Des acrobaties ? [-2 Mai 1941-]


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

Des acrobaties ? [-2 Mai 1941-]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Français
avatar

Messages RP : 84
Messages : 109
Âge du personnage : 22 ans

MessageSujet: Des acrobaties ? [-2 Mai 1941-]   Sam 12 Déc - 22:50

La matinée commençait tout juste, et dans les souterrains de Sarnand, Camille se dirigeait d’un pas nonchalant vers l’écurie d’Orphée. Il venait d’achever son petit déjeuner et se destinait à quelques manœuvres au-dessus du château, pour dérouiller un peu le dragon qui n’avait plus guère l’occasion de se livrer à des acrobaties depuis l’armistice. Un peu d’air frais leur ferait du bien à tous les deux, quand aucun courrier n’était annoncé dans la journée, pour le moment.

Fichue guerre. Surtout quand on est dans le camp des perdants. Camille supportait mal le calme ambiant alors que les Allemands s’installaient comme chez eux, prenant les commandes sans rien demander à personne. Mais mieux valait rester en état de pouvoir se battre si un jour l’occasion de les chasser une bonne fois pour toutes se présentait. Il préférait de très loin rester mobilisé, fut-ce aux ordres des Allemands, et être dans la place au cas où il se passerait quelque chose. Se passer quoi, Camille n’en savait fichtrement rien… mais il lui en faudrait peu, en tout cas, pour retourner au combat.

Les mains dans les poches de sa veste d’uniforme, il jeta un regard rapide par-dessus la porte de l’écurie d’Orphée. Le Porte-drapeau redressa aussitôt la tête, son regard noir croisant les yeux bleus de son pilote.

- Salut, Orphée.

Il ouvrit la barrière de bois, vérifiant d’un coup d’œil le niveau d’eau disponible pour le dragon. Lui adressant un sourire espiègle, il lui grattouilla affectueusement le cou.

- Ce matin, c’est manœuvres pour nous… on va pouvoir réviser les loopings !

- Parfait, ça faisait longtemps que je m’étais pas dérouillé un peu sérieusement. Tu n’as rien mangé de trop lourd ce matin, rassure-moi ?

Orphée lui souffla dans les cheveux sans prévenir, ce qui se rapprochait le plus d’une gentille moquerie de sa part. Il adorait les acrobaties au moins autant que son pilote, et les trajets ridiculement courts et tranquilles des derniers mois ne l’aidaient pas à écluser son énergie débordante.

Camille vérifia vivement le cuir souple de son harnais et lui passa d’un geste sûr, impatient de se retrouver dans les airs. Il ausculta soigneusement chaque boucle pourtant avant de la serrer.

- Dis, tu n’aurais pas un peu grandi toi ? J’ai l’impression que cette sangle te va plus serré…

- A mon âge on ne grandit plus, Cam…

Camille fronça les sourcils et examina la sangle incriminée. Elle était peut-être usée, ou raidie avec le temps. Il était très important qu’elle ne frotte pas sur les écailles du dragon, pour éviter d’irriter la peau, souvent sensible aux points d’attache. Il desserra un peu la boucle et résolut de graisser entièrement le harnais après les manœuvres de la matinée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 217
Messages : 395
Âge du personnage : 16 ans

MessageSujet: Re: Des acrobaties ? [-2 Mai 1941-]   Dim 13 Déc - 23:32

- Tu es en retard !

Orion sortait de son étable avec un air vexé, il avait l'impression que son pilote l'avait oublié et il n'était pas du tout heureux de ce fait. Wolfgang parut un instant désolé avant de reprendre contenance et de sourire avec ironie à son dragon.

- Et tu as l'heure où ?

Orion eut un mouvement qui donnait l'impression qu'il était gêné à son tour. Wolfgang éclata de rire et attrapa le harnais de son dragon et sortit d'un pas conquérant, il avait gagné cette manche ! Les deux compères sortirent de l'étable et Wolfgang vit un éclat coloré. Un peu perdu dans ses pensées il stoppa brusquement et Orion se stoppa derrière lui avec habitude.

- Tu n'as pas vu un Porte Drapeau français ?

Wolfgang avait bien cru voir ce type de dragon et il se demandait si jamais cela pouvait être Beth et Framboise. Il allait devoir ôter cette française de sa tête s'il ne voulait pas avoir d'ennuis avec les gradés. Bon, il avait les moyens de ne pas en avoir trop, mais tout de même, il devait faire attention. Le soldat secoua la tête.

- Oui il y en a un dans les étables françaises mais ce n'est pas Framboise pourquoi ?

Le dragon avait un ton ironique que Wolfgang connaissait bien. Le soldat se tourna vers sa monture en fonçant les sourcils, ce n'était pas gentil de se moquer d'un sentiment ! Il soupira avant de reprendre son chemin.

- On tente de voler avec eux quand même !

Orion avait décidé et il n'allait pas se changer d'idée. Il avait vu le porte drapeau français voler et il avait vu les acrobaties. Il voulait en faire autant !

- D'accord Orion, je vais lui demander.

Wolfgang fit signe à Orion de passer devant et il se dirigea vers l'équipage français.

- Bonjour, on vole tous les deux aujourdhui !

Ce n'était pas une demande mais presque un ordre, il n'imaginait même pas qu'on puisse éventuellement le lui refuser.
_________________

Avatar from Ulenka
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français
avatar

Messages RP : 84
Messages : 109
Âge du personnage : 22 ans

MessageSujet: Re: Des acrobaties ? [-2 Mai 1941-]   Lun 14 Déc - 1:42

Camille acheva de régler les brides et les attaches de la selle, puis sortit de l’étable pour laisser passer Orphée. Ce fut à ce moment là que des accents allemands parvinrent à ses oreilles, et il secoua brièvement la tête. Il ne s’habituait décidément pas aux sonorités gutturales de la langue de Goethe. Ou plutôt, il ne s’habituait pas à les entendre ici.

Un regard dans le couloir lui apprit que le Falken et son pilote venaient vers eux. Un gars tout juste sorti de l’adolescence… s’il avait pu s’engager à cet âge, il aurait certainement sauté sur l’occasion, mais jamais le paternel n’aurait accepté une telle dérogation au sein de l’Armée de l’Air.

En attendant, ils étaient arrivés en face de lui. Avec la ferme intention de venir voler avec eux, apparemment.

Camille haussa un sourcil, esquissa l’ombre d’un sourire et une demi-courbette nettement ironique. Si l’Allemand se comportait comme s’il se sentait chez lui, en revanche Camille était chez lui, et ne comptait pas vraiment le laisser croire qu’il valait moins que lui.

- Bonjour.

Un regard à Orphée lui apprit que le Porte-drapeau relèverait le défi avec plaisir, vu l’éclat brillant dans ses pupilles. Camille toisa le jeune pilote avec une distance où perçait un brin de malice. Pas vraiment de l’irrespect. Mais il n’avait que trop rarement l’occasion de se mesurer à d’autres sur son terrain favori.

- On allait faire quelques manœuvres. Vous pouvez venir, si vous n’avez pas peur de décrocher.

Et un de ses sourires qui oscillait entre enthousiasme et moquerie. Orphée cligna de l’œil, et déploya les couleurs éclatantes de ses ailes, s’étirant en manière d’échauffement, au seuil de l’aire d’envol. Camille accrocha le cuir du harnais et se hissa en selle d’un mouvement habitué. Il désigna d’un signe de tête les lanières encore au bras de l’Allemand.

- On vous attend dehors, le temps de vous équiper, d’accord ?

Ça leur donnait juste le temps de faire un ou deux tours au-dessus du château, avant d’attaquer une révision sérieuse de toutes les acrobaties imaginables qu’ils avaient pratiqué avec plus ou moins de réussite. En général, plutôt plus que moins, et c’était heureux puisqu’ils étaient encore en vie pour les refaire. Mais Camille n’était pas du genre à s’attarder sur ce genre de détails…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 217
Messages : 395
Âge du personnage : 16 ans

MessageSujet: Re: Des acrobaties ? [-2 Mai 1941-]   Mer 16 Déc - 22:26

Wolfgang haussa les épaules quand l'autre le salua avec un bonjour. Et alors, être poli avec les français était facultatif non ? Par contre que les français le soient avec les allemands ne l'était pas. Il le fallait car sur un mot de lui, l'autre se faisait fusiller ! Enfin, certainement pas de lui, mais il pouvait trouver un moyen de faire en sorte de rendre la vie impossible.

Peur ? Il n'avait pas compris certains termes mais il avait compris ce qu'il avait dit dans la substance. L'autre le défiait pour un certain nombre d'acrobaties et il lui disait qu'il pouvait avoir peur ? Mais peur de quoi ! D'un français hautain, arrogant, sûr de lui et ce totalement inutilement ? Certainement pas ! S'il y avait quelqu'un de doué dans tout Sarnand c'était l'équipage Wolfgang Orion et personne d'autre !

- J'ai peur de rien ! Et Orion et moi on est plus doués que vous !

Oui, cela pouvait donner l'impression que Wolf jouait à qui qui fait pipi le plus loin et qu'il aimait ça, mais ce n'était pas réellement la raison profonde. Ce qui sous-tendait le discours du Flieger c'était surtout que l'autre ne pouvait pas raisonnablement penser gagner dans un défi pareil ! Il n'avait après tout qu'un porte-drapeau et si Wolfgang connaissait bien les races de dragons comme c'était le cas, sur le plan de la vitesse et de l'endurance, un Falken en valait au moins deux comme lui ! Et d'après ce que le jeune homme pouvait voir, Orion était nettement plus jeune donc … comme tous les jeunes il devait être plus souple, plus habile et tout et tout. Et ceux qui disaient que l'expérience était suffisante se plantaient ! Elle n'était rien de plus que de pitoyables excuses pour justifier la baisse de ses résultats dans tous les domaines.

L'autre lui fit remarquer qu'il avait encore le harnais d'Orion en main et qu'il devait équiper son dragon, aussi Wolf répliqua d'une voix brusque :

- Oui, on va être prêts très vite !

Il sortit et commença à harnacher Orion qui piaffait presque d'impatience.

- On va les bouffer tout crus ne t'inquiète pas, et ne bouge pas trop que je termine au plus vite.

Le dragon souffla par ses naseaux et Wolfgang termina d'installer le harnais. Après un tour de vérifications, il enfourcha sa monture qui s'éleva dans les airs avant d'avancer lentement pour attendre que l'autre ait terminé ses échauffements. Lui n'allait pas en faire, c'était bon pour les vieux ça !
_________________

Avatar from Ulenka
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français
avatar

Messages RP : 84
Messages : 109
Âge du personnage : 22 ans

MessageSujet: Re: Des acrobaties ? [-2 Mai 1941-]   Jeu 17 Déc - 18:53

Orphée décolla et effectua un tour au-dessus de la cour du château, attendant que l’autre pilote termine de harnacher sa monture. Camille en profita pour évaluer les forces en présence, se rendant compte un peu tard que le Falken risquait d’être un adversaire à la hauteur de ses ambitions.

Trop tard pour les regrets, et de toute façon Camille n’en avait pas. Ce n’était pas un gringalet tout juste sorti des HJ, monté sur un dragonneau qui n’avait certainement même pas terminé sa croissance, qui allait lui en remontrer.

- Quelques vrilles pour commencer, ça te tente ?

Le Porte-drapeau aimait particulièrement ce genre de manœuvre, qui permettait d’esquiver rapidement une salve de mitraillette par exemple, sans pour autant se désorienter.

Camille avisa l’Allemand qui s’envolait tout juste et se rapprocha avec un regard froidement déterminé et un sourire en coin qu’il n’arrivait pas à réprimer totalement. Il aimait ce genre de jeu, quelque part. Quitte à se défouler, autant devoir se mettre à fond dans quelques figures audacieuses, et ce n’est pas lui qui reculerait devant un Allemand, tout jeune prodige qu’il fut – ou qu’il se dise.
Il dut hausser la voix pour se faire entendre, avec l’air qui commençait à siffler à leurs oreilles.

- Vrilles ?

Et sans vraiment lui laisser le choix, vu qu’il n’attendit pas la réponse, il resserra ses jambes contre les flancs d’Orphée. Le dragon comprit le message et prit immédiatement de la vitesse.
Et bascula. Dos. Ventre. Dos encore. Rétablissement. Un battement d’ailes et il remonta à la verticale comme une fusée.
Camille souriait pour de bon, les yeux grands ouverts sur le paysage qui tournoyait autour d’eux. Les vrilles horizontales étaient sa spécialité. Pratiquement pas de perte de vitesse, un évitement presque parfait, et on pouvait encore prendre de la hauteur juste derrière.

Jetant un regard au Falken, il décida d’enchaîner avec quelques autres figures, un peu moins utiles en pratique mais qui donnaient assez de maîtrise de l’air pour échapper à la plupart des poursuites, voire pour envisager quelques attaques dissuasives du genre ambitieux. Pas suicidaires, hein… Camille tenait à la vie. Il n’avait juste pas tout à fait le même sens du danger que la moyenne des gens, ce qui lui valait assez souvent le qualificatif d’inconscient complet. Y compris dans ses états de service…

Plongeant en piqué pour prendre de la vitesse, le Porte-drapeau se redressa au dernier moment, manquant frôler les remparts du bout des ailes en se lançant dans un tonneau vertical à facettes. L’envergure du dragon, un peu plus grande que celle de l’autre équipage, rendait les facettes un peu moins marquées, mais Orphée abordait la manœuvre avec assez de souplesse pour minimiser les pertes de vitesse… Dans sa tête, Camille comptait… Cinq, six, sept…
Les bons jours ils tenaient presque les douze facettes… Neuf… Le souffle de l’air se faisait dangereusement doux sous ses ailes.
Dix. Et au sommet de la trajectoire, la perte de vitesse força le Français à décrocher, voltant presque sur le dos, décrivant une large courbe diagonale et tranchant l’espace de ses ailes étendues pour reprendre suffisamment de portance.

Récupérant son équilibre en douceur, Orphée reprit son altitude de départ et sa vitesse de croisière. Ils avaient fait mieux, surtout dans le feu de l’action, quand il pouvait y avoir leur vie sur le fil. Mais Camille sentait le sang bouillir dans ses veines, et la tension qui faisait frémir les muscles du dragon dans chacun de ses mouvements. Aucun des deux ne désarmerait facilement, dans ces conditions.

Alors, Camille se mit à rire, avec l’éclat heureux du vent qui fouettait ses joues, et la fierté de faire ce qu’il aimait le plus au monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 217
Messages : 395
Âge du personnage : 16 ans

MessageSujet: Re: Des acrobaties ? [-2 Mai 1941-]   Sam 19 Déc - 14:04

Le regard de l'autre aurait pu décontenancer Wolfgang si ce dernier n'était pas déterminé à s'imposer dans ce petit jeu qu'ils avaient entrepris ! Il ne broncha pas quand l'autre lui cria un nom d'acrobatie. On allait voir qui était le meilleur à ce petit jeu et s'il ne se trompait pas dans les instructions à donner à Orion, ce serait lui.

Il regarda l'autre équipage qui commençait à tourner et il ne se démonta pas. Il avait vu cette figure plusieurs fois à l'entrainement puisque c'était l'une des manoeuvres d'évitement les plus basiques et il n'allait pas appréhender pour si peu. Bon, il remarqua bien que l'adversaire était plutôt bon à ce petit jeu mais ce n'était pas assez pour lui faire peur.

Il s'accrocha fermement à Orion et lui donna le signal du départ. Le dragon prit de la vitesse, beaucoup de vitesse, et quand Wolfgang sentit le vent lui fouetter fortement le visage il sut que c'était le bon moment. Il appuya sur les flancs et sentit que le roulis commençait. Il s'aplatit sur le dos comme on lui avait dit et il laissa Orion faire les mouvements tout en surveillant leur altitude et leur vitesse. Au bout de quelques tours, il prononça d'une voix ferme.

- On décroche !

Le dragon ne perdit pas de temps et remonta à son altitude de départ dans un mouvement fluide. Wolfgang était tout sourire quand il reprit contact avec le monde et il tenta de voir la réaction de l'autre équipage. A priori ils n'avaient pas regardé puisqu'ils continuaient à voler et qu'ils faisaient une figure que Wolfgang n'avait pas encore expérimentée. Enfin, pas officiellement, il avait bien entendu tenté ce type de tonneau mais il ne pouvait pas le faire devant tous puisqu'il n'en avait pas eu l'autorisation.

Il fit une petite grimace en voyant le nombre de facettes que faisaient les autres. Bon, ok, ils étaient très bons mais cela ne suffirait pas ! Il n'était pas dit que l'honneur de toute la nation allemande serait ainsi bafoué par un équipage aussi tricolore !

Wolfgang mit ses lunettes de vol et s'allongea totalement sur le dos d'Orion. Le dragon comprit et accéléra encore. Il monta en même temps presque à la verticale jusqu'à ce que Wolf sente l'air commencer à bien se refroidir et là il piqua. La figure n'était pas difficile en soi sauf que le dragon commença à tourner en même temps. Si l'autre équipage avait fait de belles facettes, le sien ne marquait aucun arrêt dans l'accélération rapide des tonneaux. Wolf en compta une bonne demi-douzaine avant de voir que le sol était maintenant assez proche et qu'ils devaient remonter. Piquer en faisant des tonneaux n'était certainement pas des plus utile mais impressionnait en général les gens, en général uniquement ... parce que tous deux doutaient que l'équipage français soit siii impressionnable que ça.

Orion ne ralentit presque pas en arrivant à une dizaine de mètres du sol, se contentant de modifier l'orientation de ses ailes pour qu'elles aspirent l'air et les fassent reprendre une trajectoire horizontale. Wolfgang était essoufflé mais il souriait et il félicita Orion qui reprenait de l'altitude pour se retrouver au niveau de l'autre équipage.

- C'est déjà fini ?

Le sourire était narquois sur le visage de Wolfgang et il s'était redressé. La vitesse avait ébouriffé ses cheveux plus qu'à l'habitude et il avait le nez rougi par le froid mais il était heureux et cela se voyait. Il avait aussi une attitude de défi certaine qui promettait d'autres figures.

- Je vais aller seul au lac pour continuer alors ...
_________________

Avatar from Ulenka
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français
avatar

Messages RP : 84
Messages : 109
Âge du personnage : 22 ans

MessageSujet: Re: Des acrobaties ? [-2 Mai 1941-]   Mar 22 Déc - 2:26

Le petit Allemand se défendait, finalement. Ou plutôt, son dragon avait de belles pointes de vitesse, et si ses figures n’avaient pas la souplesse de l’habitude, il faut bien avouer que Camille regarda à deux fois l’altitude de départ de leur plongeon vertical. Cinq… six tours complets. Et un rétablissement au ras des pâquerettes. Il resserra sa prise autour d’Orphée, et garda son sourire, avec une nuance plus froide quand l’autre équipage s’approcha.

Fini ? Ils fatiguaient déjà ? D’accord le blondinet avait l’air essoufflé, mais même lui ne pensait pas qu’un pilote, aussi jeune fut-il, voudrait s’arrêter aussi vite. Et le sourire de l’autre lui donna raison. Le sourire de Camille, dans le même temps, glaça sur ses lèvres.

- C’était juste pour voir si vous teniez le choc.

Il reconnaissait la lueur dans le regard bleu de l’autre. Trop proche. Oui, lui aussi aimait le vent qui givrait avec l’altitude, la vitesse qui le forçait à se coucher sur le cou du dragon, l’horizon à perte de vue, et même l’idée qu’il pourrait un jour avoir à voler devant la tempête. Lui aussi refusait de laisser à l’autre la moindre chance de gagner ce petit jeu d’adresse. Refusait de voir qu’au-delà des couleurs, les deux pilotes auraient pu se ressembler, bien plus que deux camarades d’une même patrie dont un n’aurait pas connu l’espace sans limites du ciel.

Orphée, sur une pression de son pilote, suivit de près l’autre dragon qui partait déjà vers le lac. Il ferait beau voir, tiens, qu’il se laissât distancer par un bleu… et un bleu d’en face, encore.

- On y va.

- Sauf si vous déclarez forfait…

Avec un bref éclat de rire moqueur, Camille se pencha sur l’encolure du Porte-drapeau, qui accéléra brusquement. Il n’espérait pas battre le Falken dans une course de vitesse, il en savait assez sur les dragons pour ça. Mais il ne comptait pas le laisser le planter là comme il en avait apparemment l’intention.

Le lac n’était pas bien loin, du moins à vol de dragon. Ses eaux cristallines en cette saison étaient aussi froides que l’hiver lui-même. Et Orphée aimait l’eau… Il rasa la surface bleu-gris en planant, tendant une griffe à la manière des pygargues pour trancher un sillage qui s’élargissait derrière lui. Il n’avait rien du régime alimentaire de l’aigle pêcheur, mais aimait la sensation de glisser sur une patinoire liquide. Son reflet imparfait renvoyait les couleurs de France, et c’était suffisant pour river les yeux de Camille sur le miroir qui défilait à toute allure sous ses ailes presque immobiles.

Ils remontèrent enfin, et localisèrent d’un regard circulaire l’Allemand.

- Cette fois on a vraiment la place.

- Tu parlais pas de loopings tout à l’heure ?

- Si. Et on va voir ce qu’ils ont dans les ailes. Prêt ?

Pour toute réponse, Orphée prit cent mètres d’altitude. Elan en piqué. Le vent s’engouffra dans ses oreilles en rugissant comme cent démons en furie. Le pilote s’était aplati sur son dos pour faire corps avec sa monture, quand le dragon modifia légèrement l’angle d’attaque de ses ailes… mais à cette vitesse, il partit instantanément en looping arrière. Arrivée presque à l’horizontale… presque. Tant pis.

Ou tant mieux d’ailleurs… avec la vitesse qu’ils avaient encore, Camille resserra la sangle de poitrine d’Orphée, ce qui voulait dire selon les circonstances « tiens bon » ou « continue », quand ils n’avaient pas le temps de parler. Le dragon enchaîna sur une seconde boucle, plus large que la première, et put ainsi se stabiliser assez pour
reprendre un vol normal sans avoir à rectifier la trajectoire. Camille reprit ses repères un peu plus lentement qu’avec la vrille, et grattouilla affectueusement les écailles d’Orphée.

- Bien joué…

Il se redressa et regarda à nouveau où en était le Falken. Finalement, c’était un bon moyen de se défouler…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 217
Messages : 395
Âge du personnage : 16 ans

MessageSujet: Re: Des acrobaties ? [-2 Mai 1941-]   Mer 23 Déc - 22:21

Mais il allait se taire ce français ! Comme si Wolfgang et Orion ne pouvaient pas tenir une accrobatie ou deux ! En tout cas, cela les fit rire de voir que le second équipage devait accélérer pour les rejoindre et Wolfgang tempéra les ardeurs d'Orion car il savait que l'endurance de la vieillesse était du coté de leurs ennemis. Car oui, ce n'étaient pas des rivaux mais des ennemis na !

Il haussa les épaules quand l'autre le dépassa et le laissa frimer en traçant un sillage dans l'eau. Wolfgang eut tout de même un mouvement d'humeur et il décida de ne pas laisser ce léger affront impuni ! Ah ! Il voulait jouer à tracer des ronds dans l'eau, et bien soit ! Eux aussi allaient s'amuser à ce petit jeu.

- Orion, accélère et tourne au ras des flots.
- Mon aile droite ?


Wolfgang ne répondit pas et laissa du mou à sa sangle pour glisser sous le ventre d'Orion. Il s'accrocha avec habitude à l'un des anneaux conçus pour ce type d'exercices et il cala ses pieds dans les méandres de cuir. Il se pencha alors en arrière pendant que le Falken accélérait encore. Il voyait la surface du lac se rapprocher encore et encore alors qu'il tendait les mains le plus loin possible. Il n'avait fait qu'une seule expérience de cette figure mais il sentait qu'il pouvait la réaliser sans anicroche.

Il vit son reflet déformé par la vitesse et le souffle sous le dragon et il sentit qu'Orion se penchait sur la droite. Il vit l'extrémité de l'aile de l'animal toucher l'eau alors que ce dernier se redressait lentement jusqu'au moment où et l'aile et les doigts du garçon étaient en contact avec l'élément liquide. Wolfgang inspira profondément et se redressa en utilisant ses abdominaux récemment gagnés. Il s'accrocha aux lanières encore essoufflé alors que le dragon remontait plus lentement.

- Wolf, regarde !

Le jeune pilote remonta prestement sur le dos de son dragon et s'arrima tout en fixant l'équipage français qui terminait son premier looping et qui en enchainait un second plus large. Il siffla en amateur éclairé de ce type de figures et il jugea du regard les efforts fournis par ses deux adversaires. Oui, ils étaient bons pour des vieux encroûtés dans leur routine française ! Mais il allait leur montrer que lui aussi pouvait faire quelque chose de bien. Il se pencha vers Orion pour lui parler à l'abri des oreilles indiscrètes.

- On l'a jamais tenté celui là donc je préfère que tu fasses ce qu'on a déjà fait.
- Oui, si jamais on ne fait pas un cercle parfait en arrière ils vont nous critiquer.


Les deux étaient sur la même longueur d'onde et Wolf laissa Orion présider à l'amorce de la manoeuvre. Ils n'allaient pas faire un looping arrière, ne sachant pas l'éxécuter avec assez de brio, mais ils allaient tout de même faire une amorce de boucle. Orion resta assez bas tout en accélérant progressivement. Puis, sur un signe de Wolf, il tourna sur lui même pour attaquer la boucle de dos. Cela lui apparaissait toujours plus simple de monter vers le ciel de la sorte.

Une fois à la verticale, Orion continua sa rotation pour terminer l'immelmann inversé et se retrouver uns bonne centaine de mètres au dessus de leur point de départ, bien à l'horizontale et tout aussi heureux de pouvoir montrer ce qu'ils savaient faire.

Les deux compagnons s'approchèrent de leurs adversaires et Wolfgang les héla.

- Deux fois ça sert à rien en cas de combat, c'est de la frime.

Bon, l'autre comprendrait peut-être qu'ils n'avaient pas pu faire le looping par manque d'assurance de le réussir parfaitement mais au moins, avec cette phrase l'honneur était sauf.
_________________

Avatar from Ulenka
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français
avatar

Messages RP : 84
Messages : 109
Âge du personnage : 22 ans

MessageSujet: Re: Des acrobaties ? [-2 Mai 1941-]   Sam 26 Déc - 17:34

Tout en exécutant ses figures du mieux qu’il pouvait, Camille observait du coin de l’œil les mouvements de l’autre équipage. Quand il vit le pilote délier son harnais pour libérer ses mains, suspendu à l’envers sous le ventre du dragon, il ouvrit des yeux comme des soucoupes. Il ne voyait vraiment pas l’utilité d’une telle acrobatie, mais rien à dire, ça avait de la gueule. Et surtout, lui-même n’avait jamais osé ce genre de manœuvre.

Il avait acquis une certaine expérience sur le terrain, en esquivant parfois les balles quand il traversait les zones où les combats faisaient rage, et parce qu’un Porte-drapeau devenait facilement une cible pour les snipers allemands. Et surtout, Orphée en était déjà à sa deuxième guerre, et il avait appris de lui au moins autant que de l’école militaire. Le dragon savait déjà voler dans presque toutes les conditions, ce qui lui avait certainement sauvé la vie à plusieurs reprises, même s’il ne s’était jamais posé la question consciemment. Camille volait d’abord, peu importe ce qui arriverait… Il serait temps d’agir quand ça arriverait. Avec une philosophie pareille, il avait acquis des réflexes solides et une certaine facilité dans toutes les manœuvres d’évitement, et comme Orphée ne pouvait pas se permettre des pointes de vitesse aussi fulgurantes que d’autres races, il s’était spécialisé dans ce genre d’esquive.

Mais ce que faisait le jeune Allemand… Lui-même restait toujours fermement accroché au dos de son dragon, fondu dans sa monture pour offrir le moins de prise possible à d’éventuels ennemis. Effleurer l’eau du bout des doigts, comme l’autre le faisait… Quelque part, il avait l’air plus libre. C’était injuste.

- Orphée…

- Oui. Ça ne te sert à rien en combat, tu sais…

- N’empêche…

- Pas maintenant, d’accord ?

- Mouais. Mais on essaiera.

Le Falken se rapprochait, après avoir exécuté une drôle de demi-boucle assez bien maîtrisée, mais qui ne valait pas un vrai looping. Camille lui adressa un regard pétillant en entendant les commentaires sur leur acrobatie.

- Ça sert à se stabiliser sans offrir de cible facile, surtout. C’est mieux que de devoir perdre de l’altitude.

C’était un bon truc à savoir quand on avait un peu trop de vitesse sur un looping, et qu’on n’arrivait pas à reprendre une ligne de vol nette en sortie. Evidemment, ça supposait qu’on n’ait pas vraiment réussi la première figure… Mais mieux valait la vie que la fierté, dans ce genre de situations.

- Et puis se suspendre ça sert qu’à se faire toucher facilement aussi…

Mais derrière le ton légèrement ironique, ses yeux brillaient d’envie de faire pareil. Il secoua la tête, et fit rapidement un tour d’horizon. Pas d’autres dragons qu’eux en vue. Il revint au pilote bond et se gratta vaguement la tête, achevant d’ébouriffer ses cheveux bruns.

- Au fait, t’as un nom ? Moi c’est Camille. Camille Libberecht.

Il tenta un demi sourire en coin, presque mal à l’aise de demander ça à un Allemand. Un ennemi, n’est-ce pas… Un ennemi qu’il aurait descendu sans un regard en arrière, quelques mois plus tôt, s’il s’était retrouvé en travers de sa route avec une arme entre les mains. Et peu importe qu’il soit un garçon tout comme lui, juste fasciné par la vitesse et les hauteurs, grisé par les airs.

C’était la guerre, et ils étaient des soldats dans des camps opposés. N’est-ce pas… ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 217
Messages : 395
Âge du personnage : 16 ans

MessageSujet: Re: Des acrobaties ? [-2 Mai 1941-]   Dim 27 Déc - 18:03

Wolfgang attendait la réponse du français à sa remarque, il avait volontairement lancé le sujet sur l'utilité des figures pour avoir de quoi argumenter. Parce qu'il se doutait que l'autre critiquerait sa façon de faire avec le harnais. Il sourit en l'entendant se justifier et il nota mentalement de tenter des looping à la suite pour pouvoir vérifier par lui-même si cela fonctionnait comme l'autre le lui avait dit.

Se stabiliser facilement, il en avait de bonnes lui ! Comme si un looping était une manoeuvre si simple que ça et qui permettait de faire des cercles bien circulaires ! Wolfgang et Orion avaient testé le looping et n'étaient pas parvenu à faire quelque chose d'exceptionnel. C'était la raison principale pour laquelle il n'avait pas tenté la même chose.

Cependant, quand il fut attaqué sur le point qu'il avait prévu, il laissa son sourire s'agrandir, alors comme ça il n'avait jamais fait ça ? Jamais eu ce type de manoeuvres à faire le petit français ? Enfin, petit façon de parler ! C'était peut-être le plus désagréable dans le fait d'être jeune et plein de vigueur, on n'avait pas encore atteint sa taille finale, ni sa musculature de croisière. Donc Wolfgang ne pouvait pas se mesurer à des soldats aguerris de manière trop brutale sous peine de risquer de prendre plus de coups qu'il n'en donnerait.

Il prit ensuite la parole pour répliquer face à l'attaque de sa petite démonstration.

- Tu n'as jamais eu à rattraper un blessé sur un dragon plus lourd de cette manière ? Tu attrapes le harnais de l'autre et tu attaches à ton dragon avant qu'il le remonte.

Et vlan prend ça ! Ah mais s'il croyait que l'allemand allait se laisser marcher sur les pieds, il se trompait ! Non mais, ce n'était pas à lui de se laisser faire, il était dans la patrie des vainqueurs lui !

- Oui j'ai un nom, tu sais on nous donne des noms à nous aussi. Wolfgang Abendroth

Il n'eut pas le temps de dire autre chose que déjà Orion parlait.

- Et moi c'est Orion, enchanté de vous connaitre tous les deux. Il semble que nous aimions autant l'un que l'autre faire des choses plus ou moins risquées. Dis moi ? Tu as déjà essayé de récupérer ton pilote au sol alors que toi tu voles ? Il parait que ça peut se faire.

Car oui, Orion était curieux et il voulait en apprendre plus de la part de ces deux là qui, visiblement, étaient assez bien informés sur les manoeuvres habituelles et réalisables. Et puis en plus, avoir un camarade de sa taille avec lequel discuter des avantages de ne pas être un montre énorme et incapable de virer rapidement était une bonne expérience. Wolfgang allait certainement bouder mais ça lui passerait.
_________________

Avatar from Ulenka
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français
avatar

Messages RP : 84
Messages : 109
Âge du personnage : 22 ans

MessageSujet: Re: Des acrobaties ? [-2 Mai 1941-]   Dim 10 Jan - 18:24

Camille avait toujours volé pratiquement seul, menant à bien ses missions sans faire partie d’aucun groupe ou escorte. Il avait vu les combats de près parfois, voire de très près… Mais à ce moment là, l’Armée de l’Air était déjà en déroute, et en sous-effectifs par rapport à la Luftwaffe.

Il secoua la tête, avec un air sérieux qui contrastait avec son attitude jusque là légèrement moqueuse. Non, il n’avait jamais eu à faire ce genre de manœuvre…

- Non, je ne vole pas avec d’autres dragons.

Sauver sa peau et arriver à bon port était déjà assez compliqué comme ça, quand on perdait une bataille. D’humeur brusquement plus sombre, il jeta un regard en biais à l’Allemand. Décidément trop jeune pour en avoir vu autant que ce qu’il pouvait laisser entendre.

- Et puis je suppose que toi non plus, tu n’as jamais eu à faire ça en vrai. Ça fait combien de temps que t’es mobilisé ? Six mois ?

Wolfgang… Le son lui écorchait les oreilles, mais il n’avait rien à dire, lui qui avait déjà une voix rauque, ça valait presque un accent d’outre-Rhin. Du moins du temps où le Rhin était proche de la frontière.
Le Falken parlait très bien français, par contre. Légèrement surpris, Camille le considéra une seconde, seconde mise à profit par Orphée pour embrayer sur la conversation.

- Orphée. Salut.

Le Porte-drapeau adressa un clignement de son œil noir à l’autre dragon. Et plongea dans ses souvenirs… 1914, la Marne… 1916… les tranchées… 1939, les patrouilles invisibles dans les bois… 1940… la grande tempête.

- …Oui, j’ai déjà fait une récupération comme ça. C’était juste avant qu’ils ne décident de creuser les tranchées…

Camille jeta un regard intéressé au dragon. Il avait déjà entendu son père parler de cette histoire mais jamais Orphée. Ça avait été une manœuvre de haut vol qui avait bien failli leur coûter la vie à tous les deux.

- On venait récupérer les rapports des premières lignes, à l’époque ils avaient encore des chevaux… Mais les bombardiers lourds sont arrivés en même temps que nous, de l’autre côté. Les gars ont à peine eu le temps de se mettre à couvert, sauf que nous on pouvait pas rester à attendre la fin de l’orage. Pas le temps de se récupérer normalement… Jean a pris les papiers en quatrième vitesse et je l’ai carrément attrapé en rase mottes, avec les pattes.

Le dragon fit une pause. Il se mit à voler un peu plus vite aussi, sous le coup de l’adrénaline qui remontait avec la mémoire. Le sifflement caractéristique et terrifiant des bombes tout autour, le ciel noir de fumée…

- Pas le temps d’attacher les sangles… On avait aucune sécurité et en plus je le portais sous le ventre. J’ai du vriller en catastrophe pour pas qu’on se fasse tirer comme des lapins, surtout lui… C’est pas le genre de manœuvre que je te conseille de tenter. J’ai les nerfs solides et le cœur bien accroché, tu peux me croire. Mais cette fois là, même moi j’ai cru qu’on en sortirait pas.

Camille écoutait, fasciné, mais continuait d’observer en coin l’équipage allemand. Ah, il pouvait être fier de son père… Non, ils n’étaient pas une nation de perdants. Il y avait des hommes qui avaient la force et le courage, en France. Des hommes capables de se battre… et il voulait croire que c’était encore vrai. Encore aujourd’hui.

- Le problème technique avec ce genre de récupération, c’est qu’il faut voler le plus lentement possible pour ne pas se rater et pour ne pas blesser le pilote… Et quand on vous tire dessus et qu’il faut aussi esquiver les coups, ça demande une sacrée maîtrise.

Malgré ses écailles éclatantes, ce jour là, Orphée était vert de peur… même si seule une légère crispation au coin de sa gueule le montrait à présent. C’était clair qu’il ne retenterait pas volontiers ce genre d’acrobatie, surtout en situation de combat réelle.

Le jeune Français sourit en coin au souvenir des histoires de son père. Oui, son pays pouvait être fier. Il nota de convaincre Orphée de tenter de s’entraîner. Ça pouvait toujours servir… même si l’expérience du Porte-drapeau le refroidissait un peu d’essayer en vrai. Il consulta sa montre. 11h. Mine de rien, le temps passait plutôt vite.

- On devrait pas rester à traîner là pendant deux heures non plus.

Les sorties à Sarnand étaient encore très réglementées… même si l’entraînement était une explication facilement acceptée en général.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 217
Messages : 395
Âge du personnage : 16 ans

MessageSujet: Re: Des acrobaties ? [-2 Mai 1941-]   Ven 15 Jan - 20:04

Effectivement, Wolfgang bouda d'être interrompu, mais effectivement aussi, ça lui passerait. Le pilote écoutait en effet les remarques et les informations qui lui étaient communiquées. Car même s'il ne l'avouerait jamais, il était captivé par ce que disait le dragon.

Avoir un équipage d'expérience pouvait être pratique même si en l'occurrence Wolfgang les trouvait un peu arrogants pour des français. Mine de rien ils avaient perdus et n'étaient donc pas à même de se vanter pour si peu. Sauver un autre soldat c'était une mission possible pour un dragon et même si ce n'était pas le cas pour un porte-drapeau, le jeune homme trouvait qu'il en faisait tout une histoire pour pas grand chose.

De son côté Orion écoutait tout en volant aux côtés du français, lui se fichait un peu de la guerre, il trouvait l'histoire intéressante et il tenterait de convaincre Wolfgang que non ce n'était pas une riche idée à tenter.

- Si je comprends bien ce n'était pas évident.

Le dragon avait parlé et le pilote français reprenait la parole sur les horaires. Ah ! ces adultes qui ne pensent qu'aux heures, aux règles, aux punissions, aux blâmes et aux brimades. Comme si une petite heure de retard allait les priver outre mesure. Surtout qu'ils n'avaient pas vraiment de retard puisqu'ils n'avaient pas prévenus qu'ils sortaient ! Wolfgang eut un sourire aux lèvres.

- Je pense qu'Orion aimerait se baigner donc je vais rester là avec lui, toi tu peux rentrer si tu as peur, moi je vais faire un peu d'entrainement physique, mais je comprends que tu ne veux pas risquer de te faire disputer.

Orion montra son approbation pour la partie baignade d'un grognement et il commença à plonger vers le lac tout en réprimandant un peu son pilote.

- Soit gentil avec les autres, ils peuvent nous apprendre.
- Ils sont vieux !


Ca clôturait la discussion et le dragon se posa avec habileté sur les bords du lac tandis que Wolfgang regardait si les pleutres avaient fait demi-tour.
_________________

Avatar from Ulenka
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français
avatar

Messages RP : 84
Messages : 109
Âge du personnage : 22 ans

MessageSujet: Re: Des acrobaties ? [-2 Mai 1941-]   Mer 10 Fév - 0:59

Ce gosse était intenable. En regardant l’équipage allemand se poser sur la berge du lac, Camille se demandait comment il arrivait à se plier à la discipline militaire. Non pas que lui-même n’ait jamais fait de frasques depuis son engagement… Mais il avait vu assez d’acier d’assez près pour savoir qu’on pouvait rarement se permettre de déconner. Y’avait que les bleus pour se payer la tête des règles… un peu de service sur le terrain en temps de guerre avait en général l’avantage de remettre les idées en place.

Il en était là de ses réflexions quand Orphée vira sur l’aile pour se retrouver droit vers les autres.

- Cam.

- Je sais. On peut décemment pas les laisser s’en tirer comme ça.

- Alors ?

- On plonge.

- Hein ?!

Camille se pencha sur le cou d’Orphée et raccourcit les sangles qui maintenaient ses jambes le long des flancs du dragon. Sans se redresser, il entreprit de lui exposer son plan… plan d’ailleurs complètement inexistant la seconde d’avant, et qu’il construisait au fur et à mesure en se disant que ça devrait être pas trop bancal à l’exécution.

- Regarde, il est encore sur son dragon, donc on peut pas le balancer à la baille, par contre on peut tenter de lui coller quelques frissons. Tu prends le cap à deux heures. Puis tu vires sur deux tiers de tour à l’horizontale pour revenir sur lui par la terre. Et là on part en piqué, en prenant le plus de vitesse possible. On va lui refaire sa coiffure et se payer une petite reconnaissance de fonds aquatiques dans la foulée. Ça ira ?

Le porte-drapeau balaya la scène du regard, évaluant les distances et le temps que prendrait la manœuvre.

- Ok. C’est parti.

Gardant son altitude de vol, Orphée vira comme l’avait demandé Camille. Il replia à moitié les ailes, utilisant seulement l’envergure des extrémités, pour gagner en vitesse sur le plongeon. Mais il perdait du même coup en précision. Il fonça droit sur l’Allemand.

A la dernière seconde, avec l’impression exaltante d’avoir le cœur coincé dans la gorge, Camille appuya les pieds sur les articulations des ailes qui venaient presque se coller aux épaules du dragon, qui comprit le message. Les immenses membranes bleu-blanc-rouge se déployèrent brutalement. L’équipage gagna ainsi le peu de portance nécessaire pour redresser la trajectoire, frôler en flèche le pilote Allemand, et achever sa course comme une torpille dans le lac, alors qu’Orphée repliait complètement les ailes en torche derrière lui et que Camille s’aplatissait sur son encolure.

Avec une énorme gerbe d’éclaboussures qui devait faire la moitié de la hauteur de Sarnand, le monde sombra alors dans des ténèbres glauques.
Le froid le prit en bloc, le son se coupa en même temps que son souffle…

Puis ils remontèrent à la surface, Orphée dégagea en force ses ailes trempées de l’élément liquide, et s’arracha au lac en battant furieusement des ailes, puisqu’il n’avait plus vraiment assez d’élan pour un décollage plus léger. Il reprit progressivement de la hauteur, semant derrière lui des guirlandes de gouttelettes brillantes et glacées. Camille secoua la tête, ruisselant lui aussi. Mais il arborait un sourire étincelant.

La question de la survie de ses cigarettes, dans la petite boîte de fer-blanc qu’il gardait dans sa poche de vareuse militaire, lui effleura l’esprit.
Et maintenant qu’il y pensait, la question du retour à la base avec un uniforme dans cet état pouvait se poser aussi…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 217
Messages : 395
Âge du personnage : 16 ans

MessageSujet: Re: Des acrobaties ? [-2 Mai 1941-]   Dim 14 Fév - 14:06

Et bien non ils n'étaient pas pleutres et ils voulait même faire peur à Wolfgang. Comme si ça allait fonctionner. D'accord ils étaient passés à un cheveu de sa tête et il aurait pu avoir vraiment peur. Mais ils avaient l'air habitué à ce genre de mouvements donc il ne devait pas y avoir trop de danger. Par contre le fait de plonger ainsi et du coup d'éclabousser Wolfgang et Orion n'allait pas du tout.

Le pilote descendit de sa monture et commença à lui retirer son harnais (quelle idée d'envoyer un harnais dans l'eau ...) quand l'équipage adverse sortit d'une manière très balourde du lac. Bon, il n'aurait pas eu l'air plus aérien c'était certain, mais tout de même ! Faire ça alors qu'il ne faisait pas une chaleur folle ce n'était pas fin du tout.

Il termina de retirer le harnais et s'éloigna pour qu'Orion puisse aller nager tout en évaluant les dégâts au niveau de son uniforme. Ce n'était pas si terrible, ça allait sécher mais d'avoir les vêtements mouillés n'était pas du tout agréable.

" Arschloch ! "

Ca n'avait pas été dit fort et en plus c'était allemand, donc il y avait peu de risque à insulter le pilote adverse. Il retira sa veste avant de ... se demander quoi faire de son pantalon. C'était un français, donc il était immanquablement déviant. Mais en même temps il était mouillé - moins que le déviant stupide français - mais mouillé quand même. Et le temps qu'Orion soit prêt à repartir, il avait largement le temps de sentir l'humidité envahir tous ses vêtements.

Le plan de Camille lui arriva immédiatement en tête, il voulait que Wolfgang soit dévêtu pour pouvoir le regarder ! Siedler l'avait bien prévenu de ne pas s'approcher des français, il comprenait mieux maintenant, c'était un peuple de fourbes déviants qui ne comprenaient pas la fraternité entre les hommes autrement que par leurs idées néfastes. Et bien qu'il se méfie parce que Wolfgang allait lui faire voir ce qui se passait si on l'attaquait !

Il sortit son couteau et attendit le pilote de pied ferme.

" Stupide déviant ! Tu ne m'auras pas ! "

Là il avait crié et l'autre n'avait pas pu faire autrement que de l'entendre. Il avait intérêt à avoir une bonne explication s'il ne voulait pas se retrouver avec un Flieger très déterminé à lui sauter dessus à la première inattention.
_________________

Avatar from Ulenka
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français
avatar

Messages RP : 84
Messages : 109
Âge du personnage : 22 ans

MessageSujet: Re: Des acrobaties ? [-2 Mai 1941-]   Lun 15 Fév - 15:06

Orphée décrivit un arc de cercle dans le ciel, et l’air qui fouettait Camille devint d’un froid mortel au contact de son uniforme trempé. Il frissonna violemment. D’une pression sur les flancs, il enjoignit au dragon de se poser. Orphée atterrit à une dizaine de mètres du pilote Allemand, qui crachait on ne sait quel mot incompréhensible dans sa langue barbare.

Ledit pilote enlevait d’ailleurs sa veste… par ce froid ? Ah oui, il avait du prendre quelques gouttes à cause du plongeon, c’est vrai, c’était d’ailleurs le but plus ou moins avoué de la manœuvre… Mais de là à se déshabiller purement et simplement… décidément ces boches avaient des tendances bizarres… exhibitionniste à cet âge c’était un peu fort.

Camille détacha son harnais et se laissa glisser à terre. Ses vêtements étaient raides et alourdis de l’eau qui les imbibait, mais il en avait vu d’autres et ça ne le gênait pas outre mesure, malgré le froid qui l’envahissait rapidement. Il fit deux pas vers Wolfgang, pour laisser à Orphée la place de s’ébrouer en envoyant un peu partout les gouttes qui glissaient encore sur ses écailles. Il n’aurait plus qu’à lézarder un moment au soleil pour faire sécher le cuir de son harnais.

Une question d’ailleurs tournait toujours dans sa tête… Il tâtonna dans la poche de sa vareuse à la recherche de la fameuse boîte de fer-blanc qu’il ouvrit avec précaution. Les précieuses cigarettes avaient apparemment survécu sans mal à leur plongeon. Tant mieux. Il en saisit une et rangea soigneusement les autres.

Il avisa l’adolescent à présent en bras de chemise, qui tirait un couteau avec une tête de chat sauvage surpris, en lui criant des avertissements d’un ton farouche. Déviant ? Lui ?

Esquissant un sourire amusé, Camille porta la cigarette à ses lèvres et l’alluma nonchalamment d’un claquement de briquet. Il souffla lentement la fumée en direction du lac, avec un regard en biais vers l’Allemand prêt à en découdre. On ne savait jamais, avec ces petits énervés de la Hitlerjügend… de vrais louveteaux. Avec des dents de lait. Quoique celui là avait bien l’air d’avoir un vrai couteau…

- Tu veux te battre ?

Son sourire prit le tranchant de la lame que l’autre tenait encore, et son ton l’ironie du métal froid.

- Ou tu as peur de l’eau… ?

Il tira une nouvelle bouffée de sa cigarette. Toujours en observant les mouvements de l’autre pilote. S’il faisait mine de l’attaquer, il n’avait qu’à se baisser pour tirer son propre poignard de sa botte. Et à dix pas, il avait largement le temps de le faire…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 217
Messages : 395
Âge du personnage : 16 ans

MessageSujet: Re: Des acrobaties ? [-2 Mai 1941-]   Mar 16 Fév - 22:50

Non seulement c'était un déviant, mais en plus ce pilote français était un fumeur ! Bon, qu'il fume ne dérangeait pas réellement Wolfgang, mais surtout le fait qu'il le fasse comme ça c'était terrible. Wolfgang avait assez vécu pour savoir que dans les cabarets les spectateurs avaient parfois une cigarette et se tenaient décontractés pendant que les jeunes femmes s'effeuillaient. Alors ça non, il n'allait pas se laisser faire !

Orion était dans l'eau et il ne pouvait l'empêcher de faire des âneries donc forcément Wolfgang réagit mal à la provocation du français. Il serra son couteau plus fort, faisant ainsi blanchir ses doigts. Ses yeux étaient plissés sous la colère et sa mâchoire tendue.

- C'est toi qui m'y pousse ! Déviant ! On m'avait bien prévenu que les français étaient dangereux et pervers.

Il s'avança d'un pas quand l'autre osa dire qu'il avait peur de l'eau. Comme s'il pouvait avoir peur de quelque chose, il n'avait peur de rien, il se riait du danger.

- T'aimerais bien comme ça tu pourrais faire comme dans un cabaret ! Jamais !

Il fit un nouveau pas tout en se demandant s'il avait raison ou tort. C'était possible qu'il soit en train de se faire un film. Il pouvait même se tromper totalement, il avait la possibilité de penser des choses dictées par sa rencontre avec le chef de la Gestapo. Et oui si ça se trouvait il allait être totalement ridicule, donc dans ce cas mieux valait attaquer et ensuite réfléchir. Oui oui, c'était nettement mieux !

- Alors, tu veux te battre c'est ça ? Et bien viens, je t'attends !
_________________

Avatar from Ulenka
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français
avatar

Messages RP : 84
Messages : 109
Âge du personnage : 22 ans

MessageSujet: Re: Des acrobaties ? [-2 Mai 1941-]   Mer 17 Fév - 22:51

L’Allemand avait vraiment un problème avec les déviants apparemment. Il avait été traumatisé ou quoi ? Décidément les boches devaient avoir des pratiques bizarres, mais jusque dans l’armée… c’était humiliant de perdre une guerre contre une nation de tordus. Qui parlait une langue barbare en plus. Mais Camille comprenait assez bien l’allemand…

- Je ne suis pas pervers. Vous les fritz vous avez toujours des idées tordues. Un cabaret et puis quoi encore ? C’est tes fantasmes là ou ceux de tes officiers peut-être… ?

Il arrêta un peu abruptement sa phrase en prenant conscience de frôler l’insubordination envers l’occupant.
Derrière lui, Orphée émit un raclement grave, presque inaudible. Avertissement ou encouragement…
Camille reprit une taffe. Il avait la vague impression que la fumée le réchauffait un peu, dans ses vêtements glacés.

Wolfgang fit un pas vers lui. C’était le deuxième. Avec son regard furieux on aurait dit un chat sauvage en train de cracher… le chaton n’aimait pas l’eau décidément.

- Mais en insistant un peu je peux devenir dangereux, oui.

Il fit tomber la cendre de sa cigarette d’un mouvement sec. Il se baissa, mettant presque un genou à terre mais gardant son équilibre sur ses deux pieds, et éteignit la braise sur une pierre avant de remettre la cigarette dans sa poche. Ça coûtait assez cher comme ça avec le rationnement.

Il jeta un regard par en dessous au pilote qui s’énervait devant lui. Il ne savait pas à qui il s’attaquait. Sa main remonta le long de sa cheville et trouva la garde de son couteau, qu’il tira d’un geste souple en même temps qu’il se relevait. Il le tint perpendiculaire très bas devant lui, le tranchant vers son adversaire et les yeux surveillant ses moindres gestes, les pieds légèrement écartés pour l’équilibre et la réactivité.

- Si tu aimes ce genre de jeu, OK.

Il s’avança d’un pas. Les nerfs aux aguets, le cœur qui accélérait et échauffait les sangs, prêt à tout, de la défense pure à la contre-attaque féroce. Un autre pas. Plus que trois mètres. Juste en limite de portée pour un bond d’attaque…

Il croisa le regard de l’adolescent. Bleu comme le sien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 217
Messages : 395
Âge du personnage : 16 ans

MessageSujet: Re: Des acrobaties ? [-2 Mai 1941-]   Ven 19 Fév - 23:23

Ah mince, il comprenait l’allemand ! Wolfgang serra les dents quand il osa insulter les officiers. Il n’y avait que lui pour avoir le droit de le faire ! Non mais !

Son adversaire sur le plan uniquement verbal pour le moment osa continuer à fumer comme si de rien était et durant ce temps il trouvait le moyen de ne pas le prendre au sérieux. Et oser faire ça devant un adolescent capable de tout c’était presque du suicide. Car jamais Wolfgang ne se calmerait si facilement que ça. Il allait lui sauter dessus si ça continuait et ce serait bien fait pour lui.

Et le fait de mélanger français et allemand pour lui signaler qu’il avait la possibilité de devenir dangereux n’était pas plus malin. Or, s’il y avait tout de même quelque chose que l’on ne pouvait ôter à Wolfgang, c’était qu’il était malin. Oh, ça ne sautait pas directement aux yeux, il arrivait même que l’on ait l’unique impression que le garçon était puéril, immature, totalement stupide et ridicule. Mais si on creusait un peu on voyait que sous l’apparence enfantine et adolescente qui le poussait à refuser toute forme d’autorité, il y avait un garçon qui savait se servir de sa tête pour autre chose que cogner le nez des français.

Donc, quand le français se redressa avec un couteau à la main, Wolfgang comprit que s’il attaquait, il aurait des problèmes. Pas parce qu’il avait peur de l’autre, il savait qu’il pouvait gagner, il était jeune et le français plus vieux, donc il avait plus d’aisance en se mouvant. Mais il craignait légèrement les réactions du dragon adverse et celles des officiers qui allaient les voir revenir dans un état lamentable.

- Tu es un militaire comme moi. Je n’ai pas envie de me faire punir pour tes blessures graves.

Il planta son regard dans celui de son vis-à-vis et il termina sa phrase avec un sourire aux lèvres.

- Mais si on ne prend pas les couteaux, les poings blessent moins, tu seras capable de rentrer quand j’aurais terminé de te donner ta correction.

Non, Wolfgang n’était pas du tout trop sûr de lui, il ne laissa tout de même pas tomber son couteau, on ne savait jamais avec les déviants …
_________________

Avatar from Ulenka
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français
avatar

Messages RP : 84
Messages : 109
Âge du personnage : 22 ans

MessageSujet: Re: Des acrobaties ? [-2 Mai 1941-]   Sam 20 Fév - 21:49

Non, ils n’avaient pas le droit de se sauter dessus. Il y avait un armistice à respecter, nom d’un chien ! Des lois militaires, et le gouvernement de Vichy pour ceux à qui ça ne suffisait pas.

Mais Camille ne se sentait pas l’âme à la reddition sans concessions. Il serra les dents et inversa la prise de sa main sur le manche de son couteau. La non-agression n’était plus vraiment dans ses projets immédiats. Il franchit les deux pas qui le séparaient encore du pilote Allemand, le poing levé et la lame de son arme le long de son poignet, pointe vers le sol.

Il lâcha le manche du poignard qui vint se planter dans le sable grossier, juste devant son vis-à-vis. Comme il aurait craché à ses pieds s’il l’avait osé. Mais il avait un minimum de manières, ils étaient entre soldats, quand même. Même si ça lui arrachait la bouche de l’admettre…

- Je n’ai pas l’intention de te blesser plus que nécessaire. Je ne suis pas un tordu, moi.

Il jaugea son adversaire du regard. Jeune… beaucoup trop jeune pour servir dans l’Armée, en France. Mais il était bien placé pour savoir qu’un soldat restait un soldat, quel que soit son poste. L’autre avait peut-être la carrure d’un enfant trop vite grandi, mais lui-même avait la constitution d’un pilote léger… même si son corps était celui d’un adulte, il avait la musculature nerveuse des messagers aériens, et non la force des combattants au sol. Camille savait se battre, comme tous les mobilisés. Il savait aussi que son atout principal était sa rapidité… il l’emportait rarement en force, bien qu’il ait une chance dans le cas présent, et presque jamais en endurance…
Le couteau ne l’impressionnait pas trop, même s’il n’avait plus le sien, à cette distance il se sentait de taille à le maîtriser sans prendre trop de coups. Une ou deux coupures pas trop profondes, au pire.

Orphée s’agita, étendant ses ailes au soleil pour les faire sécher. Mais ça pouvait aussi bien vouloir dire qu’il s’apprêtait à décoller en catastrophe au besoin. Non pas que le danger soit réel de devoir fuir, le temps des batailles était passé. C’était une façon de prévenir Camille qu’il y avait des limites à ne pas franchir, et ces limites étaient celles imposées par le code militaire. Aussi sûrement que le dragon n’aurait pas à intervenir pour tirer son pilote d’un réel mauvais pas, ledit pilote ne devait rien faire qui puisse les entraîner à ce genre d’extrémités. Les yeux noirs du Porte-drapeau observaient la scène par-dessus son épaule, avec une attention impassible.

Pas plus que nécessaire… Après tout, si Wolfgang reconnaissait qu’il n’était pas un déviant, et cessait de le traiter comme s’il allait lui donner une bonne leçon, il n’aurait pas besoin de lui démontrer ce que valait un pilote Français suffisamment remonté.
Oui, bon, d’accord, il ne fallait pas non plus se faire d’illusions. L’Allemand était au moins aussi obstiné que lui-même, et presque plus impulsif. Vu ce qu’il faisait en vol, il pourrait peut-être même arriver à manœuvrer aussi bien que lui avec Orphée, dans quelques mois ou années.

Camille jeta un œil à son couteau enterré comme la hache de guerre entre eux deux. Il fit craquer ses doigts et sourit en coin.

- Si tu tiens vraiment à te faire amocher, d’accord, essaie déjà de me toucher. Mais maintenant que c’est toi qui as peur de te faire punir, compte pas sur moi pour te donner une excuse après.

Il continua de suivre attentivement les mouvements du pilote. Des fois qu’il se décide à vraiment le frapper. Mais plus le temps passait, plus le froid glacial qui s’insinuait jusque dans ses os par son uniforme détrempé s’imposait à lui. Il n’allait pas pouvoir tenir dehors plus d’une heure dans ces conditions… Il en prit conscience alors qu’un violent frisson le parcourait. Il tenta de le réprimer mais sa crispation brutale avait de bonnes chances de ne pas passer inaperçue…

- Finissons-en…

Sa voix se faisait légèrement plus rauque qu’à l’accoutumée. Mauvais signe… il allait vraiment attraper la crève s’il continuait longtemps à faire le mariolle.

- Camille.

Apparemment, Orphée l’avait compris. Tête brûlée, mais définitivement ultra protecteur envers son pilote. Rien de ce dont Camille avait besoin à cet instant. Il secoua la tête négativement, sans se retourner. Il avait une sale teigne sur les bras, bon sang, il n’allait pas non plus se mettre à tousser comme une fillette !

Il porta toute son attention sur Wolfgang, avec une flamme dans le regard, dont il était difficile de dire si c’était la fièvre du combat ou celle des marais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 217
Messages : 395
Âge du personnage : 16 ans

MessageSujet: Re: Des acrobaties ? [-2 Mai 1941-]   Mer 24 Fév - 23:27

Bande sonore

Le couteau vint se planter à ses pieds et Wolfgang souffla brusquement par le nez, signe d'énervement qui n'augurait rien de bon. Et les mots n'étaient pas plus susceptibles de les éloigner de leur inévitable destin. L'allemand et le français incarnaient tous deux la jeune génération qui ne comprenait pas pourquoi on avait signé un traité de paix alors qu'on pouvait se cogner dessus encore un peu sans en avoir assez.

Et d'oser dire qu'il ne lui ferait pas trop de mal était pour Wolfgang une insulte délibérée à son habileté dans les combats. Or, quand on insultait quelqu'un, on n'attendait pas qu'il se mette à être tout sucre tout miel pour tendre la joue gauche. C'était en grande partie pour cela qu'il allait lui montrer à ce français ce qu'il en coutait de provoquer un soldat du Reich !

Il lança son couteau en direction d'un arbre à sa droite et fixa ses yeux dans ceux de son adversaire. Le combat était déjà commencé même si aucun coup n'avait encore été échangé. Et dans cette étape capitale où l'on jugeait et jaugeait l'autre, Wolfgang était un expert. Il arrivait à faire passer dans son attitude toute entière une profonde attente du combat sans traduire une seule seconde son état d'esprit dans ses yeux.

Orion était tout aussi tendu qu'Orphée et le falken savait pertinemment que son pilote n'allait pas s'en sortir sans une égratignure, mais il avait déjà fait des choses idiotes dans sa vie et le dragon les avait vues depuis assez longtemps pour savoir qu'il était totalement inutile de tenter de raisonner l'adolescent tant qu'il n'aurait pas évacué ce qui devait venir d'un excès d'hormones.

Les poings de l'allemand se serrèrent l'un après l'autre presque convulsivement alors qu'il entendait les derniers mots destinés à le provoquer. Il parviendrait à le toucher c'était certain et il lui montrerait. Le coin droit de ses lèvres se redressa quand l'autre frissonna, c'était clairement de froid, mais hors de question pour Wolfgang de ne pas en profiter.

- Pourtant c'est toi qui tremble devant moi.

Et alors qu'Orphée tentait de raisonner son pilote, Wolfgang n'attendit plus.

Il avança rapidement droit sur l'autre, les deux poings serrés et le corps légèrement ramassé pour pouvoir allonger au maximum son premier coup qui devait marquer l'esprit. Car il ne servait à rien de commencer en douceur, à rien du tout !

Il accéléra encore un petit peu tout en avançant et en moins d'une seconde son bras droit se tendait directement en direction du visage de son adversaire. Il ne fallait pas croire cependant que Wolf était stupide au point de croire que ça allait toucher du premier coup, aussi à peine son mouvement amorcé, il prépara le second. Et dès que son bras fut tendu, sans même savoir s'il avait touché ou non, il plia sa jambe gauche. Par contre sa jambe droite resta tendue et il amorça une rotation à partir des hanches.

Autant dire que si Camille ne s'était pas reculé assez, la jambe allemande entrerait en contact avec les jambes françaises qui avaient intérêt à tenir au sol sous peine de s'écrouler. Bon, maintenant il était bien à découvert et risquait de se faire toucher, mais il n'aurait qu'à rouler pour éviter les coups les plus lents.
_________________

Avatar from Ulenka
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français
avatar

Messages RP : 84
Messages : 109
Âge du personnage : 22 ans

MessageSujet: Re: Des acrobaties ? [-2 Mai 1941-]   Jeu 25 Fév - 1:31

Fini de trembler, et plus le temps de tergiverser. L’heure était au mouvement pur, à commencer par le poing qui lui arrivait droit dessus, terriblement direct et… prévisible. Camille ne prit pas le temps de se demander si c’était une feinte. Il décala son visage de la portée du coup, juste sur sa droite à lui. Juste assez pour pouvoir avancer d’un pas, le long du bras qu’il repoussait vers sa gauche. Il armait son propre bras droit pour frapper lorsque l’horizon bascula brusquement.

Les jambes fauchées, il se rattrapa à ce qu’il avait sous la main, à savoir le bras qu’il tenait toujours. Pas question de tomber tout seul… Il se jeta résolument en avant avec le reste de son élan et de son équilibre qui s’envolait. Avec un peu de chance il entraînerait l’autre dans sa chute, et avec un peu plus de chance il arriverait à le coincer sous son poids. Certes, il ne pesait pas tant que ça mais le Flieger avait l’air presque encore plus léger que lui, alors autant en profiter pour une fois.

…Et avec un peu moins de chance, il resterait à moitié suspendu au bras d’un Allemand solidement planté sur ses jambes…

Dans tous les cas, il fallait reprendre ses esprits plus vite que son adversaire. C’était le prix pour tenter une attaque avant de devoir en esquiver une autre. Plus vite. Pas le temps de se demander s’il était encore debout ou déjà jeté à terre, son seul objectif était de frapper avant que l’autre ne comprenne ce qui lui arrivait. Il avait armé son bras droit, il s’en servit donc… le coup partit vers la mâchoire de Wolfgang avec la vivacité d’un serpent, mais il y manquait la puissance d’un bon appui au sol.

Et maintenant ? Deux options seulement, se dégager d’un contact par trop rapproché, au risque de devoir retenter ensuite une manœuvre pour entrer dans sa garde, ou rester et risquer de prendre des coups qui n’allaient certainement pas tarder. De toute façon, le bras qu’il maintenait de sa main gauche commençait à l’encombrer. Il fit glisser sa main jusqu’au poignet, dans l’espoir de le coincer sous son poids ou de l’entraver plus facilement. Quant au reste… un coup de coude à bout portant dans les côtes ou le sternum avait tendance à couper le souffle de façon plutôt pernicieuse. Il n’avait rien à perdre en le tentant.

Camille avait à l’esprit de neutraliser son adversaire en prenant le moins de coups possible, surtout au visage. Il n’avait pas l’intention de garder des marques trop visibles de leur petit jeu. C’était trop facile, après, d’écoper d’un blâme quelconque, voire d’une mise à pied temporaire le temps de leur calmer les sangs… parce que non, définitivement, ils n’étaient pas censés se battre en dehors des entraînements. Un esprit malicieux aurait pu dire qu’ils étaient théoriquement en entraînement, mais quelque part Camille sentait bien que ce ne serait pas une excuse recevable pour ses officiers…

Le point positif dans cette situation que beaucoup d’autres auraient qualifié de catastrophique, c’était qu’il n’avait plus froid. Mais alors plus du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 217
Messages : 395
Âge du personnage : 16 ans

MessageSujet: Re: Des acrobaties ? [-2 Mai 1941-]   Sam 27 Fév - 22:49

Et bien c'était raté car le français n'avait pas reçu de coup de poing. Mais Wolfgang s'y était attendu, si jamais il avait touché son adversaire au premier coup porté, il aurait été très déçu. Maintenant il fallait qu'il se prépare à la riposte puisque son bras droit était prisonnier de la main gauche de l'autre.

Il était déjà très proche du sol quand il sentit qu'on le tirait par ce bras et qu'il allait du coup tomber d'une manière pas du tout anticipée. Ce n'était pas bien gentil ça de le tirer. Camille aurait pu le cogner sans le tenir parce que ben comme ça Wolf aurait pu éviter le coup qui partait vers son visage. Il pencha la tête en avant pour ne pas se faire frapper au niveau de la mâchoire car c'était la seule chose qu'il pouvait faire. Il sentit le poing entrer en contact avec son oeil droit et il grimaça. Ah non, il n'allait pas avoir un oeil au beurre noir quand même !

Il se tourna vers la droite pour ne pas se prendre son adversaire sur le corps et se retrouva ainsi hors de portée du second coup qui visait son ventre. Ainsi, il n'eut pas le souffle coupé et il pu se reprendre pour ne pas avoir de risque de se prendre un autre coup aussitôt. En étant ainsi tourné, il pouvait être un peu dans une meilleure posture.

Il avait toujours la main droite prisonnière sous le corps du français, français actuellement presque allongé sur le ventre. Aussi, comme il n'avait pas d'autre chose que ses jambes de réellement disponibles, il se contorsionna pour attraper celles de l'adversaire et les serrer du plus qu'il pouvait. Il se replia pour pouvoir tirer son adversaire et si possible le trainer sur le sol pour qu'il ait bien mal !

Il fit aussi bouger sa main droite afin de se libérer. Et il tenta de rouler sur le dos afin de se retrouver dos à dos par rapport à son adversaire. Et en essayant de faire cette manoeuvre, il se prépara à lancer le tranchant de sa main gauche en direction des cotes du français.

Déjà qu'il allait avoir un cocard alors hors de question d'être le seul blessé. En tout cas, le français n'avait pas intérêt à lui lâcher la main droite sinon il se retrouverait très vite avec un allemand sur le dos et une manchette dans les côtes.

Mais bon, ils verraient bien !
_________________

Avatar from Ulenka
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français
avatar

Messages RP : 84
Messages : 109
Âge du personnage : 22 ans

MessageSujet: Re: Des acrobaties ? [-2 Mai 1941-]   Dim 28 Fév - 2:27

Les deux pilotes roulèrent à terre dans le désordre, bien décidés à en découdre. Ils n’avaient que trop réprimé leur révolte, la violence qui courait dans leurs veines et les poussaient à lutter l’un contre l’autre, comme deux loups affamés dont les yeux brûlaient de colère. Enfants de deux patries ennemies, soldats entraînés pour tuer, tout les opposait et les rapprochait en même temps.

Camille ne réfléchissait plus aux raisons qui les avaient mis dans une situation pareille, cependant. Il avait bien trop à faire avec les jambes qui s’étaient mêlées aux siennes et qui l’étiraient sur le gravier de la berge. Mais il faisait à peu près la même taille que son adversaire, et retenait encore son bras, alors il ne réussit qu’à s’immobiliser un peu plus. Les pierres aiguës raclaient son uniforme rendu rigide par l’eau et le froid, sans arriver à griffer sa peau.

Déterminé à ne pas lâcher le bras qu’il tenait, Camille y mit sa deuxième main, puisque la poitrine de l’Allemand était hors de portée pour lui. Bien lui en prit, car il put maintenir sa prise alors que la main prisonnière se tordait sous lui. Luttant contre la force du jeune pilote, il déplaça ses mains, une bloquant le poignet, l’autre agrippant la paume. Il connaissait la façon de tordre l’articulation, celle qui ne vous ratait jamais. Il pesa juste assez pour étirer violemment les ligaments, à la limite de la dislocation. Le poignet renfermait beaucoup de petits os fragiles… et la douleur serait peut-être suffisante pour clouer l’Allemand.

A ce moment là, il reçut sur le dos le poids furieux dudit Allemand, qui lui envoya du même coup sa seconde main entre deux côtes. Il se serait plié en deux s’il n’avait pas eu les jambes coincées, mais ne put amortir le choc. Ses poumons se vidèrent. Il s’agrippa à sa prise, refusant de lâcher son seul avantage dans cette fichue bagarre.

Il reprit une respiration sifflante, la poitrine traversée d’une douleur rouge, et étouffa un juron entre ses dents serrées. Il pesa un peu plus sur l’articulation qu’il tordait. Saloperie de Fritz.

- Laisse tomber. Ou je t’assure que je te le casse.

Sa voix était rauque et sifflait, elle aussi. Il ne doutait pas de prendre d’autres coups dans les secondes suivantes, et il savait qu’il n’était pas en position de les parer ni de les éviter. Mais si l’autre insistait trop, vu sa posture, il allait finir par lui tordre le bras en plus de lui briser le poignet.

Camille ferma les yeux une seconde, le temps de mesurer dans quel guêpier il s’était encore fourré. Immobilisé par Wolfgang, il avait pour seule arme la douleur qu’il tenait entre ses deux mains crispées sous son corps. Il tenta de se ramasser sur lui-même pour se protéger, mais peine perdue.

Alors, il serra les dents, et attendit la réponse de l’autre pilote. Les coups, ou le calme forcé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 217
Messages : 395
Âge du personnage : 16 ans

MessageSujet: Re: Des acrobaties ? [-2 Mai 1941-]   Jeu 4 Mar - 22:04

Sentir son poignet se tordre aussi violemment n’était pas agréable et Wolfgang se força à ne montrer aucun signe de faiblesse comme un cri de douleur ou quelque chose de similaire. Mais tout de même, il avait maintenant le bras coincé sous son propre poids et sous celui du français et ce n’était guère agréable.

Il allait devoir se débrouiller pour que l’autre le lâche et pour le moment il ne savait pas trop. Il faut dire que son adversaire ressemblait à un chien qui tenait un os, il le tenait et il ne le lâchait plus. Et alors qu’il sentait avec plaisir que ses coups portaient et qu’il entendait avec tout autant de plaisir que l’autre avait mal, il fut mis devant un choix très simple.

Continuer ou bien se faire blesser. Il inspira profondément avant de se laisser tomber de tout son poids sur l’allemand.

« C’est bon, j’ai laissé tombé. »

C’était bien ce qu’il avait demandé non ? Mais il ne bougea plus, montrant ainsi qu’il était disposé à mettre fin au combat qui n’était pas égal de toute façon. Il y avait tout de même un petit coin de son esprit qui lui soufflait que c’était uniquement de sa faute si ça avait dégénéré et qu’il aurait dû arrondir les angles au lieu d’aiguiser son couteau. Mais bon, c’était pas de sa faute si l’autre était aussi bizarre même pour un français !

« Tu me lâches maintenant ! »

La phrase sonnait comme un ordre dans la bouche de Wolfgang et il était probable que l’autre n’apprécie que moyennement cet état de fait. Mais on ne changeait pas si facilement de ton surtout quand on avait une grande envie de massacrer le garçon sur lequel on était allongé. Et pour ceux qui se poseraient des questions, non ce n’était pas un comportement déviant, c’était une bagarre tout bien comme il fallait !
_________________

Avatar from Ulenka
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français
avatar

Messages RP : 84
Messages : 109
Âge du personnage : 22 ans

MessageSujet: Re: Des acrobaties ? [-2 Mai 1941-]   Ven 5 Mar - 21:05

Le pilote du Falken s’agitait décidément beaucoup trop à son goût. Après les coups dans les côtes, il venait de se laisser tomber sur lui, appuyant un peu plus sur sa cage thoracique déjà bien contusionnée. C’était heureux que ce genre de choses ne se voie pas à moins qu’il enlève sa chemise, ça pourrait toujours passer inaperçu à condition qu’il joue assez bien la comédie.

Enfin, Wolfgang s’immobilisa. Pas plus décidé à se rendre que ça, apparemment. Mais Camille avait un minimum de parole, et il enleva une main de celle de l’Allemand, arrêtant la clé du même coup, mais garda l’autre main en sécurité autour du poignet. On ne savait jamais, et coincé comme il l’était, une attaque en traître était toujours
possible une fois qu’il l’aurait lâché.

Camille desserra assez sa prise pour pouvoir désengager ses jambes et commencer à ramper en crabe sur la berge humide. Il dégagea en force ses épaules et roula sur le côté, pour n’être plus lié à son adversaire que par le poignet qu’il retenait encore. Il lui jeta un regard où se mêlaient le défi et la colère refoulée, et le lâcha. Il profita de sa liberté retrouvée pour se redresser sur les coudes, puis se remettre debout vivement.

Il était couvert de sable et de gravillons de la tête aux pieds, collés sur le tissu détrempé. Il sentait aussi ses côtes protester à chacune de ses respirations précipitées mais il les fit taire. L’air qui entrait dans ses poumons lui paraissait glacial à mesure qu’il reprenait un souffle normal, et il savait que le temps avant qu’il ait à nouveau froid se comptait en minutes et sur les doigts d’une main.

Il passa les mains sur son uniforme pour en faire tomber les plaques terreuses et essayer d’avoir l’air à peu près présentable, tout en surveillant l’autre pilote du coin de l’œil. On ne savait jamais avec cet enragé…

- Ça va, t’es calmé ? Ou t’en redemandes pour vérifier que je suis pas déviant ?

Le ton était agressif, mais Camille n’était pas d’humeur à continuer de se faire insulter par le jeune Allemand. Ni insulter ni frapper d’ailleurs… il avait eu sa dose de débordements pour la journée.

Derrière lui, Orphée avait fini de faire sécher ses ailes, qu’il replia. Le Porte-drapeau n’avait pas l’air étonné que la situation ait dégénéré, il connaissait trop bien son pilote, et ce n’était pas lui qui allait l’empêcher de se colleter avec un petit fritz insolent qui l’avait bien mérité. Par contre, les suites de leur plongeon risquaient de poser plus de problèmes à Camille…

- Si vous avez fini de vous battre, on pourrait rentrer. Sauf si vous comptez sauter le repas de midi pour finir de vous expliquer.

Ce n’était pas la raison pour laquelle il voulait rentrer, mais il n’aurait jamais admis devant Wolfgang qu’il s’inquiétait pour Camille, qui avait l’air bien parti pour tomber malade en dépit de sa tête de fer. Et puis c’était vrai, que le réfectoire n’attendait pas les retardataires… bon, d’accord, le dragon s’en foutait, mais il commençait à se dire que son pilote aurait bien besoin d’un repas chaud et de vêtements secs, rapidement si possible. Et il était bien placé pour savoir que Camille ne le reconnaîtrait jamais, et ne désarmerait pas même sous la torture. Le Français était bien trop fier pour ça…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Des acrobaties ? [-2 Mai 1941-]   

Revenir en haut Aller en bas

Des acrobaties ? [-2 Mai 1941-]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Die Adler :: Base aérienne de Sarnand :: L'extérieur :: Les étables à dragons-