Introduction [Mardi 15 avril 1941].


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

Introduction [Mardi 15 avril 1941].

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Allemand
avatar

Messages RP : 19
Messages : 56
Âge du personnage : 28 ans.

MessageSujet: Introduction [Mardi 15 avril 1941].   Mer 16 Sep - 17:23

Le véhicule suivait la vallée, lovée entre deux promontoires rocheux. Le temps s’éclaircissait à peine, le disque d’or filtrait à travers la couverture filandreuse, aveuglant… Sans être porteur de la moindre chaleur. L’homme assis sur la banquette arrière somnolait, dodelinant de la tête au gré du ronronnement du moteur et de l’inclinaison des virages. Soudain, une ombre passa, subtile, immédiate, courant sur son visage dans une caresse délicate. Dans un sursaut, il se redressa, nanti d’une révélation : elle était là, quelque part, dans l’espace environnant. Ses écailles mordorées glissaient dans l’air au dessus de lui. Il se plaqua contre la fenêtre, tentant d’apercevoir dans l’immensité terne la silhouette connue. Ses yeux parcoururent avidement la couverture nuageuse avant de se poser sur deux formes battant conjointement des ailes, à quelques milles en amont. Leur taille à telle distance ne pouvait tromper : de simples oiseaux seraient invisibles. Ne pouvant discerner couleur ou race, l’officier se renfrogna dans son siège, incapable pourtant de se résigner à rompre le contact visuel avec la formation légère. Bientôt, celle-ci ne fut plus qu’un point infime dans le Monde, et s’évanouit totalement au détour d’un mont.

Il pressa le conducteur de forcer l’allure, et d’impatience, alluma une autre cigarette. Le papier grésillait à chaque inspiration, alors qu’une marée rouge vif consumait les feuilles émiettées qui se recroquevillaient en débris calcinés. Karl se perdit dans la contemplation de ce spectacle, sorte d’analogie de la guerre…

***


La Traction Avant s’était arrêtée. Moteur coupé. Le radiateur tintait alors que le métal se rétractait sous l’action du refroidissement. La portière s’ouvrit, un grommellement sourd accompagna la sortie du passager : sa jambe se rappelait de nouveau à son organisme. Dans un soupir, le lieutenant s’empara de la canne qui reposait négligemment à ses côtés tout le voyage durant. Bois sombre, tête d’aigle en guise de pommeau, sculptée dans la masse. Il soulagea son membre en s’appuyant dessus, cherchant des yeux les bâtiments de la base. Ses iris ne se posèrent que sur le départ du téléphérique ; un sourcil se leva, sceptique.

« Les quartiers sont au château de Sarnand, Herr Leutnant. Nous devons prendre ces cabines pour nous y rendre. »

La voix s’était élevée de la bouche du soldat, perlée d’un soupçon d’excuse. D’un mouvement de tête, l’interpellé donna l’ordre de marche, résigné.

Le téléphérique les emporta bientôt, balançant doucement sa coque métallique au dessus des toits, des rues, des places, de ce serpent sombre au terne miroitement qui traversait la cité… Depuis un mois, l’allemand n’avait été aussi haut dans le ciel, privé de vol, et se souvenir lui arracha un second soupire, plus discret. Le transport entra enfin en gare et ils descendirent.

« Au commandement. »

Sec et direct, l’homme s’attarda à peine sur la vision qui s’offrait à lui, il lui tardait d’être installé et auprès de son dragon. Le claquement régulier de ses talons et de son bâton reprit vie, et le porteur de ses bagages prit la tête, prêt à interroger le premier venu sur le chemin à suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 115
Messages : 252
Âge du personnage : 25 ans

MessageSujet: Re: Introduction [Mardi 15 avril 1941].   Mer 16 Sep - 23:53

Le soleil, malgré sa présence et ses rayons dardant ne parvenait pas à réchauffer Jochen alors que lui et Éva profitaient d'une énième sortie en montagne pur se détendre un peu et, pour la dragonne, se restaurer. Cette fois la Mauefuchs s'était attaquée à un Cabri qui s'était visiblement égaré et ne s'attendait probablement pas à leur présence dans les parages, toujours est-il qu'il ne vit pas l'attaque et succomba immédiatement à la morsure de la Dragonne qui, ne perdant pas de temps, s'empressa d'entamer son repas. Jochen pendant ce temps se délectait du panorama que lui offrait son perchoir : ces vallées et vallons enneigés lui rappelaient un peu les Fjord Norvégiens et le spectacle à couper le souffle qu'ils offraient, Les falaises à pic qui s'enfonçaient profondément dans l'eau noire, les villages encaissés au beau milieu de l'immensité minérale, les paysages blanc et verts...
En baissant les yeux sur la route, il aperçut une voiture. Saisissant ses jumelles, il reconnu une traction noire, pas forcément banal, mais pas forcément étonnant non plus, portant l'immatriculation des services de l'armée. Ce qui l'étonna plus fut la forme marron et beige qui fusa dans son champ de vision, trop rapidement pour qu'il puisse la distinguer clairement, mais suffisamment bien pour qu'il en devine l'origine : un autre Maeurfuchs allait bientôt profiter de l'hospitalité de Sarnand. Un sourire en coin naquit sur la bouche du jeune Flieger, peut être un de ses amis muté? Qui sait?

-Qu'est-ce qui te rend si joyeux? s'enquit Eva, qui revenait de son repas
-Un autre Mauerfuchs te tiendra compagnie désormais, il vient de passer...
-Un mâle?
la dragonne eut une mimique de dégoût
-Va savoir... on rentre ?

La Dragonne s'inclina et Jochen, d'un mouvement souple, se retrouva sur son dos. Eva s'approcha du vide et se laissa tomber, ailes déployées et tête la première. Un battement d'aile lui fit retrouver une assiette normale, un autre les propulsa un peu en hauteur. Jochen sentait le froid lui piquer les yeux et s'engouffrer dans le col de sa veste. Il plaça ses lunettes de vol sur ses yeux et regretta de ne pas avoir mis d'écharpes, comme le lui avait conseillé sa monture. Mais il n'allait surement pas admettre aussi facilement qu'elle avait eu raison, une fois de plus. Le chemin jusqu'à Sarnand fut plus court qu'à l'aller, Jochen avait trop froid pour prolonger leur petit vol. Une fois sa dragonne posée, il s'assura que les hommes chargés de l'entretient de sa monture s'étaient activés à la tâche. Un peu plus de deux semaines qu'il était là et il s'étonnait encore du savoir faire et du professionnalisme de ces hommes. Il entra dans la salle de débriefing, rapporta la venue d'une traction des services de l'armée, reçu un "Hmmmm" en guise de "c'est bon" et sortit de la salle pour se débarrasser de son épaisse veste de vol et de son pantalon rembourré et prendre une bonne douche.
Une fois ses ablutions finies, il passa son fidèle pantalon de pilote et un pull à col roulé noir, attrapa sa ceinture, son C96 et sa casquette, puis sorti. Un bref passage devant sa dragonne, qui venait d'entamer sa sieste digestive et il se retrouvait dans les couloirs, en train de mettre sa ceinture. C'est alors qu'il mettait sa casquette, inclinée sur la droite à la mode Luftwaffe, bien que ce détail lui soit secondaire, qu'il tomba sur un officier à cane précédé d'un troufion portant une imposante valise.

*Tiens, le nouveau venu... inconnu à mon bataillon...*

Jochen accueilli le nouveau venu avec un grand sourire. Toujours près à aider quelqu'un, même s'il avait déjà un guide, et souhaitant aussi être le premier à le connaître, il décida de prendre son rôle au soldat et de guider l'officier. Portant la main à sa casquette il effectua un salut un peu détendu.

Je peux vous aider, Leutnant?


Dernière édition par Jochen von Waldenstein le Dim 20 Sep - 17:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 19
Messages : 56
Âge du personnage : 28 ans.

MessageSujet: Re: Introduction [Mardi 15 avril 1941].   Jeu 17 Sep - 1:08

Il voyait déjà venir la fastidieuse recherche des bureaux administratifs dans un labyrinthe de couloirs sombres et humides, une course effrénée après les obligations liées à toute cette paperasserie immonde qui n’était nullement indispensable à la survie humaine… Mais c’était sans compter sur la Providence qui vola à son secours, mère du bon sens.

Deux cristaux bleutés dévisagèrent l’homme venu à leur rencontre. Sa rigueur militaire tiqua sur le salut et l’absence de respect dû à son grade, mais l’humeur du jour évacua rapidement de son esprit toutes velléités de remarques relatives au règlement. Après tout, qu’est-ce que cela pouvait foutre ? Le Führer n’était pas là, deux rangées de dents joyeuses l’accueillaient et leur porteur avait l’air tout juste issu du bac à sable. Cependant, au creux du cou se logeait la croix noire et argent sur bandeau noir, blanc, et sang. Ritterkreuz de première classe. Hésitation. Le masque d’indifférence qu’il affichait depuis le départ de Normandie cacha la seconde de calcul nécessaire à l’enregistrement de cette information. L’Aryen typique face à lui n’était donc pas si jeune, ni si inoffensif… L’officier lui rendit un salut militaire, ganté de noir.

« Leutnant Hoffenberg, sur Brynhild, je suis affecté à compter de ce jour au Staffel 4 de cette base. »

Voix sûre, timbre un peu grave. Direct, calme.

« Je cherche les bureaux de l’Etat Major. »

La requête était sous-entendue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 115
Messages : 252
Âge du personnage : 25 ans

MessageSujet: Re: Introduction [Mardi 15 avril 1941].   Jeu 17 Sep - 1:45

Une chose que remarqua immédiatement Jochen, l'homme en face de lui ne semblait pas porté sur la décontraction et l'attitude détendue qui faisait son quotidien. Il le vit tiquer légèrement, puis se dissimuler derrière un masque d'impassibilité. Jochen se senti observé, analysé, passé au crible par les yeux de son vis à vis, qui semblèrent hésiter sur la Ritterkreutz qu'il portait constamment au cou, et dont il était très fier (à tort ou à raison, il ne s'était jamais posé la question). Lui aussi analysa un peu l'officier, lui aussi portait la ritterkreuz, il semblait blessé à la jambe, Jochen en déduit qu'il se trouvait probablement ici en convalescence. L'inconnu salua de façon un peu trop raide à son goût et se présenta.

« Leutnant Hoffenberg, sur Brynhild, je suis affecté à compter de ce jour au Staffel 4 de cette base. »

*Pas autant en convalescence que je le pensais au final*

« Je cherche les bureaux de l’Etat Major. »
Moi aussi, depuis que je suis arrivé ici...

Il avait décidé d'essayer de dérider un peu le visiteur, tentative qui, visiblement fit un flop retentissant. Ayant récupéré la valise du visiteur et congédié le soldat, il eut peur que Leutnant Hoffenberg ne le prenne mal et enchaîna aussitôt.

Je plaisante Leutnant... suivez moi je vous prie, je vais vous indiquer le chemin

Il entrepris de guider le nouveau venu vers l'aile de l'administration. Tout en le guidant, il commença à se renseigner un peu sur lui.

D'où venez vous Leutnant ?


Dernière édition par Jochen von Waldenstein le Dim 20 Sep - 17:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 19
Messages : 56
Âge du personnage : 28 ans.

MessageSujet: Re: Introduction [Mardi 15 avril 1941].   Jeu 17 Sep - 14:06

« Actuellement ? De Normandie. »

Le cliquetis régulier du membre inflexible résonnait dans le bâtiment, martèlement immuable. Manteau simplement posé sur les épaules, telle une cape gris-bleu, il avait des allures de vieux maréchal s’installant dans son quartier général, implanté dans quelque vieille demeure d’une ancienne famille de France. La fatigue creusait ses joues, vieillissant ses traits et une ligne soucieuse barrait son front. L’éclat d’un miroir lui donna son âge apparent : une décennie de plus. Il avait plus mauvaise mine qu’il ne l’aurait cru…

« Toutefois, pour répondre au vrai sens de votre question, je suis né à Molsheim... En Alsace. C’est au Nord-Est d’ici. Mais, vous ne vous êtes présenté, puis savoir à qui je dois un tel accueil ? »

Nulle ironie ne semblait vouloir pointer dans sa voix, ni se dissimuler sournoisement entre les mots que venaient de prononcer Karl. La bonhomie de son guide s’imprégnait peu à peu dans son être, magie rampant le long de ses flancs et s’insinuant en filigrane à travers les mailles de ses vêtements ; processus facilité par l’état physique de l’officier convalescent. Il ferait un rappel sur la discipline plus tard, lorsque lavé, repu et rassasié du contact apaisant de la créature au sang noir et aux écailles chatoyantes, il serait en mesure de tenir son rang. Pour l’heure, il n’aspirait qu’à en finir avec les formalités d’intégration dans sa nouvelle unité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 115
Messages : 252
Âge du personnage : 25 ans

MessageSujet: Re: Introduction [Mardi 15 avril 1941].   Jeu 17 Sep - 14:47

La Normandie... autrement dit, cet officier avait surement été blessé au cour de cette guerre aérienne que se livraient Anglais et allemands au dessus de ce que les Roast beef appelaient le Chanel. Jochen ne pu s'empêcher d'en concevoir de l'admiration pour l'officier convalescent, lui n'avait pas connu de combat aérien depuis sa mésaventure espagnole, l'essentiel de ses actions avaient été des reconnaissances aériennes où des actions au sol lors de la campagne de France et l'occupation de la Norvège contre les résistants. Non pas qu'il s'en plaigne, les missions de reconnaissances étaient toujours excitantes et utiles pour le bon déroulement des missions au sol.
Un détour de couloir, un miroir, une grimace de la part de l'officier ayant aperçu son reflet et ce dernier enchaînait dans les présentations. Un alsacien. Jochen senti son cœur rater un battement, son père était mort pour conserver ces acquisitions au Reich, en vain. Puis il rappela au jeune flieger qu'il ne s'était pas présenté.

* Scheisse !! j'ai oublié...*

Excusez moi, j'ai manqué à mes devoirs... Leutnant Jochen von Waldenstein, sur Eva, affecté à la même unité que vous, Leutnant.

Il agrémenta sa présentation d'un grand sourire, un peu enfantin comme à son habitude. Puis il continua ses questions pour réussir à mieux cerner le personnage.

Vous avez donc combattu au dessus de l'Angleterre? c'est là que vous avez eu votre ritterkreuz? Où avez vous combattu sinon?


Dernière édition par Jochen von Waldenstein le Dim 20 Sep - 17:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 19
Messages : 56
Âge du personnage : 28 ans.

MessageSujet: Re: Introduction [Mardi 15 avril 1941].   Jeu 17 Sep - 17:28

Eva.
Ce nom évoqua un instant celui de sa sœur, et par analogie il eut une pensée pour ses parents. Le pilote n’avait jamais été aussi prêt d’eux depuis le début des hostilités déclenchées par leur nation, l’occasion était trop belle pour passer à côté. Peut-être irait-il…

Le lieutenant avait hésité à parler de la Normandie au jeune homme et s’en mordait les doigts maintenant que le mal était fait. Il aurait dû prévoir qu’invariablement, prise en compte la propension au bavardage de son nouvel interlocuteur, une telle réponse associée à son ramage particulier ne pouvait qu’engendrer nouvelles questions. Cette région de France était le théâtre des plus intenses combats aériens : ceux qui en revenaient devaient susciter un subtil mélange de curiosité fervente et d’effroi respectueux auprès des cadets, et moult interrogations devaient se presser sur le seuil de leurs lèvres... Haussement d’épaule intérieur. Il n’y avait aucune admiration à avoir pour ceux qui échappaient à l’abîme froid et opaque des eaux.

Les vrais héros avaient percuté la surface à deux cent à l’heure.

« Mmh… J’y ai combattu, oui. »

Réponse quelque peu bourrue, et peu engageante. L’officier espérait que cela suffirait à réfréner les ardeurs indiscrètes de son guide improvisé – pour un temps, du moins. Reprendre l’initiative, vite, avant de vérifier la théorie.

« Qui commande le Staffel 4 ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 115
Messages : 252
Âge du personnage : 25 ans

MessageSujet: Re: Introduction [Mardi 15 avril 1941].   Dim 20 Sep - 16:44

Visiblement, le souvenir de la normandie ne laissait pas un souvenir des plus agréables au leutnant. Il fit une autre moue et haussa les épaules, évitant apparament soigneusement le sujet des théâtres d'opérations où il avait combattu. Jochen respectait cet état d'esprit, lui même, bien qu'il n'ai connu l'enfer des combats aériens qu'une fois en Espagne, détestait en parler. Il garda le silence, momentanément, cherchant comment amener l'officier à parler de lui. Peut être qu'en parlant de son dragon? Jochen adorait parler d'Eva, et ne tarissait pas d'éloges sur la Mauerfuchs. Il était en train de chercher comment amener ce sujet dans la conversation, quand l'officier lui demanda qui commandait la Staffel 4.

-L'Obersleutnant Wienke... Je l'ai vu deux/trois fois, mais je n'ai jamais eu l'occasion de lui parler face à face. Selon les officiers sous ses ordres, il est très compétents et ses hommes le respectent. Mais n'étant ici que depuis trois semaines, je n'ai pas vraiment eu l'occasion de me forger une opinion

Ceci étant dit, il venait d'avouer à l'officier qu'il était arrivé récemment lui aussi. Il décida de ne pas lui laisser le temps de peser le pour et le contre de cet aveux et enchaîna.

- Au fait Leutnant, Vous volez sur quel type de dragon ? Personnellement je vole sur Mauerfuchs en tant qu'éclaireur.

Ils enpruntèrent un nouveau couloir. Encore deux couloirs et il devrait laisser le leutnant face aux affres de l'administration. Mais sa curiosité, que d'aucun qualifiaient de maladive, n'était pas satisfaite, loin de là. Avec un sourire en coin, il repensa à ce qui avait été sa première préoccupation à son arrivée à Sarnand, à savoir "est-ce que Eva est bien installée? Est-ce que les gars sont compétents?" et se dit qu'inconsciement, son nouveau camarade devait penser de même. Un petit détour par la "zone dragon" comme il la surnommait, serait peut être payant. De plus, si son dragon avait un problème quelconque, il pourrait s'en plaindre pendant les tracasseries administratives, et puis l'administration ne brillant pas pour sa promptitude, malgré les efforts de ses membres, vingt minutes de plus ou de moins ne pèseraient pas bien lourd pour cette immonde paperasse... Mais peut être que le Leutnant préfèrerait aller voir son dragon après la paperasserie? Jochen décida de poser la question plutôt que de lui en faire la surprise. tout en marchant, il se tourna vers le blessé de guerre et demanda, sur le ton de la plaisanterie :

-Voulez vous rendre visite à votre dragon avant d'être jetté en pâture à l'administration ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 19
Messages : 56
Âge du personnage : 28 ans.

MessageSujet: Re: Introduction [Mardi 15 avril 1941].   Mar 22 Sep - 16:52

Himmel !

Pourquoi Diable fallait-il que ce lieutenant pose tant de questions ? Il saluait volontiers la curiosité intellectuelle, preuve d’intérêt et d’ouverture spirituelle, mais se montrer aussi pressant tenait presque de l’incorrection à ses yeux. Cette cascade interrogative l’incitait moins à se livrer qu’à conserver le silence dans cette procession, comme l’on se recroqueville instinctivement lorsque coule une douche à basse température. Qu’il n’en sache plus sur l’Oberleutnant l’étonna quelque peu, et son sourcil s’arqua dubitativement. Soit. Il le découvrirait bien par lui-même.

« Brynhild est également un Mauerfuchs... Et il semble que nous ayons un rôle similaire au sein d’un Staffel : reconnaissance, renseignement, liaison sont mon quotidien ; du moins l’étaient. »

Tout en claudiquant, il considéra dans le calme de leur avancée la proposition de l’officier. Effectivement, s’assurer de l’état opérationnel de l’équipe au sol et du bien-être de son équipière pouvait se révéler non négligeable avant son entrevue prochaine. Mais celle-ci n’avait pour but que la présentation de sa propre personne à son supérieur direct : Karl n’était pas même sûr qu’il fût informé de son arrivée imminente. Aussi, avant de prendre ses quartiers, mieux valait-il s’annoncer.

« Merci, Waldenstein, mais je préfère régler ces questions fastidieuses avant. Il y aura tout lieu de s’octroyer quelques heures de bichonnage réconfortant une fois définitivement incorporé à l’unité, vous ne pensez-pas ? »

L’enthousiasme presque agaçant de son guide l’avait incité à emprunter un ton mondain, totalement décalé dans cet univers et dans sa bouche. Le prestige du bâton de maréchal, sans doute...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 115
Messages : 252
Âge du personnage : 25 ans

MessageSujet: Re: Introduction [Mardi 15 avril 1941].   Jeu 24 Sep - 11:23

Un autre Mauerfuchs.... Jochen se doutait que l'animal en question était la forme au reflets mordorés qu'il avait entraperçu dans ses jumelles alors qu'il observait la traction noire. Cette dernière devait surement contenir de Leutnant Hoffenberg pour le transférer à Sarnand. Quand à leurs rôles respectifs, ils étaient les mêmes. Le jeune flieger s'interrogea sur la nécessité de deux éclaireurs dans la même staffel, sans trouver de réponses satisfaisantes, mais bon, les huiles qui les avaient transférés, lui et Hoffenberg, devaient savoir ce qu'ils faisaient. Ce dernier réfléchit longuement à la proposition de Jochen d'aller voir son dragon, puis, après deux minutes de calme, juste troublées par leur bruits de pas et le claquement régulier de la cane sur le sol, Hoffenberg avait prit sa décision

-Merci, Waldenstein, mais je préfère régler ces questions fastidieuses avant. Il y aura tout lieu de s’octroyer quelques heures de bichonnage réconfortant une fois définitivement incorporé à l’unité, vous ne pensez-pas ?

Sur le moment, le cerveau de Jochen subit un black out, donc niveau pensée de pensée égale à zéro. Lorsqu'il reprit ses esprits, cinq secondes plus tard, il commença à s'interroger. Le ton avait complètement changé. Peut être s'était-il montré irrespectueux sans le savoir, trop curieux peut être? Toujours est-il que Hoffenberg avait utilisé un ton assez pompeux, très différent du ton de leur conversation avant. Enfin il respecta la volonté de l'officier, après l'effort le réconfort.

-Très bien, Leutnant. Nous ne sommes plus très loin des quartiers de l'administration

Ils continuèrent leur chemin, en silence cette fois. Jochen, un peu mortifié d'avoir incommodé son futur camarade, tripotait nerveusement sa Ritterkreuz tout en guidant Hoffenberg dans les couloirs.

*Mais qu'est-ce que j'ai bien pu lui faire?*

Il était tant perdu dans ses pensées qu'il entra en collision avec la porte d'entrée menant à la zone purement administrative. se frottant le front d'un air assez mécontent, il se tourna vers Hoffenberg.

Vous voici arrivé à bon port, Leutnant. Je vous demande pardon pour ma curiosité, mais j'aime bien connaître mes camarades, ça m'évite de commettre des boulettes en parlant de sujets qu'ils n'apprécient guère...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 19
Messages : 56
Âge du personnage : 28 ans.

MessageSujet: Re: Introduction [Mardi 15 avril 1941].   Jeu 1 Oct - 16:42

Il l’avait heurté. Dans sa curiosité, dans son amour propre, dans sa gentillesse, allez savoir ; mais c’était certain : Karl l’avait brusqué dans ses habitudes et cela semblait le perturber profondément… Tant pis. Moins de dix minutes les séparaient de son arrivée au château, ils auraient tout loisir de s’entretenir plus tard. L’officier de la Luftwaffe avait du mal à comprendre ce besoin chez certains individus. Il semblait qu’une rencontre avec l’un d’entre eux s’accompagne invariablement de cette condition sine qua none : tout connaître. Et tout de suite.

Des consommateurs.
Pires encore.
Ils cultivaient l’instant présent, la fraction de seconde, l’enchaînement infini d’une infinité de décimales qui forment le Temps. Mais figé. Telle une photographie. Dans la chambre noire intérieure de leur subconscient, ils immobilisaient un instantané de votre apparence telle qu’ils la percevaient la première fois que leurs prunelles se posaient sur vous. Et à ce moment précis, sous ce cliché devait naître une légende indiquant qui vous étiez, d’où vous veniez, où vous aviez servi et à quelle période…
Ses pensées le coupèrent du monde vacillant qui l’entourait. Il ne perçut pas même les excuses balbutiées par le Leutnant qui portait sa valise en serviteur improvisé. Il s’en fichait, d’ailleurs. Être désolé de sa nature était d’une absurdité déconcertante, et pourtant bien trop répandue. Présentait-il ses plus plates excuses pour n’être né blond, grand et aux yeux bleus ? Les Dragons l’emportent si ce devait être le cas.

La course touchait à sa fin, la cloison pivotante face à eux permettait l’accès à l’arène. Quels combattants émérites trouverait-il de l’autre côté ? Des dactylo pianotant sur leurs machines infernales ? Des secrétaires le pétrifiant de leurs iris vitrés, Méduses du XXe Siècle ? Il soupira à la seule pensée de cette confrontation prochaine. Hoffenberg haïssait ces démarches laborieuses, ces monticules de dossiers prenant la poussière, entassés maladroitement sur des bureaux encombrés, cette ambiance résonnant des sonneries stridentes, du clapotis des bras métalliques fouettant le papier dans un supplice interminable. L’atmosphère comprimée l’oppressait. Ce n’était pas de la claustrophobie, mais une aversion des bureaux pure et simple.

Le bleu-gris s’irisa de vie, refit surface et se posa sur l’officier pilote.

« Danke schön, Herr Leutnant. »

Un moment de flottement, devait-il ajouter quelque chose ? Il reprit conscience du fait que le jeune pilote était toujours détenteur de ses bagages.

« Je vais reprendre ceci, merci. »

Invitation de la main à déposer la valise au sol. Claquement de talon, salut militaire. Et avant de poser la main sur la poignée, quittant définitivement l’homme à ses côtés :

« Je vous revaudrai ça, Waldenstein... »

La porte s’ouvrit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Introduction [Mardi 15 avril 1941].   

Revenir en haut Aller en bas

Introduction [Mardi 15 avril 1941].

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Die Adler :: Base aérienne de Sarnand :: Le château :: L'aile des communs-