseoir dans un coin bien positionnée par rapport à la scène et surtout pour accueillir toute la clique d'officiers et des femmes pseudo-séduites.

Les cousins et les assises de velours étaient confortables à souhait, trop mou au goût d'Hessler. Sans doute passait-il trop de temps à voler sur le dos et la selle dure de son dragon, et qu'il ne se souciait guère de faire un peu de détente dans un bon matelas moelleux. Après tout, au risque de se ramollir.... Il fallait rester soi-même pour réussir à garder de qu'il jugeait être la bonne forme et ne pas faire la fête tous les jours comme ses collègues, même pour un anniversaire. Avec eux, les anniversaires étaient quotidiens et ils profitaient de toutes les bonnes occasions pour venir ici : promotions, la réussite d'une mission... tout y passait. Temps que le champagne coulait à flot avec de jolies femmes pour vous faire de doux baisers...

En parlant de champagne. Deux bouteilles arrivèrent, avec le nombre de verre voulu, juste avant que la lumière s'éteigne. La serveuse avait déjà remplie avec une parfaite adresse les verres, que les officiers s'empressèrent de prendre pour le tendre à leur charmante compagnie et prendre leur part. Peter aurait bien voulu et poliment refusé mais pour Lothar, il n'allait pas paraître désobligeant. Par contre, il refusa poliment les avances d'une jolie brune, qui lui fit la moue boudeuse avant de se jeter dans les bras d'un autre Allemands. Là la chanteuse fit son entrée.

Sa voix était mélodieuse et sa tenue n'avait d'égale la beauté qu'elle exprimait dans ses gestes langoureuses. entre les sifflements et les soupirs, il y avait bien quelques clients qui lui faisaient des gestes très significatifs. Peter leva les yeux au ciel devant ses attitudes. Mais qu'est-ce qu'il fichait là bon sang. C'était encore bien sa veine. . Néanmoins, elle chantait, avec un accent assez proche de celui prononcé en Bavière ; il doutait qu'elle vienne de là-bas. Elle avait dû l'apprendre pour chanter ses paroles douceâtre, pour plaire à la galerie. Peter au moins écoutait, même s'il avait un sourcil de haussé.

Quand la lumière revint enfin et que les hommes présents firent l'honneur de la chanteuse dans des vivas et des sifflements, Peter venait de boire une gorgée de champagne. En ces temps de pénurie, il se demandait comme le cabaret se fournissait. Sans doute l'armée qui lui vendait à prix d'or ses réquisitions.... Il posa son verre et allait prendre son paquet de cigarette pour s'en allumer une, avant de croiser le regard de la jeune femme au regard froid. Il sourcilla, la regardant quelques secondes, avant de recevoir une tape à l'épaule de la part de Lothar.

- Il y a là un homme qui vous le paiera et du bon en plus, cria Lothar à l'intention de la jeune chanteuse
- Mais qu'est-ce que tu fais ! s'exclama Peter, qui n'avait pas entendu la question posée par la jeune femme
- Tu es un peu trop coincé, mon cher Peter, il serait bon que tu te détentes. Et en plus, je suis gentils, je te mâche le travail. Regarde moi cette Fraülein-là. Elle te dévore des yeux.


Ca pour le dévorer des yeux... Lothar avait déjà rempli quelques coupes. Peter n'avait rien pu faire. Il allait devoir passer le temps avec cette chanteuse, si elle daignait venir, car à l'air refroidi qu'elle lui avait jeté, il doutait vraiment qu'elle soit enchantée de venir à ses côtés. Mais pourquoi il était venu là....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Française
avatar

Messages RP : 18
Messages : 109
Âge du personnage : 33 ans

MessageSujet: Re: Une bonne soirée en perspective [jeudi 13 mars]   Lun 13 Juil - 19:42

Elle adressa un sourire crispé au soldat qui l’invitait à les rejoindre, agitant comme un perdu sa ridicule bouteille de champagne. Gracieuse, élégante, elle s’approcha de son pas félin, l’air séducteur comme il se devait ; après tout elle n’avait pas le choix. Et du champagne à l’œil, qui donc au monde pourrait y résister ? Elle adressa son plus beau sourire aux hommes, particulièrement à celui qui l’avait interpellée, qu’elle devina s’appeler Lothar aux plaisanteries crasses des autres. Ils parlaient tous dans un allemand de soudards que les autres filles ne comprenaient qu’à moitié, faussement émerveillées.

Elle hésita à les chasser d’un geste de la main, généralement elle ne chassait pas les mêmes proies que les petites, elle se faisait payer bien plus cher. Pour un service de franchement meilleure qualité et cela, elle avait bien eu l’occasion de le tester…

Elle prit langoureusement place face à l’homme qui était censé lui offrir à boire, son sempiternel sourire aux lèvres. Un officier allemand qui n’aimait pas les cabaret et n’hésitait pas à le montrer en repoussant les filles, c’était rare, c’était même surprenant. Elle se demandait ce que pouvait bien être cette bête-là : un soldat préoccupé de son travail, minutieux, passionné ? Quel joli conte de fée, malheureusement elle connaissait assez de soldats pour savoir qu’ils avaient tous une faille. Comme celui-ci qui lui avait demandé ces choses… et celui-là qui s’était mis à pleurer dans ses jupes comme si elle était sa mère… Lamentables petites choses brisées par un dessein supérieur à leur entendement.

Hitler était un grand homme pour bien des Allemands, très grand, trop grand peut-être. Sa tête avait tellement gonflé qu’il s’était élevé au-dessus du sol comme une montgolfière, au risque de ne plus pouvoir redescendre. Brillant stratège, brillant manipulateur de foules, certes, mais les hauteurs de ses ambitions dépassaient de beaucoup ce que la majorité pouvait entendre et comprendre. Le sourire d’Emmanuelle se crispa un peu, l’espace d’un instant. Elle n’avait pas cessé de fixer l’homme dans les yeux, attendant qu’il lui serve une coupe de champagne et trinque avec elle, comme le voulait l’usage.

- Hé bien, mein Herr, vous ne savez plus servir le champagne ?

Voix douce, très douce, aussi douce que possible. La voix d’Emmanuelle était naturellement rauque et grave, il lui était difficile de prendre ces intonations suaves qu’on attendait d’elle, elle avait juste fini par s’y habituer.

- C’est la première fois que je vous vois dans ce cabaret. Seriez-vous l’un de ces rares soldats à ne pas aimer vous vautrer dans le stupre ?

Sourire cajoleur pour faire passer la pilule. Les autres autour d’eux étaient trop affairés au milieu de l’alcool et des jupons pour prêter attention aux paroles de la jeune femme, prononcées dans un allemand un peu bafouillant, comme si elle cherchait ses mots.

Rien dans son regard n’était hésitant et son sourire s’était fait plus audacieux, plus moqueur, comme si elle ne croyait pas une seule seconde à une telle éventualité.

- … Et avez-vous un nom, bel officier aux mœurs si… irréprochables ?

Elle n’était pas sarcastique, aimable en tous points, douce et suave, toujours. Il ne pouvait rien lui reprocher, ce n’était que de l’humour, que du gentil humour pour le mettre à l’aise, bien entendu ; personne n’irait provoquer ainsi un soldat et se mettre les Allemands à dos par les temps qui couraient. Personne n’aurait eu un culot pareil, n’est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 180
Messages : 359
Âge du personnage : 31

MessageSujet: Re: Une bonne soirée en perspective [jeudi 13 mars]   Lun 13 Juil - 20:40

Il se jura que Lothar lui paierait ce coup bas. Inviter la chanteuse même aux yeux de tout le monde. Mais qu'est-ce qu'il avait fait pour mériter cela. Pour ce décoincer qu'avait affirmé son compère d'officier. Tu parles. Au début, il crut que la jeune femme allait refuser, comme cela aurait été son droit, mais était-ce l'appel à un défi muet suite à son regard lancé sur lui ou pour la coupe de champagne proposée gratuitement. Ce n'était pas le manque de bouteille qu'elle pouvait se faire payer à chacune de ses représentations.

Féline, séduisante, elle s'approcha de la tablée des joyeux fêtards, qui souriaient à la venue de la chanteuse avant de reprendre causette avec les donzelles assises à leur côté pour compter fleurette et plus affinités. Ils avaient compris qu'Emma ne seraient pas pour eux aujourd'hui. Et comme Lothar, ils étaient du même avis que le Peter Hessler ici présent avait vraiment besoin d'une compagnie féminine pour se changer les idées. Personnellement il s'en serait bien passé. Il pensait avant tout soldat et...

Elle s'assit juste en face de lui. Pas un seul moment, elle ne l'avait quitté des yeux, donnant vraiment une impression de le dévorer sur pied, mais avec une certaine émotion qu'il n'arrivait pas à définir. Ce n'était pas en tout cas de la pseudo-adoration, comme il avait pu le voir chez les jeunettes qui se pavanaient auprès de ses collègues. Il se retint de faire un regard assassin à Lothar, qui non loin de là, lui fit un clin d'oeil.

*Merci... Non vraiment merci !*

Dommage qu'il ne pouvait pas entendre ses pensées ! Cela aurait été pire que le grondement furieux d'un orage de tempête. Il en oublia presque les bonnes manières, négligeant la présence de la jeune femme "innocente" à tout ce manège. Il en fut gêné.

- Veuillez me pardonner. J'en manque à tous mes devoirs...

Il prit délicatement une coupe dans sa main qu'il apporta d'un geste du bras ample et assuré, avec douceur, à portée de la jeune chanteuse. Il prit ensuite la sienne, par mesure de politesse bien entendu. Peut-être qu'il était dans un cabaret, où effectivement se pratiquait à forte dose la luxure et le plaisir de la chair, mais la galanterie était toujours de mise.

- J'espère qu'il est encore assez frais pour vous apportez toute sa saveur.

La question qu'elle posa ne fut pas anodine. En effet, c'était la première fois qu'il posait les pieds. Lui qui passait inaperçue. Elle avait une sacrée mémoire pour se souvenir des militaires qui passaient.Il faut dire aussi qu'il n'était pas un habitué, donc forcément, il faisait un peu tâche dans le troupeau des uniformes fidèles et friands de ces lieux

- En quelque sorte, c'est cela...

Peut-être qu'elle prendrait comme un défi de voir un récalcitrant à venir se débauchant ici. En fait, il jugeait ici être à la limite de la dignité humaine. Ces femmes n'avaient à se vendre pour gagner leur vie, aussi dure soit-elle... Mais comme il y avait des hommes pour en profiter voir même abuser. D'accord, si ce travail permettait pour elle de faire quelque chose d'occupant dans leur vie et de gagner de l'argent... Mais au moins qu'on les considère pas comme de la marchandise vivante !

- Hessler... Peter Hessler, répondit-il à sa question de son nom. Vous avez merveilleusement chanté ce soir. Votre voix pourrait rendre bien jalouse bien des chanteuses de renom.

Il ne mentait pas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Française
avatar

Messages RP : 18
Messages : 109
Âge du personnage : 33 ans

MessageSujet: Re: Une bonne soirée en perspective [jeudi 13 mars]   Sam 25 Juil - 1:11

Emma tira une cigarette de son corsage, sans la moindre pudeur, et la porta à ses lèvres. Un galant homme lui offrit du feu, un autre lui apporta la veste d’officier qu’elle portait si souvent, la glissant même sur ses épaules. Durant toute l’opération, elle n’avait semblé prêter aucune attention à ces hommes autour d’elle, continuant de converser avec l’étrange homme qui devait lui offrir le champagne. C’était un de ces innocents qui n’aimaient pas les cabarets, quelque chose de bien étrange, elle ne croyait même pas que ça existait encore. Enfin, si les putains qui se pressaient autour des Allemands s’étaient un peu acharnées sur lui, il aurait probablement changé d’avis. Triste.

- Peter Hessler… Vous faites partie de la Luftwaffe ? Quel métier… prestigieux.

Elle ne put retenir une pointe d’ironie dans sa voix, laissant transparaître son mépris de l’armée l’espace d’un instant ; elle se reprit bien vite en trempant ses lèvres dans le champagne avec un petit sourire charmant. Jouer la comédie n’était généralement pas difficile mais cet Allemand si différent des autres l’énervait copieusement. Il ne correspondait pas au schéma qu’elle avait gravé au fer rouge dans sa cervelle et elle n’aimait pas qu’on bouleverse ses opinions, surtout pour les rendre plus positives qu’elles ne l’étaient au départ. Elle décida donc de le cataloguer comme hypocrite et de mauvaise foi. Na d’abord.

- Je vous remercie du compliment mais je ne chante pas bien. Je ne fais qu’égréner des notes. N’importe qui en est capable.

Elle ne put s’empêcher de sourire. Oui, même ces chattes en chaleur qui s’accrochaient au cou des soldats en les entraînant déjà dans les arrière-salles pouvaient faire la même chose qu’elle pour peu qu’elles travaillassent leur voix. Il n’y avait aucune âme dans ces chansons de charme qui n’avaient aucune saveur et d’ailleurs Emmanuelle était toujours bien loin du cabaret en esprit lorsqu’elle chantait. Décidément, elle n’était pas à sa place ici.

- Je m’appelle Emmanuelle.

Passionnant. Enfin, il fallait bien meubler la conversation.

- C’est l’anniversaire de votre ami, on dirait ? N’est-ce que pour cela que vous êtes venu ici ?

Elle le fixa, silencieuse, droite comme ces chats égyptiens dans les pyramides. Ainsi, elle n’avait plus rien sensuel, raide dans sa veste d’officier. Pourtant, un sourire se dessinait sur ses lèvres, presque sincère cette fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 180
Messages : 359
Âge du personnage : 31

MessageSujet: Re: Une bonne soirée en perspective [jeudi 13 mars]   Lun 27 Juil - 20:10

Peter était loin en effet de l'archétype que l'on pouvait se représenter des officiers qui venaient régulièrement se "détendre" ici, dans un univers où ils pensaient presque que les dames de ces lieux étaient prêtes à tout pour s'attirer leur faveur pour le prestige de leurs uniformes. Triste rêve pour fuir ou pimenter un train-train monotone ou difficile en fonction du côté où on était : les officiers venaient pour passer du bon temps et les jeunes femmes pour tirer profit de l'argent qu'ils étaient prêt à dépenser pour leurs chaleureux égards. Non Peter n'était vraiment pas de ce bord là. Lui était peut-être trop "sérieux" pour se laisser aller à la débauche. Pourtant, il était ici, avec ses collègues, dans un lieu de luxure, buvant du champagne avec une charmante présence et pas n'importe laquelle ; sans doute la plus convoitée, car c'était une des chanteuses du cabaret. Un militaire avait même pris soin de lui rapporter sa veste d'officier pour lui remettre en douceur sur ses épaules et un autre s'était proposé de lui allumer la cigarette qu'elle venait de sortir de son corsage. Elle ne leur adressa pas un seul regard, restant fixé sur le lieutenant.

Elle sut déterminer qu'il était de la Luftwaffe ; facile avec son uniforme. Il décela pourtant l'ironie, même court, dans la voix charmeuse de la jeune femme, qui but une légère gorgée de son verre de champagne. Peter l'imita, tout en continuant de la regarder. A l'entendre, elle ne semblait pas apprécier les militaires. Il se posait plusieurs hypothèses, peut-être qu'elle avait eu des problèmes avec quelques uns de ses pairs, où alors elle détestait tout simplement tout ce qui avait attrait à l'armée allemande.

Beaucoup de civils avaient souffert de la guerre et même si cela ne se lisait pas sur leurs visages, leurs rancoeurs étaient profondes. Peter ne pourrait pas le leur reprocher. C'était là même une attitude presque
normale. Mais il n'était pas là vraiment pour se soucier de ces sentiments. Après tout, il ne faisait ce qu'on lui demandait...

- Prestigieux ? Pour beaucoup sans doute...

Il rebut une autre petite gorgée de son verre de champagne.

- On a plus de risques de mourir là-haut que sur le sol... L'erreur ne pardonne pas là-haut... Je sais que certains de mes collègues se vantent-ils un peu trop même parfois- de chevaucher un dragon, de mener des combats épiques. Mais après tout, c'est un travail comme un autre.

Il profitait que ses autres "amis" soient occupés à rire ou à raconter des histoires de leur carrière à leur donzelle conquise pour parler de ce fait. L'arrogance d'être pilote. Il était vrai que de monter une créature
légendaire avait de quoi impressionner, mais quand on regardait la réalité... La prétention n'avait pas sa place dans le ciel. Il fallait de la concentration pour tous les instants. Avoir trop de confiance pouvait être la dernière erreur du pilote. Peter avait bien vite découvert qu'en un rien la vie d'un Flieger pouvait stopper. Heureusement que le lieutenant n'avait pas l'arrogance de certains....

Il avait sourit quand la jeune femme avouait qu'elle ne chantait pas si bien que cela, se contentant de suivre les notes qui lui donnaient le tempo du chant. Modeste en plus ?

- Moi j'en serai incapable. Il faut déjà chanter juste et au bon moment. Dites cela à un des officiers présents de chanter ici et il fera fuir tout
le monde.


Puis elle se présenta. Emmanuelle donc.

- Un bien joli nom...

Elle continuait toujours de le regarder. Peter avait l'impression de se sentir jaugé, comme si elle cherchait à sonder la profondeur de son être. Peut-être qu'elle cherchait autre chose que ses consoeurs recherchaient
auprès des autres officiers. Elle retourna la question sur sa présence. Il adressa un rapide coup d'oeil à Lothar, qui était plus au comble du bonheur pour son jour d'anniversaire.

- En effet, c'est l'anniversaire de Lothar... Et oui, en quelque sorte, je suis là pour sa fête.

Même si cela ne l'enchantait guère. Lothar avait réussi à le tirer de la caserne pour soit-disant le décoincer. C'était un peu raté. Mais au moins, Peter essayait de pas tirer une mauvaise tête. Il n'était pas là pour
gâcher la joie de ses compagnons. La sincérité poussait à la sincérité.

- Outre le fait que je ne suis pas un habitué du coin, cela se voit tellement que je ne suis pas comme mes amis, cherchant à profiter de la bonne faveur des jeunes dames ici présents ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Française
avatar

Messages RP : 18
Messages : 109
Âge du personnage : 33 ans

MessageSujet: Re: Une bonne soirée en perspective [jeudi 13 mars]   Sam 5 Sep - 19:48

(désolée du temps de réponse ^^")




Emmanuelle écoutait à peine son vis-à-vis disserter sur le métier de Flieger, ce n'est pas comme si elle s'y intéressait vraiment ; sa manière d'expliquer que ce n'était « qu'un métier comme un autre » était aussi une forme d'arrogance, aux yeux de la jeune femme. Peut-être n'était-elle pas totalement objective, mais pour elle tout soldat de la Luftwaffe était méprisable, quelle que fût son attitude et sa vision de son métier.

Trois ans auparavant, elle aurait presque prié pour rencontrer un homme comme ce Hessler et trouver quelqu'un qui la fît changer d'avis, vraiment, sans stratagème idiot ; désormais elle ne se souciait plus guère de revenir à de meilleurs sentiments concernant l'armée allemande. Ce qu'elle avait vu lui suffisait amplement à se faire une opinion et même si elle avait conscience d'être un peu butée, ce n'était pas ce type-là qui allait la faire changer d'idée.

A y bien réfléchir, le nom de Hessler ne lui était pas totalement inconnu ; une ombre passa un instant durant sur son visage. Hessler. Oui, définitivement, elle l'avait déjà entendu, et pourtant elle n'avait vraiment jamais vu ce loustic-là au cabaret. Abîmée dans ses pensées, elle ne se rendit pas tout de suite compte qu'il la regardait, attendant manifestement une réponse à une question posée... heureusement il ne semblait pas avoir remarqué qu'elle le fixait depuis un certain temps, cherchant à se remémorer où elle avait entendu le nom.

Elle secoua légèrement la tête avec un charmant sourire, de nouveau totalement dans son rôle.

- Pardonnez-moi, Herr Hessler, j'étais songeuse... Qu'avez-vous dit ?

Elle attendit qu'il répétât sa question et le regarda de nouveau, une moue rêveuse au visage. Finalement, après un temps de réflexion, elle dessina sur ses lèvres un petit sourire sarcastique.

- Vous restez dans votre coin et ne réclamez rien à ces filles qui seraient pourtant prêtes à s'ouvrir les veines pour vous, vous restez droit et digne comme une idole de la vertu, alors oui, ça se voit, ça se voit que vous ne cherchez pas à vous attirer les faveurs de putains comme elles. Cependant vous êtes un mâle et il me semble que tout différent que vous vous réclamiez, vous resterez toujours comme tous les autres esclave de vos désirs et que si l'une d'entre elles s'avisait de venir vous titiller comme il le faut, vous ne résisteriez guère.

Elle tira une bouffée de sa cigarette sans cesser de le fixer, toujours souriante.

- Nul ne pourrait cependant vous le reprocher, vous ne pouvez contrôler votre corps et cela est bien naturel. Alors oui, vous êtes différent, cela se voit, mais je crains que la différence ne soit en fait que superficielle.

Bien sûr, proférer de telles paroles à l'égard d'un allemand était plutôt risqué, en général cela pouvait amener à de graves conséquences ; mais bizarrement Emmanuelle se sentait en assez bonne compagnie pour risquer de s'exprimer ainsi. Il se vexerait peut-être mais il y avait peu de chances qu'il s'en offusquât réellement au point de lui infliger quelque punition. Du moins, elle espérait qu'il serait assez intelligent pour garder son calme.

Et ce bon sang de nom de Hessler qui ne cessait de lui revenir en tête, comme un nom qu'elle était censée connaître... Ou plutôt, connaître sans connaître, comme beaucoup de choses... Après un temps de silence, elle se risqua à poser la question, moins assurée cette fois.

- Dans un tout autre registre, Herr Hessler... Votre nom ne m'est pas inconnu, bien que je n'aie jamais vu votre visage ici. Se peut-il que vous soyez une sorte de célébrité dont j'aurais oublié l'existence ?

Elle ponctua ses paroles d'un sourire tout innocent, destiné à faire passer la pilule au cas où il aurait effectivement été une « célébrité » oubliée et où elle l'aurait vexé en ne le reconnaissant pas. Ce dont elle doutait, mais sait-on jamais !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 180
Messages : 359
Âge du personnage : 31

MessageSujet: Re: Une bonne soirée en perspective [jeudi 13 mars]   Sam 12 Sep - 16:29

La jeune femme semblait eu avoir un instant d'inattention, car Peter dut reprendre sa question. Dans une ambiance comme celle-là, la jeune chanteuse devait bien avoir quelques amies ou petites rencontres et que une de ces personnes lui avaient fait signe. En tout cas, Il garda le sourire, cela pouvait arrivé à n'importe qui. Après tout... Il répéta donc la question

"Je disais donc que cela se voyait tellement que je ne sois pas un habitué des lieux ? "

Pour ce qui était de la pensée précédente de la chanteuse, le fait d'évoquer son métier n'était pas une forme d'arrogance. Pour Peter, le fait de s'en vanter et de raconter ses exploits était de l'arrogance... Vanter ce qu'on était capable de son dragon ou autre... C'était de la vantardise, de l'arrogance... Peter n'était pas de ce bord là même si être flieger lui tenait à coeur, qu'il aimait voler sur le dos de son dragon. Mais après tout... Tout le monde interprétait la répone d'autrui comme bon lui semblait.

Il écouta avec attention la réponse qu'elle lui énonça, lui expliquant pourquoi il était si différent. Oui c'est vrai, il ne cherchait pas à s'attirer les faveurs d'une donzelle et ne semblait pas répondre aux signes aguicheurs que celles-ci pourraient lui lancer. Il restait dans son coin en somme... Donc forcément. Il devait être un peu fatigué pour ne pas y avoir songé lui-même. Il allait répondre, mais il laissa Emma terminer... Il leva un sourcil à sa réponse un peu cinglante et en rit... gaiement.

"Une réponse double... Avec un second apport en réponse très amusant. Outre chanter, vous savez user des ressources linguistiques de façon armées... Pas mal..."

Il était peut-être Allemand, peut-être qu'il était Officier, mais il ne s'offusquait pour des petits pics de ce genre. Certes comme bien d'autres, il avait sa dignité, mais la sienne ne débordait pas au risque de trop inondé dans son esprit. La question suivante fut un peu différente. Il en profita pour remplir le verre de la chanteuse puis le sien.

-Mon nom est en effet...
- Bien sûr qu'il l'est
Intervint Lothar . Son nom est connu dans toutes les escadrilles même ! Il se garde bien de le dire à haute voix et...
- Lothar... Merci


Son ami ayant lancé le bâton, il ne pourrait pas s'esquiver...Lothar avait même un peu tro bu, à la manière de s'exprimer. Mais comme il était dans les bras d'une jilie fille, il était maintenant ailleurs... ouf !

"C'est mon père qui a la célébrité de ce nom... Il a combattu pendant la Grande Guerre...
- [b]Notre Peter est le fils du célèbre Dragonier Rouge ! Et de plus, lui-même s'est illustré dans une ou deux batailles en Pologne et....


Ce qui sauva la suite fut que la fille qui bandait à ses bras voulut à boire et l'embrassa pour le faire taire. Assez de parlotte militaire ! Peter soupira de soulagement intérieurement. Il y avait certains détails qu'il n'aimait pas trop raconter.

- Lothar a tout dit à ma place.... Sacré Lothar...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Française
avatar

Messages RP : 18
Messages : 109
Âge du personnage : 33 ans

MessageSujet: Re: Une bonne soirée en perspective [jeudi 13 mars]   Mar 3 Nov - 17:11

[Encore désolée xDDD Je crains, et en plus c'est pas très bon ^^";.. désolée !]

Et voilà que l'autre militaire aviné s'était ramené pour disserter sur Hessler, l'air ravi d'avoir une jolie fille accrochée à son cou. Emma ne put s'empêcher de sourire : cette nana-là était un très mauvais coup, il allait vite le regretter... Elle regarda son verre à nouveau rempli à travers ses paupières mi-closes. Le Dragonnier Rouge. Le nom ne lui était pas inconnu, il lui était même très familier... Et le fils lui-même s'était illustré dans des batailles en Pologne. Elle ne put retenir un sourire ironique.

- Et c'est une fierté d'être le fils d'un assassin ? D'être soi-même un assassin ?

Elle fixa ce Lothar qui s'éloignait en compagnie de sa putain, un bras glissé autour de sa taille, l'air plus que radieux. Un soupir s'échappa de ses lèvres, elle s'alluma une nouvelle cigarette et finit son verre. Ce soir, le bruit ambiant auquel elle était pourtant habituée lui donnait mal à la tête, elle était profondément énervée d'être un peu bousculée dans ses convictions par ce Peter Hessler. Et puis sa perruque la grattait, elle avait bien dit à Marie de mieux lui ajuster la résille. Soupir.

- Vous les militaires vous faites une fierté d'avoir un tableau de chasse développé, vous vous rengorgez de vos victoires. Mais dites-moi, Hessler, n'avez-vous jamais eu à l'idée qu'en face, ce sont des hommes et non des chiffres que vous abattez ?

Elle fronça les sourcils.

- Il faut croire que c'est quelque chose qui ne s'apprend plus dans les escadrilles. … Peu importe. Je suis navrée de m'être emportée ainsi, Mein Herr, j'ai un instant oublié ma place.

Faire preuve de cette fausse humilité lui était insupportable, mais elle avait la vague impression d'être allée beaucoup trop loin. Même s'il avait ri à sa première pique, il n'allait peut-être pas apprécier la comparaison avec un assassin, l'accusation à peine voilée. Elle présumait sans doute mal, au fond d'elle-même elle se doutait qu'il ne réagirait pas trop violemment, encore qu'elle avait insulté son père ; elle espérait juste qu'il n'irait pas se dire que sa virulence à l'égard des Allemands n'était pas trop suspecte.

Et en vérité, elle ne l'était pas : Emmanuelle avait la même haine des militaires français... c'était même parfois pire. Evidemment son vis-à-vis et surtout les autres militaires présents dans la pièce ne pouvaient s'en douter, ne l'ayant probablement jamais vue en compagnie de Français, et c'était là la crainte d'Emma. Toute haineuse qu'elle fût à l'égard de ces rustres de boches, elle savait pertinemment que c'était là l'essentiel de la clientèle du cabaret. D'ailleurs le patron allait encore lui faire les gros yeux si elle s'avisait de l'ouvrir un peu trop.

Ma foi, les colères du patron n'effrayaient pas Emmanuelle. C'était surtout la possibilité de se retrouver virée, sur la paille, après trois ans de bons et loyaux services. Elle fronça les sourcils à cette idée, ignorant ce qu'elle pourrait faire dans un cas pareil. Enfin, peu importait, la situation ne se présentait pas dans l'immédiat.

Elle voulait sortir. Elle en avait assez de cette atmosphère enfumée, des cris, des rires, des soupirs qui filtraient de partout, même du fond sonore que le patron faisait passer en remplacement de son chant. Cependant, il aurait été malpoli de fausser compagnie à son interlocuteur, aussi lui offrit-elle, bon gré mal gré, de poursuivre leur conversation à l'extérieur. Elle espérait que son air blasé suffirait à lui faire comprendre qu'il n'y avait pas d'idée à se faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 180
Messages : 359
Âge du personnage : 31

MessageSujet: Re: Une bonne soirée en perspective [jeudi 13 mars]   Mar 3 Nov - 22:42

[pas très bon ? Mais tu rigoles, cela vire sec là XD je te tuerai pour ton retard c'tout XD]

Si Peter avait eu la chance de pouvoir étrangler son collègue, il l'aurait fait avec joie, pour avoir remué la véracité à son sujet. Comme s'il avait besoin de cela tiens. Son hôtesse en avait profité pour s'engouffrer dans la faille qui s'était ouverte. Elle avait bien cachée son jeu depuis le début et en profita pour cracher son amertume. Peter en avait perdu son sourire et s'était un peu rembruni, manquant de foudroyer son camarade d'un regard de reproches. Qu'est-ce qu'il avait eu besoin de parler de son père, d'enfoncer le clou à ce sujet là ! Mais Lothar était trop occupé à se pavaner et d'offrir son verre à sa dame de compagnie. Et dans l'assemblée joyeuse des autres officiers, personne ne semblait avoir entendu les jolies paroles de la chanteuse.

Il resta silencieux, se retenant de dire sa façon de penser sur ce qu'elle venait de dire... Être fier d'être un assassin... Que savait-elle vraiment des champs de bataille. Elle lui proposa de sortir pour prendre l'air et continuer la conversation dehors. Il ne se fit pas prier et attrapa sa coiffe de Flieger avant de sortir le premier. Le temps qu'elle le rejoigne, il eut le temps de s'allumer une cigarette et se calmer. Il se surprit à trembler quelques secondes. Mine de rien, cela l'avait un peu ébranlé. Il se revoyait encore dans les cauchemars qu'il faisait de temps en temps, revoyant le massacre de certaines missions... Tu parles d'une fierté...

Quand Emma l'eut rejoint, il la regarda quelques instants avant de continuer la conversation de toute à l'heure...

"Dans certains moment, il faut savoir se taire Fraülein... Vous avez eu de la chance que mes camarades étaient ivres d'alcool et de chair pour entendre des paroles qui auraient pu être jugées... provocantes. Et cela, je pense que vous le savez assez bien..."

Il tira un peu sur sa cigarette, ne la quittant pas des yeux...Ils étaient un peu à l'écart de l'entrée du cabaret, pour ne pas avoir affaire à des oreilles indiscrètes

"Vous avez peut-être l'habitude de côtoyer des militaires Allemands, mais cela ne vous donne guère le droit de vous mesurer à eux... C'est dangereux...Savez-vous ce qu'est de vivre dans un champ de bataille Fraülein Emma ? Bien sûr que non...."

Il jeta sa cigarette, qu'il écrasa du bout de sa botte.

"Vous parlez de fierté... Quelle fierté en effet de tuer des hommes... Quelle gloire que de combattre sous le feu de l'ennemi, de voir des camarades mourir sous le feu de l'ennemi pour obéir aux ordres...De risquer sa vie alors que l'ennemi pense agir eux aussi pour la bonne cause et qu'ils devaient être dans le même esprit que ce que vous pensez, il y a presque trente ans, lors de la Grande guerre...Et quelle fierté y-a-t-il à s'accoquiner avec les militaires Fraülein. Cela vous plait d'être dans le bras d'un homme différent chaque soir, quelle joie en tirez-vous ? Un tableau de chasse peut-être...".

L'officier était étrangement calme... L'idée même de se rappeler les horreurs des combats en Pologne devait suffire à contenir sa colère. Elle n'avait pas tort dans ses propose la chanteuse... Mais c'était comme remuer le couteau dans une vieille blessure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Française
avatar

Messages RP : 18
Messages : 109
Âge du personnage : 33 ans

MessageSujet: Re: Une bonne soirée en perspective [jeudi 13 mars]   Mar 3 Nov - 23:56

[Scoop ! Emma répond en un peu plus d'une heure @.@ Miracle !]

Elle le fixa droit dans les yeux, tant surprise qu'irritée par sa façon de parler. Tiens, tiens... Alors il ne serait pas seulement un petit chien soumis, fier d'être ce qu'il était, sans plus, sans chercher à se dresser sur ses ergots comme un vulgaire coq de basse-cour ? Voilà que la discussion devenait presque intéressante. Elle tira de la poche de son blouson d'officier une longue cigarette et l'alluma... c'était la troisième de la soirée.

Elle l'écouta patiemment, sans laisser aucune expression transparaître sur son visage, impassible elle aussi. Le calme de Hessler l'impressionnait quelque part, elle s'attendait à un énervement, à un emportement à son égard ; il n'en était rien et la situation l'intéressait d'autant plus. Bien sûr il avait raison, bien sûr qu'elle aurait dû se taire et elle le savait. Elle tira une bouffée de sa cigarette, un vague sourire aux lèvres, attendant qu'il eût fini pour répondre à ses paroles, à ses accusations.

- Que savez-vous de moi Hessler ? Je suis une chanteuse dans un cabaret, une prostituée, qui ouvre les jambes à qui la paie, oui. Peut-être ne suis-je pas que cela.

Un sourire se dessina sur les lèvres de la jeune femme, ni mystérieux ni malicieux, simple, comme si elle énonçait une vérité évidente, peut-être un peu triste, un peu nostalgique. Elle riva son regard à celui de Hessler, un brin moqueuse.

- Vous ne devriez pas juger sans connaître. Tous les militaires se ressemblent, toutes les putains cependant ne se ressemblent pas ; les femmes sont bien plus différentes entre elles que les hommes. Regardez-moi ! Ai-je seulement un point commun avec ces pies glousseuses qui ont déjà leurs mains dans les pantalons de vos amis ? Vous ressemblez à ceux-ci par bien des points, vous êtes un mâle, je l'ai déjà dit je crois... Un mâle aussi mécanique que tous les autres, aussi idiotement sûr de vous quand il n'y a aucune raison de l'être. Bien sûr que vous êtes différent, bien sûr que vous n'êtes pas un de ces stupides étalons fiers de leurs victoires qui aiment s'en rengorger, mais au final, Hessler, vous êtes tous les mêmes.

Malgré les paroles virulentes, son ton était calme, toujours aussi serein. Elle tira une nouvelle bouffée de sa cigarette, cracha la fumée et, d'un geste lent, tranquille, fit glisser sa perruque sur son crâne, dévoilant ses cheveux courts coupés comme ceux d'un garçon. Elle glissa le postiche dans la poche de son blouson, comme si de rien n'était.

Elle resta silencieuse pendant un long moment, les yeux mi-clos. Non comme si les paroles du Flieger l'avaient touchée, mais comme si, pour une fois, elle réfléchissait avant de parler. Ce fut avec un sourire en coin qu'elle poursuivit, les yeux toujours baissés, la voix rauque.

- Croyez-vous que j'aime ce que je fais, Flieger ? Croyez-vous que je sois ici parce que je l'ai désiré ?

Elle éclata de rire, un rire sans joie, amer, comme si elle ne pensait pas sincèrement qu'il pouvait le croire. Elle releva les yeux vers lui avec froideur, le regard vide de toute expression, de toute joie. Un peu comme le regard de ces hommes qui ont tué trop souvent dans leur vie pour s'émouvoir de quelques gouttes de sang, ou de quoi que ce soit d'ailleurs.

- Pour cela il est vrai, je ressemble à toutes les autres putains. Je suis ici parce qu'il l'a bien fallu, voilà tout. Et les hommes qui passent chaque soir entre mes cuisses, je ne connais ni leur nom ni leur visage, je les revois parfois, je les oublie aussitôt après. Si j'en suis fière ? Quelle catin serait fière de savoir qu'elle ne pourra jamais avoir une vie de femme, puisqu'elle est condamnée à n'être qu'amante ? Même si on me paye plus cher que les autres, même si j'ai le droit de sélectionner, je suis comme les autres, une créature des ombres à qui on a tout pris, ou presque. Mais moi au moins je ne fais de mal à personne sinon à moi-même, moi au moins je n'exécute pas bêtement les ordres d'un pays alors que je ne les comprends qu'à moitié, alors que je sais pertinemment que jamais je ne pourrai savoir tout ce que les dirigeants ont dans la tête. Ces dirigeants qui de toute manière n'hésitent jamais à écraser ceux qui les servent si ça les sert encore plus...

D'un geste presque rageur, elle jeta sa cigarette à terre et l'écrasa d'un coup de talon. Durant tout ce temps son ton était resté parfaitement calme, stoïque, bien que sa voix fût prise de curieuses vibrations qui ne semblaient pas provenir d'une émotion quelconque. Peut-être était-ce juste la cigarette.

Elle planta de nouveau son regard dans celui de Hessler, silencieuse, et poussa un profond soupir – peut-être le premier signe de faiblesse depuis le début de leur conversation. Plus calme, elle demanda tranquillement, comme si le reste de la discussion n'avait pas existé :

- Sur quel genre de dragon volez-vous, Flieger ?...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 180
Messages : 359
Âge du personnage : 31

MessageSujet: Re: Une bonne soirée en perspective [jeudi 13 mars]   Mer 4 Nov - 22:40

La répartie de la chanteuse ne se fit pas attendre. Elle était sereine, un peu sèche peut-être dans les réponses qu'elle apportait, mais elle se montra plus maligne que le lieutenant dans les réponses. Peter avait à peine levé un sourcil devant ses récriminations. Elle aussi jugeait sans savoir non ? Ses lèvres se pincèrent dans la vérité qu'elle énonçait. La guerre n'épargnait personne quand il s'agissait de réussir à vivre. Mais elle avait eu le choix non ? Elle aurait pu refusé et se trouver une autre profession ? Peut-être qu'elle aurait pu travailler plus dur pour garder sa dignité... Mais il n'était pas à sa place. Des fois, certains métiers ingrats de ce genre apportaient quelques compensations derrière des actes... déshonorants. Il gardait le silence quand elle retira la postiche, qui dévoilait vraiment son aspect physique... Les cheveux courts ne lui retiraient pas le charme qu'elle possédait, rajoutant au contraire une touche de femme rebelle et sûre d'elle dans ses propos. MAis ce n'était qu'un détail qui n'émut pas le lieutenant.

Là où elle réussit à retourner la bataille orale fut quand elle toucha à ce qui le faisait frémir... La bêtise des chefs... L'horreur et le sang versé pour leurs décisions... Le fait qu'il était soldat et qu'il obéissait à leurs ordres pour combattre jusqu'à des civils des nations ennemies pour la gloire du pays... Une chose qu'il n'avait jamais accepté et qu'il avait eu que trop tard...Le retour violent de ses propres pensées, d'une bouche d'une chanteuse. Un frisson glacial descendit dans son dos et il détourna le regard. Là elle avait parfaitement raison. Elle n'apporta pas de mal véritable elle. Si ce n'était que de briser peut-être des rêves d'alcoolique le temps d'une soirée ou encore l'amour d'une autre femme. Rien de bien mortel. Alors que lui, le Flieger, d'un tir d'arme, du passage de son dragon, de ses membres d'équipages qui tiraient et larguaient les bombes...Et comment réagir à cela. Là elle avait vraiment réussi à avoir le dessus sur lui. Il était déstabilisé. Il avait vraiment pas songer à mieux réfléchir que cela. Il était quoi... rien qu'un homme...

"Je... Je m'excuse de ces paroles. Je n'aurai jamais du vous parler comme cela"

Elle déroutait la conversation

"Je vole sur un Hirondelle"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Française
avatar

Messages RP : 18
Messages : 109
Âge du personnage : 33 ans

MessageSujet: Re: Une bonne soirée en perspective [jeudi 13 mars]   Mer 4 Nov - 23:15

Emmanuelle sourit doucement. Le fait de se sentir vainqueure avait calmé toutes ses acrimonies, elle redevenait soudain douce et souriante comme au début de la soirée, tout chiqué que cela fut. Elle accepta donc les excuses du Flieger, magnanime, en reine satisfaite de sa victoire, probablement insupportable dans sa tenue et dans son attitude apparemment très hautaine. Pourtant Emma n'en avait pas conscience, ce qu'elle avait énoncé, elle le pensait sincèrement et n'avait certes pas parlé ainsi juste pour prendre le dessus sur son interlocuteur. Bon, peut-être un peu.

- Non, vous n'auriez pas dû parler ainsi. Mais au final, moi non plus, n'est-ce-pas ?

Elle sourit doucement en s'appuyant contre un mur, dans une attitude loin d'être féminine, un soupir aux lèvres. Si elle avait pu percevoir les pensées du Leutnant quant à la possibilité qu'elle aurait eue de changer de métier, sans doute eût-elle ri jaune. Elle ne pouvait rien faire d'autre. C'était déjà un miracle que, sachant d'où elle venait, le patron de ce cabaret eût bien voulu l'engager, sous le sceau du secret. Elle était apparue comme ça, de nulle part, trois ans auparavant, avec son sale caractère et son aspect garçon : qu'aurait-elle pu faire d'autre ? Dans une petite ville comme celle-ci, la connaissance faisait beaucoup, et quand on ne connaissait personne, on ne finissait pas coiffeuse ou employée dans une métairie.

On terminait prostituée, surtout si on était incapable de retenir ses opinions comme Emmanuelle. Quelque part, elle le savait, elle avait mérité son sort. Si elle s'était rangée, si elle était restée calme et docile, elle n'aurait pas atterri là... et même probablement jamais en France.

Lorsque Hessler mentionna son dragon cependant elle ne put s'empêcher de blêmir. C'était sa faute, après tout, elle n'aurait pas dû poser une telle question, même s'il fallait bien se rattraper après ce grand discours odieux à l'encontre de son interlocuteur. Un Schwalbe. Une ombre de colère et de haine qu'elle ne put retenir passa sur son visage, bien vite effacée, peut-être même totalement invisible.

- Un Schwalbe... Ce sont de bons dragons.

Elle ne réussit pas à en dire plus, se contentant d'arborer son sourire de théâtre et de se taire, au risque de laisser paraître des choses qui auraient mieux fait d'être cachées. Sans doute était-il temps que le soldat regagnât Sarnand et qu'elle retrouvât son lit – seule ou accompagnée. Tout dépendait de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 180
Messages : 359
Âge du personnage : 31

MessageSujet: Re: Une bonne soirée en perspective [jeudi 13 mars]   Jeu 5 Nov - 0:00

Peut-être que la remarque de la chanteuse rebelle aurait pu faire sourire le lieutenant. Mais dans ces circonstances, ébranlés par le fait qu'elle avait évoqué des faits qui le transformait en assassin, ce qu'il ne voulait pas paraître malgré le fait qu'il tuait ; il était militaire donc forcément...Il ne pouvait pas se dérober sous cette vérité et cela faisait mal... Il se répugnait à lui-même. Il aurait été facile de demander à donner sa démission... Mais avec la guerre, les conflits en cours... Et son père ! Sa demande serait refusée. Et puis ce serait fuir le problème, comme le fait de garder sous silence ses convictions. De la lâcheté dans les deux sens. Oui il se répugnait... Peut-être qu'il aurait du se lâcher dans le cabaret, paraître comme tous ses collègues qui profitaient de ce qu'il trouvait ignoble... Mais il n'était pas comme cela. On ne pouvait pas se mentir à soi-même. La soirée se clôturait en beauté....Il espérait qu'il arrivait au moins à dormir ce soir après tout cela...

"La faute m'en incombe bien plus....

A la question répondue, elle affirma que les Hirondelles étaient de bons dragons. Elle était si posée comme si tout était passée. Elle avait sa victoire, normal...

"Oui, mais mal reconnus...

Il sentait bien qu'on allait pas à revenir sur le sujet de la soirée... Cela pourrait encore remuer bien des choses désagréables.

"Je vais vous laisser Fraülein. Il est temps pour moi de retourner à Sarnand..."

Au diable Lothar et les autres. Ils seront tellement soûls qu'ils se rappelleront de rien demain... Il arborait une mine lasse et adressa un salut galant à la chanteuse, avant de se diriger en direction de la rue proche. Le cabaret serait derrière lui, avec ces femmes et les militaires débauchés, se payant du bon temps en tout déshonneur. Le monde était vraiment cruel... La chanteuse était derrière lui. Il douta complètement qu'elle eut autre chose à rajouter... Sauf si elle tenait encore à profiter de sa victoire pour l'enfoncer encore plus....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Une bonne soirée en perspective [jeudi 13 mars]   

Revenir en haut Aller en bas

Une bonne soirée en perspective [jeudi 13 mars]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Die Adler :: Montreuil :: Quartier du Marais (Sud) :: Bars et cabarets-