Ca-boches et alle-moches [Vendredi 16 mai]


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

Ca-boches et alle-moches [Vendredi 16 mai]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Char d'assaut chaleureux
avatar

Messages RP : 196
Messages : 1140

MessageSujet: Ca-boches et alle-moches [Vendredi 16 mai]   Dim 4 Avr - 23:06


Michel Pluviot

Le soucis d'habiter rue Wilson, qu'il pensait, Michel, c'était que Peter il habitait à côté. Donc leur mère se connaissaient, donc fallait qu'elles veuillent qu'ils aillent au collège ensemble -même que la mère de Michel, elle n'avait pas encore compris qu'il était assez grand pour y aller tout seul. Elle chiante avec ça, maman, parce que si elle ne les voyait pas descendre la rue ensemble, le soir elle en parlerait pendant tout le repas.

C'est que sa mère, à Michel, elle avait un sacré caractère. Tellement que papa ne parlait plus du tout à table.

Le soucis d'aller au collège avec Peter, c'est que Peter c'était même pas un élève sérieux, et qu'il était souvent en retard du point de vue de Michel. Michel n'était jamais en retard, d'ailleurs il faisait tout le temps ses devoirs, connaissait parfaitement ses leçons et avait 10/10 en dictée à chaque fois. Alors aller au collège avec le fils des boches qui faisait même pas silence en classe, ça l'embêtait. Des fois que ce soit contagieux.

Et le soucis, ce jour en particulier, c'est qu'il pleuvait. Et que Peter était en retard (ou Michel en avance, mais l'heure c'était l'heure, si Michel était là, c'est que c'était l'heure, c'est tout), et que y'avait pas moyen de s'abriter devant ce fichu immeuble. L'adolescent avait bien pris son manteau, mais ça continuait la flotte allait traverser et peut être même mouiller ses cahiers et ses livres. Tout ça pour un allemoche, vraiment !

Y'avait plus qu'à espérer qu'il allait se grouiller, le Peter, sinon c'est sûr, le gros dictionnaire d'anglais de la salle de classe allait lui voler jusqu'au coin du nez. Et s'il y avait une trace d'humidité sur ses beaux exercices...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adler.jdrforum.com
Français

Messages RP : 169
Messages : 460
Âge du personnage : 14 ans

MessageSujet: Re: Ca-boches et alle-moches [Vendredi 16 mai]   Lun 5 Avr - 17:02

Peter arracha énergiquement les draps de son lit quand il se levait ce matin là. Dernière matinée de la semaine et aussi meilleure journée avec deux heures d'anglais et une de maths autre autres! Bon bien sûr, il appréciait plus le prof de maths que la matière en soit mais en tout cas il n'était pas déterminé à traîner les pieds aujourd'hui. Il écarta les volets et se prit quelques gouttes d'eau sur le haut du crâne avant de rentrer sa tête à l'intérieur de sa chambre, donc il pleuvait et pas qu'un peu... Qu'à cela ne tienne il prendrait un parapluie! Espérons juste que le mioche ait eût la même idée que lui...
Le mioche, c'était le petit nom que tout le monde donnait à Michel Pluviot, sauté une classe et en 4ème à seulement 12 ans. Peter devait avouer que c'était plutôt pas mal mais en attendant ça ne le rendait pas plus sympathique. Ce qu'il détestait le plus était sa manière hautaine de regarder les gens, plus d'une fois il avait faillit se prendre un bourre pif pour çà, mais jamais de la part de Peter, non Peter était gentil, pur et innocent.
Quoi qu'il en soit, c'était plutôt une bonne journée qui s'annonçait (mit à part la pluie et l'éternel trajet à faire avec «le mioche»), la preuve : sa mère avait déposé dans son assiette deux bonnes tranches de jambon acheté au marché noir, elle ne le faisait pas souvent, plus par manque d'argent que de courage alors il fallait en profiter. Cela dit, l'argent rentrait un peu mieux à la maison depuis que Peter avait trouvé cet emploi à la poste, contre toute attente, Bourguignoles se montrait assez généreux et il revenait chez lui tous les soirs avec 1F pour 1 heure de travail, la bonne affaire!
Une fois qu'il eût prit son petit déjeuner il mit une chemise blanche, un pantalon gris embretellé et des chaussures marron, certes très peu orignal, mais à St-Paul beaucoup des collégiens de son âge avaient le même style vestimentaire. On appelait pas çà les quartiers populaires pour rien. Au dernier moment (et aussi sous la pression de sa mère) il compléta la tenue par un imperméable avant de descendre les escaliers quatre à quatre. Un fois en bas il déplia son parapluie et se retrouva face à Michel qui, comme toujours, l'attendait pour aller à l'école. Peter leva les yeux au ciel en voyant qu'il était en avance et surtout qu'il l'avait attendu sous la pluie sans parapluie. Il décida de ne pas faire de commentaire.

- Salut...
Il tendit ensuite le bras pour mettre le gamin partiellement à l'abri de la pluie, se découvrant un peu lui même par la même occasion.


Dernière édition par Peter Fischer le Mer 7 Avr - 20:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Char d'assaut chaleureux
avatar

Messages RP : 196
Messages : 1140

MessageSujet: Re: Ca-boches et alle-moches [Vendredi 16 mai]   Mer 7 Avr - 18:09

[Euh, tu sais, le salaire d'un sergent est aux alentours de 7 francs par jours, donc je pense pas que Peter gagne 10 francs ^^"]


Michel Pluviot

Evidemment qu'il l'avait attendu, à tous les coups sa boche de mère allait dire à sa maman qu'il était parti avant et ça barderait le soir. Non, pas le choix, fallait qu'il attende, même si ça ne lui faisait pas plaisir. Quand Peter descendit enfin, Michel avait donc la bouche pincée en une fine ligne.

"Ouais, bon, on y va," dit-il en guise de réponse au salut de Peter.

Il n'avait pas envie de s'abriter sous son parapluie. C'était un parapluie de boche, donc c'était forcément sale. Le père de Michel, qui avait perdu trois doigts dans une tranchée, lui disait toujours qu'il ne fallait pas faire confiance aux boches et Peter n'y échappait pas : si ça se trouve, il faisait semblant d'être gentil pour pouvoir le pousser dans une flaque. On savait jamais, maintenant que les boches occupaient la France, peut être que Peter allait oser faire ressortir ses penchants barbares.

Mais Maman disait qu'il fallait être toujours poli, donc il fallait une excuse pour refuser l'aide de l'adolescent.

"Laisse tomber, on est déjà en retard et on va marcher encore plus lentement que d'habitude si on fait comme ça," dit-il en se mettant en marche. Il préférait encore mouiller ses cheveux pour la France, si cela lui permettait de rester vierge de la souillure germanique.

Comme Peter était plus grand que lui, il devait faire de grands pas pour être sûr que l'autre ne le dépasse pas -et les faire vite. L'avantage, c'est que ça réchauffait, même si en mai, c'était juste l'humidité qui donnait froid.

"Tu as entendu pour David ?"

David, c'était le Juif de leur classe. On disait qu'il était malade mais, en fait, Michel avait entendu le gardien du collège dire que ses parents refusaient de l'envoyer au collège avec l'étoile jaune, du coup le directeur lui avait interdit de venir. Ah, si Pétain savait ! Il dirait sûrement au directeur de lui foutre la paix, à David !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adler.jdrforum.com
Français

Messages RP : 169
Messages : 460
Âge du personnage : 14 ans

MessageSujet: Re: Ca-boches et alle-moches [Vendredi 16 mai]   Dim 11 Avr - 22:52

Peter eût un petit sourire ironique quand le garçon prétexta le retard pour ne pas partager le parapluie, bien entendu qu'il était anti-Allemand, il l'avait toujours été de toute façon alors ça ne changeait pas beaucoup... Mais bizarrement Peter ne lui en voulait pas car paradoxalement, il l'était lui aussi un peu depuis que son père était mort sous leurs balles. LEURS balles, cette expression aurait pût faire tiquer si elle n'était pas parfaitement justifiée par le fait que Peter était maintenant naturalisé. Il mettait donc simplement sur la connerie le fait que le gamin ne veuille pas se rapprocher de lui, c'était pas toujours facile de résister aux discours Pétainistes qu'ils entendaient à longueur de journée sur la grandeur de la France. En même temps, Pétain n'avait jamais dit de faire la tronche aux Allemands, c'était un peu un acte de résistance en soi que faisait le jeune Michel, quel dommage qu'il se plante d'ennemi...
Peter grimaça lorsque le gamin lui parla ensuite de David. Les nouvelles étaient allées vite dans la classe et la plupart des personnes, bien qu'elles préféraient se taire, savait pour le garçon, y compris Peter. Ce n'était pas quelqu'un de proche de Peter, mais des quelques fois où il était allé lui parler pour une raison ou une autre, c'était un garçon très sympa qui ne méritait pas tout ce remue ménage. Peter souffla.

- Mais bien sûr, tout le monde en à entendu parlé. C'est dégueulasse. J'ai déjà du mal à piger pourquoi les Allemands s'en prennent aux juifs, mais pourquoi les Français bon sang!
En fait, lui en parler avait eût le don d'énerver Peter au plus haut point, car Peter était un idéaliste très naïf et de telles injustices le révulsaient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Char d'assaut chaleureux
avatar

Messages RP : 196
Messages : 1140

MessageSujet: Re: Ca-boches et alle-moches [Vendredi 16 mai]   Dim 11 Avr - 23:35


Michel Pluviot

L'était mignon, le boche, là, à faire l'innocent ! C'était tout rien qu'la faute de son pays -et la France, ce serait JAMAIS le pays d'un boche- si David avait des problèmes.

Michel en était sûr : Peter faisait semblant. Il devait avoir peur de se prendre une raclée à la récrée, même s'il y avait des garçons que l'absence de David ne dérangeait absolument pas. Tous des facho, à tous les coups ; lui, Michel, son père votait socialiste depuis 18', il le lui avait dit.

"P't'être que c'est les schleus qui ont dit à Pétain qu'il fallait, tu penses !" qu'il répondit avec un regard en coin. Pétain était un grand homme, il ferait tout pour protéger la France et les Français, comme il l'avait fait à Verdun. C'était la mère de Michel qui le lui répétait, la larme au bord des paupières quand elle regardait son petit portrait du Maréchal. "Et que s'il le faisait pas, ils nous rendraient pas les prisonniers... alors le Maréchal le fait pour sauver les prisonniers."

Michel avait un oncle prisonnier ; y penser lui fit relever la tête face à la pluie. Tonton était dans un camp allemand alors lui, il pouvait bien être courageux face à quelques gouttes.
A l'école, tout le monde le savait : Michel parlait tout le temps des colis que sa mère envoyait à son frère en Allemagne.

"Et puis y'en a, c'est peut être pas des vrais Français qui font ça. Genre des russes, des polonais..."

... et des boches comme toi.

"Tout le monde sait qu'ils aiment pas les juifs, ces gens, et maintenant ils sont nombreux en France !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adler.jdrforum.com
Français

Messages RP : 169
Messages : 460
Âge du personnage : 14 ans

MessageSujet: Re: Ca-boches et alle-moches [Vendredi 16 mai]   Mer 14 Avr - 21:18

Peter laissa échapper un petit rire au slogan scandé par le jeune Michel. Sûr qu'il avait bien apprit sa leçon d'éducation civique celui-là! Quel lèche pompes, même si l'embrigadement y était sans doute pour beaucoup Peter avait quand même du dédain pour lui.
Après tout, alors que les gens commençaient à les montrer du doigt dans le quartier et quand bien même les commérages allaient de bon train, ses parents étaient restés à Stuttgart et avait dit Merde à ce régime qui tentait de leur imposer ses idées, alors il ne voyait pas vraiment pourquoi les Français soit disant plus Français que lui ne pouvaient pas en faire autant.
Il se tourna vers Michel, toujours son sourire ironique en coin.

- Mon pauvre Michel, tu crois quoi? Cet enfoiré d'Hitler en à rien à foutre de la France, ce que le Maréchal à toujours pas compris c'est que malgré de tels agissements, la France sera jamais considérée comme une alliée par Hitler, pour lui c'est un Pays vaincu et çà le restera quand bien même le maréchal se convertisse au Nazisme.
Peter fît quelques pas de plus et reprit là ou il s'était arrêté.
- A un moment dans "Mein Kampf", Hitler dit que le triomphe de l'Allemagne devra forcément passer par l'anéantissement de la France.
Il prit cette fois une mine résignée mais très ironique et narquoise.
- Autrement dit, Pétain agît à la solde d'Hitler et provoque spontanément l'anéantissement de la France. "Tous les Hommes naissent libres et égaux en droits", avec ce qu'il fait déjà subir aux juifs, on peut oublier cette partie de la constitution. Qu'elle sera la prochaine que va détruire ce "patriote"?
Peter était plutôt fier de lui même et de son plaidoyer.
En revanche l'autre remarque de Michel l'avait énervé, parce que nul doute que ce petit con le sous entendait dans le terme "vrais Français".

- Et en ce qui concerne les "vrais Français" comme tu dis, les apparences peuvent être trompeuses. Le prof d'ECJS dont t'a l'air de gober le discours Pétainiste est le premier à trouver des saloperies à dire ou à faire à David, d'ailleurs j'ai entendu dire que c'est lui qui l'a balancé au directeur...
A la réciproque, t'a des pas "vrais Français" qu'on renié leur patrie d'origine parce qu'ils trouvaient son idéologie repoussante et qui se sont sacrifiés pour la France.

Là le gamin avait vraiment énervé Peter et il ne le cachait plus. Michel devait sans doute comprendre à qui il faisait allusion.
- Liberté, égalité, fraternité, c'était la devise de la France depuis 150 ans. Je sais bien qu'elle à été changée et qu'on peut faire une croix sur liberté et égalité. Mais j'croyais que fraternité aurait pût survivre... Apparemment non...
Dit-il en lançant un regard accusateur à Michel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Char d'assaut chaleureux
avatar

Messages RP : 196
Messages : 1140

MessageSujet: Re: Ca-boches et alle-moches [Vendredi 16 mai]   Mer 14 Avr - 23:15


Michel Pluviot

"Parce que toi tu sais mieux, peut être ?"
s'emporta Michel. Fallait bien être un sale boche pour parler comme ça du Maréchal ! "Tu connais rien à la France, t'es qu'un sale schleu alors c'est pas étonnant que tu parles comme ça de Pétain ! C'est vrai qu't'on père, à Verdun, il était sûrement pas de notre côté, non ? Pétain a sauvé la France pendant la Grande Guerre et il fait encore de son mieux !"

Si Peter n'avait pas été plus grand que lui et armé d'un parapluie, il l'aurait balancé dans le caniveau. En attendant Michel se contenta d'accélérer le pas, les joues rougissantes.

"On est pas des abrutis, on sait qu'les boches ils nous aiment pas, s'bien pour ça que le Maréchal nous protège ! Mais on a perdu la guerre alors on fait pas s'qu'on veut !"

Même que Peter aurait dû le savoir, puisque son père était censé avoir été tué à la guerre, non ? A moins que sa mère ne soit allée chercher du réconfort auprès des autres Allemands. Michel avait entendu dire que sortir avec un boche était très efficace pour arrondir les fins de mois.

"Tu sais quoi ? Tu racontes que des conneries. La République nous a fait perdre la guerre, elle et puis les agitateurs dans ton genre, les communistes espagnols et italiens. Mon oncle il s'en foutait de se battre pour Danzig, d'ailleurs tout le monde s'en fichait de Danzig ! Hitler ne serait jamais venu nous faire la guerre si c'est des types comme tes parents n'étaient pas venu faire de l'agitation !"

Il accéléra encore en balançant les bras de colère. Fraternité ! Mais elle était Fraternelle, la France : avec ses vrais enfants et pas des boches indésirables qui n'avaient rien à faire là !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adler.jdrforum.com
Français

Messages RP : 169
Messages : 460
Âge du personnage : 14 ans

MessageSujet: Re: Ca-boches et alle-moches [Vendredi 16 mai]   Ven 16 Avr - 17:43

Peter écarquilla grand les yeux lors de la tirade du petit merdeux en face de lui. Non mais pour qui il se prenait? Alors lui il avait un oncle prisonnier mais le fait que son père était mort et çà comptait pas c'est çà? Peter ferma délicatement son parapluie avant d'accélérer le pas. Une fois arrivé à sa hauteur, il plaqua sa main sur son épaule pour le forcer à se retourner et à le regarder.
- Si tu me considère pas comme un Français, alors va au bout de ta pensée et tu DEGAGE!! C'est plus la peine d'essayer de m'attendre le matin ou quoi que ce soit. D'ailleurs si t'a un minimum de fièretée, cette idée tu l'a eût tout seul non? Mais comme j'en doute...
Il lâcha le gamin avant d'enchaîner presque aussitôt.
- En parlant de penser, moi je suis pour la liberté de pensée et je vois bien que même avec les meilleurs arguments du monde, tu serait trop con pour comprendre ce qu'on te dit.
Mais rassure-toi je vais faire très simple : tu pense ce que tu veux de moi du moment que tu le gardes pour toi ok? Donc tout les schleus, nazis, ou un quelconque terme insultant ayant à trait à mes origines, tu les oublie...

Peter eût un léger rire nerveux avant de conclure sur une note grave.
- Ou j'vais vraiment te donner des raisons de me haïr... Si tu fait çà, moi j'oublierai de mon côté toutes les saloperies gratuites que tu viens de me balancer pour pas avoir envie de t'éclater le crâne sur l'pavé à chaque fois que je t'apercevrais dans la rue. Ca va pas être facile, faudra prendre sur soi, mais on va faire tout les deux un gros effort... Ok?
Cette dernière phrase contrastait totalement avec sa précédente tirade car dite d'un ton totalement désinvolte et zen. Il suivit une petite tape amicale dans le dos du gamin avec un grand sourire avant que Peter ne rouvre son parapluie et se remette en route pour l'école. A son rythme, pour voir si le gamin continuait à le coller ou restait digne en s'éloignant. Après tout c'est les plus gênés qui s'en vont non?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Char d'assaut chaleureux
avatar

Messages RP : 196
Messages : 1140

MessageSujet: Re: Ca-boches et alle-moches [Vendredi 16 mai]   Ven 16 Avr - 18:54


Michel Pluviot

Ouais, et genre Peter il marchait avec lui parce qu'il l'aimait bien ? Ils savaient tous les deux qu'ils ne faisaient ça que pour leur mère ! Et celle de Michel, elle ne le faisait que parce que celle de Peter lui faisait pitié, sûrement.

Il sera les mâchoires et leva le menton d'un air de défi. Même avec l'Occupation, ils étaient encore en France et les commerçants s'activaient pour l'ouverture de leurs commerces. Si Peter décidait de lui taper dessus, il n'aurait qu'à appeler et les vrais gens du coin viendraient lui casser la figure, sans rien écouter à ses salades de boches. La liberté de pensée, tout le monde utilisait ça quand il n'avait rien à dire. Les communistes, les fascistes de l'Action Française, ils disaient tous qu'ils étaient brimés ; son père lui disait qu'il ne fallait pas écouter ces abrutis.

Malgré la pluie, il essuya ostensiblement l'épaule que l'Allemand venait de lâcher. Il se demanda un moment s'il lançait la réponse logique aux menaces du garçon puis, comme il était encore en colère des insultes faites au Maréchal, il cria assez fort pour qu'on l'entende dans la boulangerie de l'autre côté de la rue :

"Ah ouais, tu vas faire quoi ? Tu vas appeler tes potes de la Gestapo, c'est ça ? P't'être bien que les rumeurs sur toi son vraies, en fait !"

Qu'un type bizarre et allemand était venu voir Peter, une fois. On ne savait pas qui c'était, certains disaient que c'était un de ses parents allemand qui passait peut être par là, ou un recruteur des jeunesses hitlériennes ou un truc du genre, mais si ça se trouve c'était vraiment la Gestapo. D'ailleurs, peut être même que Peter travaillait pour eux et que c'était lui qui avait balancé David.

Quoi que Peter réponde, il raconterait tout aux copains. Fallait qu'ils sachent qu'ils étaient en danger avec lui !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adler.jdrforum.com
Français

Messages RP : 169
Messages : 460
Âge du personnage : 14 ans

MessageSujet: Re: Ca-boches et alle-moches [Vendredi 16 mai]   Dim 18 Avr - 11:30

Peter serra les poings très très fort quand le gamin se mît à crier au milieu de la rue... Apparemment il n'avait pas compris et était bien trop lâche pour régler lui-même le problème sans faire appel aux gens des boutiques alentours.
Soit, s'il voulait étaler son linge sale en public, Peter n'allait pas s'en privé, et lui aussi gueula presque encore plus fort, de cette manière si le boulanger avait entendu çà, il entendrait sans doute la réponse.

- Et toi? Tu veux qu'on en parle qu'à l'école t'est prêt à balancer tous le monde pour avoir des bons points? T'es tellement admiratif du maréchal, c'est sans doute toi qui 'tes empressé de balancer David aux autorités non? Une carrière de délateur qui commence bien non?
Une fois ceci fait, Peter se rapprocha de Michel en fronçant les sourcils et en prenant un ton plus bas.
- Mais qu'est-ce qui t'arrive Michel? Au bout d'un moment c'est quoi ton problème? Pourquoi tu fais chier les gens comme çà? Qu'est-ce que t'y gagne à pourrir la vie des gens à part du mépris?
Peter marqua un temps de pause pour réfléchir à la fin de son argumentation avant de reprendre. Dans le même temps, Peter avait modifié sa face qui affichait maintenant une sorte d'incompréhension mêlée à de la pitié, et en plus il ne le faisait même pas exprès.
- Tu te rend pas compte qu'à cause de ce genre d'attitude, tu te fais haïr dans la classe? Demande aux autres, si tu crois que je mens. J'ai pas les mêmes idées que toi, d'accord, et alors? Tu me traite de sale boche parce que tu crois qu'on est tous des nazis, mais est-ce que tu te rend compte que c'est exactement ce que tu craint que t'es en train de devenir? L'intolérance, la xénophobie, la délation, c'est les techniques des nazis çà et c'est exactement ce qu'ils veulent, que les gens deviennent comme eux et c'est ce que tu fais.
Peter lui laissa un long temps de réflexion car lui-même était gêné. Il était gêné de constater que par l'intermédiaire du maréchal, l'embrigadement des jeunesses Françaises avait commencé, gêné aussi d'avoir dût dire qu'il se reconnaissait Allemand afin de calmer l'autre excité. Mais finalement, il ressortit son parapluie.
- Mène ta vie comme tu le veux, Michel. Mais arrête de bousiller celle des autres.
C'est tout ce qu'il avait à dire au gamin, et après tout c'était sans doute la seule chose qu'il pouvait lui dire. Oh il aurait pût continuer à lui faire la morale, lui dire «on récolte ce qu'on sème» ou d'autres choses clichés dans le genre mais à quoi bon? Il ne voulait pas entendre raison. En attendant, qu'elle que soit sa décision, il était prévenu, et même s'il lui laissait "mener sa vie comme il le voulait", Peter n'allait pas lui laisser gâcher la sienne; il ne lui ferait pas de cadeaux la prochaine fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Char d'assaut chaleureux
avatar

Messages RP : 196
Messages : 1140

MessageSujet: Re: Ca-boches et alle-moches [Vendredi 16 mai]   Dim 18 Avr - 19:59


Michel Pluviot

Mais c'était la monde à l'envers ! Si Michel disait que c'était Peter qui avait balancé David, c'était bien que c'était pas lui, non ? Il ne pensait pas que le Maréchal avait quelque chose contre les juifs français de toute façon, s'il le faisait c'était parce que la France avait naturalisé des juifs allemands et que ça posait sûrement des problèmes avec les boches. Mais David était un bon Français, ça famille était là depuis des siècles et n'était même pas pratiquante.

Il pouvait bien dire ce qu'il voulait, l'apprenti gestapiste, ce n'étaient que des sales mensonges pour que Michel ne dise pas aux autres ce qu'il avait découvert. Et quand il l'aurait dit aux copains, Peter verrait bien que c'était lui la bête noire de la classe, lui le sale étranger que tout le monde détestait. Encore pire, Peter était dangereux pour eux tous, parce que les copains disaient des fois des choses sur leurs parents qui ne devraient pas être dites à côté des Allemands. Avec Peter dans les environs, qui sait ce qu'ils risquaient !

Oui, il fallait qu'il les prévienne. Il avait un plan !

Il passerait par le chemin de devant la Mère Proullat. C'était une vieille femme à moitié sourde qui passait ses journées et apparemment une partie de ses nuits assise devant sa porte, dans une ruelle si petite que du coup, on ne pouvait pas passer devant elle sans avoir à passer par dessus ses jambes. En plus la Mère Proullat était méchante comme tout, si bien que tous les jeunes du coin l'évitaient et faisant un détours de quelques minutes pour ne pas déranger l'ancêtre.

Pas aujourd'hui ! Aujourd'hui, il passerait en courant, sauterait par dessus ses jambes et continuerait malgré les insultes de la vieille. Avec le passage de la Mère Proullat il serait au collège avant Peter et pourrait prévenir les copains qu'il ne fallait rien lui dire, plus lui parler du tout, se taire où qu'il aille. Que Peter était dangereux pour eux tous et qu'ils devaient faire bloc pour bien lui montrer qu'ils n'acceptaient pas ce qu'il avait fait à David.

[On arrête là où tu veux jouer l'arrivée en cours ?]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adler.jdrforum.com
Français

Messages RP : 169
Messages : 460
Âge du personnage : 14 ans

MessageSujet: Re: Ca-boches et alle-moches [Vendredi 16 mai]   Dim 18 Avr - 21:57

Quelques minutes plus tard, Peter fini par arriver à l'école, encore assez énervé par la discussion qu'il avait eut avec le jeune petit con qui lui servait de voisin. Néanmoins il n'y pensait plus beaucoup et c'est plutôt zen qu'il arriva à l'école dis minutes avant la sonnerie. Il haussa un sourcil, étonné de voir que Michel était déjà là... Quoi qu'il en soit il se dirigea vers son groupe d'amis habituels.
En arrivant à leu niveau, il constata enfin que la pluie s'était calmée et avait fortement perdu en intensité ce qui voulait dire qu'il pouvait ranger son parapluie (ce qu'il fît d'ailleurs. Après tout il pouvait bien prendre quelques gouttelettes avant d'aller en cours, çà rafraîchirait le crâne, éviterait la surchauffe en cas de réflexion trop intense sur un quelconque problème de sciences.

- Salut les gars çà va?
Leur demanda-t-il tout à fait normalement sans savoir que le serpent avait déjà craché du venin dans son dos. Il crût le savoir en voyant le regard de ces amis et en jetant un œil alentour à eux groupes de quelques personnes auxquels Michel était en train de parler. Oh il pouvait bien dire qu'il n'aimait pas le Maréchal, çà Peter ne l'avait jamais caché alors si çà pouvait lui faire plaisir.

Hrp : pour info, ces amis en question sont les vrais amis de Peter, ceux qui ne croiraient pas de telles conneries. Il lui faut bien un soutient non?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Char d'assaut chaleureux
avatar

Messages RP : 196
Messages : 1140

MessageSujet: Re: Ca-boches et alle-moches [Vendredi 16 mai]   Jeu 22 Avr - 15:44

"Ouais, ouais... et toi ?" répondit le plus proche, un gars roux qui s'appelait Jean. Il avait l'air gêné et ses oreilles devinrent rapidement aussi rouges que ses cheveux lorsqu'il se rendit compte que ça s'entendait. Son voisin, plus petit et très brun, lui envoya un coup de coude dans les côtes et dit : "T'as qu'à lui demander, ce s'ra fait !"

Jean toussota comme faisait son père (un ancien syndicaliste qui dirigeait la cellule de quartier) quand il devait dire un truc difficile. Sauf que le père de Jean avait une grosse voix, la barbe de Marx et qu'il était vachement plus grand.

"Ouais, on a un truc à t'demander, c'est important."

Puis il se tut, passa la main dans ses cheveux humides. Le brun, Julien, lui remit le coude dans le flanc et se fit pousser en retour.
Les autres avaient l'air de s'impatienter.

Jean reprit après quelques bousculades avec Julien :
"Le type qui était venu te voir, y'a quelques semaines, il était pas à la gestapo, hein ?"
A présent, le rouge des oreilles voyageait vers les joues. Les autres copains avaient l'air curieux ou gênés mais, attirés par la conversation, le groupe de ceux avec qui Michel discutait se rapprocha imperceptiblement.
"Ecoute," dit Julien avant que Peter n'ai eu le temps de s'indigner de quelque chose, "on croit pas qu'c'est toi qui a balancé David, on voudrait juste savoir de toi qui c'était, le gars. On te croira, juré !"

Sauf que, quant même, y'avait un boche qui avait demandé à le voir et que personne ne savait pourquoi, ni qui c'était. Alors même si Michel racontait des bêtises, c'était p't'être bon à savoir, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adler.jdrforum.com
Français

Messages RP : 169
Messages : 460
Âge du personnage : 14 ans

MessageSujet: Re: Ca-boches et alle-moches [Vendredi 16 mai]   Jeu 22 Avr - 22:35

Peter ne pût cacher à quel point il était déstabilisé quand ses amis se mirent à parler d'Heinz, le Gestapiste. Il devînt immédiatement blanc ce qui comptait sans aucun doute pour une réponse positive. Plus moyen de reculer à partir de ce moment là, il devait leur dire la vérité et surtout bien leur expliquer ce qu'il avait pût foutre avec un Gestapiste, de toute façon même s'il inventait un bobard qui tenait, il ne pourrait plus les regarder en face.
Peter prit une profonde inspiration, la réponse tomba comme un coup de tonnerre.

- Oui... Il s'apelle Heinz Siedler, il est capitaine dans la SD.
Peter ne leur laissa pas le temps de répondre et enchaîna aussitôt tout en essayant de garder le regard haut.
- Il à découvert que ma mère et moi on étaient d'origine Allemande et il voulait se servir de moi pour...
Peter eût un haut le cœur et un hoquet, Il s'efforça de cacher le ton larmoyant que pouvait ensuite prendre sa voix.
- Il m'a fait chanter, vous vous souvenez la fois ou le pion est venu me chercher pendant le cours de Maths? Ben c'était çà, Il m'a d'abord menacé de nous ôter la nationalité à moi et ma mère, uis il m'a proposé des tickets de rationnement si je lui donnait des informations à propos de vous tous.
Peter sourît cette fois, un peu pour se donner confiance en lui.
- Mais j'ai refusé et, je sais que çà peut paraître dingue, mais il à laissé tomber. On s'est revus une deuxième fois et il m'a dit comme çà qu'il avait assez d'informateurs comme çà. Mais j'ai pas balancé David, j'ai balancé personne croyez moi! C'est l'autre enfoiré qu'à inventé çà/
Peter eût ensuite une mine déconfite, c'est vrai que ce qu'il venait de dire était difficile à avaler, mais il préférait ça à vivre dans le mensonge.
- Je sais que c'est gros... Mais c'est la vérité, faites en ce que vous en voulez.
Alors qu'il était déconfit, Peter eût un tilt et redressa la tête.
- D'ailleurs maintenant que j'y pense...
Il se tourna vers Michel qu'il observait au loin toujours en train de parler à un autre groupe
- Yen à qu'un seul qu'à pût être assez salaud pour faire çà.
Peter en était maintenant persuadé, tout s'éclairait dans son esprit, c'était forcément ce petit con qui avait balancé David, c'était logique, balancer était un art de vivre chez lui, et Pétainiste comme il l'étai, il ne devait même pas avoir attendu que le Maréchal dise que les Juifs étaient "maléfiques" pour se faire un malin plaisir de le balancer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Char d'assaut chaleureux
avatar

Messages RP : 196
Messages : 1140

MessageSujet: Re: Ca-boches et alle-moches [Vendredi 16 mai]   Mar 27 Avr - 13:50

Silence.

Bon, d'accord, ils avaient dit qu'ils allaient le croire, mais c'était parce qu'ils s'étaient imaginés que c'était faux. Croire la première partie, c'était facile (qui irait mentir dans ce sens, franchement ?) mais du coup, cela rendait la suite beaucoup plus difficile à avaler. Pourquoi un type de la Gestapo laisserait tomber ? Pourquoi est-ce que Peter était encore là s'il avait refusé ? Et il y avait d'autres naturalisés à Montreuil ! Est-ce que eux aussi étaient des espions, comme on l'avait suspecté en 1939 ?
Bon, en même temps c'était le capitaine Siedler et on racontait que c'était un abruti fini qui retrouverait pas un juif polonais dans un troupeau de nègres, mais quant même.

Le temps que les amis du garçon digèrent la nouvelle et se demandent ce qu'ils devaient en faire, le groupe de Michel s'était encore rapproché. Celui là ne contenait pas que des potes de Peter.

"Ouais ben c'est pas Michel qui est pote avec des gens de la Gestapo, non ?" fit remarquer le grand blond juste à droite du petit brun. "Y'a un de vous deux qui est plus dur à croire que l'autre, devine qui c'est !"
Derrière lui, ses deux meilleurs amis ricanèrent et on entendit distinctement un "oh, l'allemoche !" derrière l'épaule d'Hugo-le-grand-blond.

Jean-le-roux répondit : "On a pas de preuves, encore," mais le ton était un peu hésitant. C'est clair que les preuves allaient plus dans le sens d'une culpabilité de Peter, mais ils le connaissaient depuis un moment, ça ne lui ressemblait pas... "on devrait peut être faire une enquête avant d'accuser Peter ou Michel, non ?"
Et se taire en attendant, au cas où.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adler.jdrforum.com
Français

Messages RP : 169
Messages : 460
Âge du personnage : 14 ans

MessageSujet: Re: Ca-boches et alle-moches [Vendredi 16 mai]   Mar 27 Avr - 21:55

C'est sûr, cette révélation n'allait sûrement pas très bien passer, d'ailleurs ce fût le cas. Tout ce qu'il récolta était des bruits de respiration ou alors de déglutition. Peter avait baissé les yeux, plus de désespoir que de honte, si eux ne le croyaient pas, ne lui resterait-il que Daniel, Roger et Fernand? Ses meilleurs amis n'allaient peut-être ils pas eux aussi le laisser tomber? Si c'était le cas, tant pis pour les conséquences, sans doute qu'il finirait dans une de ces colonies pénitentiaires pour mineurs, mais Michel se ferait péter la gueule.
Un sentiment de violence extrême envahissait Peter, il allait lui taper dessus jusqu'à ce qu'il n'ait plus une seule dent, que ses yeux soient tellement pochés qu'il en devienne aveugle. L'idée de son nouvel ennemi gisant défoncé à ses pieds lui procurait un immense plaisir sadique et cela le calma, ces pulsions ne durèrent pas et cinq secondes plus tard, Peter était redescendu sur terre les idées claires. Entretemps ses amis n'avaient toujours pas bougé et restaient silencieux, contrairement à d'autres abrutis qui arrivaient dans son dos. Malheureusement pour eux, s'ils souhaitaient l'énerver c'était trop tard car la vision du corps gémissant et implorant de Michel dans les limbes de ses pensées lui avait fait trouvé le nirvana. Dans un calme olympien, avec un immense sourire, s'adressant à celui qui l'avait traité d'Allemoche.

- Teins, c'est drôle, c'est ce qu'on me disait au CE2 çà, t'a rien trouvé de plus vexant?
Il retrouva ensuite un ton plus sérieux, et même énervé (l'état de grâce n'avait pas duré longtemps)
- Quand à ce type ce n'est pas mon ami, j'crois pas vous avoir déjà dit que mon grand-père ainsi qu'un de mes oncles ont été massacrés par la SS pour avoir marché dans une manif communiste pendant la nuit des longs couteaux? Vous êtes vraiment trop cons, comment vous voudriez que je soit ami avec ce genre de type!! Si j'pouvais être ami avec des SS, on serrait toujours en Allemagne moi et mes parents vous croyez pas? C'est justement pour pas que je sois obliger d'intégrer les jeunesses Hitlériennes qu'ils ont foutu le camp, réfléchissez un petit peu!!
L'argument prenait d'autant plus de poids qu'étant blond aux yeux bleus, assez sportif (bien que chétif) Peter aurait pût avoir une place de choix au sein des SS. mais comme il ne savait pas comment tourner cet argument et qu'il y avait de fortes chances qu'il soit mal interprété, il préféra le garder pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Char d'assaut chaleureux
avatar

Messages RP : 196
Messages : 1140

MessageSujet: Re: Ca-boches et alle-moches [Vendredi 16 mai]   Dim 2 Mai - 0:39

Jean recommença à rougir, horriblement gêné. Son père disait tout le temps que quand on voulait enterrer un scandale, il fallait faire une commission, ou même une sous commission. Quand il lui avait demandé ce que c'était, son père avait répondu que c'était un groupe d'enquête. Mais si Peter livrait toutes les informations avant même qu'on ai pu monter une commission, ils étaient mal partis, très mal partis !

... mais Jean se demandait si, au fond, il fallait enterrer le scandale.

Peter avait rencontré un type de la Gestapo.
Le type de la Gestapo avait essayé de le faire parler.
Et on avait aucun moyen de savoir si ce qu'il disait sur l'Allemagne était vrai. Peter pouvait très bien mentir après s'être rendu compte que la vérité ne faisait que le mettre dans la panade. Il aurait fallu qu'il en parle tout de suite, qu'il leur dise immédiatement que la Gestapo lui posait des problèmes. C'était un pote mais quelles preuves avait-il qu'il n'avait rien fait, surtout avec David qui ne pouvait plus revenir à l'école ?

Ils auraient dû faire une commission !

Mais Peter était peut être dangereux !

Jean se mordit la lèvre. Il aurait aimé que son père soit là, avec son habitude des conflits. Mais on ne pouvait pas vraiment régler ça par une grève généralisée...

"ON SE TAIT !"

Il s'essuya le front du dos de la main.

"On va nulle part, là. Il faut faire une enquête et vérifier les dires de Peter !"

Plus facile à dire qu'à faire !
Il regarda le grand blond dans les yeux.

"Martin, tu peux aller demander au Capitaine Siedler ce qu'il s'est vraiment passé ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adler.jdrforum.com
Français

Messages RP : 169
Messages : 460
Âge du personnage : 14 ans

MessageSujet: Re: Ca-boches et alle-moches [Vendredi 16 mai]   Dim 2 Mai - 18:27

- Moi j'vais te le dire ce qui s'est passé. Il m'ont tiré dessus.
Cela allait sans doute jeter un froid, tant mieux! C'était l'effet recherché, comme çà ils le laisseraient parler.
- La première fois que je l'ai vu c'était en Mars, j'étais sortit dans le parc et comme il pleuvait il m'a proposé de monter dans sa voiture. Je l'ai envoyé se faire voir et comme il n'a pas aimé il à ordonné à son bouledogue de m'embarquer de force. J'me suis débattu, je lui ait échappé, et à ce moment là le bouledogue en question m'a tiré dessus.
Certes c'était une histoire très rocambolesque, encore très difficile à croire, Peter le savait.
- La balle a finit sa course dans le socle de la fontaine. Il faisait de l'orage ce soir là, personne n'a entendu. Ce qui veut dire que sauf erreur de ma part, je pourrais vous y emmener.
Il laissa passer un silence, pause dramatique avant de continuer.
- Peut-être que là alors vous me croirez quand je vous dit que j'ai de bonnes raisons de haïr ce type et les Gestapistes.
Il s'adressa ensuite à Jean, directement.
- Si après çà t'a encore des doutes, tu pourras aller lui demander, si c'est pas un menteur il te racontera la même histoire que moi. Evite juste de l'attaquer directement avec l'histoire du coup de feu.
C'était un pari risqué, étant donné que ce type était sûrement un menteur, mais de toute façon quoi qu'il arrive c'était quitte ou double, et Peter n'avait pas l'intention de laisser ce menteur et dénonciateur de Michel gagner à sa place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Char d'assaut chaleureux
avatar

Messages RP : 196
Messages : 1140

MessageSujet: Re: Ca-boches et alle-moches [Vendredi 16 mai]   Mar 4 Mai - 0:18

Se taper la tête contre un mur, très fort. Voilà ce que Jean allait faire, et si possible en hurlant "MAIS VOUS ÊTES TOUS UNE BANDE DE C...".

Parce que c'était vrai, ils étaient tous du-mot-en-c. Surtout Peter qui quoi qu'on fasse avait l'air de vouloir en remettre une couche jusqu'à ce que quelqu'un lui saute à la figure pour lui en mettre une. Ne comprenait-il pas que le plus simple était de laisser couler ? Martin n'aurait jamais osé aller voir Siedler, il se serait juste dégonflé devant tout le monde, quelqu'un se serait moqué de lui et voilà, changement de sujet ! Mais noooooon il avait fallu que Peter le coupe avant même qu'il n'ai pu passer pour un crétin vantard !

C'était vraiment pas la peine d'essayer de défendre les gens.

Heureusement pour le crâne du rouquin, un "ding dong" assez retentissant les tira tous de leur bagarre en devenir : le professeur du premier cours du matin, Histoire, les appelait pour se mettre en rang devant la porte de leur classe. Il y eu un instant de flottement avant que Michel et ses sbires nouvellement acquis ne se dirigent -lentement- vers les bâtiments, non sans que certains ne lancent des coups d'oeil perçants par dessus leur épaule.

Chouette ambiance. Ils auraient dû faire une commission.

Jean soupira et tenta d'aplatir ses cheveux pour avoir l'air plus présentable. La journée avait mal commencé, il ne voulait pas qu'elle empire avec un blâme pour tenue vestimentaire incorrecte.

Il s'arrangea pour se retrouver en fin de queue avec Peter qui, par la force des choses, s'était de toute façon retrouvé à cette place. La plupart de ses camarades voulaient au moins s'accorder le temps de la réflexion, faisant de lui une sorte de paria plus ou moins temporaire.

"Pourquoi tu m'as pas laissé faire, t'es con ou quoi !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adler.jdrforum.com
Français

Messages RP : 169
Messages : 460
Âge du personnage : 14 ans

MessageSujet: Re: Ca-boches et alle-moches [Vendredi 16 mai]   Mer 5 Mai - 7:31

Peter n'avait pas l'intention d'ajouter quoi que ce soit et de laisser les autres répondre. Seulement ils n'eurent pas le temps car presque aussitôt le surveillant siffla un grand coup dans son siffflet en gueulant l'ordre de se mettre en rang. Personne ne voulait se mettre à côté de Peter c'était prévisible.... Ah il pouvait être fier de lui la petite balance, à croire que celà lui proccurait vraiment du plaisir sadique que de mettre les gens dans le pétrin.
Peter se retrouva finalement à côté de Jean qui lui demanda pourquoi il ne l'avait pas fermé. Peter fût choqué par cette question.

- Non, simplement pragmatique... Cet enfoiré de Michel raconte à tout le monde des saloperies fausses sur moi et tu voudrais que je le laisse faire alors que j'ai des preuves qui prouvent qu'il ment comme il respire?
- Silence dans les rangs.
Peter se tût immédiatement, à croire qu'ils étaient à l'armée. Quand tout le groupe se mît en route et une fois qu'ils furent passés devant le surveillant, il reprit à voix très basse.
- J'arrive pas à croire qu'après tout ce que les nazis ont put faire subir à ma famille et le mal que je me suis donné pour être accepté par vous vous puissiez encore douter que jamais je ne vous trahirait...
C'était dit... Après Jean en ferait ce qu'il voulait mais l'essentiel était dit.
- Mais de toute façon, il nous à montré sa vraie nature, pour moi c'est limpide... Pour moi, je sais maintenant qui c'est qui à balancé David...
Comme toute réponse, Peter reçu une tape à l'arrière de la tête, donnée par le surveillant qui aboya encore de ne pas parler. Il se massa à l'endroit où il avait reçu la tape et ne dit plus rien...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Ca-boches et alle-moches [Vendredi 16 mai]   

Revenir en haut Aller en bas

Ca-boches et alle-moches [Vendredi 16 mai]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Die Adler :: Montreuil :: Quartier St-Paul (Nord)-