Au bord de l'eau [lundi 12 mai] - Page 2


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

Au bord de l'eau [lundi 12 mai]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Française
avatar

Messages RP : 86
Messages : 275
Âge du personnage : 29 ans

MessageSujet: Re: Au bord de l'eau [lundi 12 mai]   Sam 13 Mar - 18:15

L’enseignante écouta avec scepticisme la réponse du Flieger. Elle n’avait pas dû être assez claire, le dernier point n’était pas négociable. C’est qu’elle avait plus ou moins une dette envers lui et elle comptait bien faire au moins le minimum pour la diminuer, faute de pouvoir le faire complètement. Bon d’accord, ce sens de l’honneur dépendait fortement du contexte, elle parvenait très facilement à l’ignorer en fonction de la situation et quand ça l’arrangeait. Toujours était-il qu’elle ne capitulerait pas cette fois.

C’est avec un air songeur que la française déclara en tapotant distraitement sa tasse.

« Vous serez mieux à sécher ici au chaud oui… »

Elle termina son café d’une traite et reposa le récipient dans un tintement sonore.

« Ne bougez surtout pas, je reviens. »

Son intonation claqua un peu trop comme un ordre à ses oreilles, bien qu’elle ne fût nullement teintée d’agressivité. La faute à son coté directif qui pouvait parfois se montrer envahissant si elle n’y prenait pas garde. Comme à son habitude, Liliane afficha le même large sourire que lorsqu’elle souhaitait mieux faire passer un de ses petits débordements et déguerpit aussitôt sans attendre.

Ce fut sa mère qui lui ouvrit la porte, au plus grand soulagement de la montroise, avec de grands yeux ronds. Repoussant les explications à plus tard la plus jeune des Keller alla à l’essentiel. Inutile de perdre du temps à se changer, il aurait été très impoli de rendre les vêtements d’emprunt sans les avoir lavés et soigneusement pliés au préalable. Des chaussures à sa pointure stables rendraient le retour plus rapide. Il lui fallut moins d’une minute pour en trouver une paire. Bon maintenant le manteau. La chose se révéla plus ardue que prévu. Tenir successivement à bout de bras les lourdes pièces afin de mieux apprécier leur taille était fatigant à la longue. Finalement un gris foncé sembla faire l’affaire. Si son estimation n’était pas trop erroné il serait probablement juste au niveau des manches et serré aux épaules mais ça devrait passer. Elle prit aussi de quoi payer les cafés étant donné que tout était parti avec son sac dans la Fresne. La professeure avait en horreur de se faire entretenir, elle tenait à son indépendance, sauf en de rares cas précis. Pour une fois qu’elle avait une excuse valable pour mettre à mal les convenances elle n’allait pas s’en priver.

Un petit bout de temps s’était écoulé depuis son départ précipité et c’est avec curiosité plus que crainte ou embarras qu’elle poussa la porte du café. Liliane estimait avoir au moins une chance sur deux de trouver l’endroit vide, pour ne pas dire deux sur trois. Au pire la musicienne savait qu’elle trouverait le réconfort de la petite vieille qui ne manquerait pas de compatir et d’invectiver l’allemand copieusement dans son dos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 180
Messages : 359
Âge du personnage : 31

MessageSujet: Re: Au bord de l'eau [lundi 12 mai]   Dim 14 Mar - 15:19

" Non, mais attendez ...!"

Trop tard, elle était sortie. Bon sang de bon sang. Elle allait revenir c'était certain, pour lui apporter l'aide vestimentaire donc il n'avait pas besoin ; enfin qu'il n'estimait pas avoir besoin. Il se retrouva donc seul avec ses vêtements mouillés et un tenancier qui levait déjà les yeux au ciel. Le pauvre devait se demander ce qu'il avait fait au bon dieu pour se retrouver avec un boch dans sa boutique. Bon au moins, il payait. En effet, Peter avait déjà commandé une grosse tasse. Il trouvait qu'il commençait à un peu somnolé ; l'effet froid sans doute. Au moins allait-il rester éveillé le temps qu'elle revienne, avec des vêtements secs probablement.

Il se permit de sentir la texture de ses vêtements. Il semblait que son manteau séchait plus rapidement que le reste... Normal, posé sur une chaise au plus près du poêle... Le tenancier lui apporta la tasse demandée et il paya les autres consommations avec un pourboire conséquent, histoire de compenser sa présence déplaisante pour le Français. La vieille dame entretemps était repassé, pour ranger un peu la vaisselle, jeter un regard froid sur l'officier encore présent et s'en retourna dans l'arrière boutique. Au moins le tenancier souriait, il aurait fait sa journée. C'était rare que les Fliegers lui laissent un supplément. Le poêle allait servir pour une fois à un peu de rentrée d'argent.

Quand la jeune femme revint enfin, après un petit moment, elle pourrait voir le Lieutenant la tête posée sur ses bras croisés sur une table, son manteau encore chaud sur ses épaules, en train de légèrement dormir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Char d'assaut chaleureux
avatar

Messages RP : 196
Messages : 1140

MessageSujet: Re: Au bord de l'eau [lundi 12 mai]   Mer 17 Mar - 22:11

[En raison de problèmes techniques, les messages d'Erell sont postés avec ce compte. Pas de panique ^^]

Bonne surprise : il avait attendu.

Liliane ignora superbement le regard atterré de la petite vieille. Il y avait déjà un bout de temps qu’elle avait renoncé à son image auprès de la population montroise cachant tout juste sa désapprobation face à l’occupation. La situation était parfois, non souvent, pénible mais c’était un des prix à payer pour s’adonner à ses activités extra-professionnelles. L’abandon de sa réputation était finalement un sacrifice minime en vue des risques que ça lui épargnait. Il était toutefois tout de même blessant de constater de l’influençabilité de certains anciens amis, qui lui avaient tout simplement tourné le dos sans s’être ne serait-ce que donné la peine de vérifier un minimum les ragots ou d’en discuter avec elle. La française avait beau se répéter inlassablement « bon débarras, c’est bien la preuve qu’on ne pouvait pas leur faire confiance ! », elle n’en restait pas moins chagrinée au fond et étreinte par un profond sentiment de solitude.

A vue d’œil le manteau de l’aviateur avait séché, enfin tant pis ! La professeure déposa avec soin la veste et son étui, qu’elle avait récupéré en chemin, sur un siège. Elle s’affala ensuite à moitié sur une chaise en face du Flieger somnolant, et posa sa tête contre la table après avoir commandé un nouveau café d’une voix essoufflée (malgré les cris de protestation de son estomac) tout en sortant un petit tas de monnaie. La musicienne se sentait fiévreuse mais satisfaite en vertu de l’inutilité de son voyage. L’essentiel était la démarche plus que le résultat, elle s’estimait en cela déjà moins redevable ce qui rééquilibrait un brin les rapports avec l’allemand. S’avachir comme elle l’avait fait n’était pas très élégant cependant, dans l’immédiat, récupérer primait sur le reste. Il faudrait vraiment qu’elle reprenne une activité physique pour se remettre en forme, son niveau était tout bonnement pitoyable. Liliane lâcha, sans réellement vérifier ce qu’elle disait au préalable, il fallait dire qu’elle commençait à avoir du mal à aligner des pensées cohérentes.

« Excusez-moi de vous avoir réveillé. »

Elle s’était redressée et se massait à présent le front douloureusement. C’était stupide, elle aurait dû emporter un chapeau pour lui tenir un minimum chaud au crâne et une écharpe aussi, même si ce n’était pas vraiment la saison mais qu’importe quand on se sentait fébrile. Enfin ce n’était pas la première chose idiote qu’elle commettait depuis le début de la journée, elle trouvait largement de quoi s’étonner d'être encore en vie ou encore de ne point se trouver en sérieux danger…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adler.jdrforum.com
Allemand
avatar

Messages RP : 180
Messages : 359
Âge du personnage : 31

MessageSujet: Re: Au bord de l'eau [lundi 12 mai]   Sam 20 Mar - 16:35

[hrp : Pas de soucis ^^]

Combien de temps avait-il dormi ? Si on appelait cela dormir....Il ne saurait le dire. Il avait eu l'impression de tomber dans un sommeil profond avant d'entendre la porte s'ouvrir et se refermer. Il mit un peu de temps pour émerger il dut le reconnaître. Il devrait rentrer pour vraiment se mettre au chaud. Car en fixant la jeune femme qui était revenu avec un manteau à son attention, elle était encore blanche et fatiguée en même temps. Un début d'épuisement se marquait sur ses cernes. La pauvre avait eu le courage de revenir pour lui ; elle aurait mieux fait de le laisser et aller se reposer. Mais ce n'était pas vraiment à lui de lui faire la leçon. Elle faisait un peu ce qu'elle voulait. Elle s'excusa même de l'avoir réveillé. Elle avait déjà recommandé un café, à la joie immense du boutiquier. Il se frotta un peu les yeux en s'en commandant un autre et passa une main dans sa coiffure un peu emmêlée...

"Non ce n'est pas grave... Vous avez bien fait.... Je vais me reprendre un autre café et je vais repartir à Sarnand"

Là il se permit de balancer ce qu'il avait hésiter à dire :

"Vous auriez du rester chez vous.... Je vous remercie pour votre manteau...."

Il sentait le regard vindicatif de la petite vieille. Encore en train de jouer les concierges celle-là. Il ne fit comme s'il n'avait rien vu.

"Mais le mien est sec maintenant. Cela devrait suffire pour rentrer à Sarnand. Je vais prendre encore un café et je vais y aller. "

Intérieurement, il ne se sentait pas à aller mettre le nez dehors. Une fois son café arriver en face de lui, il le prit presque paresseusement et commença à le boire. Au moins, cela faisait encore du bien et une fois sa tasse vide, il remit son manteau. Avec de la chance, il paraîtrait assez en bon état pour pas qu'on lui pose de question....

"Vous devriez aller dormir Fraülein. Vous risquez de prendre froid même si vous êtes chaudement habillée. Après ce plongeon, un bon sommeil réparera tout..."

Il sentait déjà son nez se boucher. Non vraiment, il ne voulait pas mettre le nez dehors et pourtant, il le faudra bien. Il ne pourrait pas rester ici indéfiniment. Un frisson le parcourut. Le froid sans doute. Après avoir complètement bu sa tasse, il rajouta en sortant encore un peu d'argent pour payer les deux tasses :

"J'ai déjà payé les autres consommations. Permettez-moi de payer ces deux dernières là...."

Une fois que cela fut fait, il se leva, se retenant bien à la chaise. Il n'était pas à l'abri d'un vertige après sa mésaventure.

"Je vais devoir rentrer... Excusez-moi si je ne vous... raccompagne pas..."

Ce n'était pas qu'il ne voulait pas, mais il ne sait pas ce qu'il pourrait avoir en se permettant de faire un détour. Là il ne pensait plus qu'à son lit. Oui son lit et rien d'autre....

"Je vous remercie en tout cas d'avoir fait un aller-retour pour m"'apporter des effets secs..."

Il avait déjà ajusté son manteau pour paraître le plus propre possible. Il grognait déjà à l'idée de devoir se faire refaire une coiffe... Encore heureux qu'il en avait encore une de réserve. Espérons qu'il ne tomberait pas sur un officier supérieur à saluer....

[HJ : on approche de la fin, sauf si tu souhaites encore continuer, essaie de te montrer dans ce cas convaincantes XD]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Française
avatar

Messages RP : 86
Messages : 275
Âge du personnage : 29 ans

MessageSujet: Re: Au bord de l'eau [lundi 12 mai]   Lun 22 Mar - 2:44

La liste des choses qu’elle aurait mieux fait d’accomplir tout au long de son existence était interminable, rentrer sans se soucier plus du sort de l’allemand était une supplémentaire à y ajouter. Le recensement le plus intéressant restait néanmoins celui de ce qu’elle n’aurait justement jamais dû faire. Elle tâcha de répondre avec un sourire un peu faiblard.

« Filer comme une voleuse aurait été incorrect. »

Malgré tout Liliane aussi rêvait d’un bain presque bouillant, d’un feu crépitant dans une cheminée, d’un lit confortable surmonté de plusieurs couvertures avec des coussins moelleux, des sucreries, un bon livre à portée de main et… hum il fallait qu’elle s’arrête sinon cette énumération risquait aussi de s’éterniser. C’est dans un relatif silence qu’elle engloutit son café, lâchant de temps en temps un hochement de tête, non pas qu’elle boudait mais l’épuisement, comme souvent, la rendait peu loquace.

A moitié à contrecœur, la professeure laissa l’aviateur régler les consommations à sa place, le gratifiant d’un discret « merci » et d’un sourire qu’elle aurait préféré moins hagard. Toute sa détermination s’était envolée avec son énergie, elle ne tenait plus à batailler becs et ongles ou à se prendre le chou pour ça à présent. Ils avaient au moins fait un heureux, à savoir le tenancier ; ce n’était définitivement pas le cas de la vieille dame, au début pourtant si serviable. Elle devrait peut-être manger des carottes, on disait que ça rendait aimable…

La montroise se leva péniblement à son tour et jeta un regard circulaire, observant brièvement les deux habitués du café puis plus longuement le pilote avant d’essayer d’imaginer la tête qu’elle devait elle-même avoir. Elle ne put contenir longtemps un soudain rire nerveux, probablement déplacé, mais complètement irrépressible.

« Eh bien, on est dans un bel état ! »

C’est ça, comme si elle n’avait pas déjà l’air assez bizarre. Naturellement la fatigue couplée aux circonstances particulières faisait passer ce genre de préoccupations, d’ordinaire prioritaires, au second plan. Finalement heureusement qu’elle n’avait pas eu de l’alcool fort sous la main à rajouter dans son café sans quoi la française aurait assurément raconté bien pires bêtises sans même le réaliser totalement.

Au moins ce petit débordement lui avait redonné temporairement des couleurs même si elle était loin du rouge tomate qui avait plus tôt empourpré son visage lorsque son regard s’était quelque peu égaré. Retrouvant son calme elle ajouta avec le plus grand sérieux.

« Sans vouloir remettre en doute votre robustesse, êtes-vous certain d’être apte à regagner Sarnand seul dans cet état ? »

Liliane avait bien remarqué son épuisement, autant dans sa posture que dans la diction de certaines de ses phrases hachées. D’ailleurs, à moins qu’il ne croise un groupe de compatriote, elle n’était pas convaincue du tout qu’on le ramasse s’il s’écroulait en plein chemin. L’enseignante mobilisa le peu de concentration dont elle était encore capable pour analyser la réaction du Flieger et y détecter un hypothétique mensonge. D’un autre coté elle n’était ni sa mère ni sa femme, elle n’avait pas son mot à dire, ça ne la regardait pas vraiment. Toutefois il était très probable qu’elle serait encore en train de s’agripper désespérément à la berge s’il s’était comporté de façon égoïste. En plus le pilote avait bien ouvert le bal des conseils, non ? A moins que ça ne soit elle mais elle préférait faire comme si.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 180
Messages : 359
Âge du personnage : 31

MessageSujet: Re: Au bord de l'eau [lundi 12 mai]   Mar 23 Mar - 22:45

Pas de vertige, pas de sensation de puits sombre et sans fond. Il arrivait donc à tenir debout et sans l'aide de personne. Tant misux donc. Il n'aimait pas se sentir en position de faiblesse et dépendre de quelqu'un. Il détestait cela. Apporter un coup de main à quelqu'un en danger, cela ne lui posait de problème, mais quand on lui donnait de l'aide, là c'était autre chose, surtout quand il pouvait y arriver seul. Et là il n'avait eu qu'une baignade forcée et il avait seulement un peu froid - même si le mot peu est dérisoire à son état général. Donc en conclusion, il pourrait rentrer. Pas aussi vite que d'habitude, mais il le pourra et demain, tout ne serait plus qu'une petite histoire à rajuoter dans les dérives d'un destin de Flieger. Peut-être même qu'il pourrait s'en faire un petit récit, pour mettre en avant ses passions et ses angoisses. Non là il déraille. Il serra les dents à cette idée. Il devait vraiment être fatigué pour songer à telle énormité. Il se secoua la tête, oubliant presque la présence de la jeune femme.

- Hum excusez-moi, j'étais dans mes pensées.

Il essaya de trouver en effet la bonne excuse pour pouvoir partir. Il commençait à voir où voulait en venir la musicienne. Elle était la jeune dame sauvé par son chevalier héroïque, mais maintenant qu'il était mal au point, elle voulait le soigner. Dire qu'on retrouvait ce genre de fait dans les contes à l'eau de rose. C'était bien sa veine oui !

- Oui cela ira pour rentrer. Je marcherais plus lentement histoire de me réchauffer sans trop me fatiguer.

Elle remettait en doute sa robutesse ? Peut-être qu'elle avait raison, mais il lui était hors de question de rester à Montreuil, surtout pour se prendre une chambre d'hôtel. Il aurait l'air de quoi alors qu'il avait sa propre chambre à la forteresse ? Non vraiment, il avait beau ne songer qu'à la simplicité des fois, il avait un minimum de dignité... Il n'y avait que les pilotes ivres ou en bonne compagnie qui se prenaient une chambre. Il n'était pas de ce bord là et ne tenait pas à en arriver là !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Française
avatar

Messages RP : 86
Messages : 275
Âge du personnage : 29 ans

MessageSujet: Re: Au bord de l'eau [lundi 12 mai]   Mer 24 Mar - 14:12

Liliane quant à elle était bien loin des préoccupations et comparaisons du pilote, il fallait dire que son cerveau s’était mis en mode veille depuis sa seconde entrée dans le café. A l’excuse du Flieger pour son inattention elle répliqua un très constructif marmonnement proche du « gnééé ? », indubitablement il n’était pas le seul à dérailler sérieusement. D’ailleurs elle était plutôt soulagée de sa réponse suivante, à présent elle pouvait songer au confort qui l’attendait chez elle sans culpabiliser ou se sentir égoïste. Avec un peu de chance sa mère aurait anticipé son retour en faisant préparer un bain bien chaud à l’avance et elle n’aurait plus qu’à s’y glisser directement avec délectation et puis enfin dormir, dormir, dormir. Son soulagement était d’autant plus important qu’elle avait posé cette question sans songer à une solution efficace. La française se serait sentie bien bête à répliquer « bah allez à l’hôtel » ce qui équivalait plus ou moins à un « démerde-toi » ne servant strictement à rien sinon à passer pour une imbécile ou pour une personne grossière (ce qu’elle n’aurait réalisé que bien plus tard à coup sûr).

Avant d’aggraver un peu plus son cas la professeure prit l’initiative du départ, nouvelle démonstration de sa nature profondément directive. Enfin ne disait-on pas « honneur aux dames » ?

« Très bien, alors au revoir. »

Au moins Liliane avait fait dans la simplicité cette fois même si c’était plutôt subi qu’un réel choix réfléchi. Elle quitta le café sans se retourner, d’une allure un soupçon trop rapide : le chemin de retour lui pesait tellement qu’elle préférait faire un dernier et pénible effort au lieu de se trainer indéfiniment à un rythme d’escargot. Elle tenta alors de faire un bilan, assemblant ses idées laborieusement dans son esprit.

Les points négatifs étaient nombreux. Tout d’abord sa journée était foutue. Elle avait aussi perdu une paire de chaussures et son sac-à-main. Ensuite sa rencontre avec l’allemand contrariait au plus haut point l’inspiration qu’elle était allée chercher en flânant, l’enseignante ne pouvait vraiment plus aujourd’hui travailler sur son projet d’écriture sans se sentir odieuse et injuste (dans le cas où elle se serait remise d’aplomb en quelques heures seulement). Après elle avait pu se gaver de café sans rien avoir à payer. Elle avait en plus un nouveau nom allemand à déballer pour les besoins d’éventuels futurs mensonges, c’était assez moche mais avoir l’esprit pratique était le minimum avec son mode de vie.

Finalement elle ne s’en sortait pas si mal.

[HJ : Voilà fini \o/]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 180
Messages : 359
Âge du personnage : 31

MessageSujet: Re: Au bord de l'eau [lundi 12 mai]   Jeu 25 Mar - 21:20

La jeune femme était partie si rapidement que Peter se demandait si finalement il n'avait pas pris un coup sur la tête pour avoir souffert d'hallucinations. Non il n'avait pâs rêvé, il avait bien pris un bain par la maladresse d'un pied appartenant à la musicienne, pour ensuite se retrouver dans ce café après avoir essayé de sécher un maximum.

*Tu parles d'une journée...*

Il était encore dans son uniforme trempé, ses bottes étaient raides et presques ridées par l'eau, il avait plus sa coiffe, il commençait à avoir mal à la tête... Oui clair, une bonne journée de faite. et dire qu'il était sorti prendre l'air.. pour se détendre ! Raté une fois de plus.

Heureusement qu'il avait eu le temps de saluer la jeune femme avant qu'elle sort, presque e se précipitant ; ou alors ce n'était qu'une mauvaise impression. Au moins il aurait fait son devoir : sauver une jeune femme en détresse. La tronche du chevalier servant que la princesse laissait tomber.... Dure réalité que celle de la transposition avec la vie des contes. Mais tant mieux dans un sens, au moins le lieutenant pourrait s'en retourner sans avoir de soucis en plus. Il avait quand même cru qu'elle le collerait encore. Le coller... Non c'était un peu fort comme pensées. Elle aurait pu s'inquiéter après tout. Mais elle avait eu la sagesse de croire au petit mensonge de Peter. De toute manière il n'allait pas tomber dans les vapes pour un plongeon glacé...

Il remercia encore le tenancier pour les cafés ; ce dernier comptait sa petite entrée de la journée, puis il sortit. A nouveau l'air le glaça un peu, mais c'était mieux que tout à l'heure. D'un pas certain et allongé, il prit la direction de Sarnand, aussi bien pour rentrer le plus vite possible que pour se réchauffer les jambes et se donner de l'entrain, enfin de la motivation quoi... Oui une journée qui allait encore bien se terminer....Dans un bon lit !

[fin pour moi o/]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Au bord de l'eau [lundi 12 mai]   

Revenir en haut Aller en bas

Au bord de l'eau [lundi 12 mai]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Die Adler :: Montreuil :: Quartier bourgeois :: Promenade le long des rives de la Fresne-