[Scénar 1 -1-] De la Justice dans l'air


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

[Scénar 1 -1-] De la Justice dans l'air

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Allemand
avatar

Messages RP : 238
Messages : 469
Âge du personnage : 31 ans

MessageSujet: [Scénar 1 -1-] De la Justice dans l'air   Dim 27 Sep - 19:26

L'incident du téléphérique étant clos, l'Hauptsturmführer Siedler était entré dans le bureau de l'Oberstleutnant Wienke avec deux heures de retard. Ils avaient aussitôt décidés d'être directs et brefs, car la tension qui pesait tant sur Sarnand que sur Montreuil devait trouver une fin aussi vite que possible.

Ils s'assirent donc et, sans parler de pâtes de fruit, attaquèrent prestement la question qui les concernait.

"En temps que dirigeant de la Gestapo à Montreuil, l'enquête sur le Leutnant Meyer était de ma responsabilité. Cependant, les conclusions de la Gestapo à ce sujet exigent, à mon sens, que vous ayez votre mot à dire dans les punitions qui seront distribuées."

Le dossier Meyer avait atterrit comme par magie sur le bureau : deux pages tapées à la machine qui résumaient les conclusions d'Erwin Kurtz. En bas, la signature des deux Hauptsturmführer siégeaient, l'une fine et appliquée, l'autre plus pointue et incisive. Siedler le tendit dans la direction de Wienke, qui les reçu sans mots dire.

"Nous sommes pratiquement sûrs que la Résistance n'est pas responsable. Il s'agissait d'une affaire personnelle. Le Leutnant Meyer jouait beaucoup d'argents auprès d'individus louches. Le 17 au soir, il n'a pas pu les rembourser une fois de trop et a été tabassé. On suspecte Meyer d'avoir remboursé certaines de ses autres dettes avec autre chose que de l'argent."

Siedler croisa les doigts devant lui et se pencha en arrière, dans le siège face à Wienke.

"En temps normal, l'attaque d'un soldat allemand est suivie d'une exécution d'otages." Déglutition, puis reprise de contrôle. "Mais dans ce cas précis, vous êtes d'accord que le Leutnant est un coupable. L'Hauptsturmführer Kurtz, voyez vous, a conseillé que nous restions discrets à ce propos et fassions un exemple à la population en accusant Edelweiss. Bien entendu, cela pourrait pousser une partie de la population contre la Résistance, mais si le Leutnant Meyer n'était pas puni officiellement alors que beaucoup de monde savait ce qu'il faisait, cela ne serait sans doute pas bon pour la discipline de nos soldats."

Siedler n'expliqua pas que sa propre position, la seconde, était clairement motivée par sa répugnance à tuer plutôt que par des questions de disciplines.

"Le Leutnant étant un de vos hommes, je pense que c'est à vous de décider si nous devons tuer des français pour venger son agression ou si nous punissons seulement ceux qui l'ont agressé -nous avons une bonne idée de leur identité- et si vous remontez les bretelles à Meyer. Bien entendu, si nous faisons ça, je pense que nous devrions dévoiler toute la vérité à la population. Ainsi elle comprendra que nous sommes justes, même envers les nôtres, et que le gouvernement militaire allemand n'acceptera aucune dérive -même dans son camp. Qu'en pensez vous ?"
_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 10
Messages : 75
Âge du personnage : 42 ans

MessageSujet: Re: [Scénar 1 -1-] De la Justice dans l'air   Dim 4 Oct - 15:19

Deux heures de retard. Deux heures qui avaient suffi amplement à faire monter la jauge d'énervement de Frederick jusque dans des proportions rarissimes. L'affaire le préoccupait, bien sûr, et l'ennuyait copieusement, d'abord parce qu'elle touchait un de ses hommes - ses hommes dont il vantait souvent le comportement exemplaire, ce qui était loin d'être le cas pour cette fois - ensuite parce qu'elle risquait d'avoir des conséquences graves. Il connaissait assez Siedler pour savoir que celui-ci, tout gestapiste qu'il fût, ne serait pas spécialement partisan d'un massacre en règle des fauteurs de trouble et d'une partie non négligeable de la population, Dieu merci, mais... mais il craignait tout de même les conséquences.

Tapotant des doigts sur son bureau d'un air vaguement agacé, il écouta le rapport de Siedler sans un mot, avec un léger froncement de sourcils à l'évocation de meurtres de français. Comme il l'avait prévu, Siedler ne considérait pas cette idée comme souhaitable, et Wienke se montrait assez d'accord avec lui, peu enclin à accuser la résistance quand elle n'y était pour rien. De plus, il y avait fort peu de chances en réalité pour que la France se monte contre la Résistance pour une affaire d'agression d'un Allemand, il fallait être réaliste...

- Je suis tout à fait d'accord avec vous sur un point, Siedler, le massacre de Français n'est pas souhaitable. Et évidemment je ne peux laisser impuni ce manquement à la discipline de la part d'un de mes soldats.

D'une voix prudente, Wienke avait énoncé ces paroles qui ressemblaient vaguement à des banalités, donnant plus ou moins explicitement son accord à la solution proposée de ne réprimander que les véritables coupables. Cela suffirait-il à apaiser les tensions, à éviter que ce genre d'incident ne se reproduise, cela était peu sûr... Et Frederick entrevoyait le moment où la Résistance ferait passer de semblables troubles pour de "simples" problèmes de soudards. Il s'inquiétait certainement pour rien... Certainement.

- Ne réprimandons que les vrais coupables, cela ne ferait qu'attiser le mécontentement à notre égard si nous nous avisions de punir des innocents, nous ne pouvons nous le permettre. Les tracts qui se sont multipliés dernièrement attestent que pour certains français nous ne sommes pas les bienvenus, tachons d'éviter que cela devienne une règle générale. Je vous laisse carte blanche, Siedler, retrouvez les agresseurs et punissez-les, c'est votre domaine. J'assure de mon côté que le Leutnant Meyer recevra la punition qu'il mérite.

Le visage fermé, Wienke cessa de tapoter sur son bureau, les yeux toujours rivés à ceux de Siedler.

- Je me permets cependant de vous signaler que certains de notre camp pourraient vouloir que la France en elle-même soit punie de cet affront. Non que je sois d'accord avec l'idée, mais si nous devons en plus essuyer des mécontentements dans nos rangs...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 238
Messages : 469
Âge du personnage : 31 ans

MessageSujet: Re: [Scénar 1 -1-] De la Justice dans l'air   Mar 6 Oct - 18:30

"Je suis d'accord avec vous -sur tous les points," répondit Siedler une fois que Wienke eu terminé, non sans avoir laissé passer un léger temps de réflexion pour repasser les informations dans sa tête. "Il est totalement hors de question que cet incident fasse croire aux Français qu'ils peuvent faire ce qu'ils veulent. Bien que le Leutnant Meyer ne soit pas une oie blanche, si nous ne faisons rien ils s'amuseront à régler eux même des comptes qui devraient passer par Duplessan. Et nous savons tous à quel point Duplessan est d'une grande efficacité dans ce domaine."

Ce qui signifiait, ni plus ni moins, qu'il agitait du vent mais n'obtenait que des miettes. Ce qui était parfait : Siedler était d'accord pour qu'il y ai de la justice dans l'air, mais il y avait des limites à ce qu'un vainqueur accordait aux perdants.

"Je pense que nous devrions laisser tomber les otages. Annoncer que l'armée d'occupation est juste avec la population en ne punissant que les coupables, mais demander une compensation pour les prévenir que ce genre d'incidents ne doivent en aucun cas se reproduire. Je crois également que nous devrions laisser les français proposer eux même les charges qu'ils verseront pour compenser la perte d'un pilote allemand. Bien entendu, en privé, nous proposerons notre propre liste. Vous croyez qu'un Scharmützel peut tuer combien de dragons en... mettons... deux ans ?"


Parce qu'il était clair que Meyer ne volerait plus jamais, et que Siedler avait entendu dire que les dragons refusaient souvent de changer de pilote quand le leur était encore en vie. Si le Scharmützel de Meyer refusait, alors c'était un dragon de perdu pour le Reich et autant de potentielles victoires -qu'il aurait très bien pu ne pas avoir, mais cela n'entrait pas dans le calcul.

"Pensez vous que les militaires causeront du soucis si on leur demande de rembourser avec leurs oeufs les Anglais que le Scharmützel de Meyer aurait eu la possibilité de tuer ?"

Il s'agissait de ne pas se prendre une révolte en pleine figure : même dépourvus d'armes à feu, les Français avaient des dragons assez costauds pour démolir une ferme...
_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 10
Messages : 75
Âge du personnage : 42 ans

MessageSujet: Re: [Scénar 1 -1-] De la Justice dans l'air   Dim 18 Oct - 20:22

[Mon post est pourri, pardon T.T]


Frederick réflechissait. Prendre leurs oeufs aux Français était une idée étonnante, surprenante même, dont il ne voyait guère l'utilité – après tout l'armée Allemande était très bien pourvue, mieux que les français, et n'avait pas besoin dansl'immédiat de nouveaux oeufs. Cependant le concept même de cette demande était des plus intéressant. Oui, quelque part Siedler avait raison, il fallait compenser les pertes.

- Un Scharmützel en un an peut faire des dégâts intéressants, et votre idée n'est pas mauvaise, encore que nous n'ayons pas particulièrement besoin d'oeufs. Oui, ce serait une bonne compensation, justifiée, intéressante.

Il effleura son propre menton qui aurait sans doute pu apprécier un petit rasage, de nouveau songeur. La dernière question de Siedler avait de quoi le faire douter, en effet... Les militaires français accepteraient-ils de se faire ainsi « voler » leurs oeufs, même pour une raison parfaitement compréhensible ? Certains Français ne supportaient viscéralement pas la présence allemande, si celle-ci venait à ce montrer ainsi intrusive, il y aurait peut-être de mauvaises réactions.

Et cela Frederick Wienke ne voulait pas le permettre.

- Il faudra vraiment présenter la chose comme une offre des dirigeants français aux dirigeants allemands, à mon avis. Je crains que certains militaires n'aillent effectivement croire, s'ils voient que nous requiérons une telle compensation, que nous sommes des voleurs, même si la raison de ce geste est parfaitement naturelle... si ce sont les dirigeants français qui d'eux-mêmes ont décidé de nous faire ce « cadeau », nous avons plus de chance de parvenir à calmer les tensions. J'imagine que certains civils iront trouver cela inconvenant mais ils ne sont pas pour le moment un grave danger pour nous... D'ailleurs, j'y pense, n'avez-vous aucune nouvelle de ces tracts ? On m'a rapporté que la situation ne s'améliorait pas le moins du monde.

Et c'était fort inquiétant. Ces tracts marquaient la naissance d'un esprit rebelle en France et la guerre n'était pas finie, s'ils devaient trop s'occuper de garderleur territoire calme en plus de devoir lutter sur d'autres fronts, il y avait fort à parier que la victoire serait difficile.

Frederick s'interdisit cependant ces pensées pessimistes et fixa de nouveau son vis-à-vis dont il avait perdu un instant le regard, absorbé dans ses songeries désagréables. La question était presque réglée. C'était allé vite, très vite, pour un problème d'une telle ampleur ; pour un peu il en aurait été étonné, s'il n'avait l'habitude de se montrer plutôt efficace. De plus son interlocuteur n'était pas un de ces sadiques butés comme il y en avait tant, c'était agréable...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 238
Messages : 469
Âge du personnage : 31 ans

MessageSujet: Re: [Scénar 1 -1-] De la Justice dans l'air   Sam 24 Oct - 18:27

"Nous avons mis la main sur des communistes, mais pas sur Edelweiss," répondit Siedler laconiquement tout en portant à sa bosse deux doigts machinaux. Il n'ajouta pas qu'Edelweiss était pourtant le plus dangereux, ni qu'il avait forcément des liens à Sarnand et que Wienke n'avait pas été d'une grande efficacité pour les détruire. Dans l'affaire, ils avaient tous les deux leurs fautes.

"Il faut que je vois le Colonel Marceau et Duplessan ; sans doute Duplessan d'abord. Il proposera l'idée à Marceau, qui nous demandera si nous sommes d'accord et, évidemment, nous accepterons. Mais officiellement l'idée sera française et l'armée française sera d'accord. Si le reste de la population n'est pas d'accord, elle n'aura qu'à s'en prendre à ses pauvres chefs."


Siedler haussa les épaules. Duplessan, il le regretterait sans doute, parce que c'était un chic type, somme toute sympa et plutôt amical. Par contre, Marceau, il ne le connaissait pas du tout et l'homme le regardait toujours de travers. Edelweiss pouvait bien l'attaquer, ça ne ferait pas pleurer beaucoup d'allemands.

"J'ai votre accord pour mener les négociations ? Alors c'est parfait... je vous laisse décider de la sentence de Meyer. On pourrait probablement l'accuser de marché noir mais pour être franc, mes services sont débordés. La Luftwaffe s'occupera des siens pour cette fois."


Comme ils semblaient d'accord et n'avaient pas grand chose d'autre à se dire -si ce n'est, peut être, "votre neveux lave très bien les toilettes"-, Siedler se leva, ramena sa casquette sur son crâne, récupéra sa serviette et, enfin, salua avec un "Heil Hitler" sec-mais-pas-trop-fort. Pas par manque de patriotisme, mais parce que gueuler dans le bureau d'un Lieutenant-Colonel manquait horriblement de classe. Ceci fait, il tourna les talons et quitta le bureau...
_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Scénar 1 -1-] De la Justice dans l'air   

Revenir en haut Aller en bas

[Scénar 1 -1-] De la Justice dans l'air

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Die Adler :: Base aérienne de Sarnand :: Le château :: La grande tour-