Comme des enfants (1er mai 1941) - Page 2


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

Comme des enfants (1er mai 1941)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Français

Messages RP : 169
Messages : 460
Âge du personnage : 14 ans

MessageSujet: Re: Comme des enfants (1er mai 1941)   Dim 29 Nov - 21:10

Peter se contenta de la réponse d'Hermeline quand à sa motivation de piquer les œufs. De toute façon, elles pouvaient avoir autant de raisons de le soupçonner de pseudo trahison étant donné que lui aussi était de sang Allemand. A ceci près que pour lui ce serait légitime étant donné ce que lui avait dit Heinz... de toute façon, quel serait l'intérêt d'essayer de piéger des jeunes adolescents surement aussi dangereux pour la Werchmart qu'un insecte anorexique.
Piéger, un mot qui raisonna dans sa tête, cela lui traversa l'esprit d'aller vite tout balancer à Siedler pour gagner ainsi sa confiance pleine et entière. Il eût un sourire
Comme si j'allais lui faire ce plaisir à cet enfoiré.
Tans pis pour les tickets de rationnement, lui et sa mère se serreraient encore la ceinture mais ils avaient l'habitude maintenant, du moment que ce mec déboulait pas pour les envoyer à Dachau...
En parlant de Dachau, voilà justement quelque chose qui lui fit écarquiller les yeux et déglutir bruyamment quand Hermeline évoqua l'éventualité qu'ils doivent la prendre en otage au cas ou ça tournait vraiment mal. Il la regarda avec un sourire mi-figue mi-raisin.

- Ok... J'chuis... J'chuis hyper rassuré là...
Il leva les yeux au ciel et se laissa aller à un sourire d'amusement quand Timothée sortit qu'il ne serait pas contre la prendre en otage...
Quand elle exposa plus longuement les raisons de son ralliement, Peter acquiesça, parfaitement d'accord avec son point de vue.
Décida à vanner, il regarda Tim en feignant l'étonnement.

- Tu sais réfléchir toi?
Il ria quelques secondes puis retrouva son sérieux.
- C'est sûr qu'on à besoin d'un plan efficace, et surtout, je pense, d'un alibi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemande

Messages RP : 117
Messages : 219
Âge du personnage : 16 ans

MessageSujet: Re: Comme des enfants (1er mai 1941)   Mer 9 Déc - 17:17

L'évocation d'une éventuelle prise d'otage et des risquent évidents qui pouvaient mener à de telles extrémités avaient comme jetés un léger froid sur la discution. Heureusement, Tim désamorça tout cela avec son franc-parlé habituel et Hermeline s'empressa de continuer sur cette lancée.

"Il n'y a pas de raisons de s'inquiéter, je serais une otage très accommodante, je vous le promet !" Déclara-t-elle avec un grand sourire le plus niais possible tout en tapotant gentiment la main de Timothé, autant pour mimer le réconfort que pour l'obliger à garder une distance raisonnable en accord avec la bienséance qui limitait les interactions filles/garçons.

Puis attrapant une de ses mèches échappées de ses couettes, la petite jeune fille l'entortilla autour de son index tout en commençant à la mâchouiller. Les bonnes sœurs avaient beau marmonner à qui mieux mieux sur cette attitude hautement infantilisante de leur pensionnaire, c'était le seul moyen pour elle d'arriver à calmer son anxiété et à mobiliser tout ces neurones vers un seul but en période de stress : Cela fonctionnait parfaitement pendant les devoirs sur table, il n'y avait pas de raison que ce moyen jusque là infaillible lui fasse faux bond pour une opération terroriste...

Le reste de la conversation entre les deux garçons passa à l'arrière plan des réflexions d'Hermeline, qui fronçait les sourcils sous l'effort que fournissait son cerveau. Soudain, elle se redressa en claquant des mains et couru jusqu'à son sac dont elle se saisit tout en cherchant à se rendre de nouveau présentable.

"Il faut que j'aille manger chez mon grand-père Von Lichtenstein !" Déclara-t-elle, fébrile, comme si cela expliquait sa soudaine défection et surtout pouvait rassurer ses compères. "Mon frère mange là-bas aujourd'hui-hui, je sais comment inspecter les murailles de Sarnand sans éveiller les soupçons, mais je dois parler à Ivan pour ça ! J'aurais un plan de la base cette fin de semaine, venez à la messe de Sainte-Marie ce dimanche, on peaufinera les détails. Pendant ce temps, réfléchissez à un plan d'action et à un moyen de communiquer sans trop se faire remarquer !" Expliqua-t-elle alors qu'elle enfilait son manteau et se drapait dans son écharpe. Elle couru jusqu'à la porte de la chambre qu'elle ouvrit et referma aussitôt, sans en avoir passé le seuil. Faisant demi-tour, elle revint déposer un baiser fraternel sur les joues de ses deux complices avant de filer dans une envolée de boucles blondes, dégringolant l'escalier comme si elle avait le diable aux trousses.


[HRP: Finis pour moi ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français

Messages RP : 174
Messages : 212
Âge du personnage : 14 ans

MessageSujet: Re: Comme des enfants (1er mai 1941)   Sam 12 Déc - 1:09

- Ben ouais j'sais réfléchir et puis s'tu veux pas que j't'en colle une fais gaffe à c'que tu dis !

En tout cas quand il était stressé, Peter parlait comme Timothée, il supprimait des voyelles et tout et tout. Donc l'autre garçon était ravi, mais les blagues n'étaient pas toujours à son goût. Enfin si, il n'aurait pas râlé le moins du monde s'ils avaient été tous les deux tous seuls. Mais en présence de l'élue de son coeur, il ne pouvait pas se permettre d'être totalement ridicule.

Il lui arrivait d'être ridicule de son propre fait mais jamais trop parce que le top tuait le ridicule et si le ridicule ne tuait pas, trop de ridicule n'aidait en rien pour draguer quelqu'un. Donc Tim se refusait à passait pour un bouffon face à la demoiselle.

Il haussa les épaules quand elle se leva brusquement mais accepta tout de même l'excuse car c'était pour la bonne cause. Par contre le rendez-vous à la messe du dimanche n'était pas vraiment ce qu'il appréciait. Il paraissait qu'il fallait aller à la messe pour expier ses péchés. Parfois Tim se demandait quels péchés il devait expier. Il n'avait jamais rien fait de mal ... ou presque jamais ! Casser des nez ce n'était pas vraiment faire du mal !

Il eut un grand sourire quand elle lui fit un bisou sur le joue mais il fit une grimace en voyant qu'elle le faisait aussi avec Peter. Ce n'était donc pas une attention spécifique pour lui. Il trouverait un moyen de le faire payer ou d'avoir un bisou de plus que l'autre ! Et si pour cela il devait aller à l'église, soit !

D'un autre côté, est-ce que s'embrasser dans une église sans être en train de se marier c'était si bien vu que ça ? Bon, Tim se fichait que ce soit bien vu mais une demoiselle voulait certainement être bien vue.

- Bon ben j'crois qu'c'est tout, on a tout vu pour l'moment. T'finis ton assiette ?

Pas qu'il soit pressé de mettre Peter dehors, mais parce qu'il voulait savoir s'il pouvait passer au dessert sans avoir l'air d'un sans gêne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français

Messages RP : 169
Messages : 460
Âge du personnage : 14 ans

MessageSujet: Re: Comme des enfants (1er mai 1941)   Sam 12 Déc - 23:34

Peter n'avait plus vraiment d'appétit et se contentait de fixer son assiette emplie de deux feuilles de chou et de quelques grammes de poulet bouillant dans leur jus. Son regard semblait absent, mais en fait il était en pleine réflexion, comment avait-il pût se laisser emporter par son émotion et dire oui à une entreprise aussi dangereuse, il avait entendu des rumeurs sur des nazis qui pendaient des gens juste pour s'amuser en Pologne, nul doute qu'ils leur réserverait le même sort s'ils étaient pris en flag... Que deviendrait alors sa mère, surtout dans une France occupée? Un mari mort au combat contre les Allemands et un fils exécuté pour terrorisme, il suffisait de 100 fois moins pour envoyer quelqu'un dans les camps de concentration...
Il fût ramené à la réalité par la soudaineté du départ d'Hermeline, comme si elle avait vu le diable en personne. Peter essaya de tendre la main comme pour la retenir mais avait déjà ouvert la porte.

- Attends!
Trop tard, la porte était déjà claquée. Déboussolé, Peter croisa le regard de Timothée et parla après un court silence.
- T'a déjà mit les pieds dans une église toi? Ça va faire suspect...
Il chassa encore une fois cette idée noire de son esprit, en ces temps de guerre, c'était pas rare que des gens viennent chercher le réconfort où ils le pouvaient après tout... Encore une fois il fût prit de court quand Tim lui demanda s'il finissait son assiette.
- Was? Ah! non merci, c'était très bon mais j'ai plus très faim...
Oui, l'idée de finir sa vie à gigoter au bout d'une corde lui avait passé toute envie de manger quoique ce soit. C'était peut-être une obsession de la mort, mais vu ce qu'ils entreprenaient, il avait bien l'impression qu'elle était parfaitement légitime, si çà continuait, les nazis n'auraient même pas à le tuer, il serait mort de peur bien avant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français

Messages RP : 174
Messages : 212
Âge du personnage : 14 ans

MessageSujet: Re: Comme des enfants (1er mai 1941)   Mar 22 Déc - 19:14

[HRP : à la bourre sorry]

Comment ça il allait faire suspect dans une église ? Mais pas du tout, il y allait quand il était petit et il n'avait jamais fait suspect. Il pouvait même mettre ses habits du dimanche qui étaient parfaits pour ce genre d'occasion. Il devait même se souvenir d'une prière ou deux s'il s'y mettait vraiment.

Tim réfléchit un instant et entonna d'une voix suraiguë et dissonante :

Seigneur, rassemblés près des tentes
Pour saluer l'fin d'jour
Tes scouts laissent leur voix chantantes,
p'tain c'que c'est niais
Monter vers Toi, plein'd'amour
Tu dois aimer l'humble prière
Qui d'ce camp s'en va monter
Ô Toi qu'n'avais su'l'terre
Pas d'maison pour t'abriter
comme si qu'l'en avait b'soin

Ah m'c'est quoi d'jà l'suite, j'sais plus trop ou alors ... ah oui j'm'en r'pelle, c't'encore plus con

Nous v'nons toutes les patrouilles
T'prier pour T'servir mieux
Vois au bois silencieux
Tes scouts qui s'agenouillent
Bénis-les, ô Jésus d'les cieux


Il jeta un regard à Peter qui venait de dire qu'il n'avait plus faim et il soupira.

- Bon j'sais que j'chante comme une cass'role mais faut pas t'laisser aller mon gars ! Bon, s't'as la crève, j'peux t'comprendre, l'aut' jour j'toussais comme un perdu ben y m'a fallu un grog au miel pour qu'ça s'passe. T'veux un coup d'gnole 'vec d'miel ?

Car lui n'aurait pas dit non, bon, il ne devait pas le dire à Madame Manon, mais elle l'aimait pas trop mal donc elle ne le surveillait pas trop. D'ailleurs, un jour il devrait lui faire un cadeau pour la remercier de sa gentillesse. Peut-être qu'il se laverait sans qu'elle ait à le menacer ? En attendant, lui n'était pas malade et il engouffra une part de tarte tout en attendant la réponse de Peter. Il allait peut-être vouloir partir mais au moins Tim avait été un hôte prévenant ... ou presque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français

Messages RP : 169
Messages : 460
Âge du personnage : 14 ans

MessageSujet: Re: Comme des enfants (1er mai 1941)   Jeu 24 Déc - 21:19

après avoir reposé son assiette, Peter eut le regard perdu dans le vide pendant quelques secondes. Quelques secondes seulement qui furent largement suffisantes à Timothée pour engloutir son dessert à une vitesse presque supraluminique. C'est sûr qu'il allait devoir emprunter une bible au libraire, histoire de réviser deux trois prières. En plus ce que çà pouvait être rasoir la messe! Le peu de fois où il y était allé lui avaient largement suffit pour en être dégoûté, aussi espérait-il bien qu'ils allaient rapidement pouvoir trouver un autre point de rendez-vous que la chapelle de Montreuil.
Au moment même où Peter allait ouvrir la bouche pour prendre congé, Timothée se mit à entonner un chant de messe d'une voix suraiguë à vriller les tympans. Peter laissa donc sa bouche toujours ouverte, dans la même position que celle où elle se trouvait quand il avait commencé à chanter, à ceci près que ses yeux étaient tous écartés.
Quand Timothée eût terminé le premier couplet, il en profita pour commencer à parler.

- Schiesse... Si je m'attendait à voir çà un jour...
Quand Timothée eût terminé le deuxième couplet, Peter applaudit légèrement la prouesse de ce futur stantor avec néanmoins un rire guère retenu.
- T'as une très belle voix! Oh et t'inquiète pas, tu chante peut-être mal mais je dois pas être beaucoup mieux. D'ailleurs c'est çà que çà veut dire chanter comme un casserole?
Il y avaient quelques lacunes dans le Français de Peter, même s'il se doutait du sens de cette expression qui n'était pas bien difficile à deviner, il devait toutefois obtenir confirmation. Il avait quelques mauvais souvenirs quand il venait d'arriver en France et qu'il avait utilisé à mauvais escient des expressions qu'il avait entendu quelques temps plus tôt. Il haussa les épaules à la proposition de Timothée.
- Pourquoi pas? Ça doit pas être mauvais. allez apporte-le ton truc, si çà t'fais plaisir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français

Messages RP : 174
Messages : 212
Âge du personnage : 14 ans

MessageSujet: Re: Comme des enfants (1er mai 1941)   Dim 3 Jan - 17:22

Tim haussa les épaules quand l'autre sembla étonné qu'il sache des chants scouts. Mais ce n'était pas parce qu'il travaillait déjà qu'il n'avait rien vécu avant tout de même. Il sourit joyeusement quand l'autre lui annonça qu'il n'était pas mieux et il faillit lui donner une bonne tape dans le dos, faillit seulement car il n'oubliait pas que Peter était malade donc moins à même de recevoir des tapes dans le dos sans avoir mal. Et comme ce dernier n'avait pas fait de charme à Hermeline, il ne voulait pas lui faire de mal.

- Ouais c'est ça d'chanter comme une cass'role. T'crois qu'tu fais pas mieux ? Ben comme ça on s'ra deux à s'faire fout' dehors !

Tim sourit de sa bonne blague et alla vers la porte contre laquelle il colla son oreille. Il fit signe à Peter de ne pas parler et écouta avec attention. Quand il fut satisfait, le sourire avait changé pour être nettement plus sournois. Il s'avança vers Peter et lui souleva les jambes pour l'allonger sur le lit.

- Alors où que j'l'ai foutue !

Il se glissa sous le lit en éternuant deux ou trois fois avant de ressortir couvert de poussière, une bouteille à la main. Cette dernière était presque vide mais on voyait bien qu'il ne s'agissait pas d'eau. Il prit le verre de Peter, déboucha la bouteille rapidement et versa une bonne ration du médicament miraculeux et bien alcoolisé.

- Allez, tu m'bois ça cul sec ! Ah non ! L'miel !

Il courut jusqu'à la porte avant de l'ouvrir et on l'entendit dévaler l'escalier plus que le descendre. Quelques secondes plus tard il revenait avec un pot de miel et il en prit une bonne cuillère pour la mélanger au liquide ambré.

- Voila, maintenant j'pense que tu peux l'boire ! Et fais gaffe, j'crois qu'l'est un peu forte la gnole !

Il tendit le verre bien plein et il regarda le garçon avec un magnifique sourire de celui qui initie un plus jeune aux plaisirs de l'interdit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français

Messages RP : 169
Messages : 460
Âge du personnage : 14 ans

MessageSujet: Re: Comme des enfants (1er mai 1941)   Lun 4 Jan - 23:40

Peter fût impressionné, pas vraiment surpris mais impressionné. Pas de voir que Timothée cachait une bouteille de gnôle dans sa chambre, mais qu'autant de poussière puisse se concentrer au même endroit pour qu'il en ressorte couvert. Ce qui faillit faire rire Peter c'était que ce dernier était tellement impatient de le voir avaler le "médicament" qu'il allait en oublier le miel.
Pendant qu'il était partit, Peter regarda la bouteille d'eau et l'idée de vider la gnôle quelque part pour la remplacer par de l'eau lui traversa l'esprit mais il la chassa vite... Boire de l'alcool! C'était pas tous les jours avec l'éducation plutôt puritaine que lui avait donné sa mère. Quand ce dernier revînt, Peter tendît son verre pour le laisser mettre le miel dedans. Tandis que Timothée se mettait à l'œuvre,il se devait de le remercier...

- Bon, une expression de plus dans mon répertoire : chanter comme une casserole.
Une fois qu'il eût fini, il contempla un instant la mixture.
- J'connaissais chaud avec moins d'alcool et du thym infusé en plus; Mais voyons ce que çà donne! Santé.
Il leva son verre à son ami et avala une bonne rasade du verre. Sur le coup, çà allait mais il fallait avouer qu'elle était bien forte la gnôle oui!
Peter eût la gorge bien décapée et toussota un petit coup, il avait prit des couleurs.

- Faut admettre... c'est plutôt costaud.
Il toussa encore et le tendît avant de le ramener vers lui après.
- J'suis bête, j'allais t'en proposer mais avec la crève que je me traîne...
Il ne résisterait pas si Tim voulait lui en prendre, de toute façon il ne finirait pas tout mais il aurait été prévenu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français

Messages RP : 174
Messages : 212
Âge du personnage : 14 ans

MessageSujet: Re: Comme des enfants (1er mai 1941)   Sam 9 Jan - 15:47

Il était certain que Peter n'était pas si peureux que ça pour boire une aussi grande rasade du breuvage miracle de Tim. Le garçon le regarda quelques instants avant de sourire de toutes ses dents en le voyant tousser. Ca c'était une réaction normale ! S'il n'avait pas toussé c'était qu'il était très habitué et ce serait étonnant de la part d'un gringalet pareil.

L'adolescent reprit la parole pour lui en proposer mais Tim haussa les épaules en montra la bouteille du doigt. Il en avait encore pour lui si besoin mais il ne voulait pas trop en boire parce que après il sentirait l'alcool et ce ne serait pas une bonne idée pour être gentil avec Madame Manon. Donc non il n'accepta pas. Par contre, il fit signe à Peter de recommencer à boire.

- Allez, t'en prend encore une ration parce qu'sinon ça s'ra pas efficace ! Faut m'croire t'sais.

Et alors qu'il regardait autour de lui pour savoir s'il allait avoir besoin de quelque chose pour l'après midi, il se dit que sa tenue n'était pas conforme à ce qu'il voulait faire (aller trainer du côté de la gare) et qu'il devait donc se changer.

- Bon j'me change et j'me tire d'la. T'peux squatter s'tu veux mais j'te préviens, s'tu m'piques un truc ça malade ou pas, j'te cogne !

Il retira rapidement ses vêtements avant d'en prendre des bien plus usés et salis, mais au moins il n'aurait pas de crainte à avoir de se faire des trous ou des tâches. Il les enfila tout en attendant la réponse de Peter. Il était gentil tout de même de lui proposer de rester dans sa chambre, surtout qu'elle était bien sa chambre, pas trop rangée mais bien quand même !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français

Messages RP : 169
Messages : 460
Âge du personnage : 14 ans

MessageSujet: Re: Comme des enfants (1er mai 1941)   Lun 11 Jan - 15:37

Peter sourit à Timothée quand ce dernier lui proposait de tout boire. Il eut un soubresaut au moment d'avaler le reste, il n'avait pas pensé au fait que maintenant il allait puer l'alcool, sa mère s'en rendrait très vite compte! Oh tans pis après tout se dit-il en buvant le reste du breuvage, de oute façon maintenant,qu'il boive plus ou moins çà n'allait pas changer l'odeur et puis il arriverait bien à se justifier pour s'en sortir in-extremis. Au pire il se prendrait un gifle et une bonne engueulade, ce à quoi il faut s'attendre après tout quand on fait un connerie.
Il retoussa une fois que le liquide était passé, moins fort cette fois-ci néanmoins.

- T'essaye de me bourrer c'est çà?
Par contre il haussa un sourcil et perdit un peu de son humour quand Tim lui recommanda de ne rien lui piquer son peine de passer un sale quart d'heure. Peter s'interrogeait, est-ce que c'était chez ce dernier comme une sorte de rituel que de tout le temps le menacer ou n'était-ce qu'un système de défense dût à la paranoïa? Il se gratta le menton faisant mine de réfléchir puis lui exposa son point de vue.
- Alors si tu me dit çà, est-ce que çà veut dire que c'est ce que tu ferait à ma place? Auquel cas je ne te montrerais surtout jamais où j'habite... Est-ce un réflexe de protection en rejetant sur les autres la crainte des conneries que toi même pourrait faire?
Lui-même s'étonnait de dire çà, mais il se souvenait particulièrement bien d'un texte de Freud qu'ils avaient étudié au collège en Français. Combla de l'ironie quand on pensait qu'il était Allemand au départ, et juif de surcroit! Bizarrement il avait été enlevé du livre de 5ème en cette année 1940-1941, quel drôle de hasard...
Il se leva ensuite, en mettant les couverts dans son assiette et empilant les trois assiettes.

- J'ai pas compris «squatté» mais si tu t'en vas j'vais pas m'éterniser t'inquiète. Je les rapporte où les assiettes?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français

Messages RP : 174
Messages : 212
Âge du personnage : 14 ans

MessageSujet: Re: Comme des enfants (1er mai 1941)   Sam 16 Jan - 16:06

En voyant Peter se gratter le menton Tim ne put s'empêcher de commenter.

" Cherche pas, t'comme moi t'pas encore d'poils d'barbe"

Puis il entendit la phrase et les yeux semblèrent lui sortir de la tête alors qu'il réfléchissait. De quoi qu'il causait avec son réflexe de protection, non il prenait les devants pour ne pas être obligé de courir après l'autre s'il lui prenait l'envie de fouiller dans sa chambre. En fait c'était surtout parce que lui ne volerait rien mais fouillerait beaucoup.

" Mais non j'te préviens s'tout. En plus on s'doit une bagarre qui s'rait chouette j'suis sur ! Et l'gagnant d'mandrait un truc au perdant, un truc chouette ! "

Comme aller à Sainte Marie se faire mordre le fond de culotte ou bien tenter d'observer les hôtesses d'une maison voisine. Ce serait vraiment chouette ça. En attendant comme Peter débarassait la table, chose que Tim aurait fait bien plus tard, il lui indiqua la porte.

" T'descends et t'va dans l'cuisine, merci t'sympa. Allez j'file, j'crois que j'suis à l'bourre, à plus, ferme pas la porte c'pas la peine, j'ferme j'mais. "

Sur ces bonnes paroles, il partit en courant avec la délicatesse d'un éléphant et on l'entendit crier qu'il allait se promener avant que la porte de chez Madame Manon ne claque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français

Messages RP : 169
Messages : 460
Âge du personnage : 14 ans

MessageSujet: Re: Comme des enfants (1er mai 1941)   Lun 18 Jan - 15:32

Peter s'empara des plats de vaisselle encore souillés du bouillon et de débris de poule avant de les empiler pour les descendre. Cela ne l'impressionnait pas, il était habitué à débarrasser la table et vue la maigreur des revenus de sa mère, il y avait souvent des choses bien plus dégoûtantes que çà dans les gamelles. Il fît un dernier signe amical à Timothée avant de pousser la porte d'un léger coup de pied. Une fois les escaliers descendus, il se dirigea vers la cuisine pour y déposer les plats en s'excusant u dérangement auprès de toutes les personnes qu'il croisait pour avoir pénétra dans la cuisine. Il pût voir une magnifique pièce de bœuf rôtir au grill et il s'en serait léché les babines s'il n'était pas en société car il fallait admettre que même si c'était de la viande, le poulet bouillit c'était pas très bon...
Il prit ensuite le chemin vers la sortie en évitant de passer près des tables de SS, non pas parce qu'ils fumait mais cela lui donnait envie de vomir quand même. Une fois dehors, il allait se diriger vers chez lui avant de faire demi-tour, se rappelant le but premier de sa visite ici : la lettre. Il se dirigea vers la boîte aux lettres et hésita. Même si la teneur des informations n'était pas capitale, c'était tout un principe de trahison de la confiance qu'on lui accordait depuis maintenant 4 ans. Il repensa ensuite à ce que lui avait dit Siedler et cela le décida, il mît l'enveloppe dans la boîte aux lettres et s'en alla en donnant un coup de pied rageur dans un gros caillou qui traînait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Comme des enfants (1er mai 1941)   

Revenir en haut Aller en bas

Comme des enfants (1er mai 1941)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Die Adler :: Montreuil :: Centre ville :: Rue Carnot-