Maladresse [13/05/41]


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

Maladresse [13/05/41]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Française

Messages RP : 86
Messages : 275
Âge du personnage : 29 ans

MessageSujet: Maladresse [13/05/41]   Ven 19 Fév - 13:56

Des cernes violacés naissants se dessinaient sous les yeux clairs de la blonde montroise quand elle s’observa au petit matin dans un miroir. C’était la deuxième nuit consécutive que Liliane dormait affreusement mal. Elle faisait encore le même cauchemar : une voix lui répétait sans cesse aux creux de l’oreille dans un murmure allant en crescendo jusqu’au hurlement un étrange et dangereux mot. Naturellement elle se réveillait dans un état épouvantable et peinait à retrouver un sommeil serein ensuite. Les fardeaux de certains devoirs que l’on s’imposait étaient beaucoup plus lourds à porter que tout ce qu’elle avait pu imaginer. Enfin il était impossible de faire machine arrière à présent – de toute façon elle ne le souhaitait pas – l’apitoiement était tout autant exclu.

Tu dois reprendre le dessus Lili…

Elle se tapota les joues énergiquement pour finir de se réveiller et afficha une expression volontaire. Cet état d’esprit lui ressemblait plus. Quant à sa tête de déterrée, eh bien, heureusement la magie du maquillage atténuerait ses disgracieuses marques tout comme son teint brouillé. Après un certain temps de préparation elle s’arrêta, hésitante, devant son bureau. Finalement elle fourra un livre de petit format ainsi que de quoi écrire dans son sac-à-main avec empressement et referma la porte de sa chambre dans un claquement sec. Quelques minutes plus tard Liliane s’engageait dans les larges rues du « quartier du Meunant ». Elle désirait se rendre dans le parc du quartier sud afin de rencontrer une vieille connaissance. Pour cela elle traversa d’un pas hâtif le pont Carnot et longea le centre-ville sans s’attarder. A présent elle avait parcouru le plus gros du chemin aussi elle ralentit son allure.

La française finit par s’installer sur un banc, rapidement rejointe par le fameux ami de longue date. Au terme de leur discussion la veuve confia son livre, recommandant chaudement une lecture d’une traite pour savourer toute la finesse de l’intrigue. Les deux personnes se séparèrent ensuite après de brefs au revoir et elle se mit à déambuler, songeuse, sur les chemins du parc.

L’inconvénient avec les talons c’est que l’équation déconcentration plus ornières ne pardonne que très rarement, Liliane allait en faire la douloureuse expérience. Perdue dans ses pensées, son pied gauche buta et se tordit légèrement, entrainant une immanquable et lamentable chute. Ah ça, elle devait avoir l’air fine à se vautrer aussi peu dignement dans son beau tailleur. Ses joues s’enflammèrent de honte, et ce sentiment couvrit d’ailleurs dans un premier temps la douleur. Par réflexe, elle tenta de se remettre debout dans la seconde pour regagner un peu de prestance. Une vague de souffrance la fit abandonner aussitôt cette idée dans l’immédiat. Elle pria intérieurement pour que personne ne l’ait vue, hélas…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemande

Messages RP : 30
Messages : 40
Âge du personnage : 22 ans

MessageSujet: Re: Maladresse [13/05/41]   Ven 19 Fév - 18:16

Ce jour-là, Julia ne travaillait pas. Jour de repos. A ce moment-là, à l'infirmerie de Sarnand, une autre infirmière la remplaçait. Cette dernière avait jugé bon que Julia prenne du repos aujourd'hui. En bref, la Munichoise avait toute sa journée pour faire ce que bon lui semblait. Pas de travail, pas de blessé à guérir, pas de blessure à soigner, rien. C'était une occasion de se réjouir, ça.

Julia n'avait franchement rien à faire à Sarnand, aussi décida-t-elle de se promener dans Montreuil histoire de changer d'air. Ca la changerait du château.

Commençant par le Sud, elle passa par le pont de Sarnand, arrivant dans le quartier du marais, remontant afin d'arriver au centre ville. Elle ne se hâtait pas, elle avait toute sa journée. Une journée, c'est plutôt long.

Il faisait plutôt beau, le temps était agréable, c'était calme, il n'y avait pratiquement pas de foule, ni de gamins qui se courraient après tout en braillant, les chants lointains des oiseaux arrivaient à peine à se faire entendre et surtout...

...Julia s'ennuyait terriblement.

Ici, elle n'avait pas d'amis avec qui discuter mais elle ne cherchait pas forcément à s'en faire. Elle avait l'habitude d'être à Sarnand, occupée sous le poids du travail à tel point que c'était surtout ça qui l'obséder le plus. A Montreuil, elle n'avait pas vraiment de vie privée. Et puis là, comme ça, on la mettait en congé, la laissant se faire envahir par l'ennui.

Et voilà, elle marchait sans trop savoir où aller, espérant que ce jour se termine le plus vite possible. En chemin, tout à coup, une femme s'effondra en face d'elle. Surement à cause d'un faux mouvement. La jeune femme, ainsi humiliée, ne se releva pas tout de suite et son visage se teinta de rouge. En effet, elle avait eu l'air bien ridicule sur le moment.

En temps normal, Julia n'aurait même pas daigné s'approcher de la jeune femme pour l'aider. Mais bon, à ce moment-là, tout était prétexte pour perdre le maximum de temps possible, et puis, il y avait aussi la solidarité féminine d'un côté.

Julia hésité un instant et se décida à s'avancer vers la femme pour lui tendre la main.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français

Messages RP : 36
Messages : 48
Âge du personnage : 25 ans

MessageSujet: Re: Maladresse [13/05/41]   Ven 19 Fév - 21:16

Il n'y avait pas que les infirmières qui avaient des jours de repos de temps à autres. Il y avait aussi les vétérinaires qui en profitaient alors pour sortir leurs animaux. Enfin, pas tous les vétérinaires, mais Gabriel n'était pas comme tous les autres et il avait toujours le rituel de la promenade en laisse de ses compagnons à poil ou à écaille. D'ailleurs, ça manquait à sa collection les plumes. Il faudrait qu'il voit s'il ne pouvait pas adopter un oiseau un jour ! Par contre en laisse ce ne serait pas facile. A moins de dresser un faucon ou un rapace, oh oui c'était une bonne idée ça.

Il irait voir son cousin pour lui proposer de tenter de trouver un pauvre oiseau en détresse et le dresser ensuite. Il marchait donc dans les rues avec deux laisses à la main et une qui pendait de son gilet et qui était reliée à Squick, un amour de petit écureuil qui adorait sortir de l'appartement pour de temps à autre grimper sur un arbre. Ca lui manquait les arbres mais il avait un problème aux pattes arrière qui l'empêchait d'être remis en liberté.

Lez' n'était jamais avec Gabriel lors de la sortie rituelle, il fallait dire qu'il ne faisait pas assez chaud pour que le lézard soit bien éveillé. Et puis il n'avait que deux mains. Donc une pour la laisse d'Aube et l'autre pour celle de Crépuscule. Aube était une magnifique chatte écaille de tortue qui adorait pavaner dans les rues que ce soit en laisse ou non. Crépuscule était ... LE lynx de Montreuil, il n'y en avait pas d'autres en ville et bon nombre d'habitants le connaissaient.

Gabriel passait donc dans la rue en compagnie de sa petite troupe quand il vit la jeune fille tomber. Oh, la pauvre ! Il allait l'aider bien entendu, surtout qu'il y avait une autre jolie fille avec elle. Et deux filles pour un seul homme c'était magnifique ...

- Mesdemoiselles, laissez moi vous aider.

Il accéléra sans se dire une seconde que c'était tout de même étrange un homme avec un écureuil sur l'épaule et deux chats en laisse, dont un bien plus gros que l'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Française

Messages RP : 86
Messages : 275
Âge du personnage : 29 ans

MessageSujet: Re: Maladresse [13/05/41]   Dim 21 Fév - 1:55

La gêne de Liliane connut un pic sans précédent à partir du moment où elle réalisa en tournant la tête qu’il y avait bel et bien eu un témoin à son stupide faux pas. Son malaise s’amoindrit à peine malgré l’absence de ricanement. Un peu confuse, elle accepta volontiers la main que lui tendit l’infirmière, murmurant à moitié tout en se redressant péniblement.

« Merci. »

A nouveau debout, elle prit garde de ne pas trop forcer sur son pied défaillant, au moins le temps d’une poignée de minutes. La douleur se faisait déjà moins lancinante, elle avait eu de la chance, une entorse aurait fortement nuit à ses petites affaires. Oui, le bilan n’était pas si négatif en fin de compte, elle aurait aussi pu briser la fiole d’encre rangée dans son sac lors de sa lourde chute.

Retrouver de la contenance

La professeure arrangea machinalement les plis de ses vêtements et remit de l’ordre dans sa chevelure. Elle s’apprêtait à formuler de nouveaux remerciements pour ce petit, mais pas non moins appréciable, acte de solidarité quand un troisième individu entra en jeu.

D’ordinaire la montroise s’enorgueillissait de son aisance à amoindrir les signes de surprise de son visage cependant, pour ce coup, elle fut bien en peine de réaliser cet exercice avec brio. Elle ouvrit de grands yeux ronds, se demandant si sa fatigue nerveuse ne la faisait pas littéralement divaguer. Une légère pointe de colère, dirigée contre elle-même, la piqua aussitôt pour ce manque de contrôle. La spontanéité était parfois un trait de caractère tout ce qu’il y a de plus charmant mais en ces temps rudes elle pouvait aussi coûter affreusement cher.

On pouvait souligner à sa décharge que le naturel avec lequel s’exprimait le jeune homme en dépit de l’étrangeté de la situation était tout autant déstabilisant que la présence de ses trois compagnons en eux-mêmes.

Ah les félins ! Liliane trouvait ces animaux fascinants malheureusement cet amour n’était généralement pas réciproque : au mieux ils la fuyaient, au pire… sa dernière rencontre avec une de ces bêtes poilues illustrait parfaitement la chose. Cinq années auparavant, elle avait écopé de cuisantes griffures au niveau des salières et du cou alors qu’elle pressait dans ses bras un gros chartreux soi-disant doux et sociable. Cette ultime expérience désastreuse avait donné un sérieux coup de frein à son enthousiasme sans pour autant la traumatiser, loin de là.

L’imposant « chat » réveilla quelques souvenirs. Comme un certain nombre d’habitant de la ville elle avait déjà entendu parler de ce fameux lynx par contre son nom lui échappait. Etant essentiellement citadine, l’écureuil perché faisait partie des rares spécimens de cette espèce que la veuve avait eu le loisir d’observer.

Avant qu’un silence gênant ne s’installe Liliane lança à la cantonade en français avec un franc sourire, ignorant qu’elle risquait peut-être d’embarrasser sa voisine germanique.

« Plus de peur que de mal. »

Elle ajouta dans la foulée à l'intention du brun.

« C’est une curieuse petite troupe que vous promenez là. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemande

Messages RP : 30
Messages : 40
Âge du personnage : 22 ans

MessageSujet: Re: Maladresse [13/05/41]   Dim 21 Fév - 14:08

La jeune femme accepta la main que lui avait tendu Julia. Elle se releva avec un peu de mal tout en vacillant un peu au passage, avant de lâcher un merci bien français.
Ainsi Julia était avec une française. L'infirmière eut un petit soupir ; la barrière des langues fait qu'elles auront un peu de mal à discuter. Poliment, Julia répondit en français mais avec un terrible accent allemand :

"De rien, c'est tout naturel."

Tandis que la jeune française s'arrangeait un peu, quelqu'un d'autre vînt les rejoindre. Un homme cette fois. Et étrangement, ou plutôt originalement accompagné d'un chat, d'un lynx et d'un écureuil.

Julia n'était pas l'amie des bêtes, loin de là. Elle ne s'en approchait rarement, voire jamais. Et lorsque que son petit frère Heinz avait eu un berger allemand après de nombreux caprices pour son anniversaire, Julia aimait de moins en moins les animaux, car ce satané chien lui avait grogné dessus de nombreuses fois.

Ces trois animaux ne l'enchantaient donc pas, surtout le lynx qui, franchement imposant, l'intimidait assez. C'était pas dangereux, ces bestioles là ?

Le jeune homme était venu à elles en parlant en français. Cela rendit Julia encore plus mal à l'aise. Si il y avait discussion, elle ne serait pas du tout à son aise. Certes elle parlait couramment français mais ce n'était pas là une langue qu'elle aimait utiliser.

La jeune femme qui s'était effondré quelques minutes auparavant alla à la rencontre de l'homme, lui faisant remarquer sa curieuse compagnie. Julia se tut et regarda comment tout cela allait se passer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français

Messages RP : 36
Messages : 48
Âge du personnage : 25 ans

MessageSujet: Re: Maladresse [13/05/41]   Mar 23 Fév - 20:10

Gabriel se retrouva bien vite devant les deux demoiselles et il leur fit son plus beau sourire charmeur. Le sourire qui aurait pu rivaliser avec les meilleurs publicités de dentifrice si toutefois il y avait des publicités de dentifrice... Cela ne changea pas grand chose à la situation pour l'instant. Car il se retrouva face à deux jeunes femmes debout qui regardaient les animaux avec des yeux étonnés. Comme si c'était dérangeant de se promener avec ses animaux ?

Il se redressa après avoir récupéré Aube dans ses bras pour essayer de comprendre ce qu'il avait à faire à présent. Il ne savait pas exactement ce qui se passait parce qu'il n'avait pas tout vu mais ce n'était pas problématique, il avait un talent inné pour lier contact avec les autres. La preuve ? Même François Drisslet lui parlait !

Et puis comment ça c'était une curieuse petite troupe ? Qu'est ce qu'il y avait de si curieux à promener des animaux dans la rue de temps à autres ? Encore ce seraient des animaux spéciaux, mais là même pas, ce n'étaient que des animaux que l'on pouvait côtoyer dans les environs sans aucune difficulté !

" Pas si étrange que ça, on peut les croiser dans les environs. Enfin, les lynx sont peu nombreux tout de même. "

Il présenta Aube aux deux demoiselles, puis les deux autres.

" Aube, chatte de gouttière, Squick, écureuil roux et Crépuscule lynx d'Europe. "

Il s'inclina à son tour pour se présenter.

" Gabriel, vétérinaire montrois, pour vous servir. "

Oui, il avait un certain bagout et parlait beaucoup pour ne pas dire grand chose, mais ça plaisait aux autres en général !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Française

Messages RP : 86
Messages : 275
Âge du personnage : 29 ans

MessageSujet: Re: Maladresse [13/05/41]   Jeu 25 Fév - 18:54

Alors lui quand il souriait ce n’était pas qu’à moitié. Il s’agissait donc d’un vétérinaire, elle aurait dû s’en douter, après tout il n’y avait pas énormément d’hypothèses pouvant expliquer la présence du troupeau miniature : soit il travaillait au contact des animaux soit c’était un gentil illuminé.

Suite à sa réponse Liliane répliqua avec un demi-sourire, guère convaincue de l’impact qu’auraient ses arguments. Bah de toute façon elle n’était pas d’humeur à pinailler, c’était surtout pour alimenter la conversation qu’elle revenait sur ce point précis.

« Certes ils sont courants mais de par leur nombre et leur nature sauvage, pour deux du moins, cela suffit à rendre la chose singulière. »

Ce type de personnage exubérant, contrairement à ce qu’aurait pu laisser supposer l’apparence tirée à quatre épingles de la veuve, lui rappelait de bons souvenirs et avait plutôt tendance à l’amuser et à la mettre à l’aise qu’à l’agacer. Elle exécuta un salut d’un ample geste de la main très théâtral, attitude qu’elle jugeait tout à fait dans le ton de la conversation.

« Liliane, professeure montroise, enchantée. »

Eh bien, ils en formaient un drôle de groupe hétéroclite ce qui donnait toute sa saveur à la situation, un peu d’autodérision sincère ne faisait que trop de bien. Elle s’approcha avec précaution du matou, contournant soigneusement le lynx - on ne savait jamais hein ? – et tendit la main, avec une pointe d’appréhension, pour caresser le félin en espérant que le fait d’être dans les bras de son propriétaire le rassurerait et lui éviterait de recevoir un vif coup de patte rageur.

Tout en tendant une main distraite elle repensa à la troisième protagoniste de la scène. Avec cet accent, il ne pouvait s’agir que d’une allemande, ce qui était relativement peu courant. Une femme d’officier ? Une pilote ? Une infirmière ? Les possibilités ne manquaient pas. Pour une fois elle ne se sentit pas vraiment menacée, probablement en raison de l’absence d’uniforme et de son attitude qui différait de la froideur extrême de certaines. Par politesse elle lui demanda dans sa langue si elle ne peinait pas trop pour suivre l’échange.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemande

Messages RP : 30
Messages : 40
Âge du personnage : 22 ans

MessageSujet: Re: Maladresse [13/05/41]   Jeu 25 Fév - 20:55

Le jeune homme étrangement accompagné se présenta. C'était un certain Gabriel et il était vétérinaire. Ca semblait logique, à présent. A part un vétérinaire, qui aurait de pareils animaux ? Surtout pour le lynx qui semblait être une bestiole difficile, et qui demandait surement l'expérience d'un professionnel pour l'entretenir.

Ce fut au tour de la jeune femme humiliée tout à l'heure de se présenter tout en exécutant un étrange geste de la main. Elle s'appellait Liliane, et elle était professeur. Une femme bien charmante, entre autres. Elle s'approcha afin de caresser la petite bête qui reposait dans les bras du vétérinaire.

Julia, un peu à l'écart, n'était pas très à son aise, coincée dans cette conversation où les deux français semblaient bien s'entendre. Elle, qui était allemande, était un peu une intrus. Pour eux elle était surement l'occupante, l'ennemie, aussi si les deux français lui demandaient, gentiment ou non, de partir, elle aurait compris.

C'est pourquoi, lorsque la professeur montroise lui demanda dans un allemand plutôt correct si elle ne peinait pas dans la compréhension de la discussion, l'infirmière en fut étonnée. Puis elle se rendit compte que les deux autres protagonistes s'étaient présentés alors que elle, non. Un peu gênée, elle répondit en français, pour bien montrer qu'elle comprenait :

"Oh merci de cet attention mais je comprends très bien. Je ne me suis pas présentée, je suis Julia, infirmière à Sarnand."

Bon, son accent était terriblement présent mais au moins elle avait fait l'effort de s'exprimer en français. C'est avec un sourire poli qu'elle salua les deux français, espérant qu'elle n'avait pas fait de faute de grammaire en parlant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français

Messages RP : 36
Messages : 48
Âge du personnage : 25 ans

MessageSujet: Re: Maladresse [13/05/41]   Jeu 4 Mar - 22:01

Les deux femmes semblaient réellement étonnées par la compagnie de Gabriel et quand il présenta la troupe, il sentit que ce n’était pas courant pour elles que de voir la nature à leur porte. Il sourit en entendant la remarque de Liliane qui était un peu emphatique inutilement d’ailleurs.

Il fit une caresse à Crépuscule tout en regardant le professeur maintenant présenté. Il réfléchit un instant à ce qu’elle pouvait enseigner, son phrasé était particulier et ses gestes théâtraux, le théâtre ou la littérature devenaient des choix possibles. Il hésita un instant à lui demander s’il avait bien deviné.

Mais déjà l’allemande se présentait, elle était allemande d’après son accent et d’après son métier aussi. Une infirmière à Sarnand c’était quelqu’un obligatoirement ou presque allemand. Il y avait quelques françaises qui étaient présentes aussi, mais Julia … non c’était certain.

« Enchanté mesdemoiselles, j’espère dans ce cas Julia que vous pourrez aider Liliane si elle est blessée. »

Il détailla un instant l’éventuelle blessée mais se rendit à l’évidence, la blessure en question n’était pas si évidente que ça. Cela lui faisait tout de même drôle d’appeler les gens par leurs prénoms mais comme il avait commencé, il allait poursuivre aussi. Par contre, il n’avait pas grand-chose à leur dire pour le moment, surtout que ses bêbêtes allaient certainement vouloir continuer la promenade.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Française

Messages RP : 86
Messages : 275
Âge du personnage : 29 ans

MessageSujet: Re: Maladresse [13/05/41]   Lun 8 Mar - 22:47

Sa légère gêne disparut quand l’autre femme lui confirma qu’elle comprenait bien le français. Ainsi donc cette allemande était infirmière à Sarnand. La veuve ne put s’empêcher de se demander intérieurement si elle connaissait le Leutnant Hessler ou si elle l’avait déjà soigné. Toujours soucieuse de ne pas ébruiter sa fraiche mésaventure elle garda naturellement pour elle des interrogations qui auraient obligatoirement entrainées d’autres questions. L’évocation de ce récent souvenir lui rappela aussi vivement qu’elle avait commis la même erreur deux fois consécutives. Son manque d’attention était une négligence inadmissible, elle se devait de renforcer son autodiscipline.

« Je me suis juste tordue légèrement la cheville tout à l’heure, la douleur s’est dissipée à présent. »

Il n’aurait pas été très sympathique de continuer de laisser le vétérinaire dans l’incompréhension.

« Si vous en avez d’autres comme ça à adopter peut-être passerai-je un jour… »

Parler à un animal de compagnie l’aiderait éventuellement à soigner ses névroses. Après tout une bêbête représentait l’avantage de ne pas pouvoir protester devant un monologue assommant. Impossible non plus de le répéter à un individu malveillant, toute trahison était inenvisageable. Un gros molosse apporterait assurément une confortable sensation de sécurité et pourrait éventuellement même servir à sa propre défense. Quoi qu’un matou devait être plus facilement gérable, à condition qu’il ne saccage pas tout l’intérieur. Hum ça y est, le simple fait de s’imaginer avec la responsabilité d’un quelconque animal prouvait bien qu’elle commençait vraiment à perdre la tête. Trop occupée et pas assez habile en la matière pour envisager l’idée sérieusement. Si jamais la montroise cédait un jour à ce caprice récurrent elle courait droit vers un drame.

Bon ! Liliane avait suffisamment rêvassé, il était temps de se remuer.

Elle ne souhaitait surtout pas embêter plus longtemps ces deux aimables personnes s’étant arrêtées afin de vérifier si tout allait bien. Abuser de leur temps aurait été autant incorrect que les traiter avec dédain et puis elle redoutait de commettre une nouvelle catastrophe. En deux jours la professeure avait largement rempli son quota de désastres.

« Julia, Gabriel, je vous souhaite une bonne et agréable journée. »

Sur ces paroles qui sonnaient étrangement à ses oreilles elle reprit son chemin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemande

Messages RP : 30
Messages : 40
Âge du personnage : 22 ans

MessageSujet: Re: Maladresse [13/05/41]   Mer 10 Mar - 16:52

La jeune Liliane n'avait rien de bien grave. Elle s'était simplement foulée la cheville et avait trébuché par la même occassion. Aussi, lorsque le vétérinaire avait proposer à Julia d'aider Liliane en cas de blessure grave, la française avait assuré qu'elle n'avait pas besoin d'aide, la douleur s'étant dissipée.

La montroise évoqua ensuite la possibilité de rendre visite au vétérinaire afin de lui adopter une bestiole. Julia, elle, ne pût s'empêcher de penser que Gabriel ne la verrrait jamais venir chercher une de ses bébêtes. Un chien ne l'avait pas aimé, ce n'était vraiment pas la peine d'adopter un animal qui menacerait de la mordre. Et puis, de toute façon, elle n'avait pas la patience et le temps necessaires pour s'occuper d'un animal de compagnie.

Mais voilà que la professeure décidait de prendre congés de Gabriel et Julia. Après de charmants voeux, elle s'en alla, laissant une Julia sans idée de conversation et bloquée par la barrière des langues devant un vétérinaire français certes agréable mais à qui elle n'avait vraiment rien à dire. Il était peut-être temps de partir pour elle aussi.

"Bon, et bien...Il semblerait qu'il ne reste que nous." Avec un sourire discret, l'infirmière tenta de trouver une phrase en français afin de pouvoir fausser compagnie au vétérinaire. Après quelques secondes de réflexion, elle ajouta : "Ce fût très agréable de vous rencontrer, Gabriel. Au plaisir de vous revoir."

Et à ses mots, elle lui tourna lentement le dos, et continua son chemin, même si elle n'avait aucune idée d'où aller.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français

Messages RP : 36
Messages : 48
Âge du personnage : 25 ans

MessageSujet: Re: Maladresse [13/05/41]   Mer 17 Mar - 12:19

Ah bon ? Les deux jolies jeunes femmes partaient déjà ? C'était bien pour les animaux qui avaient envie de poursuivre leur promenade, mais moins bien pour Gabriel qui avait envie de discuter et pourquoi pas de nouer des liens. Tant pis !

" Au revoir mesdemoiselles dans ce cas, je vous garderai un chaton si j'en trouve un !"

Il savait exactement où en trouver si le besoin s'en faisait sentir puisqu'il nourrissait une tribu de chats errants pas très loin de chez lui. Il ne les avait pas encore attrapés parce qu'ils étaient un peu sauvages, mais il avait tout de même pas trop mal avancé avec les plus jeunes.

Il reprit son chemin pour terminer sa promenade hebdomadaire, ne croisant plus personne avec qui discuter à son plus grand dam. C'était pourtant tellement bien de discuter avec des gens, de se faire des amis dans la ville. Mais bon, puisque c'était comme ça, il n'allait pas se mettre martel en tête pour si peu.

Sa promenade se termina rapidement et sans même avoir l'impression d'avoir marché une bonne heure. Les trois animaux semblaient heureux et Gabriel termina sa journée en s'occupant d'eux, il n'avait pas beaucoup de place et c'était la principale raison pour laquelle il n'avait pas une complète ménagerie chez lui, mais peut-être qu'un jour il trouverait une grande maison avec un grand grand terrain pour adopter tout ce qu'il pouvait trouver dans la nature ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Maladresse [13/05/41]   

Revenir en haut Aller en bas

Maladresse [13/05/41]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Die Adler :: Montreuil :: Quartier du Marais (Sud)-