[inachevé] Sortir du nid [Vendredi 18 Avril]


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

[inachevé] Sortir du nid [Vendredi 18 Avril]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Allemande

Messages RP : 2
Messages : 28
Âge du personnage : 22

MessageSujet: [inachevé] Sortir du nid [Vendredi 18 Avril]   Mar 20 Oct - 16:44

Charlotte se réveilla comme tous les jours depuis des semaines avec une terrible envie de se rendormir. Emberlificotée dans ses draps, un peu à l'image d'un ver cherchant à devenir un papillon, elle soupirait déjà à l'idée d'une journée morne et sans gloire.

Ainsi allait la vie au château de Montreuil : le calme, le silence, la stase. Chaque jour était comme le précédent. Rien ne semblait vouloir altérer la quiétude morne d'une vie sans but.

Charlotte mourrait d'ennui depuis son arrivée. Dés qu'une mission, même modeste, se présentait elle était volontaire, mais on lui préférait à chaque fois une jeune pilote, parait-il plus expérimenté, plus endurant, mais surtout, d'après elle, plus homme.
Elle jalousait un peu ces jeunes pilotes à la mine arrogante et férocement plébéienne, et se mêlait peu. Elle sortait peu de sa modeste chambre, prenait seule ses repas, lisait beaucoup et s'occupait d'Apatura iris, quand les soldats d'entretien la laissaient faire.

L'ennui était une chose, mais l'absence de confort en était une autre.
Le château était certes d'une grande beauté mais comme toute battisse un peu ancienne manquait de l'élémentaire en question de confort. Charlotte avait de gros besoin dans ce domaine là et le simple fait de faire sa toilette dans un simple évier l'irritait un peu... et encore, il parait qu'elle était privilégiée, les autres pilotes devaient se contenter parfois d'une modeste bassine.

Le lever fut pénible, tout comme la toilette matinale, à l'eau froide. Toutefois la coquetterie faisait partie de ses qualité et elle prit grand soin à être bien coiffée, propre et légèrement maquillée.

Elle se présenta comme chaque matin au rapport, au bureau du Major Horst Klegerman, qui comme chaque matin lui enjoignit d'aller voir ailleurs, si, par le plus grand des hasards, elle n'y était pas. Polie et obéissante, Charlotte se retint de crier sur son officier supérieur , pour exiger un peu plus de considération, mais retenant ses paroles amères, la larme à l'œil, elle préféra tourner les talons.

Elle retourna illico dans sa chambre, saluant au passage les quelques pilotes qu'elle croisait et qui lui répondaient mollement à son salut réglementaire. Entre un officier distant et quelque peu condescendant, des pilotes au comportement patriotique douteux et à un ennui sidéral, elle se demandait bien ce qu'elle faisait là.
Son enthousiasme des premiers jours s'était transformé en une frustration de tous les instants.

Elle pleura longtemps, seule dans sa chambre, essayant par tous les moyens de ne pas faire de bruit, pour éviter la honte de sa faiblesse. Belle allemande que voilà, si le führer voyait cela, il n'aurait que mépris pour elle.

Par sa fenêtre, elle voyait souvent les jeunes pilotes comme elle profiter d'une voiture ou d'un camion pour se rendre en ville, passer un peu de temps parmi les autochtones, tromper leur ennui et leur goût immodéré pour l'alcool. Charlotte ne les avait jamais suivit. D'abord parce qu'on ne lui avait jamais demandée, ensuite parce qu'un bon soldat ne perd pas son temps à de telles activités indignes de lui, ne familiarise pas avec les français et ne dépense pas sa solde en mœurs légères.

Mais ils partaient tous le sourire aux lèvres et rentraient, parfois fort tard, quand ils rentraient, encore plus joyeux.
Alors pourquoi pas...?

Charlotte mit son plus belle uniforme, veste d'officier, jupe longue, enfila des talons hauts pour se grandir un peu, pris son courage à deux mains, mais dédaigna son pistolet d'ordonnance et son épée. Il n'aurait pas été très amical de se présenter la première fois aux vaincus armée comme un porte avion.
[...]

Le préposé au transport du courrier fut surpris en montant dans sa voiture d'y trouver la jeune pilote dont le régiment parlait, la très belle rousse à l'air hautain et aristocratique, qui ne parlait à personne.
Il bégaya quelques mots mais la demoiselle l'invita fermement à ne pas en rajouter, de prendre le volant et de l'amener à Montreuil.
Le soldat s'exécuta.
Le voyage ne fut pas long en distance, mais temporellement , c'était une autre affaire.
La jeune pilote ne disait mot, arborait sans cesse une visage fermé et triste, lointain...
Il la déposa Rue Carnot, inquiet toutefois de la laisser seule. La jeune femme fit quelques pas pour se détendre les jambes et remettre sa jupe longue dans une position parfaite.

- Lieutenant ? Je passe vous reprendre à quelle heure ? S'interrogea-t-il...

Charlotte regarda autour d'elle, croisa le regard de quelques habitants de cru, vieilles sorcières habillées de noir au regard mauvais, paysan sales, jeunes gens de mauvaises allures au regard chargé de haine...
A nouveau, elle se dit qu'elle n'avait rien à faire ici. Que sa place n'était pas là, ni au château, ni nul part...

Elle remonta immédiatement dans la voiture.

- Ramenez moi au château s'il vous plait …

Le soldat ne dit rien, mais il eu du mal à contenir un petit sourire. Décidément, se dit-il dans son fort intérieur, quelle idée d'accepter les femmes dans l'armée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand

Messages RP : 180
Messages : 359
Âge du personnage : 31

MessageSujet: Re: [inachevé] Sortir du nid [Vendredi 18 Avril]   Mar 20 Oct - 19:55

[hrp : Oublie pas de mettre une date, ;). On ne sait pas comment s'intégrer en fonction des divers évènemets ^^.Là on va dire quelques jours avant le drame du flieger frappé ^^]

Et encore une matinée morne. Le soleil de printemps était bien là, mais un vent soufflait presque méchamment, un peu fort, emportant les quelques détritus qui régnaient dans les caniveaux de la rue. Pourquoi le lieutenant était venu là ? Pour sortir un peu. Mise à part s'occuper de Thuban, de lui faire faire des excercices réguliers pour pas qu'il s'encroûte et s'ennuie et faire de la paperasse, il n'y avait rien d'intéressant à faire... Si seulement, il pouvait partir pour aller se battre... Il soupira et oublia cette pensée. Il était cantonné là pour le moment et un jour ou l'autre, il faudra bien que cela craque quelque part. Un calme comme ici alors que la guerre régnait et que l'envahisseur qu'il était avec les siens ne pouvait pas être complètement être une situation stable.

Il s'alluma une cigarette et s'appuya contre un mur. Les quelques civils qui passaient le regardaient passablement avant de l'ignorer. Comme d'habitude, il sentait leur froideur se poser dans son dos. Un Allemand n'était pas apprécié et il le savait. Mais que pouvaient-il faire pour le moment contre lui ? Rien... La moindre tentative et il aurait le droit d'user de son arme pour se défendre. Légitime défense, même s'il répugnait à cette mesure extrême. Son uniforme suffisait déjà à faire peur. Il était un Flieger et cela suffisait. Comme les soldats, il ne fallait pas chercher des noises à un homme en uniforme, un allemand, un vainqueur de la France. Il n'était qu'un pion parmi toute cette armée victorieuse...

Son regard se leva quand il vit une voiture s'arrêter de l'autre côté de la rue. Un peu curieux, il assista à la descente d'une jeune pilote. Il l'avait croisé une ou deux fois depuis qu'il était à Sarnand. Elle devait être discrète pour qu'il ne la voye pas plus que cela. Ou peut-être ne faisait-il pas attention. Il tira un peu sur sa cigarette quand il vit le visage troublé quand elle regard autour d'elle. Puis elle remonta dans la voiture. Une affaire pressante de dernière minute ? Non... Elle avait eu de la crainte dans le regard.

Il jeta sa cigarette et traversa la route, avant de toquer à la vitre du véhicule. Elle avait presque une mine mélancolique. Il avait déjà vu cela chez quelques pilotes. Même s'il ne causait pas à ses collègues, voir une consoeur dans cet état était presque démoralisant. Une escadrille devait être au top pour être efficace, même en temps de tranquillité comme en ce moment

"Tout va bien Leutnant ?" (problème de balise, je parle en allemand ^^")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemande

Messages RP : 117
Messages : 219
Âge du personnage : 16 ans

MessageSujet: Re: [inachevé] Sortir du nid [Vendredi 18 Avril]   Mar 20 Oct - 20:13

La poitrine en feu, Hermeline arrêta un instant de courir pour reprendre son souffle. Dire que la journée avait si bien commencé ! Avec sa troupe de scout du club d'herboristerie, elle avait préparé avec minutie cette journée du jeudi : Sac à dos solide, jupes culottes en tissus épais, chaussures de marches, béret et écusson de l'école lustrés, pique-nique savoureux préparé par sœur Maïté... Non décidément, rien n'aurait dût empêcher la petite blondinette d'aller gambader gaiement dans la forêt avec ses amies.
Rien sauf le courrier du matin.

Alors qu'elle est ses camarades piaffaient déjà d'impatience dans le hall de l'institution, guettant l'heure d'ouverture des portes sous le regard amusé de la sœur intendante, le carillon du téléphone avait interrompu les gloussements et les plaisanteries des jeunes filles. C'est lorsque la cornette pointa un doigt sur Hermeline et lui indiqua de venir prendre la communication, qu'elle comprit que sa journée de détente était remise à une date ultérieure.

Maman avait reçut une lettre de Dorothée, avec enfin des photographies du petit Hansel. Impossible pour Madame Von Lichtenstein d'aller remettre les précieuses nouvelles au major en main propre : Une petite divergence d'opinion, au sujet d'une escarmouche sans importance au-dessus de Londres, avait amené leur relation à affronter une terrible période glacière.
Hermeline embrassa donc ses amies, leur souhaita une bonne journé d'un air funèbre, puis pris le chemin de la demeure Libberecht pour aller entrer en possession du fameux courrier.

Elle avait couru comme une forcenée dans l'espoir d'attraper l'un des soldats de la milice de nuit, ou un permissionnaire sur le retour, afin de lui refiler la commission mais hélas, rien : La rue Carnot était vide comme le cœur du fürher et elle, elle avait un fichu point de coté... La montée jusqu'à Sarnand allait être agréable tient !
La petite jeune fille en était là de ses récriminations intérieures, quand une voiture si typiquement allemande qu'elle en était une vrai caricature arriva, éveillant l'attention de toute la population qui vient négligemment se poster qui à une fenêtre, qui sur un palier, pour voir de quoi il retournait.

"Et bien ça, c'est un fameux coup de veine..." Marmonna Hermeline en regardant la plus improbable des créatures faire une tentative de sortie dans Montreuil. "Oh non, on ne repart pas sans moi !"

Déjà l'aviatrice était remontée dans son véhicule, aussi la blondinette bondit hors de son mur pour se jeter presque sur son capot les bras en croix, en hurlant de manière très Major Von Lichtensteinienne un "Halte ! Ne partez pas !" d'accent terriblement teutonique, sans vraiment remarquer le Leutnant qui se penchait à la vitre, de l'autre coté de la voiture.

Les joues rougit par la course, le béret de guingois, une chaussette troussée sur l'un de ses godillots et sa besace en bandoulière, elle se demanda l'espace d'une seconde si son impulsivité n'allait pas la faire trépasser de la plus bête des façon : Ecrasée par un chauffeur allemand persuadé de se faire attaquer par une saboteuse en jupon, ou abattue par un flieger convaincu de la même chose...

"S'il vous plait ?" Tenta-t-elle alors avec le sourire le plus crousti-fondant qu'elle puisse avoir au répertoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemande

Messages RP : 2
Messages : 28
Âge du personnage : 22

MessageSujet: Re: [inachevé] Sortir du nid [Vendredi 18 Avril]   Jeu 22 Oct - 21:10

Assise bien sagement sur la banquette arrière, Charlotte fut d'abord surprise d'être ainsi abordée en pleine rue. La portière n'était pas encore refermée et elle ne sentait pas la rassurante protection de la feuille métallique entre elle et l'homme qui venait de l'interpeller.

A son grand soulagement, elle reconnu l'uniforme allemand et les insignes d'officier de l'air.

Du coin de l'œil, elle observait l'homme, sans toutefois le regarder directement. ce genre de choses ne se font pas. Il était grand et, somme toute, plutôt bel homme, si tant est qu'elle était en mesure d'en juger.

- Je vous remercie Lieutnant, mais tout va bien... je... je me suis juste trompée d'endroit...

Charlotte pestait intérieurement devant son manque total de capacité à mentir. Elle sentait que son ton était fort peu éloquent, mais ce n'était pas le plus important. Tout ce qu'elle voulait, c'était repartir au plus tôt, s'enfermer dans sa chambre et n'en plus bouger jusqu'à la fin de la guerre. Enfin... si on peut appeler cela une guerre.

Elle fit mine de tendre le bras, pour saisir la poignée de la portière, mais avant de se faire, un bruit sourd détonant sur le devant de la voiture.
Charlotte poussa un petit cri de belette effrayé. Honteuse et ridicule elle plaça immédiatement ses mains sur sa bouche, de peur qu'un autre son tout aussi improbable ne vienne à en sortir.
Elle tourna rapidement la tête vers l'officier, juste pour voir si ce dernier s'était aperçu de quelque chose. Mais entre le gloussement et sa posture hermétique, si il ne s'était aperçu de rien, que Dieu protège l'Allemagne d'avoir des pilotes aussi peu observateurs.

Perdue d'abord dans ses pensées que le bel officier devait maintenant penser qu'elle était une dinde d'élevage, et qu'il allait sans doute le répéter à qui voulait l'entendre dès son retour au mess des officiers, elle s'interrogea sur l'origine du bruit.

De là où elle se trouvait, elle ne pouvait qu'apercevoir ce qui semblait être une jeune fille à moitié couchée sur le capot de la voiture. D'abord inquiète de savoir si le chauffeur ne l'avait pas renversée, elle du se rendre à l'évidence que la voiture ne roulait pas... et pas depuis une minute...

Le jeune fille avait l'air d'une poupée, toute petite et toute mignonne, et aucune pensée inquiète n'envahit son cœur.
Toutefois, le bel officier était plus près, et elle le laissa prendre l'initiative pour savoir de quoi il en retournait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand

Messages RP : 180
Messages : 359
Âge du personnage : 31

MessageSujet: Re: [inachevé] Sortir du nid [Vendredi 18 Avril]   Jeu 22 Oct - 23:45

Elle disait s'être trompée d'endroit ? Il se retint de hausser un sourcil un peu surpris. Comment pouvait-on se tromper d'endroit. Montreuil n'était pas la ville de Paris et à moins qu'elle ne soit jamais sortie de Sarnand. Peut-être que c'était cela au final. Cette jeune Flieger n'était pas encore sortie de la base depuis qu'elle était affecté ici... Pas ou pas assez visiblement et elle se laissait impressionner par le regard méprisant des civils... Quoi d'étonnant, quand on promettait la gloire à des pilotes de cette jeunesse. Et bien évidemment, on leur expliquait pas comment les gens locaux allaient se comporter à leur écart ; pas de liesse ou encore de regards envieux ou honorés de les voir. Rien que le mépris, la haine ou encore l'indifférence quand ce n'était pas la peur.

Visiblement, elle allait partir. Il n'allait pas insister. Et quand il entendit comme elle le bruit sourd contre la voiture qui avait commencé à partir, il avait tourné la tête, en reculant d'un pas pour voir ce qui se passait. Il avait entendu le cri de surprise de la Flieger, mais se préoccupait plus de voir la présence d'une jeune fille. La voiture n'avait pas été vite et juste avant, la jeune fille avait crié en allemand quelques mots en allemand, avant de se retrouver maintenant allongée sur la tôle du couvre-moteur.

Il s'était presque précipité sur l'avant de la voiture, lâchant un juron peu élogieux pour le conducteur qui n'avait pas su faire attention et aida la jeune fille à se redresser. Elle ne paraissait pas blessée au premier abord, juste secouée.

"Est-ce que ça va ? "

La Leutnant était toujours dans la voiture. Elle paraissait médusée par la situation. Peter n'attendit pas la réponse de la fillette pour lancer aussitôt :

"Un médecin doit te voir. Après un choc comme celui-là. Leutnant (il s'adressa malgré les fenêtres de la voiture à la Flieger) Pourrais-je user de votre véhicule pour passer chez un médecin ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemande

Messages RP : 117
Messages : 219
Âge du personnage : 16 ans

MessageSujet: Re: [inachevé] Sortir du nid [Vendredi 18 Avril]   Ven 23 Oct - 0:48

Hermeline se désolidarisa du capot du véhicule dès qu'elle eu la certitude qu'il ne partirait pas sans elle. Chose qui vint assez tôt, puisque le chauffeur la regardait avec des yeux de merlan frit et le flieger femelle avec un nuage d'incompréhension dans le regard qui aurait pu être comique, si seulement la petite blonde n'avait pas eu à s'occuper d'un leutnant inquiet.

"Oui oui, je vais bien, je suis costaud !" Tenta-t-elle de rassurer Peter, tout en remettant un peu d'ordre dans sa tenue. Elle stoppa net ces effets de style cependant, dès que le mot médecin se fut imprimé dans son cerveau.

"OOOhhhh flute zut crotte ! Non ! Nein, Pas de docteur, s'il vous plait !!!!" Couina la jeune fille en joignant les mains, modèle vivant de l'icône de la supplication, regardant tour à tour les deux pilotes allemands avec des yeux de petit chaton perdu. "Il va prévenir quelqu'un qui finira par prévenir maman et papa va se faire disputer, je vais bien je vous assure je tiens sur mes jambes. C'est ma faute en plus, j'ai couru pour stopper la voiture et je lui suis rentrée dedans, n'est-ce pas ?" Demanda-t-elle au chauffeur dont elle n'attendit même pas la réponse avant d'enchainer : "Vous voyez, c'est comme je vous l'avez dit. Je dois juste allez à Sarnand, mon père est là-haut, utiliser une voiture allemande n'entre pas dans le comptage des points heureusement, je voulais simplement demander la permission de monter, pas besoin d'un docteur. Vous n'allez pas me punir ou punir mon père, ou je sais pas mais enfin je voulais juste... Et en fait je crois que je parle un peu trop et que je me rend ridicule..." Termina finalement la blondinette, en triturant son béret et en poussant un soupir à feindre les pierres. Elle avait parfaitement conscience d'avoir gentiment yahourté entre la langue de Molière et celle de Goethe, mais dans l'ensemble, elle avait la satisfaction d'avoir placé les accents sur les bonne toniques et d'être restée globalement claire dans ses explications.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [inachevé] Sortir du nid [Vendredi 18 Avril]   

Revenir en haut Aller en bas

[inachevé] Sortir du nid [Vendredi 18 Avril]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Die Adler :: Montreuil :: Centre ville :: Rue Carnot-