Juste un passage... (mardi 1er avril)


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

Juste un passage... (mardi 1er avril)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Allemand
avatar

Messages RP : 180
Messages : 359
Âge du personnage : 31

MessageSujet: Juste un passage... (mardi 1er avril)   Ven 28 Aoû - 20:48

Et encore une soirée qui passa pour cette journée soi-disante printanière... Un jour de printemps qui n'était pas vraiment fleural. Les arbres n'avaient pas fleuries, comme si les fleurs nouvelles de la saison nouvelle frissonnaient d'éclore dans le vent encore frais. Et en plus, il pleuvait.... Giboulées de mars... Saleté de pluie ! Et quelle idée encore de passer dans ce quartier ! Pour faire de la visite qu'il avait eu en tête au début, avant de se prendre une saucée dans la figure. Heureusement qu'il avait son imperméable en cuir, mais être quand même sous la pluie, ce n'était pas agréable. Heureusement qu'elle n'avait pas duré longtemps.

Donc après être passé par un petit recoin pour une partie de cartes avec des "amis" officiers. Il avait décidé de faire un petit détour du centre-ville par le Quartier St-Paul. Il rattraperait ensuite pour retourner à Sarnand par le dernier pont accessible dans la ville... Il avait besoin de marcher un peu pour grommeler dans son coin. Au vue des derniers évènements...

Il y avait eu quelques faits durant la fin du mois de mars... La guerre n'était pas terminé en dehors de la France, et bien entendu, en mal de pouvoir un peu bougé, Peter avait essayé de se faire muter de Montreuil pour partir là où ça bougeait pour combattre à nouveau. Il avait l'impression depuis quelques temps de s'encroûter et il avait espéré partir là où les Forces Allemandes avaient besoins d'effectifs. Et malheureusement, comme il s'y était un peu attendu, sa demande de mutation avait été refusée. Juste où au lendemain on apprenait l'invasion de la Yougoslavie. La chance ne jouait pas en sa faveur. Là où il aurait pu encore avoir la chance de montrer ses capacités de combattants, comme il s'était illustré auparavant. Il s'était plus qu'énervé quand il avait appris que le refus de sa demande avait eu pour influence la décision de son père. Celui-là alors quand il s'en mêlait ! Ce dernier ne digérait toujours pas la chance que le lieutenant Hessler aurait pu avoir pour se retrouver dans les plus hautes sphères... Mais bref... Ce qui était fait était fait....

Il avait donc besoin d'aller se calmer un peu en marchant, ce qu'il faisait depuis quelques jours à chaque fois que cette frustration lui revenait en tête. Il s'arrêta d'ailleurs au bord du cours d'eau, un peu avant le pont du 11 novembre. Ironie que d'appeler un pont le nom d'une défaite allemande alors que la France s'était inclinée devant elle récemment... Il pourrait en sourire mais là, il n'en avait guère envie...

Il sortit une cigarette de son paquet et l'alluma, avant de remonter le col de son imperméable. Il ne pleuvait presque plus, juste une sorte de bruine un peu trop rafraîchissante...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français
avatar

Messages RP : 6
Messages : 17
Âge du personnage : 29 ans

MessageSujet: Re: Juste un passage... (mardi 1er avril)   Sam 29 Aoû - 11:58

Liev était plus que de mauvaise humeur. La pluie. Ce n'était pas le fait qui pleuve mais plutôt le fait qu'il ait laissé la fenêtre de sa chambre ouverte et que le livre posé sur sa table de nuit était devenu illisible et mou. Il lui restait une centaine de pages. Il était plus que temps de sortir découvrir plus en détail Montreuil, et en profiter pour trouver une librairie. Une balade s'imposait. Liev enfila son blouson de cuir et sortit. Son appartement était au sud-est du quatier Saint-Paul. Il comptait le remonter, prendre le pont du 11 Novembre, descendre le quartier bourgeois, retraverser au pont de Sarnand, et rejoindre son appartement en passant par le quartier du Marais et le centre-ville.
Probablement à cause de la pluie, les rues étaient pratiquement désertes. Lorsqu'il s'engagea sur le pont du 11 Novembre il vit un homme en imperméable, en train de fumer. Liev n'avait pas envie de changer de trottoir, il allait donc le croiser. Il ne pleuvait presque plus. Pour ne pas bousculer l'homme, il descendit sur la route à son niveau. Evidemment il a fallu que ce soit au seul endroit de la route où il y avait une flaque d'eau. L'homme fut éclaboussé et l'eau, pas des plus propre, souilla allégrement son pantalon. Pour sa première sortie en ville, il fallait qu'il s'attire des ennuis.

- Je suis désolé, je n'avais pas vu la flaque.

Avec son pantalon trempé, l'homme avait l'air idiot. Liev aussi était mouillé, mais ça se voyait beaucoup moins. Il s'efforça de camoufler un sourire. C'était dommage, parce que l'imperméable de l'homme avait relativement bien protéger son pantalon de la pluie. Au moment même où la pluie s'arrêtait. De plus, la fraicheur du soir ajoutée à une petite brise donnait une désagréable impression froid et d'humidité. Liev espérait seulement que l'homme n'allait pas trop raler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 1
Messages : 14
Âge du personnage : 26 ans

MessageSujet: Re: Juste un passage... (mardi 1er avril)   Sam 29 Aoû - 15:27

Une fois de plus, Pluton, Porta et Gregor Martin avaient été désignés par l'Oberfeldwebel Meier pour être de patrouille cette nuit pluvieuse du premier Avril. Les trois soldats allemands partirent a la tombée de la nuit de Sarnand et arrivèrent a la garnison de Montreuil peu après pour n'attendre que quelques minutes avant de partir en ville, relevant la première patrouille, tandis que la seconde était aussi relevée par trois autres kameraden de Sarnand a qui ce pourri de Meier n'avait pas laissé le choix.
Pluton avait été désigné, en tant que plus haut gradé des trois pour être le chef de patrouille, mais cela, ils s'en contrefichaient tous les trois. Cela serait important seulement pour le rapport face au Leutnant Ohlsen ou si ils rencontraient un supérieur dans les rues froides et humides de Montreuil, ce qui serait peu probable. Pluton en tête, les trois fantassins marchaient leurs Karabiner98 a l'épaule et le calot sur la tête, un peu penché sur le côté de façon peu réglementaire. Seul Gregor Martin, simple Oberschutze, portait son casque, mais non attaché. Ils fumaient sans vraiment se soucier de ce qu'il se passait, de toute façon il n'y avait personne, il pleuvait et le couvre-feu n'allait pas tarder. Les trois soldats discutaient dans leur langue natale.


- C'est pas possible autrement, cette peau d'vache de Meier ne peut pas nous voir en peinture!
- Ouais Pluton. Il a quelque chose contre les Gefreiter, qui sont pourtant la colonne vertebrale de la Wehrmacht.
Renchérit Porta tout en tendant une gourde de Schnaps a Pluton.
- Il ne peut pas nous supporter, Porta, je suis sur qu'il s'est juré de m'envoyer croupir dans la prison de Torgau, ce salopard. Continua Gustav tout en avalant une gorgée de cette eau de vie.
- Pour sur. Mais t'es fais pour aller crever la-bas. Rigola ironiquement Porta tout en désignant un homme dans la rue allant en direction du pont. Tiens, y'a un mangeur de grenouilles qui va vers le pont. Qu'il se dépêche de rentrer dans sa bicoque, j'ai pas envie de perdre la soirée a amener un prisonnier!
- Oui, mais regarde vers qui il va, un Officier, on va devoir faire des courbettes a une râclure d'Officier encore. Et p't'être un SD ou Gestapo...


Les trois soldats commencèrent a passer le pont derrière le français, mais sur l'autre trottoir quand, celui-ci éclaboussa l'Officier en passant sur la route. Voyant cela, les soldats savaient qu'ils devaient passer de l'autre côté, ce qui ne leur faisait pas spécialement plaisir. Porta rangea la gourde sous sa veste et jeta la cigarette a l'opium par terre. Gregor l'écrasa tout en étaignant rapidement la sienne pour la mettre dans une poche de poitrine. Eicken avancait lui sans se soucier de cela, laissant paraître une légère barbe hirsute de deux ou trois jours, un mégot allumé, un col de veste non attaché et un calot placé non réglementairement sur sa tête alors qu'en plus, il devait porter le casque. Casque que Porta mit décrocha pour mettre, cachant son calot sous celui-ci.

Arrivé rapidement de l'autre côté, l'homme s'excusait a l'homme en imperméable, qui n'était autre qu'un Leutnant. Les trois soldats s'arrêtèrent derrière la francais et firent claquer leurs talons tout en saluant fermement a la bordure du casque... enfin du front pour Gustav.


- L'Obergefreiter Gustav Eicken en charge de cette patrouille signale au Leutnant qu'il vient voir si tout va bien avec ce civil.

Gustav fit claquer son bras le long de son corps en le rabaissant et regardait l'Officier ainsi que le francais, qui s'était retourné en entendant le bruit des bottes de cuir s'entrechoquant, d'un air neutre et froid.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 180
Messages : 359
Âge du personnage : 31

MessageSujet: Re: Juste un passage... (mardi 1er avril)   Lun 31 Aoû - 0:00

Déjà que l'humeur comme le début de soirée était morose, il fallait en plus de ce sale temps que se rajoute encore de l'imprévu. Normalement de nuit, surtout à cette température là et avec cette satané pluie qui trempait bien, il ne devrait même pas y avoir un chat, si ce n'était qu'un officier assez fou pour prendre encore l'air pour se détendre les méninges de ce qu'il avait eu comme retour de demande écrite. Il grommelait encore malgré sa cigarette en bouche avant d'entendre des pas annonçant la venue d'une personne, civil à ce qu'il put entrevoir avant qu'elle ne passe devant lui pour descendre du trottoir et de mettre le pied malencontreux dans une flaque d'eau assez profond... Malencontreux... C'était surtout que la pose de ce même pied fut assez forte, sans doute surpris par la profondeur de cette même flaque pour que les deux individus soient bien éclaboussés.

Peter fut surpris et recula par réflexe devant la giclure d'eau qui lui tomba dessus. Une partie de son imperméable protégea le pantalon mais forcément en reculant, les pans s'étaient un peu ouvert, mouillant ce qui devait être mouillé.

"Nom de....!"

Forcément prononcé un peu à la surprise et dans la forte prononciation allemande... Peter, toujours la cigarette entre ses lèvres, fixa au début l'individu d'un regard surpris, avant de commencer à sentir l'eau se glisser le long du tissu pour pénétrer dans l'intérieur de ses bottes.

*Vraiment ma chance, pour clôturer cette journée !*

Il aurait tout pour s'énerver complètement contre cet homme. Heureusement qu'il n'avait pas de ces pantalons bouffants si... martiaux qu'affectionnaient les autres officiers quand ils faisaient des sorties en ville en uniforme normal. Le tissu de ces pantalons là étaient plus fins, mais cela ne l'empêchera pas de faire du floc floc en rentrant maintenant.

- C'est malin....

Il allait répliquer et demander ce que faisait un civil dans le coin malgré la nuit tombante quand une patrouille arriva... Encore sa veine. Il les regarda arrivés et se présenter comme il se devait devant un officier. Trois des soldats se placèrent derrière l'inconnu. Le chef de patrouille se présenta, d'une manière assez martiale comme s'il sortait de ses classes. Même si les gradés inférieurs devaient se présenter, Peter aimait la simplicité.

- Comme vous pouvez le voir Obergefreiter Eicken, tout se passe bien, j'allais juste lui demander ce qu'il faisait là....

Il reprit en français.

- C'est pas un bon temps pour se balader je crois....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français
avatar

Messages RP : 6
Messages : 17
Âge du personnage : 29 ans

MessageSujet: Re: Juste un passage... (mardi 1er avril)   Lun 31 Aoû - 10:31

Et merde. Un allemand. Et un leutnant en plus. Il fallait que le seul type dehors à cette heure là et sous la pluie, soit un officier allemand. Sans cette pluie, il n'aurait pas eu d'imperméable et il aurait pu voir son uniforme. Mais non. En plus il y avait trois soldats qui venaient d'arriver. Liev se décala pour tous les avoir dans son champ de vision. Voilà, on sort dans la rue et quatre allemands vous tombe dessus, saleporie de nazis. Maintenant il allait devoir expliquer qu'est-ce qu'il faisait dehors, à cette heure là, et par ce temps. Et il n'avait pas interêt à trop faire le malin, parce que à quatre contre un, il ne pouvait ni s'enfuir, ni se débattre si ça tournait mal. Il allait devoir se la jouer gentil petit civil. Quelle soirée de merde.

- J'étais de mauvaise humeur, et pour me détendre je suis sorti prendre l'air. Le froid ne me gêne pas, et la pluie pas trop non plus. Pour votre pantalon je suis navré.

Liev espèrait que sa réponse leur suffirait et qui le laisseraient tranquille, mais avec ces gens là, on ne peut être certains de rien. Il regardait le leutnant dans les yeux pour ne pas rire de son ait idiot dans son pantalon trempé, et surtout, ne voulait pas pas qu'il marche avant qu'il soit tiré d'affaire pour ne pas entendre le couiquement de ses bottes. Si il riait au nez d'un officier allemand, ça allait mal se terminer pour lui.

Le vent se leva un peu plus, et le froid s'engouffra dans les vêtements. Le leutnant, bien mouillé, devait très bien le sentir. Liev sourit à cette idée, mais se ravisa quand il vit que ce-dernier le fixait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 180
Messages : 359
Âge du personnage : 31

MessageSujet: Re: Juste un passage... (mardi 1er avril)   Sam 12 Sep - 15:59

[HRJ : désolé du retard, je me charge de répondre après à l'un de vous de deux de prendre la suite ^^]

Le Lieutenant avait brièvement regardé Eicken. Celui-ci était par rapport à ces autres hommes un peu dépenaillé... Même dans la pénombre, il pouvait voir sa tenue débraillée et il crut même voir sa barbe un peu mal rasée... Comme il le pensait, il y avait bien du laisser-aller. Comment le supérieur de cette troupe là pouvait tolérer un tel comportement ? On était militaire même si le fait de stationner dans cette ville était comme des vacances. La guerre était encore présente, même si elle ne se déroulait plus en France... Les civils devaient voir des soldats présents pour l'occupation, toujours prêt à agir si cela débordait, mais quand on voyait le chef de groupe, un homme moyen pourrait penser voir que la si puissante armée allemande n'était qu'un ramassis de pouileux... Comme arriver à se faire respecter si on donnait une image peu adéquate... Peter n'était pas dans l'optique de faire de la répression, mais quand on portait l'uniforme, on devait le respecter... enfin pour presque tout....

Il tira un peu de son mégôt, parlant en allemand à Gustav :

"Vous avez raté le rasage du matin Obergefreiter ? Ainsi que d'autre chose on dirait..."

Il regarda à nouveau le civil quand celui-ci termina de donner son explication... Prendre l'air quand on était énervé. Certes... Mais il savait comme tous les habitants de Montreuil qu'il y avait le couvre-feu...

"Pourtant, vous n'êtes pas sensé ignoré le couvre-feu...."

Là son excuse pourrait être potable, mais il aurait pu se contenter de passer la tête par une fenêtre plutôt que prendre l'idée d'aler se balader ici et là... Surtout quand un Officier prenait lui aussi l'air et quand une patrouille croisait dans les environs...

"Je vais vous demander de nous suivre, pour que nous vérifions votre identité. Après j'aviserai..."

Il n'avait pas passé le léger petit détail du civil qui s'était un peu décalé pour avoir les allemands de la troupe dans son champ de vision...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français
avatar

Messages RP : 6
Messages : 17
Âge du personnage : 29 ans

MessageSujet: Re: Juste un passage... (mardi 1er avril)   Jeu 24 Sep - 18:29

[HRP : je poste donc pour ne pas que le jeu soit trop longtemps bloqué]




Liev allait devoir suivre le leutnant. A priori, il ne risquait rien si il ne s'agit que d'un contrôle d'indentité, mais on ne peut être sûr de rien. Il n'aurait pas dû être dehors à cette heure là. Celui qui lui avait loué son appartement lui avait bien dit. De plus, il ne devait pas se faire remarquer. Mais plus inquiétant, si Liev entend le couiquement des bottes du leutnant, il rirait et ça, il fallait absolument l'éviter. Le leutnant était énervé et il risquerait de prendre des sanctions. Si ça tourne mal, Liev ne pourrait rien faire.

- Hem... daccord. Je vous suis. Encore désolé pour votre pantalon...

C'est alors que Liev regarda malencontreusement le pantalon du Leutnant et vit avec horreur qu'en reculant, l'imperméable n'avait pu protéger son entrejambe. Liev s'esclaffa, puis réalisa. Merde. Il espérait qu'ils ne le frapperaient pas trop fort et qu'au pire il passerait quelques heures au frais. Tant que la haute hiérarchie ne serait pas au courant, il pourrait s'en sortir convenablement. Liev doutait que le leutnant raconte sa ridicule mésaventure à ses supérieurs. Pour le moment, il attendait simplement les coups. La fuite serait pire en conséquence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 180
Messages : 359
Âge du personnage : 31

MessageSujet: Re: Juste un passage... (mardi 1er avril)   Mar 29 Sep - 20:42

Le civil avait de la chance, beaucoup de chance... Le lieutenant n'était pas trop du genre à s'emporter pour un banal accident. Là où il aurait eu de quoi ronchonner aurait été pour le fait d'une d'être mouillée, par le temps qui ne s'y prêtait guère et surtout, d'avoir croisé la route d'un individu qui aurait dû respecter le couvre-feu. Certains restaient un peu longtemps à l'ombre pour ce fait. Trouver l'excuse qu'il avait besoin de prendre l'air pouvait passer difficilement. Peter ne pouvait pas laisser passer ce genre d'acte, même s'il n'y avait rien de vraiment grave. Les règles s'appliquaient pour tous. Avec de la chance, cela ne durerait que moins d'une heure et le Français serait reconduit chez lui en toute sérénité. Juste le temps de vérifier qu'il n'avait pas d'avis de recherche sur la tête. Du moins, c'était à espérer que ce n'était pas le cas. Ce serait encore de la paperasse à faire et il ne serait pas coucher. Il ne laissera pas vraiment la place à la gestapo pour l'interrogatoire. Lui aussi tenait à avoir sa part de boulot dans ce cadre-là ; même si il n'en était pas enchanté. Maisi il était militaire, officier ! On ne se dérobait pas sous la tâche qui tombe sur les épaules.

Il tira un peu sur sa cigarette avant de la jeter dans le caniveau humide

Il oublia passablement la tenue un peu trop... peu réglementaire du chef de groupe et lui ordonna en allemand d'encadrer avec ses hommes le civil. Chose faite, direction le post. Le lieutenant commença à marcher aux côtés du groupe armé qui commença à prendre une allure normale et guère silencieuse pour aller au poste. D'un oeil attentif, il regarda le Français... Manquait plus que cela... Qu'il s'excuse plutôt de devoir lui faire remplir encore un rapport ; qui attendra que le civil soit relâché... Il chercha son paquet de cigarette et passa la main sur son lüger... On en avait jamais trop besoin si jamais des soucis arrivaient. L'arme de poing était armée, chargée et prête à faire feu au besoin. Il n'aurait qu'à baisser la sécurité... Mais avant d'en arriver là, il faudrait être fou pour tenter la fuite. Dans ce cas, le civil n'aurait pas bonne conscience...

Dans la pénombre des rues silencieuses, on pouvait entendre le claquement des bottes des soldats et de l'officier sur le pavé. Peter s'alluma une seconde cigarette.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français
avatar

Messages RP : 6
Messages : 17
Âge du personnage : 29 ans

MessageSujet: Re: Juste un passage... (mardi 1er avril)   Ven 2 Oct - 17:47

Le vent était tombé et le groupe avança dans les rues, troublant le calme silencieux de la nuit. Personne ne parlait, même pas la patrouille, probablement à cause de la présence de l'officier. Ils n'avaient pas l'air très intelligent. Mais bon après tout c'était des soldats.

Liev avait beaucoup de chance. Avec d'autres il aurait pu finir roué de coups dans un caniveau pour ce qu'il a fait. Apparemment il allait s'en tirer, d'ici quelques heures, surement de simples formalitées. Et puis de toute façon il n'avait pas le choix, fuir serait mourir, ou interrogé par la gestapo. La gestapo. Liev espérait sincérement qu'il n'y aurait pas de membres de la gestapo au poste car devant ses pourritures de nazis il aurait plus de mal à se controler qu'avec de simples militaires. Et surtout, s'il s'importait contre eux, et qu'ils le mettent au frais, ils ne se priveraient surement pas de contreler son appartement et il y a des choses qu'il ne vaudrait mieux pas qu'elles soient découvertes. En attendant, ils continuaient de marcher dans la nuit.

Après quelques minutes sur les pavés montrois, le poste apparut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 180
Messages : 359
Âge du personnage : 31

MessageSujet: Re: Juste un passage... (mardi 1er avril)   Dim 4 Oct - 23:52

Le chemin pour rejoindre le poste avait été rapide, car il s'était trouvé non loin de la position de l'officier, avant que celui-ci ne se fasse accidentellement arrosé. Le pantalon encore trempé, Peter maugréait intérieurement de pas pouvoir se changer... S'occuper de cet homme là d'abord, après il serait tranquille... Une fois le rapport écrit. Et dans ce début de soirée, il n'était pas encore couché. Il cessa d'y songer, ne voulant pas être de mauvaise humeur. En fait, il l'était déjà un peu, mais il ne voulait pas en rajouter une couche. Et heureusement que le poste était à portée de de jambe.

Le groupe armé pénétra dans l'enceinte et toujours suivi de l'officier. Une fois dans une pièce centrale où on pouvait y voir quelques têtes se redresser derrière un ou deux bureaux, ou encore des visages de soldats attendant de partir en patrouille, Peter ordonna aux soldats qui l'avaient accompagné de le laisser avec le civil. Il ordonna qu'un seul serve d'escorte pour le civil.

Peter demanda en allemand toujours à ce qu'on lui trouve les informations relatives au Français, c'est à dire s'il n'était pas recherché, ce genre de choses...Le lieutenant se dirigea vers une porte de bureau et l'ouvrit, y pénétrant. Le soldat en garde du civil lui fit comprendre d'aller rejoindre cette pièce là, d'un "gentil" coup de crosse sur une épaule. Pas fort, juste de quoi le faire avancer en somme. Bientôt, la porte se referma.

A l'intérieur, un bureau austère, éclairée lui-même par une lampe austère, qui ne diffusait qu'un pâle rayon conique de lumière, rendant le reste de la salle sombre et ténébreux. De quoi mettre un peu la pression. L'officier avait déjà retiré son manteau, accroché sur un porte-manteau et s'était allumé une nouvelle cigarette. Sa coiffe sur la table, il attendait que le garde se place à côté de la porte. Non pas que Peter n'avait pas la crainte de voir le civil lui tomber dessus, non. Mais cela faisait parti des procédures. De plus, le garde qu'il avait choisi ne parlait pas français.

"Asseyez-vous...."

Il tira un peu sur sa cigarette.

"Bien, nous allons pouvoir récapituler... Que faisiez-vous dehors alors que c'était le couvre-feu ? Si vous avez des papiers d'identité, mettez les sur la table..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français
avatar

Messages RP : 6
Messages : 17
Âge du personnage : 29 ans

MessageSujet: Re: Juste un passage... (mardi 1er avril)   Lun 5 Oct - 14:13

Liev n'avait pas vu de gestapistes et c'était tant mieux. Il y avait peu de monde au poste et son arrivée se fit à peine remarquer. L'officier accrocha son manteau dans le bureau et celui-ci gouttait sur le sol.

Liev se disait qu'avec son pantalon trempé, l'officer devait être très mal à l'aise assis sur sa chaise. La pièce n'était pas agréable et même légèrement angoissante. Probablement pour déstabiliser ceux qui viennent s'y faire interroger.

L'officier redemanda à Liev qu'est-ce qu'il faisait dehors et de lui donner ses papiers d'identité. Evidemment, il ne les avait pas puisqu'il était simplement sorti prendre l'air après avoir constaté que son livre était devenu illisible. Liev avait en effet laissé ouverte la fenêtre de sa chambre et la pluie avait rendu son livre aussi gorgé d'eau que la chaussette de l'officier. Peut-être était-ce risqué d'employer une telle comparaison mais Liev tentait de détendre l'atmosphère. Il s'excusa à nouveau.

Il commençait à avoir faim et son ventre gargouilla.


Dernière édition par Liev Balianov le Mar 13 Oct - 18:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Char d'assaut chaleureux
avatar

Messages RP : 196
Messages : 1140

MessageSujet: Re: Juste un passage... (mardi 1er avril)   Dim 11 Oct - 20:33

[Bon, j'ai pas trop compris si c'était un poste de police ou une caserne de soldats, donc j'ai considéré que c'était un poste de police.]



Commissaire Alban Mercoul

Alban Mercoul était jeune et travailleur. Trop, sans doute, car sa femme le lui reprochait de plus en plus souvent : Pourquoi es-tu toujours au travail, pourquoi rentres-tu si tard, où étais-tu, les délinquants ne peuvent-ils attendre demain matin ? Mais le jeune commissaire Mercoul était du genre à faire du zèle, comme s'il craignait que chaque moment d'absence cause une catastrophe juridique dans sa bien aimée circonscription de St-Paul.

Il n'avait pas tout à fait tord car, quand un de ses subordonnés frappa à sa porte en déclarant qu'un type allemand venait d'entrer avec un type français et de s'installer dans un bureau, Mercoul compris qu'il avait eu raison. En se levant de son bureau il demanda des détails et pourquoi, foutre ! l'Allemand n'avait pas daigné lui demander s'il pouvait utiliser ses locaux ?
Il passa devant la patrouilles de boches sans les regarder, frappa à la porte et entra immédiatement. Il nota avec soulagement (et une certaine surprise) que l'uniforme était bleu de gris, avec un col de costume décoré de patches jaunes. Luftwaffe. Qu'est-ce qu'un boche de la Luftwaffe venait faire dans son commissariat ?

"Bonjour, monsieur ! Je suis le commissaire Mercoul, responsable des lieux. Puis-je savoir ce qui nous vaut le plaisir de votre présence ? Je croyais que Montreuil était sous la responsabilité de la Gestapo et de la Wehrmacht, cela m'étonne de voir un officier de la Luftwaffe ici."

Il n'avait pas l'air très heureux de le voir, mais Mercoul s'en foutait. St-Paul c'était son quartier de merde, avec ses communistes et ses espagnols et ses juifs de merde. Les Allemands, il était toujours bien content de les aider si ça pouvait rétablir l'ordre, mais l'ordre exigeait des formes. Et ça c'était pas dans les formes. Est-ce qu'il avait des ordres ? Il le lui demanderait s'il ne s'expliquait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adler.jdrforum.com
Allemand
avatar

Messages RP : 180
Messages : 359
Âge du personnage : 31

MessageSujet: Re: Juste un passage... (mardi 1er avril)   Sam 17 Oct - 14:48

Peter était renfrogné intérieurement. Il aurait voulu rentrer chez lui, changer de pantalon et terminer d'écrire les rapports qu'il avait encore à faire. Il avait beau être un Flieger, il y avait quelques tâches à faire, à savoir gratter des papiers pour les comptes-rendus de vol, la raison du pourquoi du comment d'un membre d'équipage blessé durant le service. Tout était mis sous papier pour garder les traces et revenir dans les archives si besoin. Et ce soir, il avait fallu qu'il croise la route d'un civil qui défiait le couvre-feu et dans sa morosité de manque d'action, le Flieger avait pris pour lui de l'interroger. Maintenant, il se demandait vraiment pourquoi il le faisait ! Il devait vraiment s'ennuyer pour ne pas prendre en considération que ce n'était pas là son boulot. Il aurait du mener ce civil à ce poste et le laisser aux dents des policiers et des membres de la question mutés ici. Mais bref...

Le civil informa le lieutenant qu'il n'avait pas ses papiers sur lui. Cela commençait bien. Et quand on toqua à la porte, Peter eut le temps de lever la tête en direction de la porte qui s'ouvrait déjà pour laisser la place à un jeune homme, visiblement peu heureux de voir la présence d'un allemand dans ses locaux. Normale comme réaction quand un lieutenant passait directement dans ses locaux pour disposer des lieux comme si tout était normale. Le Lieutenant devait bien reconnaître qu'il n'avait pas "rendu-compte". Même s'il détestait certaines attitudes, il y avait des choses dont il n'avait pas à se justifier, mais il s'était mis en porte à faux tout seul. Un membre de la Luftwaffe n'avait pas sa place ici. Bien entendu, il n'allait pas dire "excusez-moi, c'était pour passer le temps". Et encore moins à un civil. Pourtant, il n'allait pas s'emporter pour si peu. Il était là en tort et il le reconnaissait intérieurement.

"Bonsoir Herr Commissaire... Cela doit vous changer de mes collègues des autres branches militaires. Pour vous rassurer, Montreuil est toujours sous leurs responsabilités. J'ai croisé cet homme qui se baladait et je l'ai amené ici. J'ai pris la décision de prendre un bureau, sachant qu'un responsable allait accourir sous peu. Ce qui est le cas maintenant...."

Une bien faible excuse pour sauver la mise. Le civil allait être dans les mains de ce commissaire désormais. Il regrettait presque de l'y avoir amené. Le problème avec les civils français était qu'on ne savait pas prévoir leur réaction. Peut-être que Mercoul travaillait aux services des Allemands, mais ce n'était pas dit qu'il allait se montrer gentillet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français
avatar

Messages RP : 6
Messages : 17
Âge du personnage : 29 ans

MessageSujet: Re: Juste un passage... (mardi 1er avril)   Dim 18 Oct - 19:40

Ah, voilà que le leutnant allemand se faisait remettre à sa place ! Mais Liev n'était pas sorti d'affaires pour autant, si l'interrogatoire reprenait avec le commissaire français, qui n'avait pas l'air commode du tout. Le plus souhaitable serait qu'ils se disputent et le relâche, pour éviter une prise de tête supplémentaire. Sauf que si il va trop loin, il risque de s'en prendre plein la gueule, au sens propre du terme. Tant pis.

- Qu'elle excuse pitoyable. Il n'attendait aucun supérieur, il prend possession des lieux à sa guise parce que c'est un miliatire, tout simplement. Et un nazi en plus. Aucun respect de l'ordre, ni des français.

C'était sorti tout seul, sur un ton neutre, tel un constat - c'est peut-être pour ça qu'ils l'ont laissé finir. Maintenant, les deux hommes le fixaient, et Liev n'avait plus qu'à attendre leurs réactions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Char d'assaut chaleureux
avatar

Messages RP : 196
Messages : 1140

MessageSujet: Re: Juste un passage... (mardi 1er avril)   Lun 19 Oct - 0:56


Commissaire Alban Mercoul


"On vous a parlé, à vous ?" demanda brusquement le commissaire dès que le suspect eu la bonne idée de terminer sa tirade. Non mais, c'était à Mercoul de juger de l'absurdité de la conduite de l'Allemand ! Un prévenu, ça se taisait et ça avait au moins la bonne idée de se tenir à carreau ! Surtout que l'excuse n'était pas tout à fait idiote. Si cela en disait long sur l'idée que cet homme se faisait de la politesse, elle n'était pas improbable.

Mercoul se pinça les lèvres ; non, il devait considérer que c'était sincère. Même si c'était plutôt stupide. Sauf que la stupidité ne faisait pas partie des choses qu'il pouvait se risquer à reprocher à un Allemand.

"Je vous remercie de chercher à nous aider à maintenir l'ordre, Herr Leutnant."

Bon, et maintenant, tu me le laisses et tu te casses.

"Je pense que mes services pourront s'occuper de ce problème. Il n'est pas nécessaire que vous perdiez votre temps avec ce genre d'individus."

Mercoul jeta un regard un peu critique sur les larges tâches d'eau qui fonçaient ça et là le pantalon de l'officier comme autant de marques sur la robe d'un apaloosa. Avec un peu de chance, l'homme serait plus pressé de se mettre au chaud que de s'acquitter d'un devoir très facultatif.

"Des comme lui, on en a tous les trois jours et en général, y'a rien d'intéressant à en tirer. Genre celui qu'on a chopé avant hier et qui sentait encore le parfum de sa maîtresse, si vous voyez ce que je veux dire."

Il haussa les épaules, l'air de dire que vraiment, il n'y avait rien à voir d'intéressant pour le Leutnant.


[Liev, rappelle toi : dix lignes par message ! Ce n'est pas grave si tes messages sont un peu courts, mais essaie d'atteindre les 10 lignes ;) ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adler.jdrforum.com
Allemand
avatar

Messages RP : 180
Messages : 359
Âge du personnage : 31

MessageSujet: Re: Juste un passage... (mardi 1er avril)   Mar 20 Oct - 18:14

Le Français aurait mieux fait de se taire. Il venait de s'enfoncer un peu plus et Peter commençait à regretter de l'avoir amené dans un poste de police. Il aurait sans doute été moins emmerdé par la présence de ce commissaire. Voir un de ses compatriotes arriver donnait du poil de la bête visiblement. Il fronça de ses sourcils tout en écrasant sa moitié de cigarette dans le seul cendrier présent dans la pièce. Il jeta un regard désapprobateur à Liev.

"Gardez le silence, c'est mieux pour vous. "

Sa remarque aurait pu l'échauffer plus encore. Peter ne pouvait guère la ramener, par sa position de Flieger, mais il appartenait avant tout à l'Armée allemande et il n'allait pas se laisser bafouer aussi facilement et au travers des dires du commissaire, il percevait le sarcasme au travers de sa fausse politesse. Il garda pourtant son attitute complètement neutre, montrant qu'il n'avait pas l'intention de remballer de suite encore. Même si la froideur de l'eau lui collait à la peau au travers de son pantalon constellé d'humidité, il tenait à marquer qu'on ne virait pas un militaire de cette façon, même avec la version douce dictée par Mercoul.

"Et en général quand ils se font attrapés par une patrouille, ils tremblent comme une feuille. Etonnant que la personne que je vous amène semble si calme. Des comme cela vous en avez vraiment tous les trois jours ici ? "

Il se retenait de s'allumer une autre cigarette.

"Du temps j'en ai encore un peu et je me suis toujours demandé comment la Police Française se débrouillait avec ce genre de personnage. Si cela ne vous dérange pas, par simple curiosité, je vais vous regarder travailler..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Char d'assaut chaleureux
avatar

Messages RP : 196
Messages : 1140

MessageSujet: Re: Juste un passage... (mardi 1er avril)   Sam 27 Fév - 19:45


Commissaire Alban Mercoul

Ce type ne pouvait-il pas comprendre le sous entendu ? D'accord, les Français avaient perdu la guerre... mais ils étaient encore capables de faire leur boulot de police correctement, non ?

Mais Mercoul avait l'habitude de ne pas montrer ses émotions quand il avait un prévenu sur les bras. Il était agacé, et même presque vexé que l'officier semble remettre en question ses compétences. Plus largement il était agacé que l'Allemand ne le laisse pas faire le travail pour lequel il était payé.

Poliment, il lui demanda s'ils pouvaient discuter un instant en privé. Ils sortirent mais n'allèrent pas bien loin, se contentant de rester près de la porte quand Mercoul la ferma après eux.

"Comprenez moi bien, Herr Leutnant. J'apprécie votre aide dans cette affaire, je n'ai rien contre les Allemands en général," en dehors du fait qu'ils occupaient Montreuil, mais ça, ni l'un ni l'autre ni pouvait rien, "mais la Police française doit pouvoir faire son travail sans que la Wehrmacht ou la Luftwaffe ne s'en mêlent. La population ne nous prendra plus au sérieux si vous commencez à utiliser nos commissariats sans autorisations de vos supérieur et à toute heure du jour. Je n'ai aucune objection à ce que ce soit fait dans les règles, mais je suis obligé de protester quand ce n'est pas le cas... je vous demande ça d'officier à officier : laissez moi faire mon travail. Si cet homme n'est pas en règles, soyez sûr que la Police française ne sera pas plus indulgente que nécessaire."

Il balaya la pièce du regard. Ce n'était qu'un petit commissariat, si bien que les lieux rassemblaient généralement la plupart des policiers. Vu l'heure il n'y avait que deux gars de garde ; c'était bien suffisant pour que toutes les équipes soient au courant le lendemain.

"Que penserons mes hommes de moi, à votre avis, si vous restez ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adler.jdrforum.com
Allemand
avatar

Messages RP : 180
Messages : 359
Âge du personnage : 31

MessageSujet: Re: Juste un passage... (mardi 1er avril)   Sam 27 Fév - 21:50

Peter aurait pu tester plus loin la tension du Français. Pourquoi ? Parce que l'officier une fois qu'il avait la tête dans une affaire, il ne la lâchait pas comme cela. Certes, il était un Flieger, et ce problème n'était pas de son ressort, mais il fallait bien qu'il agisse un peu... Pour ne pas s'ennuyer ? Non. Peter observait et étudiait des fois le comportement de certains civils et la police lui était encore un peu inconnu. Tout pouvait servir dans ce qu'il apprenait et visiblement sa présence n'était pas du goût du policier français.

En privé donc la conversation reprit. Le policier marqua toujours sa ferme attention de se débarrasser du pilote. Peter le sentait bien et et ce malgré le couvert poli du civil. Il demandait même son départ pour des raisons professionnels et d'officier à officier. Que penseraient ses hommes ?

"Ils penseront que vous vous payez une bavette avec un Allemand et cela ne pourrait que confrontez la mauvaise réputation qu'ont vos services auprès de la population...Mais comme il en va plus de votre aspect professionnel et en temps qu'officier de police, je vais me retirer. Vous pourrez dire en explication si jamais vos employés se posent des questions que ce n'était qu'un test d'efficacité. Un moyen de savoir si en ce moment, la police est au niveau... "

Il y avait de quoi en rire, mais Peter gardait son attitude sérieuse. Ce n'était qu'une excuse comme une autre. Il se retira donc après avoir salué l'officier de police.

Ah les civils.....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Char d'assaut chaleureux
avatar

Messages RP : 196
Messages : 1140

MessageSujet: Re: Juste un passage... (mardi 1er avril)   Sam 27 Fév - 22:18


Commissaire Alban Mercoul

Le policier fut agréablement surpris que l'autre ne cherche pas à insister. Avait-il su trouver les bons mots pour le persuader, ou l'Allemand avait-il compris sa situation et, par bon coeur, accepté de ne pas envenimer les choses ? Quoi qu'il en soit, Mercoul apprécia. Peut être que finalement les boches étaient capables de ne pas jouer les parasites au maximum de leurs capacités. Bon joueur, il décida de raccompagner l'officier et, après l'avoir salué, il retourna à ses moutons, non sans avoir expliqué la situation aux hommes présents. Il refusait qu'on dise de lui qu'il avait laissé faire ; il était dans son commissariat et, sauf ordres de ses supérieurs, il ne laisserait pas d'Allemands faire ce qu'ils voulaient sur son territoire.

Revenir à ses moutons, donc.
Ou plutôt, à son mouton.

Pour celui ci, le pilote n'avait pas eu tord. Mercoul avait dit que l'homme n'avait rien d'anormal mais au fond, il était trop calme. Les vrais innocents se plaignent, ont peur plus qu'ils ne se moquent. Le commissaire avait décidé dès les premiers instants qu'il ne prendrait pas cet interrogatoire à la légère : ce type avait quelque chose à cacher... mais Mercoul avait toute la nuit pour découvrir quoi ; il ne doutait absolument pas de ses capacités pour trouver la vérité.

La porte de la salle d'interrogatoire se referma derrière lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adler.jdrforum.com
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Juste un passage... (mardi 1er avril)   

Revenir en haut Aller en bas

Juste un passage... (mardi 1er avril)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Die Adler :: Montreuil :: Quartier St-Paul (Nord)-