Crapahutage en montagne [05/05/1941] - Page 2


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

Crapahutage en montagne [05/05/1941]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Français
avatar

Messages RP : 65
Messages : 111
Âge du personnage : 53

MessageSujet: Re: Crapahutage en montagne [05/05/1941]   Dim 16 Mai - 19:00

Le vieux bonhomme sourit. Ah la jeunesse... Et il repensa à la longévite de son dragon. C'était vrai que c'était long, mais surtout d'en voir encore un aussi vieux aujourd'hui... Soit ces dragons là étaient morts depuis longtemps ou étaient dans les cellules de reproductions. Fulgur était une exception, il voulait être tranquille avec son dernier pilote.

"Oh pour sûr, il s'en souvient. Il s'amuse même à se moquer de moi en me comparant à ses autres piltoes et il me raconte comment il les faisait tourner en bourrique. Je sais déjà que je serai son dernier pilote. Au vue de son âge... et du mien surtout. Il pourrait peut-être vivre encore trente ans ce bougre"

Il s'inquiétait pour sa dragonne. C'était un bon gars, oui vraiment.

"Ah.. Vous devez être un jeune téméraire pour prendre l'envol malgré l'avis du médecin. Attendez patiemment jeune homme et imaginez la joie que vous fera votre dragonne en vous retrouvant sous peu. après tout, vous pourrez profiter des jeunes infirmières aussi. Comme vous avez quelques atouts en poches, je ne doute pas que vous en fassiez craquer quelques unes"

Il rit joyeusement. Qu'il profite de sa jeunesse pour en garder plus tard les plus facettes sous forme de souvenirs

"Je pense qu'elle comprendra une fois que vous lui aurez dit que les médecins vous empêchait d'aller la voir. ensuite ce sera à vous de faire en sorte qu'elle ne morde pas le premier homme en blouse qui passe pour doucement se venger...Vous avez encore le temps de parfaire votre relation. Je ne pense pas qu'elle gardera que le plus mauvais de vous. Les dragons ont des avis assez particuliers sur des pilotes passés et même s'il est vrai qu'ils préfèrent parler des meilleurs..."

Il toisa gentiment son dragon qui somnolait.

"Elle vous gardera dans son esprit. Après tout, vous êtes encore avec elle non ? Si elle aime voler avec vous, c'est déjà un signe parlant. Attendez de reprendre le chemin des airs avec elle quand vous serez guérie, elle sera heureuse. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 115
Messages : 252
Âge du personnage : 25 ans

MessageSujet: Re: Crapahutage en montagne [05/05/1941]   Mer 16 Juin - 21:09

Le jeune homme resta un moment les yeux dans le vide. Certes, Eva serait plus que joyeuse de reprendre les vols avec son Flieger, mais elle avait pour lui une affection quelque peu... envahissante par moment. La dragonne se comportait comme une femme jalouse. Déjà à Potsdam, Jochen avait failli se prendre un coup de griffe destiné en fait à sa compagne du moment. Pour la petite histoire, le jeune homme avait jugé bon de présenté la jeune femme qu'il fréquentait à sa dragonne, et cette dernière n'avait que très modérément apprécié. L'histoire n'avait duré que le temps de leurs classes, puis ils s'étaient séparés d'un commun accord, à la grande joie de la dragonne qui ne l'avait pas caché. La campagne de France, puis les combats en Norvège avaient donné matière à oublier l'évènement, mais maintenant que le jeune Flieger sortait avec Louise, il se torturait pour savoir comment il allait présenter la chose à sa dragonne.

Pour ce qui était de profiter des infirmières, le vieil homme prêchait un converti, mais le jeune allemand ne profiterait pas DES infirmières, mais bien d'UNE infirmière. La seule, l'unique, celle qui occupait son cœur était sa belle Louise. Un léger sourire en coin de la part de l'Allemand. De toute façon, si l'homme avait lancé cette pique, c'est bien qu'il devait avoir quelques soupçons. Est-ce que cela le gênait ? Peut être intérieurement ? En tout cas il avait le tact de ne pas le montrer.

Jochen termina son morceau de camembert et regarda ce qui restait de son casse croûte. Trois grosses Bratwurst, une bonne dizaine de tranches de jambon, et un bon demi camembert... De fait, ce qui préoccupait plus l'allemand, c'était le fait que la bouteille de vin était presque vide, et que le repas des deux hommes avait duré deux bonnes heures. Il avait rendez vous avec Louise dans deux heures, le temps de redescendre de la montagne, d'attraper un bus de rentrer à Sarnand, de prendre une douche et de se changer... Il prit la bouteille et bu une dernière gorgée de vin. Il devait penser au départ...

- Je ne doute pas qu'elle sera heureuse d'enfin reprendre les airs... Mais ma petite Eva est assez... envahissante d'un certain côté. Je n'en ai encore jamais parlé mais, pensez vous qu'un dragon puisse tomber amoureux de son pilote ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français
avatar

Messages RP : 65
Messages : 111
Âge du personnage : 53

MessageSujet: Re: Crapahutage en montagne [05/05/1941]   Sam 19 Juin - 14:07

Edouard avait bien mangé, et avait quand à lui terminé sa part. Puis Jochen posa encore une autre question, sur le plan affectif de son dragon après avoir achevé le reste de l'excellent vin. Edouard commençait déjà à réfléchir à sa réponse. Un dragon tomber amoureux d'un pilote. Intéressant concept.

"Je pense déjà qu'il ne faut pas mettre nos dragons sur le même plan de l'amour, dans notre vision humaine. Les dragons n'ont pas les mêmes concepts sentimentaux qu'un homme. Mais nous pourrions pour eux parler d'affection, D'une profonde affection. Pas amoureux comme un homme ou une femme s'aimerait c'est pas à prendre dans ce sens là. Mais plus sur le plan amitié, mais plus profonde, compris entre ce domaine là et le sens de la fratie. Oui plus à prendre dans le sens d'un frère ou d'une soeur qu'on aimerait. "

Jamais Fulgur n'avait eu de sens émotionnel dans ce sens pour son pilote. Mais de la façon dont ils se parlaient tous les deux, cela rentrait un peu dans le sens qu'apportait Edouard pour Jochen.

"Un dragon qui perdait son pilote et qui faisait un gros coup de déprime suite à sa disparition, au point de plus manger, cela s'est déjà vu. Si votre Eva est envahissante, il est possible qu'elle vous aime à sa façon, vous appréciant au point de rechercher votre compagnie, agréable à vos yeux. Elle vous aime en somme. Elle vous apprécie à sa manière. Peut-être que vous devriez lui demander, les dragons sont francs en général"

Edouard prit sa montre à gousset.

"Oula, mais il se fait tard, je vais être en retard moi.... Et ma femme va encore me faire une scène (petit rire). Fulgur, cesse ta sieste, on va y aller. "

Le dragon gronda et baîlla tout en s'étirant comme un gros chat.

"Jeune homme, je vous propose de vous emmener, vous envisagez pas de redescendre de la montagne à pied tout de même ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 115
Messages : 252
Âge du personnage : 25 ans

MessageSujet: Re: Crapahutage en montagne [05/05/1941]   Sam 19 Juin - 22:33

Francs les dragons? Certes en général, mais Eva se comportait comme une adolescente par moment, ce qui était assez déstabilisant pour son Flieger. Lui demander ? Hmmm, elle éluderait la question, Jochen connaissait assez sa Mauerfuchs pour savoir cela. D'un autre côté, peut être était-ce la façon de la dragonne de lui prouver qu'elle tenait à lui plus qu'a tout autre chose? Il faut reconnaître que le jeune homme lui avait peut être inculqué de mauvaises manières dans sa jeunesse. Il aimait, par exemple, faire des siestes sur le ventre de sa dragonne lorsque celle ci lézardait. Il aimait quand il avait besoin de réconfort, venir plaque son oreille sur la dragonne et écouter, les yeux fermés, sa respiration puissante...

Le vieux postier regarda sa montre et remarqua lui aussi que le temps avait filé. Jochen eu un petit sourire quand l'homme s'inquiéta de la réaction de sa moitié quand il rentrerait. A vrai dire, Louise aussi n'appréciait que très modérément qu'il soit en retard, mais le jeune allemand savait bien se faire pardonner. Peut être que le pilote de Fulgur aussi? Chacun avait sa méthode pour faire passer le semi courroux de l'être aimé pour ces quelques minutes de doutes involontaires.

Le jeune allemand entrepris de ramasser les restes du pique nique, et mit le gros morceau de camembert restant, ainsi que les tranches de jambon et la bratwurst dans un sac en tissu, après les avoir enveloppées dans le papier qui les entourait. Alors qu'il se redressait, le postier lui proposa de le raccompagner à dos de dragon. La proposition était très séduisante, mais le jeune Flieger était monté jusqu'ici dans l'optique de pratiquer un peu d'exercices. Il du donc décliner l'offre du sympathique postier.

-Je vous remercie beaucoup, mais je suis venu ici dans l'optique de pratiquer un peu d'exercice, et j'ai bien l'intention de continuer... de plus je ne voudrais pas que vous vous fassiez... comment dites vous déjà? remonter les bretelles c'est ça? à cause de moi.

Il tendit le sac en tissu contenant les victuailles au postier.

- Pour vous et votre famille. Pour vous remercier d'avoir partagé avec moi cette collation, d'avoir abreuvé ce repas d'un excellent vin et de votre expérience, et aussi pour m'excuser auprès de votre femme de votre retard...

Il agrémenta cette dernière phrase d'un clin d'œil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français
avatar

Messages RP : 65
Messages : 111
Âge du personnage : 53

MessageSujet: Re: Crapahutage en montagne [05/05/1941]   Lun 28 Juin - 21:57

edouard fut déçu, mais au moins il était sûr que son dragon ne ronchonnerait pas en retour à la maison. Dommage néanmoins, car si le vieux dragon n'avait pas rouspété contre le jeune Flieger, c'était parce qu'il approuvait sa présence. Fulgur disait les choses assez directement et surtout, quand une tête ne lui plaisait pas, il le disait. Mais peut-être parce qu'il était trop fatigué pour s'en soucier. Ce dragon avait vraiment ses humeurs.

Jochen rangeait le reste du pique-nique, avant de commencer à tendre le sac. Edouard manqua de refuser. Mais pour ne pas vexer le jeune homme, il le prit.

- Oh, il ne faut pas voyons jeune homme. Je sais que les temps sont durs mais pas à ce point. Mais au moins, vous pourrez rentrer allégé, si on ne compte pas l'estomac empli (petit rire). Oui c'est bien l'expression, se faire remonter les bretelles. Mais je vais réussir à gérer cela. Faites attention à vous en redescendant les flancs hein. Et le bonjour à votre dame du coeur

A son tour de faire un clin d'oeil et il monta sur le dos de son dragon. Ce dernier décolla, et fit un léger virage pour permettre à son pilote d'accorder un dernier signe de la main pour saluer Jochen.

[fin pour nous :), merci pour ce post :)]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Crapahutage en montagne [05/05/1941]   

Revenir en haut Aller en bas

Crapahutage en montagne [05/05/1941]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Die Adler :: Les alentours :: L'arrière pays-