Henker H... [Vendredi 9 mai] - Page 2


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

Henker H... [Vendredi 9 mai]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Allemand
avatar

Messages RP : 180
Messages : 359
Âge du personnage : 31

MessageSujet: Re: Henker H... [Vendredi 9 mai]   Dim 11 Avr - 9:49

Peter n'était pas un idiot. Il était têtu. Et pour une fois qu'il jouait dans la bravade.... Il était clair que ce n'était pas son genre, toujours à accepter les ordres, en ne se pensant pas de question, sauf mentalement. Mais comme les choses semblaient bouger ici, avec l'arrivée de cet officier qui se croyait un peu comme chez lui, Peter se trouvait une certaine audace. Il savait qu'il allait le regretter plus tard. Et pourquoi n'arrêtait-il pas ? Bien que conscient qu'il avait mis les pieds dans un plat bouillonnant. En tout cas, ce qui semblait jouer à la faveur du Flieger était qu'Heydrich ne jouait pas de son grade. Cela signifiait qu'une chose pour Hessler : qu'il le paierait plus tard. Ou alors qu'il se prendrait un retour équivalent à sa témérité. Mais peu importait en fait pour le Leutnant... Enfin non. Cela ne lui importait pas ! Mais qu'est-ce qui lui prenait des fois de jouer les troubles-fêtes ! Le manque d'action sans doute pour penser à autre chose...En tout cas, il avait bien compris certains ressentis de l'officier supérieur en sa présence. Tant pis s'il se prenait une soufflante plus tard, Peter l'aurait bien cherché. Une de plus....

Heydrich lui demanda de jouer les intermédiaires. Il parlait pourtant français non ? Encore l'art et la manière de se faire enfoncer. Il ne doutait pas que le capitaine français devait se poser bien des questions. Certes, il n'avait aucune affinité avec lui. Juste la position de "collègue". Mais bon. Peter n'allait pas se dérober. Surtout pas quand le pilote de Caristas demanda à ce qu'il soit de la partie ce soir. Là il se faisait piéger ! Et ce n'était que le début, il le sentait.

Il fit donc la traduction en s'adressant à Wilson qui supervisait le démantèlement du harnais de sa dragonne.

"hum.... Je servirai d'intermédiaire entre vous et le Gruppenführer Heydrich ce soir. Il souhaite que vous lui expliquiez vos missions nocturnes."

Là il sentait que le Français n'allait pas être ravi du tout d'avoir un mode de conversation facilité avec la présence d'Hessler. S'il voulait être tranquille, cela allait être raté. Surtout qu'Heydrich prétendait que son français n'était que purement pratique... Bien voyons ! Peter s'était fait avoir il l'avouait, il ne faisait que recevoir le contrecoup. Au grand dam du capitaine Wilson. Il compatissait déjà et s'en voulait. Lui qui voulait provoquer du trouble, il en remuait encore...

Ce fut Abendroth qui arriva à point nommé pour l'affaire du logement. Là Peter put se défiler oralement. Il laissa l'affaire au jeune pilote. Et intérieurement, il grommelait. La prochaine fois, il restait dans son petit coin, plutôt que d'enfoncer le clou !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français
avatar

Messages RP : 51
Messages : 171
Âge du personnage : 21 ans (19 en réalité)

MessageSujet: Re: Henker H... [Vendredi 9 mai]   Jeu 15 Avr - 14:32

Une soirée de libre, c’était bien.
Une soirée de libre, à jouer aux cartes, à faire ce qu’on voulait, c’était bien.
Une soirée de libre à cause d’un allemand qui refusait que Nobilitas patrouille, c’était horrible.

Comme tous ses collègues, François ne fit aucunement preuve de résistance et obéit aux ordres du capitaine Wilson sans discuter. Il s’occupait des boucles qui lui revenaient et qu’il avait eu tant de mal à fixer sans rechigner – tout du moins extérieurement – et seul quelqu’un qui le connaissait vraiment très bien aurait pu remarquer qu’il y mettait nettement moins de cœur que d’habitude et que certains de ses camarades. Il n’avait rien contre les permissions, les moments de repos et tout ce qui allait avec, mais pas dans ces conditions. Se reposer, c’était génial… quand on avait bien travaillé avant et qu’on l’avait mérité. Pas quand il s’agissait d’un repos forcé, imposé par insupportable envahisseur imbu de lui-même et qui se comportait comme s’il était chez lui.

Frustré, indigné, l’aviateur continuait donc à défaire ses boucles, mais ne se pressait pas. De toute manière, ses muscles étaient bien trop tendus de colère pour lui permettre d’exécuter les gestes fluides et rapides dont il avait l’habitude, et, s’il ne lui venait pas à l’idée de refuser les ordres de son supérieur, il ne pouvait toutefois pas s’empêcher d’espérer que le capitaine Wilson allait trouver une solution pour contourner la difficulté. Le rouquin était très doué pour ça, à ce qu’il lui semblait tout au moins, il allait certainement faire quelque chose. Ce n’était donc pas la peine de défaire tout le harnais si c’était pour le remonter quelques minutes plus tard.

C’était dans cet état d’esprit que François laissait ses oreilles traîner vers les discussions qui se tenaient à quelques mètres de lui. Tourné vers la Fleur-de-Nuit et son harnais, il ne voyait plus les allemands et son officier, mais il les entendait très bien. Et, contrairement à son capitaine ou à plusieurs de ses camarades comme Yann, il ne parlait peut-être pas très bien la langue de Goethe mais il la comprenait de façon plus qu’honorable. Il ne manqua donc pas les paroles d’un pilote – qu’il ne connaissait pas et dont il ne reconnut évidemment pas la voix – qui parlait à l’autre intrus d’une mission confiée au capitaine Wilson. François n’en avait aucune connaissance, mais il ne put s’empêcher de laisser tomber ses boucles quelques secondes pour jeter un regard curieux en direction des officiers. C’était bizarre, cette histoire de mission et le fait que ce soit un allemand qui en parle, mais si ça leur permettait d’aller voler et de faire un beau pied de nez à l’autre

Et bien non. L’aviateur réprima un soupir de dépit et serra un peu plus les dents en comprenant que son capitaine refusait l’excuse fournie par l’allemand. OK, c’était louche, culotté, et tout, et tout, cette excuse, mais quand même… François n’eut pourtant d’autre choix que de suivre les décisions du capitaine Wilson et termina donc, de mauvaise grâce, de détacher les boucles qui retenaient encore le harnais de la dragonne et entreprit ensuite, avec ses camarades, de l’en débarrasser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Char d'assaut chaleureux
avatar

Messages RP : 196
Messages : 1140

MessageSujet: Re: Henker H... [Vendredi 9 mai]   Lun 19 Avr - 1:47


Reinhard Heydrich

Eh ben voilà, CA c'était de la réponse de bon petit nazi bien dans sa tête ! Quel besoin avait-on de s'embêter avec des officiers capricieux quand on avait des fanatiques sortis des jeunesses hitlériennes assez malins pour accepter de vous servir de paillasson ? Soudainement, la journée d'Heydrich se parait d'un soleil radieux, rayonnant et gentil comme plein de petits lapins de Pâques.

L'officier adressa un grand sourire au garçon, c'est à dire qu'il étira un peu les lèvres sans montrer les dents. On ne se méfiait jamais assez des gamins et, si ça se trouve, celui ci aurait vraiment des choses assez... intéressantes à débiter.

"Excellente idée, Flieger. Pourquoi aller s'enfermer dans une chambre quand on peut partager le dortoir de ses hommes, en effet ?"

Nouveau sourire sans dents. Caritas semblait se désintéresser de la conversation pour fixer Nobilitas en plein dépouillage de harnais. Il avait l'air de trouver cela assez triste, sa crête tricolore légèrement couchée sur son cou.

Sans le voir, Heydrich avança en direction de Wolfgang -et du château. Passant à côté du garçon, il lui fit signe de le suivre tout en continuant à marcher. Blond, stature correcte, bien proportionné, bonnes manières : un bon petit aryen d'après les apparences, même si Heydrich avait pour dogme personnel de ne jamais, jamais trouver qui que ce soit parfait. Après tout, s'il avait ses petites fiches sur le Führer et sur Himmler, ce n'était pas pour faire confiance au premier freluquet venu, non ?

"Quel âge avez vous, Flieger Abendroth ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adler.jdrforum.com
Allemand
avatar

Messages RP : 217
Messages : 395
Âge du personnage : 16 ans

MessageSujet: Re: Henker H... [Vendredi 9 mai]   Mar 27 Avr - 22:29

La voix de l'homme était ... ben pas si impressionnante que ça, en fait Wolfgang n'aurait pas su qui c'était, il se serait certainement conduit comme d'habitude, avec un respect teinté de mépris. Il regarda l'homme sans savoir s'il plaisantait ou non. Parce que ... pourquoi voulait-il parler de partager la chambre de ses compagnons ? Il se dit que cela ne servait à rien de demander ...

Il se redressa pour être encore plus au garde à vous et quand l'homme passa à côté de lui, il suivit le chemin que l'homme lui désignait tout en se demandant encore une fois s'il devait rester à son niveau ou bien être cent mètres derrière lui. Wolfgang opta pour rester assez proche de l'homme qui avait l'air de vouloir lui parler. Il était fier de cela mais n'était pas stupide. Il savait bien que ce n'était pas toujours si simple ...

Il se tourna vers l'homme quand celui-ci lui demanda son age. Est-ce que cela allait l'intéresser réellement ou bien il faisait ça pour autre chose ? Il ne fallait pas voir le mal partout tout de même, mais bon, il ne fallait pas être grand clair pour savoir qu'une question pareille posée par un homme pareil ... ce n'était pas forcément normal.

" J'aurais 17 ans dans deux mois Gruppenführer. "

On voyait qu'il était en retrait car il n'ajouta pas sur un ton enfantin : et vous ? Mais il devait faire en sorte de rester à sa place. Il regarda l'homme en se demandant ce qu'il pouvait bien penser. En tout cas, il ne se doutait pas qu'il passerait certainement le repas avec cet homme là ! Et même en en ayant légèrement envie ... il n'était pas certain de réussir à se tenir pendant tout le repas !
_________________

Avatar from Ulenka
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Char d'assaut chaleureux
avatar

Messages RP : 196
Messages : 1140

MessageSujet: Re: Henker H... [Vendredi 9 mai]   Mer 28 Avr - 23:26


Reinhard Heydrich

"Vraiment ?"

Alors il ne se contentait pas de faire jeune, il l'était. Probablement un de ces petites fanatiques des jeunesses qu'on gâchait dès cet âge tendre sur des courriers alors que, à quelques années près, on pourrait en faire d'excellents officiers. Un pilote n'étudiait pas, ou pas autant qu'un jeune complètement scolarisé. Un officier devait avoir son Abitur, pas un brevet de livreur de courrier en culotte courte. Heureusement qu'on avait pas assez de courriers et que les critères étaient assez sélectifs pour qu'on ne gaspille pas l'ensemble des futures élites.

"Je suppose que vous êtes un de ces jeunes dont le Reichsmarschall Göring est si fier. Il faudra que vous nous présentiez votre dragon, Caritas est toujours ravi de faire de nouvelles rencontres."


On se demandait bien comme il faisait, d'ailleurs. La majorité des gens étaient des abrutis et on ne gagnait rien à les fréquenter... que le Schwalbe en ai envie quasi systématiquement relevait d'une sorte de miracle ridicule : beaucoup ne méritaient absolument pas sa présence. Le bon point était que Caritas était si enthousiaste qu'Heydrich n'avait pas à feindre de l'être et le laissait faire toute la conversation en pensant à autre chose.

Ils arrivaient au château et, à partir de là, le jeune homme était le mieux placé pour passer devant. L'officier lui fit un signe très clair de la main qu'il pouvait prendre les devants.

"Puisque vous nous avez proposé si gentiment d'occuper votre dortoir, montrez nous le chemin !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adler.jdrforum.com
Allemand
avatar

Messages RP : 217
Messages : 395
Âge du personnage : 16 ans

MessageSujet: Re: Henker H... [Vendredi 9 mai]   Jeu 6 Mai - 15:25

Wolfgang faillit répondre, oui vraiment ! Mais il savait assez se tenir pour ne pas le faire et quand l'homme commenta son âge en disant que certains devaient être fiers, il sut que personne n'avait été dire ce qu'il faisait et comment il agissait car sinon personne n'aurait pu dire que Wolfgang rendait l'armée allemande fière. Il nota de présenter Orion à Caritas si ça pouvait lui faire plaisir et il suivit l'homme jusqu'aux abords du château.

" Je ne sais pas si je rend le Reichsmarschall Göring fier par ma simple présence en ces lieux, mais je fais tout pour être digne d'Orion. Je vous le présenterai avec grand plaisir."

Il prit les devants quand l'homme le demanda et commença à le guider dans les couloirs du château. Il se demanda s'il devait faire le guide touristique et expliquer que le château avait été construit à un moment ou à un autre, qu'il y avait un style architectural bien stylisé et que ... bon non il n'avait pas à le faire.

Et en conduisant l'homme le plus dangereux de Sarnand, après tonton Fred parce que tonton Fred savait des choses que l'homme ignorait, en direction des dortoirs, Wolfgang se demandait pourquoi diable il avait proposé ça ! Surtout que bon, son lit était bien fait, peut-être pas au carré, mais il était fait, alors que d'autres ... mais bon, le temps qu'ils arrivent, les autres occupants se seraient certainement occupés (logique pour des occupants) de leurs lits. Il fallait tout du moins l'espérer.

Il fit monter les escaliers tout en expliquant tout de même où ils se trouvaient et espéra, certainement à tord, que l'homme allait le laisser vaquer à ses occupations ensuite. Quoi que ... peut-être pourrait-il briller et avoir une promotion pour devenir ... mieux que Camille !
_________________

Avatar from Ulenka
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Henker H... [Vendredi 9 mai]   

Revenir en haut Aller en bas

Henker H... [Vendredi 9 mai]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Die Adler :: Base aérienne de Sarnand :: L'extérieur :: L'aire d'atterrissage-