Et pour un moment entre monture-cavalier [samedi 15 mars]


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

Et pour un moment entre monture-cavalier [samedi 15 mars]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Allemand
avatar

Messages RP : 180
Messages : 359
Âge du personnage : 31

MessageSujet: Et pour un moment entre monture-cavalier [samedi 15 mars]   Lun 20 Juil - 22:44

Enfin un moment de calme ! Entre les moments de fausses alertes et les alertes prémédités pour garder les réflexes d'éveil et de concentration rapide... Encore des généraux qui avaient encore des idées de folie ou d'exercices pour occuper les hommes... Comme s'il n'y avait pas assez de boulot à faire pour en rajouter encore ! Il faudrait qu'ils attendent un peu avant de tuer la morosité ou l'oisiveté que pourraient avec les militaires à force de se croire en sécurité dans Montreuil. La guerre était à peine terminé et l'attitude des Français n'était pas encore totalement acquise à leurs idéaux... Cela prenait du temps et même, si dans les pensées de Peter, cela ne se ferait jamais... Lui ce qu'il demandait, c'était certes faire son travail, mais qu'on le laisse tranquille après plusieurs missions assez rudes. Surtout en ce moment !

C'est soupirant qu'il arriva aux lieux où hébergeait les dragons. Il y avait bien quelques mouvements ou des aller et venues, mais le lieutenant adressait à peine un salut à ceux qu'il connaissait ou aux gradés inférieurs. Une chose lui occupait le cerveau. S'occuper de quelque chose un peu hors militaire. Et il allait voir Thuban pour cela. Quand il avait besoin de se changer les idées, il allait s'occuper de sa monture et ami. Même si avoir des liens d'amitié n'étaient guère approuvés par des officiers supérieurs qui n'avaient jamais posé leurs fesses de leur vie sur un dragon, c'était là un moment unique et détendant. Mise à part voler, il trouvait cela apaisant.

Il traversa les grottes pour arriver à son dragon. Un des hommes de son équipe le vit arriver et il partit. Il savait la raison de la présence de l'officier. Il était rare qu'un pilote s'occupe directement de l'entretien de son dragon. Et Thuban appréciait lui aussi ces moments d'attention qu'il lui accordait

"Bonjour Peter... besoin de venir te réconforter à mes côtés ? "
"Comme toujours mon beau. Comme toujours. Et cette fois, j'ai vraiment besoin de m'occuper les doigts. Au point de passer mes nerfs sur un abruti de commandant !"
"A ce point ? "
"Tu as pas idée.... Alors Thuban... Comme je viens aux petits soins pour toi, dis moi que souhaites-tu de particulier ? "
"Me baigner."
"Quoi en cette saison mais..."
"Je plaisante rhô..."

Peter soupira...

"Plaisantin ! "
"oui j'avoue"


Et sans attendre ce que le dragon avait réellement besoin, Peter attrapa un chiffon et commença à frotter en douceur derrière les crêtes maxillaires. Thuban ronronna de plaisir. Il adorait qu'on le gratte à cet endroit. Il ne pouvait pas avec ses griffes acérées, au risque de déchirer salement ses crêtes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 217
Messages : 395
Âge du personnage : 16 ans

MessageSujet: Re: Et pour un moment entre monture-cavalier [samedi 15 mars]   Mar 21 Juil - 22:54

C’était un vol prodigieux, entremêlant les chassés-croisés avec les nuages et les virevoltes avec les oiseaux. D’ailleurs Wolfgang se demandait pourquoi il y avait autant d’oiseaux autour de lui et d’Orion. Ce n’était pas si bizarre en soi, bien que les volatiles préféraient d’ordinaire éviter les dragons qui avaient une tendance assez prononcée à les manger en plein vol. Ca ne les rassasiait pas bien entendu, mais, comme les humains, ils n’étaient pas contre un petit quelque chose bouchant une dent creuse. Mais là, non, Wolfgang voyait des perroquets, des mouettes, des cachalots en train de voler autour de lui.

Là c’était étrange, un cachalot ne vole pas et il n’y a pas de perroquet autour de Sarnand, mais après tout pourquoi pas ? Et puis le soleil bleu était tout aussi logique, s’il avait envie d’être bleu, il en avait le droit non ? Parce que quand même, quelle stupidité de forcer le soleil à être jaune ! Wolfgang se dit qu’il réussirait très bien à voler en même temps que les autres animaux et il s’élança depuis son plongeoir. Il fit une magnifique parabole avant de se laisser porter par les courants aériens et par entendre ronronner. Il se tourna pour voir un chaton ailé lui suivant tout en ronronnant de plaisir.

- Oh ! Le joli minou !

Il y avait des turbulences par contre et il se mettait à bouger de plus en plus alors que le cachalot prenait la voix d’Orion et lui disait de se bouger un peu.

- Mais je vole, tu vois bien que je bouge petit cachalot volant ! Arf ! T’as vu le nuage il a le gros pif du commandant ! Trop fun, je me demande s’il y en a d’autres.

Bon, alors là, il était tombé, et ça faisait mal surtout quand on se retrouvait sur de la paille, les cheveux en bataille, un dragon à moitié mort de rire devant soi et surtout un officier en train de bichonner son propre dragon juste à coté et qui devait avoir tout entendu. Mais comme il rêvait, il n’avait pas parlé à haute voix … si ?

Un regard vers Orion, toujours aussi amusé, lui fit comprendre que si, il avait parlé à haute voix dans son sommeil. Il se redressa tant bien que mal au milieu de la paille et constata que bien entendu, il s’était mis à l’aise pour soigner Orion et ensuite pour dormir sur le dos du dragon. Donc comme par un fait exprès son pantalon d’uniforme avait disparu et sa veste également d’ailleurs, les deux devaient être sous la paille dans un état assez lamentable, mais tant pis.

Mais franchement, quoi de mal à être dans la même étable à dragon qu’un Leutnant, vêtu en tout et pour tout d’un débardeur blanc et d’un caleçon ! Rien n’interdisait aux soldats de se mettre à l’aise quand ils s’occupaient de leurs dragons non ? Et puis c’était de Wolfgang qu’on parlait, donc quand il croisa le regard de l’homme il se redressa en tentant de ne pas trébucher et lui rendit son regard avec une bonne dose de fierté.

- Leutnant ! Je vous serais gré de ne pas faire le moindre commentaire et de garder ce que vous avez entendu pour vous.

Il se retourna sans attendre la réponse et commença à farfouiller dans la paille à quatre pattes pendant que Orion ne se retenait plus et riait ouvertement.

- C’est un pilote ça ?
- Orion, ta gueule !
- Ton français est excellent avec les vulgarités c’est prodigieux …

Wolfgang ne répliqua pas et continua à chercher en espérant réellement que l’homme ne s’occuperait pas de lui. Chose assez improbable puisqu’il était connu pour adorer le règlement et tout ce qui le concernait, or trouver un courrier dans une tenue qui avait plus du pyjama que de l’uniforme, en train de dormir pendant son service de plus, n’allait pas l’aider… Mais bon, il devrait trouver un moyen pour se dédouaner non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 180
Messages : 359
Âge du personnage : 31

MessageSujet: Re: Et pour un moment entre monture-cavalier [samedi 15 mars]   Mer 22 Juil - 21:44

Peter n'était plus là comme un Flieger, comme le Leutnant qu'il était pour participer à des combats ou autres missions qui nécessitaientt sa présence avec ou sans son dragon. Il était simplement un pilote qui s'occupait de son dragon, qui se plaisait à le bichonner pour le simple plaisir de voir ses écailles de jais briller d'un noir vivace et d'entendre les grondements proche d'un ronronnement de tigre de son cher ami volant. Là il était loin des soucis, loin des ambiances faussées que donnaient en apparences les habitants de Montreuil ou du comportement arrogant de ses pairs. Juste là pour prendre soin de son dragon, qui lui permettait un doux moment d'évasion. Et par cela, l'officier comprenait le bonheure ressenti par les gens simples et plonger dans le bonheur de ne posséder qu'un cheval ou autre animaux affectueux. Leur donner du plaisir tout en les soignant, en veillant à leur bien-être... Pourquoi tout n'était pas aussi simple ? Pourquoi le monde ne tournerait-il par ce simple moment de béatitude ? Parce qu'il tournait déjà autrement...

Et quand il allait à nouveau se plonger dans ses pensées noires, il entendit une voix masculine jeune non loin de lui. Il n'y qu'à tourner la tête pour voir juste à ce moment là, un jeune garçon choir du dos de son Falken. Il leva un sourcil quand il comprit que ce pilote certes encore adolescent avait dormi sur le dos de son dragon et avait rêvé, à haute voix. Le dragon en était presque même hilare. Thuban lui aussi avait levé la tête et regardait un peu étonné la scène, avant de saisir le fait comique. Il eut un petit sourire narquois et fit semblant de regarder ailleurs, avant de fixer le jeune messager quand il s'adressa au Leutnant, d'une manière qu'il ne lui plut guère. Comment il parlait à un officier lui ? Il en gronda et une main apaisante le fit cesser. Peter estimait qu'il n'avait pas à s'emporter pour si peu.

D'un sourire un peu amusé de la situation un peu hors norme de ce pilote en tenue un peu de... d'endormi, il continua de frotter les écailles mais cette fois sur le cou de Thuban.

"Attention mon garçon, je te rappelle qu'il y a une manière de s'adresser à un officier... tu as de la chance que je ne suis pas comme certains que je connais qui profitent du moins égard, même excusable pour donner un blâme. Ce serait dommage de faire des corvées de récurage pour un réveil encore ensommeillé."


Il le regarda à peine se mettre à quatre pattes pour chercher il ne savait quoi dans la paille de la litière de son dragon, nommé Orion, d'après la réponse peu élogieuse adressée à son Falken, qui continuait encore d'en rire. Peter se retint d'en rire aussi. Le pauvre pilote devait pas avoir prévu de se ridiculiser de la sorte.

"De toute manière, qu'aurai-je à faire de ton rêve... Rien. Cela ne me regarde pas et après tout, je n'aime pas les commérages, alors moi allez en donner. Ton honneur est sauf dans ce cas...."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 217
Messages : 395
Âge du personnage : 16 ans

MessageSujet: Re: Et pour un moment entre monture-cavalier [samedi 15 mars]   Dim 26 Juil - 20:37

Wolfgang était mortifié et pour cacher la rougeur de ses joues, il s’était plongé dans la recherche de son uniforme de manière à pouvoir au moins donner un aperçu flatteur de sa personne. Il n’y avait qu’à fouiller le tas de paille sur lequel Orion s’était voluptueusement allongé. Il savait déjà que ce ne serait pas très apprécié par la majorité des autres soldats. Pas que fouiller sous un tas de paille soit particulièrement inutile ou offensant, mais surtout qu’il avait à dégager un uniforme froissé et certainement couvert de brins de paille. Mais tant pis, il se fichait de ressembler à un épouvantail si cela pouvait le sauver de la honte d’être conduit une fois de plus devant son oncle.

Il faut bien comprendre cependant que ce n’était pas d’être devant son oncle qui était honteux, c’était d’être conduit devant lui à travers le château tout entier. Donc il devait trouver son uniforme et attendre la réponse du leutnant. Elle arriva assez vite pour qu’il trouve le moyen de rougir sous la paille et qu’il ne se redresse pas immédiatement avec de la fureur sur les traits.

Franchement s’adresser plus respectueusement à un officier ! Quelle ironie du sort, c’était un simple Leutnant qui lui disait ça ! Il allait répliquer quand il se souvint qu’il avait tout de même besoin du silence de l’homme et que si jamais il s’emportait, ce silence pouvait ne pas lui être totalement acquis. Heureusement il trouva son pantalon et sa veste et il pu les enfiler pendant que l’homme reprenait et supprimait tous ses doutes.

Très bien, il s’en fichait de ce qu’il avait pu dire, ça tombait bien. Et s’il n’était pas du genre à répandre les commérages, il allait donc pouvoir entendre ce que Wolfgang avait à lui dire.

- Dans ce cas Leutnant, pourriez vous s’il vous plait vous adresser à moi en utilisant mon grade et ne pas me tutoyer. Après tout, sauf erreur manifeste de ma part, nous ne nous connaissons pas. De plus, ce n’était pas un réveil encore ensommeillé, je me reposais simplement quelques instants en compagnie de mon dragon. Vous n’êtes pas sans savoir que cela renforce les liens entre monture et cavalier.

Orion se dressa à ces mots et soupira ouvertement. Le grognement fut palpable et il eut pour effet de forcer Wolfgang à poser une main apaisante sur le dragon. Il n’avait pas besoin d’entendre ce que le dragon voulait dire, mais il savait qu’il serait totalement inutile de lui demander de se taire.

- Leutnant, veuillez pardonner mon pilote, il n’a pas encore compris que la révolte adolescente était une hérésie dans l’armée et que son comportement était des plus puérils. Mais je peux vous assurer que sous la carapace de sale gosse, se cache un cœur d’or et un enfant totalement dévoué à notre patrie.

Wolfgang s’étouffa en s’entendant traiter de sale gosse mais surtout en entendant le cœur d’or et l’enfant. Il n’aurait plus manqué qu’Orion lui dise qu’il était mignon ou adorable et sa réputation serait fichue.

- Continue à détruire mon réputation, bestiole indigne !
- Ma réputation, c’est féminin comme en allemand…
- Oui parle comme les professeurs, c’est très utile à moi.

Le dragon soupira à nouveau et poussa légèrement son pilote de la tête pour lui montrer qu’il était ridicule. Wolfgang le savait bien mais il n’allait pas le reconnaître ! Ce serait indigne de lui. Maintenant, est-ce que le leutnant savait parler français et avait donc compris le discours du jeune homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 180
Messages : 359
Âge du personnage : 31

MessageSujet: Re: Et pour un moment entre monture-cavalier [samedi 15 mars]   Lun 27 Juil - 21:29

L'adolescent avait vraiment de la chance d'être tombé sur l'officier. Oui vraiment... Car il y avait vraiment des attitudes qui ne devaient pas exister, comme de demander le tutoiement à un supérieur. Les supérieurs avaient le droit de prononcer le "vous" que s'ils le jugeaient nécessaire, mais avec un jeune subalterne... Il avait raison d'exiger cela, mais il y avait une manière plus "douce" de le demander et pas dans cette exigence là. Pourtant Peter garda le sourire

Le lieutenant avait continué à frotter le cou de son dragon qui n'arrêtait pas de fixer le jeune homme, qui répondait un peu trop au tac au tac. Avoir de la repartie était une chose, mais il fallait savoir quand et avec qui le faire. Là le jeune pilote ne connaissait pas le lieutenant et allait sans doute profiter du fait qu'il se fichait un peu de l'avoir vu dans une tenue un peu trop... peu uniformisé pour la situation en quelque sorte.

-Je pouvais difficile savoir de quel grade tu étais, vu que tu étais un peu dans une tenue...de nuit pour te reposer. Je n'ai jamais fait de rêve dans une période de repos, cela doit être un peu différent lors d'un bon sommeil je présume....Maintenant que tu portes ton uniforme, c'est différent

Il lui avait laissé le temps de s'habiller avant de lui répondre, pour ne pas mettre dans l'embarras. Le jeune Flieger devait encore apprendre à avoir un comportement plus adéquate. Il devait avoir eu des bricoles, ou alors il ne tarderait pas à en avoir. A force de marcher sur des oeufs fendillés, on finissait par les écrabouiller. Puis ce fut Orion qui essaya de dissiper le malaise, voulant détendre une atmosphère qui n'allait pourtant pas porter de préjudice à son jeune pilote. Il le défendit, voulant argumenter sur sa valeur. C'était bien là un dragon qui aimait son maître. Mais Thuban gronda.

- Vraiment ? Pourtant, il mériterait que... !
- Thuban, s'il te plaît.
- Grblml....


L'hirondelle grommela et grinça des dents. Peter le calma d'une tape affectueuse sur sa puissante encolure, écoutant avec attention les paroles échangées en français. Il allait intervenir à nouveau, prenant le dessus une fois de plus sur le gamin. Lui aussi parlait cette langue et arrivait parfaitement à la comprendre.

- Tu devrais écouter les paroles de ton dragon... Elles sont sages. Je ne connais pas comme tu me l'a fait remarqué tout à l'heure, mais avoir une réputation de forte tête ne mène jamais loin. Tu as de la chance d'être jeune encore, au contraire de certains pilotes qui....(Il se renfrogna. Il n'avait pas à parler de cela.) ont dû rendre leur service un peu plus tôt que prévu.

Il s'était renfrogné. Il n'avait pas à parler de ses convictions troublées. Cela risquait de le mener sur une pente raide et ce n'était pas vraiment le moment. Pourtant, il retrouva le sourire, autant rester sur un moment de détente. Les deux pilotes étaient venus ici non ?

- Enfin bref... Nous sommes partis sur un mauvais pied...Comme nous ne nous connaissons pas, autant commencer par la base non ? Je suis le Leutnant Hessler, Flieger de Thuban.

Ou comment virer de sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 217
Messages : 395
Âge du personnage : 16 ans

MessageSujet: Re: Et pour un moment entre monture-cavalier [samedi 15 mars]   Mer 29 Juil - 21:43

Boulet ! C’était ce que Wolfgang avait envie de dire à l’homme en face de lui. Un garçon de 16 ans avec un dragon ne pouvait être qu’un pilote de courrier et avoir son grade. Donc à moins qu’il ne soit un jeune arrivé ici par hasard ou par ruse, il était impossible qu’il soit un enfant habituel. Mais il décida de ne pas relever, c’était un officier et il pouvait le saquer si besoin était.

Il ferma les yeux pour se calmer mais les ouvrit à nouveau en l’entendant parler français, ça n’était pas du jeu si tout le monde savait parler deux langues. Il allait devoir demander à Orion d’apprendre le javanais et de lui apprendre ensuite, comme ça au moins, il serait capable de converser sans qu’on le dérange.

Il attendit la fin de l’averse verbale et il se redressa presque vivement quand l’autre se présenta. Ce n’était qu’un leutnant, pilote d’un Schwalbe et il n’avait donc rien à craindre pour le moment. Il haussa les épaules avant de se présenter en quelques mots.

- Wolfgang Abendroth, pilote d’Orion. Et je ne vois pas en quoi nous sommes partis sur de mauvais pieds.

Chassez le naturel, il revient au galop et Wolfgang, se sentant en position de presque égalité, n’allait pas se laisser marcher sur les pieds. Il se retourna vers Orion et commença à l’examiner, volontairement dos à son interlocuteur, presque insultant mais impossible à réprimander.

Orion se mis alors à parler.

- C’est agréable de pouvoir se détendre un peu, mais une véritable mission m’intéresserait. J’aimerais bien pouvoir voir d’autres lieux. Vous avez beaucoup voyagé ?

Wolfgang soupira une seconde avant de gratter une poussière imaginaire sur le flanc de son dragon. Orion avait vraisemblablement décidé une fois de plus de lui sauver la mise en parlant à sa place et en meublant la conversation d’une manière assez banale. Le jeune homme savait parfaitement ce que faisait son dragon et parfois il se demandait pouvoir le destin les avait liés. Ils avaient un caractère assez différent mais en même temps, il ne pouvait nier que la présence apaisante d’Orion était agréable.

Pour ne pas se retourner et montrer que la conversation l’intéressait sans perdre la face, il se déplaça de manière à avoir l’homme et le dragon dans sa ligne de mire tout en examinant Orion de la manière la plus attentive possible. Ce n’était pas parce qu’il se refusait à parler qu’il ne voulait pas profiter de l’expérience des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 180
Messages : 359
Âge du personnage : 31

MessageSujet: Re: Et pour un moment entre monture-cavalier [samedi 15 mars]   Jeu 30 Juil - 18:52

Certes, le lieutenant ne se montrait guère autoritaire, laissant là une ouverture pour le jeune garçon de s'y glisser et montrer que lui aussi avait son mot à dire. Mais là dans avec leur dragon respectif, ils étaient là pour se détendre. Il était certain que ce n'était l'envie qui manquait à Peter pour rappeler à ce jeune Flieger qu'il y avait plus qu'une place à respecter, que le comportement était plus important et qu'il fallait mieux savoir se taire en se mordant la langue pour retenir le sarcasme. Il n'était pas donné à tous les gosses de son âge d'approcher et de monter un dragon pour faire des missions. Certains étaient trop immatures, aux attitudes de gosses de dix ans et ne méritaient pas d'avoir une place dans les pilotes. Si celui-ci y était, c'est qu'il possédait toutes les compétences pour devenir Flieger et monter en grade, mais il pourrait finir par rester au bas de l'échelle s'il continuait de jouer les fortes têtes. Un jour ou l'autre, il s'y cassera les dents. Enfin....

Il se présenta, assez rapidement même. et il ne voyait pas pourquoi ils étaient partis du mauvais pied. Hum... Il ne le voyait pas, ou il le faisait exprès ? Forte tête jusqu'au bout. Il en avait levé un sourcil. Il retira une brindille coincée entre deux écailles de Thuban.

-Je vois... Enchanté.

Orion prit la parole, pendant que son pilote l'examinait et commençait à s'en occuper, le dos tourné. Comme s'il voulait couper la conversation, qu'il voulait en rester là. en effet, c'était là insultant. Tourner le dos à un supérieur alors qu'il n'avait fini le dialogue. Thuban entreprit de répondre aussitôt.

- Beaucoup dans le nord-est de la France, un peu en Belgique, dit-il. Mais j'espère aller dans de nouveaux coins. [/font]
- Comme Thuban, continua l'officier, mais j'ai connu la Pologne en plus.

Il se rembrunit un peu de ces souvenirs. Même s'il avait fait bon nombre de missions en plus de l'envahissement de ce pays, il en avait fait certaines qui ne méritaient pas qu'on s'en souvienne. Même lui estimait avoir fait des horreurs. Il chassa tout cela et reprit un semblant de sourire léger.

- Mis à Part Montreuil, dans quel coin avez-vous déjà volé ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 217
Messages : 395
Âge du personnage : 16 ans

MessageSujet: Re: Et pour un moment entre monture-cavalier [samedi 15 mars]   Sam 1 Aoû - 16:55

Laconique, c'était bien ce qui caractérisait le dialogue actuel. Orion n'allait certainement pas s'en satisfaire donc Wolfgang n'avait aucune raison de recommencer à parler. Surtout que son occupation actuelle, à savoir chercher les défauts inexistants de la peau épaisse de son dragon. Par exemple en ce moment au niveau de la dernière vertèbre, il y avait une tension qui pouvait provenir d'une écaille mal placée, ou bien d'un harnais encore mal adapté. Wolfgang continuait donc à chercher tous les moyens d'éliminer toute trace de tension tout en écoutant de toutes ses oreilles grandes ouvertes.

Comme il l'imaginait, Orion n'allait pas se contenter de si peu de paroles et quand il eut la possibilité de recommencer à parler, il ne s'en priva pas.

- Ca devait être assez intéressant. Nous n'avons volé que depuis l'Allemagne et ensuite un peu autour du château et de la ville. Mais pas particulièrement loin. C'est dommage d'ailleurs. J'aimerais bien pouvoir découvrir d'autres horizons. Même s'il est vrai que l'herbe n'est pas plus verte derrière la colline et qu'il vaut mieux cultiver son jardin.

Le dragon secoua la tête dans une tentative évidente de voir si sa citation avait ou non fait mouche. Ce serait tout de même étonnant qu'un soldat connaisse Voltaire, mais c'était possible après tout ! Et puis Wolfgang allait certainement comprendre de qui il parlait et cela permettrait d'élargir ses connaissances en le faisant relire les oeuvres de ce philosophe. C'est le jeune garçon d'ailleurs qui reprit la parole.

- Vous croyez qu'on aura le droit de voler un peu plus loin parce que les arbres ce n'est pas très varié comme paysage. Je ne sais même pas où va la rivière qui passe en plein centre ville. En plus on a pas tellement le droit de survoler Montreuil.

Wolfgang se remit au travail après avoir parlé et Orion se retint de soupirer ouvertement. Pourquoi son pilote ne pouvait-il pas accepter les ordres ? Mais ce n'était pas le moment de le changer, en plus il n'en avait pas envie le moins du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 180
Messages : 359
Âge du personnage : 31

MessageSujet: Re: Et pour un moment entre monture-cavalier [samedi 15 mars]   Lun 3 Aoû - 10:47

Thuban pivota sa tête pour permettre à son pilote de faire l'inspection de ses cornes et du haut de sa nuque. Peter était vraiment au petit soin pour lui et il adorait ça. Peter écoutait toujours d'une oreille attentive la discussion faite par le dragon Orion et il le regarda quand il parla d'une expression qu'il avait déjà lu dans un ouvrage dans sa prime jeunesse. Bonne famille oblige... L'éducation passait par les éléments de haute culture. Il avait un peu oublié tout cela et chercha un moment le nom de celui qui avait usé de cette phrase. Bien loin... Il avait eu d'autres préoccupation.

- Intéressant oui quand nous n'étions pas dans le cadre du contact combattif. On a pas le temps de regarder le paysage quand on doit se battre. Pour ton verte herbe, en effet, elle peut être meilleure chez soi qu'ailleurs... Je ne sais pas à qui tu fais référence, mais elle est bien placée. Avant d'aller voir ailleurs, il faut d'abord bien voir ce que nous avons prêt de nous.
- Mais à force de se retrouver toujours au même lieu c'est bon de changer.


Thuban lui ne faisait pas de référence à des auteurs philosophiques. Il était trop matériel sur les aspects. Peut-être parce que Peter ne se préoccupait pas de domaine autre que celui de la guerre et des combats. Peut-être qu'il devrait se remettre à lire un peu, cela lui changerait les idées. Ce fut ensuite le jeune pilote qui reprit la parole. Enfin, il participait à la conversation.

- Voler un peu plus loin ? Hum, il faudra voir avec tes chefs pour qu'il te lâche la bride. Tu pourrais aller en dehors de Montreuil dans le cadre d'une mission, mais c'est vrai que c'est assez calme ses derniers temps, entre l'hiver qui gèle un peu les envies de faire bouger les choses et la guerre qui est terminé...


Pour lui, il sentait que les choses étaient loin d'être terminées. Rien n'était jamais fini.

- Il faudrait voir si tu peux aller te balader dans le cadre d'un quartier libre. C'est ce que je fais avec Thuban. Pour ce qui est de voler au-dessus de la ville, oui c'est interdit. Certains civils ont l'esprit tellement tordus qu'ils pourraient croire que nous les attaquions sans raison. Les dragons les effraient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 217
Messages : 395
Âge du personnage : 16 ans

MessageSujet: Re: Et pour un moment entre monture-cavalier [samedi 15 mars]   Mar 4 Aoû - 14:02

Orion ronronnait presque sous les caresses de son pilote. Il faut dire que ce genre d’attentions était trop rare et surtout trop brève pour que le dragon puisse en profiter pleinement. Mais là, alors que la détente était possible, il appréciait réellement d’être cajolé. D’un autre côté il était encore assez jeune et contrairement à son pilote pas du tout influencé par sa puberté. Wolfgang, lui, n’aurait jamais accepté une marque d’affection ou d’amour fraternel sans grimacer ou pire, sans protester et sans se défendre contre cette atteinte à sa vertu.

Mais au moins, le dialogue était engagé et les quatre participants allaient peut-être pouvoir apprendre des choses importantes. Parce que mine de rien, Wolfgang était l’un des plus jeunes de la base et il devait encore apprendre à vivre en communauté. Oh, pas dans le sens où la communauté lui déplaisait, il y était depuis longtemps habitué, mais comme beaucoup de jeunes, il avait un peu de mal à passer de l’état où il était le plus grand et donc le plus fort à celui où il devenait le plus petit et celui que l’on écoutait absolument pas.

Il allait devoir faire ses preuves, mais il détestait ça, cette façon de devoir reprendre tout de zéro était particulièrement pénible. Orion reprit la parole quand les deux autres eurent fini de parler.

- Nos chefs, il semblent se refuser à nous envoyer, mais comme le dirait si bien Sigrun, il y a d’autres courriers disponibles pour devoir risquer un jeune à peine sorti de l’œuf.

Wolfgang sourit en entendant la remarque qui correspondait parfaitement avec ce que lui avait dit son oncle. Il y avait d’autres courriers qui étaient plus formés que lui. Mais en même temps, comment se former s’il ne pouvait voler en conditions réelles. Il détourna la tête en sentant son visage se fermer, il ne devait pas montrer sa mauvaise humeur devant un soldat plus gradé que lui. Surtout si ce soldat était en plus un pilote comme lui.

Sentant que son pilote ne parlerait pas pour l’instant, Orion reprit la parole une seconde fois pour interroger les deux autres sur leurs expériences. C’était finalement ce qui lui serait le plus utile à apprendre et comme de leur côté ils ne posaient pas de question…

- Et vous êtes allés jusqu’où ? Je n’ai vu que les montagnes et c’est déprimant, on dit que l’on peut voir la mer, j’aimerais bien un jour pour savoir à quoi ça ressemble.

Wolfgang continuait son travail de recherche d’imperfections tout en faisant en sorte de pouvoir se concentrer sur la conversation. Il ne parlait pas pour le moment, mais il finirait par se reprendre suffisamment pour participer à la discussion. Ce n’était qu’une question de temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 180
Messages : 359
Âge du personnage : 31

MessageSujet: Re: Et pour un moment entre monture-cavalier [samedi 15 mars]   Mer 5 Aoû - 20:14

Les deux pilotes se concentraient sur leur dragon respectif pour chercher des traces d'imperfection ou encore des blessures qui pourraient s'aggraver au passage du harnais. Puis Peter demanda à son dragon de lever son antérieur au plus près. Même si dans les missions, le dragon n'avait pas normalement usage de ses griffes, les avoir à taille normale et en bonne dureté étaient primordiaux. C'était un des signes premiers d'une carence alimentaire chez le reptile et pour le combat au corps à corps. Les dragons qui ne crachaient pas le feu utilisaient leur queue, leurs crocs et les griffes. Mais un pilote averti évitait l'affrontement direct, pour l'équipage que portait le dragon sur le dos.

Le lieutenant crut comprendre la frustration de son jeune collègue par la parole de son dragon.

- Les Flieger ne courent pas les rues et même si les batailles sont pour le moment terminé, il faut attendre que tombe la bonne mission. Je peux comprendre ce que c'est de ressentir cette inutilité, mais tout vient à point qui sait attendre. Bientôt, vous prendrez tous deux la voie des airs pour une petite mission. C'est vrai que nos chefs privilégient les expérimentés. Essayez de faire quelques demandes, prétextant qu'il serait temps de pouvoir avoir l'expérience nécessaire pour monter en grade. Ou cherchez un pilote qui pourrait vous chaperonner pour un vol hors de la ville.

Et Peter savait que bon nombre des siens se refuseront à avoir un "mioche" dans les pattes. Orion continua la discussion. Thuban prit la suite.

- Un peu plus loin à l'Ouest, on voit les plaines et des champs à perte de vue. La mer ? C'est à voir au moins une fois dans sa vie ! Nous l'avons vu de loin quand nous passions par la Belgique. C'est comme les plaines, mais en bleu et ça brille sous le soleil. C'est immense. C'est assez loin d'ici je crois.
-Il faut compter bien quelques bonnes journées de vol rien que pour l'aller.
- Vous en aurez un jour l'occasion de la contempler la mère.
- Ton autre patte Thuban.


Pour Wolfgang, la jeunesse le poussait à vouloir tout faire et tout voir... Il avait raison, comme tort. Mais ce n'était qu'un simple avis. Il devrait profiter de sa jeunesse que de chercher le danger et c'était là sans doute un des motifs des supérieurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 217
Messages : 395
Âge du personnage : 16 ans

MessageSujet: Re: Et pour un moment entre monture-cavalier [samedi 15 mars]   Dim 16 Aoû - 19:43

La conversation prenait un tour qui ne déplaisait pas à Wolfgang, même si certaines choses n’étaient pas ce qu’il affectionnait le plus. Il ferma les yeux en entendant dire qu’il devait réclamer, voire supplier, pour avoir des missions. Non, il ne le ferait jamais, il allait attendre et jamais il ne se mettrait en binôme avec un pilote plus expérimenté de son plein gré. Si c’était un ordre, il obéirait sans trop pester mais sinon non ! Hors de question !

Il allait reprendre la parole quand le dragon dit quelques mots. Il était moins bavard qu’Orion, mais tout de même, il avait un avis sur différentes choses, mais ne semblait pas se focaliser sur les critères esthétiques des choses. Orion fut d’ailleurs quelque peu surpris et même intrigué qu’il ne cherche pas à savoir plus de choses sur ce qu’il avait survolé. Il semblait se contenter d’énoncer des faits et n’avait visiblement pas la moindre envie de contempler quoi que ce soit. Finalement Wolfgang n’y tint plus et se mit à parler.

- En gros on ira jamais si je ne suis pas un bon soldat qui obéit aux ordres, ne prend aucune initiative et que je ne parle plus comme je le fais actuellement. Super !

Il s’adossa à la paroi et croisa les bras avec mauvaise humeur. Il n’allait certainement jamais avoir une autorisation pareille donc ne voyait pas pourquoi changer d’attitude. Il était encore furieux contre son oncle pour l’avoir privé de vol donc il allait être pénible avec tout le monde. Pas qu’il soit agréable autrement, il ne fallait pas pousser non plus, énerver les autres était si amusant. Surtout que, pour le moment, il ne risquait rien de la part de l’homme.

Orion, plus circonspect, décida d’une fois encore atténuer les propos de son pilote. Il avait ce rôle dans leur relation et cela ne le dérangeait pas le moins du monde. Peut-être parce qu’il savait, qu’au fond de lui, Wolfgang ne chercherait jamais à provoquer de manière trop évidente quelqu’un de puissant, son oncle mis à part cependant.

- Wolfgang, un peu de respect pour la hiérarchie, c’est ton imprudence qui a créé la situation actuelle. Vous comprenez, il est si jeune parfois …

La remarque lui valut un magnifique tiré de langue totalement immature mais qui faisait tant de bien que c’était suffisant. Les deux semblaient avoir momentanément oublié la présence des autres, mais ce n’était que pour quelques instants et bien vite, deux paires d’yeux se fixèrent sur leurs interlocuteurs attendant une réaction à leur moment d’égarement passager.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 180
Messages : 359
Âge du personnage : 31

MessageSujet: Re: Et pour un moment entre monture-cavalier [samedi 15 mars]   Mar 18 Aoû - 21:23

On entrait dans le comportement typique de l'enfant qui n'avait pas ce qu'il voulait et qui donc allait bouder. Ce n'était pas là le comportement mature qu'on demandait à un pilote mais il avait encore la jeunesse pour lui. Tout pouvait lui être excusé, mais si on lui avait déjà fait la remarque que pareille attitude devait être vite régler pour qu'il puisse faire un bon soldat... Il était encore loin du compte et sa tête d'ado capricieux risquait encore de lui attirer des ennuis. En tout cas c'est ce qu'il exprimait clairement en prenant son attitude de boudeur. Il avait comprit que s'il voulait avoir un peu de liberté, il devra se montrer impeccable dans l'obéissance aux ordres et ne plus à répondre comme il le faisait. En tout cas, ce n'était pas Peter qui allait le réprimander pour son comportement. Il donnait des conseils, c'était déjà pas mal.

Thuban posa sa patte quand Peter regarda le jeune flieger. Orion prit la parole pour continuer de défendre son pilote, comprenant encore le risque que le jeune garçon encourait avec un supérieur en maintenant son franc parler. Et avant même que l'officier ne réplique à tout cela, Wolfgang fit la chose la plus improbable qu'on puisse voir dans une escadrille. Comme un gamin, il tira la langue à son propre dragon, imposant un silence étrange. Pour être jeune comme l'avait souligné Orion...

Thuban émit un drôle de son, dans le genre un peu ahuri dans ce qu'il venait de voir et Peter leva sa coiffe avec son pouce en s'accoudant sur l'épaule de Thuban. Un peu surpris au début puis il se retint de rire devant cette attitude de gaminerie.

- Pas la peine d'en faire un tirage de langue mon garçon. Orion ne le mérite pas surtout qu'il s'évertue à te défendre. De toute manière, c'est pas moi qui te punirai. Tu as écouté mes conseils, c'est à toi de les prendre ou non.

Il remit sa casquette de lieutenant en place. Il n'aimait pas paraître trop négligé.

- Après tout, peut-être qu'il peut y avoir des exceptions. Il est toujours possible de t'accorder avec un pilote plus âgé pour te prodiguer quelques conseils ou des remarques pour améliorer ton vol et celui de ton dragon. Pas besoin d'attendre bien longtemps s'il y a déjà un volontaire pour te prendre sous son aile.

Thuban crut comprendre et se retint de foudroyer du regard son pilote. Quoi prendre cette... ce gamin ? Mais il rêvait là !

- Je n'ai rien de bien lourd à faire dans les prochains jours. Je peux toujours aller demander à ton supérieur de m'autoriser à te prendre avec moi et nous pourrions voler plus loin que Montreuil dans la limite des capacités de vol de nos dragons. Qu'en penses-tu ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 217
Messages : 395
Âge du personnage : 16 ans

MessageSujet: Re: Et pour un moment entre monture-cavalier [samedi 15 mars]   Mar 25 Aoû - 15:41

Un tirage de langue, qu'est ce que cela pouvait bien lui faire ! Il avait dit qu'il n'était pas en service et qu'il était assez coulant donc pourquoi lui faire une remarque là dessus. De tout façon, il n'était pas assez gradé pour être intéressant et Wolfgang n'allait pas prendre la peine de lui répondre.

En plus il continuait à parler de le mettre avec quelqu'un de plus gradé pour pouvoir progresser et devenir quelqu'un. Mais il ne voulait pas devenir quelqu'un, il voulait simplement être considéré à sa juste valeur. Ce n'était pas compliqué à comprendre ça pourtant, ne plus être pris pour un sous fifre sans avenir et sans passé. Et pourtant son oncle le connaissait, il savait ce que Wolfgang pouvait faire mais non, ce pervers sadique persistait à le priver des moyens de faire ses preuves.

Il allait finir par réellement lui mettre les points sur les i, chose doublement impossible mais bon, il le ferait mentalement devant un portrait et là il pourrait lui dire tout ce qu'il avait sur la conscience ! Ah que ça ferait du bien...

Une minute ? Il venait bien de se proposer pour être l'instructeur de Wolgang en volant loin ! Très amusant, totalement irréaliste et surtout impensable ! Il n'allait tout de même pas se taper un leutnant en vol durant dieu savait combien de temps simplement pour avoir le droit de voler un peu loin.

- C'est une proposition qui mérite réflexion, mais je crains de ne pas avoir le temps actuellement. J'ai beaucoup d'entrainements à effectuer et très peu de temps libre. C'est la dure vie d'un pilote de courrier, toujours sur la brèche.

Il n'ajouta pas "contrairement à certains" mais cela pouvait se sentir à son ton. Il n'était tout de même pas assez stupide pour le faire, il allait le laisser bien calmement mijoter et trouverait un moyen de refuser plus poliment ensuite. Car oui, il allait refuser poliment même s'il avait à l'heure actuelle envie de lui coller son poing dans la figure pour oser penser qu'ils étaient au même niveau ! Franchement ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 180
Messages : 359
Âge du personnage : 31

MessageSujet: Re: Et pour un moment entre monture-cavalier [samedi 15 mars]   Mer 26 Aoû - 23:11

Peter avait parfaitement perçu le léger ton un peu... Sarcastique ? Possible. Après tout, il avait affaire là à une jeune gamin forte tête qui n'appréciait pas l'autorité. Cela se voyait déjà depuis le début et Peter avait fait avec. Peut-être qu'il n'aurait pas dû... Mais mettre la barre trop haute ne servait pas à obtenir plus tard le consentement d'hommes durant le combat. Et puis après tout, ce garçon là n'était pas vraiment son gros soucis. Il n'était pas son supérieur direct, sinon là oui, il y a bien longtemps qu'il l'aurait remis à sa place. Sauf si Wolfgang avait vraiment eu l'idée de profiter de cette... opportunité pour dire sa façon de pensée à l'officier. Mais heureusement, il n'était pas assez fou pour le faire.

L'excuse qu'il lui sortit pour tenter de refuser cette généreuse proposition ne tenait pas debout... Il disait avoir de l'entraînement à faire et qu'il disposait que peu de temps libre ? Pourtant, il avait été là à dormir sur le dos de son dragon... Belle excuse. Il haussa les épaules.

"Qui sait, peut-être plus tard...De toute manière tu connais mon nom désormais. Ma proposition tient toujours, on ne sait jamais, si jamais tu as plus de temps libre..."

Un léger pic qui il espérait serait le retour à sa réponse, pour doucement lui rappeler dans quelle posture il l'avait retrouvé. S'il voulait jouer à cela, pas de soucis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 217
Messages : 395
Âge du personnage : 16 ans

MessageSujet: Re: Et pour un moment entre monture-cavalier [samedi 15 mars]   Ven 28 Aoû - 19:03

Wolfgang haussa un sourcil. Cet homme osait faire de l’ironie devant lui alors qu’il était particulièrement gentil avec lui ! Pourtant il pouvait bien comprendre que jamais un adolescent n’accepterait de se mettre volontairement sous les ordres de quelqu’un qui ne soit pas son supérieur direct !

Orion se décida à répondre à la place de son pilote, ce gamin allait tout faire rater dans l’accomplissement de cette journée agréable. Et si en plus il devait rattraper les bourdes de son pilote, il n’était pas prêt de voler à nouveau en sa compagnie.

- Merci pour cette proposition généreuse et si jamais nous avons assez de temps, nous accepterons avec plaisir. Sous réserve que nos supérieurs acceptent bien entendu.

Le pilote se tourna vers son dragon et haussa les épaules ensuite, si ça fonctionnait pour éviter d’avoir à faire ce que proposait l’homme, se serait exceptionnel. Et cela renforcerait l’idée de Wolfgang que son dragon était le meilleur du monde. Bon effectivement, cela faisait un peu gamin, mais puisque son comportement était puéril, autant en profiter.

Il n’ajouta rien ce n’était pas utile et il se mettrait certainement l’autre pilote à dos. Ce n’était pas dans son avantage donc il devait tout faire pour l’éviter et être le plus calme possible le temps que cette discussion soit terminée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 180
Messages : 359
Âge du personnage : 31

MessageSujet: Re: Et pour un moment entre monture-cavalier [samedi 15 mars]   Dim 30 Aoû - 22:19

Peter se demandait qui était le pilote du dragon. Orion avait un recul qui permettait d'apaiser l'atmosphère, sans doute au grand désespoir de son jeune Flieger, mais peut-être bien que le gamin devrait suivre son exemple de réflexion plutôt que de chercher à braver l'autorité, car cela Peter l'avait compris. Et puis après tout, si le gosse se refusait à voler avec quelqu'un d'autre pour le chaperonner, libre à lui de décider. Peter n'imposait pas ses idées ou ses suggestions dans ces cas-là. Ce n'était qu'un coup de main possible. Et dans la pensée que le dragon devrait remplacer le pilote, Thuban souffla presque :

- On se demande qui est le pilote là....

Il reçut un coup léger sur le cou, comprenant qu'il aurait mieux fait de se taire. Il croisa rapidement le regard du Lieutenant et fit une moue presque boudeuse, même si elle était fausse. Il connaissait suffisamment Peter pour savoir que certaines choses qui pouvaient être pourtant de l'humour ne pouvaient pas être toutes prises dans ce sens. Dommage, il y avait de quoi se marrer avec un lancement de débat de ce genre.

Peter jugea de toute manière qu'il avait fini avec son dragon.

- En effet, cela reste encore à voir avec vos supérieurs. Il faudrait en discuter avec eux. Je ne vais pas m'interférer dans votre hiérarchie. Mais si jamais vous avez vraiment envie de voler, vous saurez où me trouver.

Même si le jeune pilote lui tournait le dos pour s'occuper de son dragon, Peter souriait.

- Que le reste de cette journée vous soit agréable et à une prochaine... De toute manière à Sarnand, on peut difficilement ne pas se recroiser.

Sur ces derniers mots et après avoir échangé quelques paroles avec son dragon, qui s'allongeait en baillant sur sa litière, le lieutenant sortit des étables.

[hrp : voilà moi j'ai fini sauf si tu veux rajouter encore des éléments pour que nous continuons]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Et pour un moment entre monture-cavalier [samedi 15 mars]   

Revenir en haut Aller en bas

Et pour un moment entre monture-cavalier [samedi 15 mars]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Die Adler :: Base aérienne de Sarnand :: L'extérieur :: Les étables à dragons-