Le train de quartoze heure [21/03/1941]


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

Le train de quartoze heure [21/03/1941]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Char d'assaut chaleureux
avatar

Messages RP : 196
Messages : 1140

MessageSujet: Le train de quartoze heure [21/03/1941]   Sam 1 Aoû - 18:34

Il n'y avait pas grand monde dans la petite gare. Il faut dire que les Français ne voyageaient plus guère, surtout en cette période un peu froide. Et puis on était vendredi... qui prenait le train, un vendredi à quatorze heure, alors que tout le monde travaillait ? Des hommes d'affaire, peut être, ou des fonctionnaires en mission. Ou des Allemands. Parce qu'il y avait peu de français sur le quai quand arriva le train qui venait de Strasbourg et passerait pas Dijon, on distinguait d'autant plus fortement les uniformes gris, les casquettes vissées sur des crânes aux coupes militaires. Sur une de ces casquettes, une tête de mort luisait d'un éclat argent : on l'avait bien astiquée pour l'occasion.

L'Oberscharführer Hans Pfeffel ne l'avait évidemment pas fait lui même. Non, il avait demandé à cette petite serveuse de la rue Général Bonaparte de la lui astiquer, lorsqu'il avait fait un crochet par là bas pour manger. De toute façon, ce n'est pas l'Hauptsturmführer Siedler qui allait le lui reprocher : le type était une vraie couille molle qui, s'il ne détestait pas assez les Français, manquerait probablement pisser dans sa culotte s'il avait dû engueuler son garde du corps attitré. Mais cette fois, Pfeffel était volontaire. Il était curieux de voir qui était ce nouveau venu, Hautpsturmführer, expédié par le train de quatorze heure -ou plutôt quartoze heure quarante en comptant les retards.

L'homme faisait quelques pas, l'air de s'ennuyer. Royalement. Enfin, sans sa tête de boxer, s'aurait été royal. Enfin on entendit la locomotive, puis le crissement des freins et, enfin, le convoi s'arrêta.

Bon.
Restait plus qu'à voir, enfin, à quoi ressembler Monsieur l'Officier de la Gestapo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adler.jdrforum.com
Allemand
avatar

Messages RP : 6
Messages : 14
Âge du personnage : 32 ans

MessageSujet: Re: Le train de quartoze heure [21/03/1941]   Sam 1 Aoû - 19:45

Les yeux fermaient, la casquette sur les genoux, Erwin fut réveillé par un étrange bruit de fer... Il ouvrit un œil, puis l'autre et regarda par la fenêtre de son compartiment de première classe. Il était enfin arrivé à destination... Il se leva, s'avança vers la porte et vit son reflet dans la vitre... Il se regarda pendant quelques minutes, rajustant son uniforme et remettant sa belle casquette sur sa tête. Il était enfin prêt pour sortir!

Il parcourra le couloir du train et descendit sur le gaie. Le Capitaine de la SS était habillé de son plus belle uniforme Noir, surmonté de sa capote noire elle aussi et de ses gants en cuire. Erwin regarda autour de lui et ne vit pas grand monde...

Il marcha quelque mettre sur le gaie, se tenant très droit, le menton bien relevé, fier de sa personne l'Hauptsturmführer attendit qu'on vienne le chercher....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Char d'assaut chaleureux
avatar

Messages RP : 196
Messages : 1140

MessageSujet: Re: Le train de quartoze heure [21/03/1941]   Lun 3 Aoû - 22:43

Pfeffel aperçu l'officier plus vite que ce dernier. Il faut dire que l'inconnu ne semblait guère faire d'efforts et que le SS pensa aussitôt : en voilà un qui pète trop haut pour regarder autours de lui. C'est que, apparemment, l'autre n'allait faire aucun effort pour dégotter son guide, quant bien même il était très clairement visible au milieu de la foule.
Bon.

Hans se dirigea donc vers l'officier, le pas long et conquérant. Il se sentait chez lui à Montreuil et cela se voyait : il jetait des regards connaisseurs à la population, comme quêtant un type qui lui aurait échappé lors d'une beuverie de trop, et la population en question était prompte à s'écarter. On connaissait bien Pfeffel dans le centre ville ; le nouvel arrivant serait vite mis au courant. Arrivé devant lui, Pfeffel claqua les talons et lâcha un assez tonitruant "HEIL, HiTLER !" donc le "i" était un peu bouffé par un "h" très fortement prononcé, ce qui donnait l'impression d'un aspiration puis d'un de marteau qui fait tlère.
Ils auraient attiré tous les regards si certains n'avaient pas craint de les regarder.

Pfeffel attendait de voir la réaction de l'officier. Il savait que Siedler aurait sursauté, juste à cause du bruit balancé sans prévenir. On allait voir si ce péteux de bureau avait des nerfs du même genre ou si par chance, il n'aurait pas eu des couilles un brin plus accrochées...

[Essaie de faire quelques lignes de plus au prochain message, je te rappelle que le minimum est à dix lignes ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adler.jdrforum.com
Allemand
avatar

Messages RP : 6
Messages : 14
Âge du personnage : 32 ans

MessageSujet: Re: Le train de quartoze heure [21/03/1941]   Lun 3 Aoû - 23:13

Erwin se tenait droit comme un I sur l'un des quais de la gare. Une cigarette allumée dans la bouche, il observait les personnes présentes dans ces lieux... Il n'avait encore jamais rencontré de vrai Français, ni visité une ville Française... Le Capitaine n'avait jamais quitté sa belle Allemagne! Il se sentait un peu perdu devant ces personnes d'une autre nationalité...

Le SS avait commencé à marcher un peu sur le quai quand un homme fit son apparition et cria
"HEIL, HiTLER !"... Il leva doucement les yeux vers cet inconnu et reconnu l'uniforme SS. Il n'avait pas sursauté ni même cligné des yeux durant cette brève phrase qu'avait lancé l'inconnu SS...

Il le regarda dans les yeux... Leva son bras dans un coup sec pour répondre à son salue et le rabaissa doucement pour lui répondre d'un ton sec:


"C'est comme ca qu'on salue un officier... Oberscharführer!! Garde à vous et présentez-vous! Vous appelez cela un uniforme soigné ?! Pour qui me prenez vous ?! Pensiez vous que je suis venu comme un simple touriste ici! Je suis votre Officier supérieur et je vous demande de vous comporter comme tel!

Je veux que vous me conduisiez auprès de l'Hauptsturmführer Siedler!"


Kurtz regarda quelques minutes le SS, sentant qu'il s'attendait à tout sauf à un accueil comme celui-ci... Il reprit doucement sa cigarette en bouche et sourit. Il adorait faire ce genre de choses devant des personnes sans aucune importance pour lui...Il sentait le regard de l'Oberscharführer... Il voulait faire de lui son serviteur! Il ne voulait en aucun cas se faire marcher sur les pieds par un tel inconnu!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Char d'assaut chaleureux
avatar

Messages RP : 196
Messages : 1140

MessageSujet: Re: Le train de quartoze heure [21/03/1941]   Mer 5 Aoû - 1:10

Non mais il se prenait pour qui le cul bénit de Bavière, là ? Il voulait qu'on le renvoie bouffer ses Lederhosen les pieds d'abord ? En plus, Pfeffel ne comprenait rien à ses reproches. Son salut était règlementaire. Il se sentait même insulté. C'était bien la première fois qu'on osait lui dire sous le nez que son salut était insultant ! Le salut hitlérien en plus ! C'était suspect !
Et toc. Un point à mettre sur la liste "comment Siedler va me dégager ce con de ma vue". Et puis son uniforme, il était très bien, et puis son garde à vous, il ne pouvait pas le faire en même temps que le salut hitlérien, quant même !

Sur le visage de Pfeffel, en même temps que ces pensées, passèrent des expressions bien assorties : surprise, puis incompréhension, et un brin colère qui rendait sa figure de prolétaire un peu agressive. Il eu envie de lui cracher à la gueule que son officier supérieur s'appelait Siedler jusqu'à preuve du contraire et qu'il n'allait qu'à lui demander ce qu'il en pensait, mais Pfeffel, qui n'était pas un abruti trop profond, se demanda tout de même pourquoi l'autre se permettait d'être aussi désagréable. Si ça se trouve, on l'avait envoyé pour virer leur délicat incompétent, ce qui faisait vraiment du fou furieux... son boss.

Donc il ne dit rien, se mit au garde à vous et attendit de voir venir. Sa mâchoire était serrée, parce qu'il fallait bien qu'il se retienne de changer ses mains en poing. Mais l'autre ne disait rien. Il souriait, allumait sa clope, le narguait. Et Pfeffel attendait qu'il l'autorise à bouger un doigt de pied, sinon assurément, il allait recommencer à gueuler.
Un sadique. Un sadique chiant, même.

Par les lunettes de l'Oncle Heini*, ils allaient passer une après midi for-mi-dable !


[* Surnom de Heinrich Himmler, donné par ses hommes dans son dos.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adler.jdrforum.com
Allemand
avatar

Messages RP : 6
Messages : 14
Âge du personnage : 32 ans

MessageSujet: Re: Le train de quartoze heure [21/03/1941]   Mer 5 Aoû - 1:36

Erwin fumait tranquillement sa clope devant cet sous-officier. Il le regardait avec attention... Il n'avait pas pensé que l'Oberscharführer aurait réagi comme ca... De tous les sous-officiers que Erwin avait déjà eu sous son commandement, il venait d'être le seul à ne pas voir une lueur de peur ou autre dans les yeux. Bien au contraire! Une sorte de rage sortait de ses gros yeux!

l'Hauptsturmführer s'avança vers lui et commença à le détailler de bas en haut, n'hésitant pas à tourner autour de lui. Il avait l'air d'être un homme assez costaud et vue sa réaction, Erwin venait d'être le seul à l'avoir engueulé depuis bien longtemps! Il continua à le regarder puis dit dans un ton plutôt normal, sans rage, comme si tout ce qui s'était passé n'avait jamais eu lieu:


"Bien, bien! Vous ne vous êtes toujours pas présenté Oberscharführer! Vous avez perdu votre langue? *petit sourire narquois*.

Je suis l'Hauptsturmführer Kurtz Erwin, mais vous pouvez m'appeler Hauptsturmführer! J'ai été envoyé ici spécialement par notre cher Gruppenführer Heinrich Müller! Chef de la Gestapo.

J'ai décidé que vous alliez m'accompagner tout au long de la journée, si je fais quelque chose, vous le faites! Si je vais là, vous y allez! M'avez-vous bien compris Oberscharführer ?!

Bon bon, j'ai très mal voyagé et je me sens sale! Accompagnez-moi dans mes appartements, nous irons voir le... Commandant de la Gestapo de cette ville après! M'avez-vous compris?"


Toujours le sourire aux lèvres, Erwin fixait l'Oberscharführer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Char d'assaut chaleureux
avatar

Messages RP : 196
Messages : 1140

MessageSujet: Re: Le train de quartoze heure [21/03/1941]   Jeu 6 Aoû - 12:48

"Oberscharführer Hans Pfeffel," répondit l'homme, les muscles du dos à présent aussi crispés que ceux de la mâchoire. Il était sûr, archi archi sûr, que cet abruti d'officier faisait exprès de l'humilier. Et Pfeffel était tout aussi sûr qu'un de ces jours, le petit con allait se faire tabasser dans un coin sombre et qu'il ne saurait jamais qui avait fait le coup. Pfeffel le saurait, lui. Pfeffel savait toujours ce genre de choses. Surtout parce que souvent, il était dans le coup, sinon le commanditaire.

Et oui, il savait qui était le chef de la Gestapo. Mais les coins de la bouche de Pfeffel se soulevèrent légèrement quand l'Hauptsturmführer déclama ses soit disant lettres de noblesses. Montreuil, tout le monde savait que c'était un camp de vacance et il y avait un tas d'officiers du même grade qui avaient des zones bien plus intéressantes à surveiller. Alors soit Müller n'appréciait pas tant que ça le Fou Hurlant et voulait l'enterrer loin de lui, soit il l'aimait bien et lui offrait un lot de consolation pour lui faire plaisir et parce qu'il ne valait pas mieux, comme on l'avait très probablement fait avec Siedler.

La suite ne lui plut guère et les coins de la bouche retombèrent. D'abord parce que l'Hauptsturmführer le prenait encore pour un con, ensuite parce que schneisse, il n'était pas son larbin. Enfin, les ordres était les ordres et contredisaient les siens.

"Hauptsturmführer Kurtz, l'Hauptsturmführer Siedler m'a ordonné de vous escorter de la gare à Puisal -c'est là qu'on travaille."

Bon, après, il faisait ce qu'il voulait, mais c'était pas à Pfeffel qu'il faudrait s'en prendre s'ils se faisaient engueuler en arrivant en retard...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adler.jdrforum.com
Allemand
avatar

Messages RP : 6
Messages : 14
Âge du personnage : 32 ans

MessageSujet: Re: Le train de quartoze heure [21/03/1941]   Sam 8 Aoû - 4:04

Sur le coup des paroles de Hans, Erwin sentit une colère monter en lui! Comment un simple sous officier pouvait-il presque lui donner un ordre ? Cet Oberscharführer ne lui avait en quelques sortes pas laissé le choix! Il devait l'amener au plus vite auprès de ce Capitaine de malheur...

Erwin s'avança d'un air sévère vers Pfeffel et allait ouvrir la bouche pour de nouveau lui crier dessus, quand son regard fut attiré vers une ravissante et belle jeune blonde passant près de lui... Il la fixa dans les yeux, lui faisant son plus beau sourire et la regarda partir comme une princesse... Sa colère avait disparue, non de non, les femmes le rendaient fou! Depuis quand n'avait-il plus parlé seul à seul avec une belle jeune dame ? 15 jours ? Trois semaines ? Hum... Il devait au plus vite trouver de nouvelles proies dans ce village... C'était l'une des seules choses, en plus de son travail, qui pouvaient faire de lui un homme heureux!

Hauptsturmführer se retourna de nouveau vers Hans et le regarda. Il lui répondit d'un ton plutôt calme:


"Bon, si l'Hauptsturmführer Siedler vous a ordonné de m'accompagner au plus vite auprès de lui, nous le ferons! J'aurais tant aimé changer d'uniforme et me faire une petite toilette avant de me présenter à lui... Enfin!

Oberscharführer Hans Pfeffel prenez mes valises et conduisez moi auprès de lui je vous pris!"


[Désolé d'avoir répondu quelques jours après, mais j'ai eu beaucoup de travail dans mon boulot et je n'avais pas trop la tête a venir écrire un peu après... J'étais vraiment fatigué... ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 238
Messages : 469
Âge du personnage : 31 ans

MessageSujet: Re: Le train de quartoze heure [21/03/1941]   Dim 9 Aoû - 16:23

[Suite là !]
_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Le train de quartoze heure [21/03/1941]   

Revenir en haut Aller en bas

Le train de quartoze heure [21/03/1941]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Die Adler :: Montreuil :: Centre ville :: Place de l'Oiseleur-