Rendez-vous au clair de lune... (24 avril )


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

Rendez-vous au clair de lune... (24 avril )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Allemand

Messages RP : 115
Messages : 252
Âge du personnage : 25 ans

MessageSujet: Rendez-vous au clair de lune... (24 avril )   Mar 13 Avr - 0:37

Jochen attendait devant le parc depuis une bonne demi heure maintenant. Il avait eu tellement peur d'arriver en retard à son rendez-vous avec Louise qu'il avait préféré arriver en fin d'après midi plutôt que d'attendre le soir.
N'ayant aucun vêtement civil, il avait revêtu un pull à col roulé noir par dessus un pantalon qu'il avait chipé dans les stocks des SS cinq ans auparavant. Si l'ensemble n'était pas d'une grande classe, Jochen faisait moins soldat, le pantalon noir lui allait bien, il était de plus suffisamment long pour dissimuler une partie des épaisses chaussures de randonnée qu'il avait aux pieds, et les pulls à col roulés lui allaient particulièrement bien de toute façon.
En attendant Louise, Jochen avait fait plusieurs fois le tour du parc avant de se dire qu'il valait peut être mieux attendre à un seul endroit pour éviter à la belle française de le manquer. Heureusement pour lui, il y avait des bancs à l'entrée du parc sur lesquels se poser. Il s'y était assis donc, après avoir attrapé un journal qui traînait sur le banc voisin du sien et en avait commencé la lecture. Plusieurs fois des personnes étaient venues lui demander une cigarette, du feu ou leur chemin et tous avaient tiqué en entendant l'accent du jeune homme, ne s'attendant visiblement pas à s'adresser à un allemand. Lorsque certaines personnes lui en faisaient la remarque il leur répondait à tous en riant :

- Comme vous le dites si bien, l'habit ne fait pas le moine.

Bref, il avait passé quelques moments bien sympathiques avec des gens sympathiques en attendant Louise. C'était toujours agréable pour Jochen de voir des gens lui sourire spontanément tout en sachant qu'il faisait partie de ses occupants tant honnis.
Pour l'heure, la nuit commençait à montrer ses premières étoiles, et les rares personnes qui se trouvaient encore dans la rue se dépêchaient de rentrer chez eux pour retrouver les leurs, un bon plat bien chaud ou autre. Jochen souris en se disant que dans quelques temps il pourrait être l'un d'eux, se hâtant de rentrer chez lui pour retrouver Louise, ou au contraire pour arriver avant elle et lui faire une surprise... peut être qu'une ou deux petites têtes blondes ou brunes lui sauteraient-elles joyeusement au cou, se disputant l'honneur du premier bisou?
Un bruit à côté de lui le tira de ses rêves éveillés. Un superbe chat venait de sauter sur le banc à côté de lui. Jochen adorait les chats, autant que les dragons. Il tendit la main vers le félin qui regarda ladite main en la reniflant furtivement. L'animal était un splendide spécimen dit à "écailles de tortues". Trois couleurs donc une femelle, sans collier, peut être abandonnée? En tout cas nullement farouche. Elle commença à se frotter contre la main tendue du jeune homme qui ne se fit pas prier pour la caresser en retour.

- Chalut le chat... cha va?


Après quelques grattouilles derrière les oreilles, la chatte se lova contre Jochen, en ronronnant bruyamment. Le jeune allemand continua de la caresser, de lui gratter le menton et derrière les oreilles avec un sourire gamin aux lèvres.
Il reprit son attente, avec pour compagnons un chat les étoiles qui commençaient à être plus nombreuses dans le ciel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Française

Messages RP : 75
Messages : 81
Âge du personnage : 30

MessageSujet: Re: Rendez-vous au clair de lune... (24 avril )   Mar 13 Avr - 13:19

La fin de la journée arriva pour Louise. Lorsqu'elle eut finit son travail à l'hôpital, elle se hâta de rentrer chez elle pour se préparer. Elle échangea sa blouse blanche contre une robe noire, toute simple, mais qui mettait en valeur ses formes. Bien qu'elle n'avait pas pour habitude de s'habiller avec autant de féminité, cette robe lui plaisait. En regardant son reflet dans le miroir, elle eut un léger sourire. Si sa mère avait été là, elle serait tombée des nues, elle qui désespérait qu'un jour, sa fille s'habille comme une vraie femme... Heureusement qu'elle ignorait ses activités illicites avec cette famille juive qu'elle secourait. Elle se coiffa et se maquilla avec soin, prenant le temps de souligner ses jolis yeux de noir et de mettre un peu de rouge sur ses lèvres. Lorsqu'enfin son double dans le miroir lui plut, elle se décida à sortir, une étole jetée sur ses épaules.

La nuit qui commençait à tomber était douce, aucune brise ne vint la faire frissoner. En marchant dans les rues de Montreuil, elle ne pouvait s'empêcher de se retourner régulièrement. C'était devenu pire qu'une crainte: une habitude. Son sac à main, lui-même, renfermait son arme et ne la quittait jamais. Elle ne croisa pratiquement personne,aucun soldat allemand, seulement quelques promeneurs tardifs. Malgré l'apparence calme des ruelles, elle ne pouvait s'empêcher d'éprouver une légère angoisse. Une cigarette fut donc allumée pour qu'elle puisse se détendre. C'était étrange, de voir une infirmière fumer, mais elle se moquait de ce que pensaient les autres, elle avait toujours été marginale, de toute façon...

Le soir était définitivement tombé lorqu'elle arriva sur les lieux du rendez-vous. Inconsciemment, elle pressa le pas, elle voulait le retrouver, se blottir dans ses bras et le sentir contre elle. Le parc semblait désert, à première vue, pas un mouvement ne venait troubler la tranquilité des lieux. Elle entendit soudain un miaulement qui provenait d'un banc à quelques mètres d'elle. En y regardant avec plus d'attention, elle distingua la silhouette d'un homme, assis dos à elle. C'était lui, elle le savait. Elle s'approcha alors en silence, et lorsqu'elle fut arrivée à sa hauteur, elle se pencha et passa ses bras autour de son cou.

-Qu'est-ce qu'un beau soldat fait seul à cette heure-ci ?

Elle lui avait murmuré cela en caressant son visage, doucement. Elle déposa un baiser sur sa joue avec tendresse. Et aux alentours, aucun témoin, seul ce chat qui paraissait somnoler sur le bord du banc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand

Messages RP : 115
Messages : 252
Âge du personnage : 25 ans

MessageSujet: Re: Rendez-vous au clair de lune... (24 avril )   Mar 13 Avr - 18:48

Elle était un peu en retard, mais Jochen aurait attendu jusqu'à la fin des temps pour la voir et la serrer contre lui, pour l'embrasser et se perdre dans ses yeux émeraudes. Les oreilles du félin frémirent imperceptiblement, le jeune soldat savait que cela signifiait qu'un bruit inconnu était parvenu aux oreilles de l'animal. Il cessa les caresses pendant que le félin relevait la tête, cherchant provenance et identification du bruit, les oreilles tendues. Par jeu, Jochen se prit à regarder dans la même direction que le chat.

- Alors? C'est quoi ? chuchota-t-il à l'animal.

Ce dernier miaula comme pour lui répondre, puis bailla à s'en décrocher la mâchoire, tirant un bâillement à Jochen aussi. Une série de grattouilles derrière l'oreille conclu ce dialogue d'une rare intensité. Le félin se recoucha, les oreilles maintenant tournées vers derrière Jochen, mais ce dernier n'y prêta plus attention, caressant machinalement la tête de l'animal, les yeux levés au ciel.
Il senti plus qu'il ne vit deux bras encadrer son cou et uns douce voix susurrer :

-Qu'est-ce qu'un beau soldat fait seul à cette heure-ci ?

Le jeune allemand sourit : Elle était là, sa Louise était là.

- Il attends la plus jolie des infirmières françaises en regardant les étoiles...

Il se releva, sous le regard mi-surpris, mi-désapprobateur de l'animal qui avait fini par s'y installer. La chatte, très digne, s'installa là où le jeune allemand se trouvait quelques instants plus tôt. Jochen lui s'intéressa à Louise, tout simplement superbe dans sa robe noire qui mettait en valeur ses formes. Un maquillage discret mettait en valeur ses yeux et le léger rouge sur ses lèvres donnait encore d'avantage envie d'y goûter. Le Flieger en resta momentanément sans voix.

- ... mais je crois que la plus belle étoile possible, il l'a devant ses yeux en ce moment précis... tu es simplement magnifique, Louise.

Il se sentait grotesque dans son pantalon piqué dans les stocks des SS, son pull à col roulé et ses chaussures de randonnée. Mais l'heure n'était pas au détails vestimentaires, il la prit dans ses bras et l'embrassa tendrement, la serrant contre lui. Il était heureux qu'elle soit bien venue, qu'elle ne se soit pas jouée de lui, que tout ce qui s'était passé la veille à l'infirmerie n'était pas une farce. Certes, le plâtre à sa main droite n'était pas une farce lui, Eva en avait presque fait une attaque, encore plus en apprenant la durée de l'interdiction de vol, et elle avait carrément décidé de le bouder en apprenant que Jochen s'était épris de l'infirmière qui l'avait examiné.

- Où va-t-on ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Française

Messages RP : 75
Messages : 81
Âge du personnage : 30

MessageSujet: Re: Rendez-vous au clair de lune... (24 avril )   Mer 14 Avr - 16:02

Elle savoura ces instants,cela faisait si longtemps qu'elle ne s'était pas sentie en paix avec elle-même... Fidèle à ses habitudes, elle ne put s'empêcher d'examiner la main de Jochen. Le plâtre avait été fait à la perfection, il n'aurait sûrement pas à le porter longtemps. Elle ne voulut pas lui demander si cela lui faisait souffrir, elle savait bien que cette question déplairait à l'officier. Elle savait bien ce qu'il lui répondrait... Lorsqu'il la complimenta sur sa tenue, elle ne put s'empêcher de rougir légèrement. Elle allait lui retourner le compliment quand ses yeux tombèrent sur son pantalon. Elle n'en aurait pas mis sa main à couper, mais il ressemblait étrangement à ceux des SS. Insensiblement, son visage se ferma et sa lèvre inférieure tressaillit. Elle n'en laissa rien paraître, mais cette tenue l'inquiétait. Discrètement, elle regarda autour d'elle, essayant de détecter la présence d'éventuels soldats dans les parages. En y réfléchissant bien, elle s'était elle-même jetée dans la gueule du loup si l'officier devant elle était bel et bien un SS. Aucun témoin, aucun allié pour la soutenir... Elle ne dit rien, cependant, et se laissa embrasser en ignorant que cette tenue ne représentait pour elle aucune forme de danger, pour une fois. Elle essaya de ne pas paraître troublée et répondit avec naturel à la question du Flieger.

-Nous allons dans le bar d'un de mes amis. L'arrière boutique est réservée pour ceux qui ne sont pas vraiment des clients...

Il n'y avait que là ou elle pouvait trouver du renfort car le propriétaire du bar lui était un ami fidèle. Elle le prit alors par la main et l'entraîna avec elle. Là-bas, il n'y avait pas de résistants, c'était un mensonge qu'elle avait inventé, mais les forces de l'ordre n'étaient jamais loin, une détonation et l'alerte serait donnée... Arrivés dans le bar, le patron les dévisagea d'un air étrange. Lui aussi avait remarqué la tenue du jeune allemand. Et les lieux étaient déserts.

-Bonsoir Louise, qu'est-ce que je te sers ?

-Ce qu'il te reste, Antoine, je ne ferai pas la difficile...

En entendant cela, le barman sortit de derrière son comptoire et se hâta de tirer les rideaux et ferma à double tours la porte. C'était leur signal quand quelque chose clochait. Brusquement, Louise plaqua l'allemand contre un mur et lui colla le canon de son arme sous le menton.

-Maintenant, explique-moi à quoi tu joues.

Jochen ne paraissant pas comprendre, elle continua.

-Tes camarades SS sont encore dehors ? Combien sont-ils ?

Le barman resta derrière elle, son fusil entre les mains.

-Pourquoi tu m'as amené un SS ? Tu es folle ?

-Je ne savais pas que c'en était un, se défendit-elle,exaspérée. C'est pas écrit sur leur front qu'ils sont SS, vois-tu...

-Mais qu'est-ce que tu foutais avec un allemand alors ?

Elle ne voulut pas répondre, elle avait tellement honte de s'être fait berner qu'elle en était folle de rage. Elle reporta son regard sur le Flieger.

-Réponds-moi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand

Messages RP : 115
Messages : 252
Âge du personnage : 25 ans

MessageSujet: Re: Rendez-vous au clair de lune... (24 avril )   Mer 14 Avr - 19:07

La soirée avait pourtant bien commencé, le clair de lune était annonciateur de plein de bonnes choses et le bar dans lequel Louise l'avait amené semblait bien sympathique. Il ne s'attendait pas à se retrouvé collé contre un mur avec un canon sous le menton, dans une pièce fermée et menacé par sa belle qui plus est...

-Maintenant, explique-moi à quoi tu joues.

- Pardon ?

Jochen ne comprenait vraiment pas ce qu'il se passait... Il lui aurait été aisé de détourner l'arme qui le menaçait et de maîtriser Louise, mais il refusait de porter la main sur celle qu'il aimait.

-Je te retournes la question... si tu voulais me tuer, ce n'était pas la peine de me soigner avant...
-Tes camarades SS sont encore dehors ? Combien sont-ils ?
- Mes QUOI ??!!!

Pour le coup, Jochen se senti insulté. Ses camarades SS... il les avait renié il y a de ça cinq ans, dégouté par leur mentalité, dégoûté par leur attitude... comment pouvait-elle croire qu'il... Il comprit soudain, son pantalon pouvait passer inaperçu auprès un civil de base, mais les résistants eux pouvaient reconnaître les uniformes... et il n'avait pu mettre que ce pantalon, qu'il jugeait relativement discret pour ne pas trahir en lui l'officier qu'il était...

-Pourquoi tu m'as amené un SS ? Tu es folle ?
-Je ne savais pas que c'en était un. C'est pas écrit sur leur front qu'ils sont SS, vois-tu...
-Mais qu'est-ce que tu foutais avec un allemand alors ?
-Réponds-moi...


Jochen soupira... il aurait tant voulu garder secrète cette partie de son histoire qu'il détestait...

- Je ne suis pas un SS Louise, je te le jure... coupe moi ce bras si je te mens... si c'est à cause du pantalon que tu penses ça, je vais t'expliquer comment je l'ai eu, mais d'abord, éloigne ton arme de mon visage... ton ami peu me garder en joue si cela peu te rassurer...

Sans attendre de réponse de la part de sa belle, il s'assit, dos contre le mur, ferma les yeux et soupira un bon coup.

- J'aurais vraiment tenu à garder secret cette partie de ma vie, Louise, je n'ai vraiment pas envie de te perdre. Crois moi si tu veux mais je t'aime vraiment... tout ce que je vais te dire est vrai, tu pourras le vérifier en fouillant les archives militaires, et si tu ne trouve rien ou si tu doutes, et bien tue moi, je m'en moque à présent...

Il baissa les yeux, honteux de ce qu'il était sur le point d'avouer.

- Je ne suis plus SS, mais je l'ai été pendant six mois, à la création du corps. à l'époque je venais d'avoir mon Abitur. -euh baccalauréats je crois en français- et je me prédestinais à une carrière dans l'armée. J'étais trop grand pur les sous marins et j'avais entendu parlé d'un corps qui était appelé à devenir un corps d'élite, la waffen SS, et que je répondais à tout les critères pour y entrer, alors j'ai tenté... je suis partis dans une Junkerschule en Bavière pour y suivre l'enseignement d'un officier. Mais l'ambiance ne me plaisait pas, on n'arrêtait pas de nous seriner que nous étions de la race des seigneurs, que les autres peuples étaient nos inférieurs, tout justes bon à être gouvernés par nous... les seules choses qui me plaisaient étaient les entraînements, extrêmement physiques, et l'uniforme. Mais cela ne m'a pas suffit pour rester, et j'ai fini par quitter ce corps, six mois après mon engagement. J'ai réussi à conserver quelques effets et ai volé des vêtements dans les stocks... pour ce soir, je n'avait pas de vêtement civil autre que ce pull à col roulé, et je n'avait pas envie de me promener avec mon pantalon d'aviateur. Je n'avais pas envie de te créer des problèmes en marchant à ton bras tout en affichant ostensiblement mon appartenance à l'occupant... je n'avais que ce pantalon qui fasse à peu près civil... j'avoue je n'ai pas réfléchi lorsque je l'ai mis...

Il l'avait dit son terrible secret. Il n'osa pas relever les yeux. Certains allemands étaient fier de leur appartenance aux SS et allaient jusqu'à cracher cette appartenance au visage de leurs vis à vis... Jochen méprisait les SS, il les haïssait d'autant plus qu'ils avaient porté la main sur celle qu'il aimait.

- Crois moi si tu veux, Louise, mais je les hais maintenant... et je peux te garantir que, moi vivant, aucun SS, aucun homme, ne pourra porter la main sur toi et en revenir vivant...

Il serra les poings, faisant craquer le plâtre de sa main droite dans sa tentative pour la fermer. Sa tête se redressa, ses traits étaient maintenant durs, et ses yeux affichaient une volonté meurtrière...

- Non aucun...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Française

Messages RP : 75
Messages : 81
Âge du personnage : 30

MessageSujet: Re: Rendez-vous au clair de lune... (24 avril )   Mer 14 Avr - 22:29

Ses yeux se voilèrent, mêlés d'incompréhension et de rage. C'était sa vie qu'il dévoilait en entier devant elle, mais le doute persistait toujours car il pouvait tout aussi bien le faire pour sauver sa vie. Elle avait baissé son arme, ainsi que sa garde, elle était totalement désemparée. Ses mains en tremblaient encore. Incapable de rester debout plus longtemps, elle s'assit sur une chaise et se mit à pleurer, cachant son visage de ses mains. Le barman, lui, ne lâchait pas Jochen des yeux. Il passa son bras autour de son cou et l'attira contre lui.

-Le dernier allemand que nous avons crut, ça a finit en bain de sang, Louise...

Elle le savait, c'est d'ailleurs à ce moment-là que les nazis avaient eu son frère. Ils avaient dit quelque chose du genre "Approchez et on ne vous fera pas de mal". Dès que son frère à fait un pas dans leur direction, ils l'ont touché à la jambe et ont exécuté ceux qui tentaient de s'enfuire. Elle le savait, mais même si la légère cicatrice qui descendait du cou jusqu'à sa poitrine le lui rappelait, elle ne voulait pas croire ce que signifiait ce pantalon SS.

-Il m'avait juré...murmura-t-elle. Il m'avait juré.

L'homme avait au moins quinze ans de plus qu'elle, et il savait manier le fusil à la perfection. C'était devenu bien plus qu'un ami depuis la mort de son plus jeune frère: un complice. Il avait veillé sur elle et avait lui aussi juré qu'il ne lui arriverait rien. Il la protégeait, mais rien n'avait empêché les incidents survenus dernièrement concernant la jeune infirmière. Le craquement provenant du plâtre du Flieger et son regard qui s'était soudainement durcit ne le rassurèrent pas, pas plus que la simple vue de ce pantalon.

-Tu sais, dit-il après un instant de silence, toi aussi tu mens comme tu respires quand ta vie est en danger. Souviens-toi de ce que tu as fait gober à la Gestapo... N'importe qui peut mentir avec autant d'aplomb, et tu le sais.

Elle porta la main à son ancienne blessure sans vraiment y réfléchir, elle croyait encore sentir la lame du couteau sur sa peau, rien qu'à l'évocation de la Gestapo... Elle releva alors les yeux vers Jochen.

-J'aimerai te croire, mais croire peut nous coûter la vie. Vivre d'illusions, c'était avant la guerre...

Elle leva la tête vers son complice.

-Je veux qu'on le fouille. S'il a une seule arme sur lui, qu'on la lui enlève.

Le barman acquiesça, puis cria assez fort pour qu'on l'entende depuis la pièce à côté.

-Ivan, viens s'il-te-plaît !

Un homme apparut alors, un autre complice. Lui aussi tiqua quand il vit l'étrange pantalon de Jochen.

-Une fouille s'impose, expliqua la barman. Son pantalon ne serait que pur hasard, mais j'ai du mal à avaler ça. Il est venu avec Louise, alors je veux qu'on le fouille. Je ne le laisserai pas repartir avec elle tant qu'il ne sera pas désarmé.

Leur complice s'exécuta tandis que le barman tenait Jochen en joue, placé devant Louise. C'était la solution de défense. Si le jeune homme se révélait être un ennemi, il fallait d'abord passer sur lui pour atteindre Louise. Elle, ses larmes s'étaient figée sur son visage. Elle avait peur que ce ne soit qu'une ruse des allemands pour la prendre au piège, elle qui était resté dans les fichers de la Gestapo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand

Messages RP : 115
Messages : 252
Âge du personnage : 25 ans

MessageSujet: Re: Rendez-vous au clair de lune... (24 avril )   Mer 14 Avr - 23:09

L'affaire ne prenait pas du tout une bonne tournure pour le jeune allemand... mais Jochen comprenait l'attitude des français, il aurait sans doute eu la même dans le cas inverse. Foutue guerre, Jochen se sentait proche des larmes, de rage. Il avait raconté une facette de lui que même ses camarades ne connaissaient pas. Les seuls au courant étaient sa mère, Eva et son camarade d'Espagne... maintenant Louise et son ami l'étaient eux aussi. Mais personne ne pouvait savoir qu'il avait vidé son cœur, et la suspicion des français vis à vis de l'occupant n'arrangeait rien... Jochen avait les yeux rivés sur Louise.

-J'aimerai te croire, mais croire peut nous coûter la vie. Vivre d'illusions, c'était avant la guerre...

Il ferma les yeux en acquiesçant, il comprenait tout à fait. S'il devait en passer par là pour vivre avec Louise, il le ferait. Il était même prêt à aller plus loin, prêt à mourir si cela pouvait prouver sa bonne foi.

-Je veux qu'on le fouille. S'il a une seule arme sur lui, qu'on la lui enlève.

Le barman acquiesça, puis cria assez fort pour qu'on l'entende depuis la pièce à côté.

-Ivan, viens s'il-te-plaît !

Jochen sursauta en entendant le nom. Il avait connu un Ivan dans sa jeunesse, un français dont le père faisait partie des troupes d'occupations de la Sarre et dont la mère était venue habiter dans la région de Potsdam, près de sa famille. Le jeune Ivan était retourné en France dès l'arrivée au Pouvoir de Hitler, mais une telle coïncidence était impossible, surtout si ledit Ivan avait le même âge que le Barman.
Un homme arriva dans la pièce, il tiqua sur le pantalon. Jochen failli demander s'ils n'avaient pas un pantalon à lui prêter. Mais à en juger le gabarit des hommes, les pantalons seraient trop court et trop large pour lui. Il se plaça à côté de Jochen qui, toujours tenu en joue par le barman, écarta bras et jambes pour qu'Ivan le fouille. Mis à part un portefeuille plein de Reichsfrank et la clé de sa chambre, il n'avait rien dans les poches... Il avait autour du cou, bien dissimulé par le col du pull, ses plaques d'identifications, mais aucune armes. La fouille ne donna donc rien. Jochen resta Immobile devant les français, décidément très protecteurs envers Louise. Il en conçu presque de la jalousie.

- Me croyez vous maintenant? Oui j'ai été votre ennemi, mais je ne le suis plus maintenant, même si je n'ai aucun moyen de vous en convaincre. Et... j'aime Louise, que vous me croyiez ou non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Française

Messages RP : 75
Messages : 81
Âge du personnage : 30

MessageSujet: Re: Rendez-vous au clair de lune... (24 avril )   Mer 14 Avr - 23:43

Ivan le fouilla avec une brutalité telle que ce ne fut pas permis. Elle ne pu le supporter.

-Arrête Ivan... Il n'a rien sur lui.

L'homme s'arrêta immédiatement. Put-on imaginer qu'un homme obéisse avec autant de respect à une femme comme il l'aurait fait devant un lieutenant. Il lui devait le respect car elle avait passé l'épreuve du feu et pas lui, les allemands l'avaient torturée, et pas lui. Ainsi se passaient les grades chez les rebelles... D'un signe de tête, elle demanda à ses complices de s'écarter. Ils la laissèrent s'approcher du Flieger, sans pour autant relacher leur vigilance. Elle avait été touchée par ses paroles, il était rare qu'un homme dévoile ses sentiments pour une femme en public, surtout devant d'autres hommes le traitant avec méfiance et hostilié.

-Pardonne-moi... On reste sur nos gardes depuis ce qui est arrivé à mon frère.

Elle baissait les yeux, incapable de le regarder dans les yeux. Elle ne voulait pas trop en dire devant les autres hommes car ils la protégeaient comme si elle était leur petite soeur. D'ailleurs, ils ne semblaient pas approuver cette idylle avec un officier allemand. De toute façon, ils n'avaient pas à intervenir dans sa vie amoureuse, à la première remarque, elle les remettrait en place. Elle prit Jochen par la main et posa son révolver sur une table. Elle l'emmena ensuite en direction d'une pièce adjacente au bar. Ses compagnons allaient réagir, mais elle les stoppa net.

-Non, qu'on nous laisse... Ne venez qu'en cas de nécessité.

Lorsqu'elle referma la porte derirère eux, elle n'osa pas s'approcher de Jochen. Elle avait à présent honte de son comportement, à être trop méfiante, elle en brisait ses relations.

-Excuse-moi... J'ai eut si peur que tu sois un SS...

Elle ne put continuer sa phrase, rien ne pouvait la disculper.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand

Messages RP : 115
Messages : 252
Âge du personnage : 25 ans

MessageSujet: Re: Rendez-vous au clair de lune... (24 avril )   Jeu 15 Avr - 0:20

La fouille n'avait rien donné, pourtant Ivan n'arrêtait pas de fouiller. Jochen se demanda s'il n'arrivait pas à admettre qu'un allemand pouvait aimer sincèrement une française.

-Arrête Ivan... Il n'a rien sur lui.


L'homme s'arrêta net. Le jeune flieger resta les bras écartés au cas ou on veuille en remettre un coup. Mais Ivant semblait figé, Louise avait étonnement d'ascendant sur eux, comme un officier sur un subalterne. Elle s'avança vers le jeune flieger sous le regard de ses deux chiens de gardes.

-Pardonne-moi... On reste sur nos gardes depuis ce qui est arrivé à mon frère.
- Ce n'est rien ne t'inquiète pas... je comprends parfaitement.

Jochen regardait Louise, qui elle ne semblait pas capable de le regarder dans les yeux. Après l'avoir pris par la main et posé son révolver sur une table, la belle française l'emmena ensuite en direction d'une pièce adjacente au bar. Jochen surpris une esquisse de mouvement de la part des gardes du corps, mais elle les rappela rapidement à l'ordre, comme un maitre tire un coup sur la laisse pour maîtriser les velléités de son chien.

-Non, qu'on nous laisse... Ne venez qu'en cas de nécessité.

Une fois enfermés dans la pièce, Louise resta contre la porte, le regard toujours baissé.

-Excuse-moi... J'ai eut si peur que tu sois un SS...


Jochen s'approcha d'elle, la prenant dans ses bras et déposant un baiser sur sa tête.

- Ne t'inquiètes pas, j'aurais peut être du t'en parler plus tôt aussi, que j'avais été SS un temps... mais je comprends mieux ta réaction, et je ne peux t'en vouloir pour ça...

Passant sa main valide sur la joue de la française,il glissa deux doigts sous son menton et la força doucement à relever la tête, pour pouvoir voir ses yeux, dans lesquels il plongea immédiatement...

- Demain j'irais m'acheter des vêtements civils, comme ça je pourrais mettre au ban mes affaires SS, tu m'accompagneras?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Française

Messages RP : 75
Messages : 81
Âge du personnage : 30

MessageSujet: Re: Rendez-vous au clair de lune... (24 avril )   Jeu 15 Avr - 20:11

Jochen ne semblait pas lui en vouloir, il le prit dans ses bras et la serra contre lui. Il la força à le regarder dans les yeux, mais elle se sentait toujours fautive. Les manières de ses hommes n'avaient rien arrangé, les nazis n'auraient pas fait mieux en guise de salutaions.

-Je m'en veux tellement... Ne leur en veux pas, la guerre nous a changé... Ils ne voient pas encore la différence entre allemands et nazis, ils t'ont traité comme leur ennemi...et moi aussi. Je n'ai pas encore leurs manières, mais ce sont des hommes, ils agissent comme des brutes pour qu'on ne touche pas à leurs femmes ou leurs enfants, passer au travers des balles ou voir un camarade se faire fusiller, ça change une vie. Je ne cherche pas à nous justifier, car il n'y a rien à pardonner, mais plus l'Occupation dure et moins on est humain.

Elle se serra d'avantage contre lui, elle avait besoin de respirer son parfum et sentir ses bras autour d'elle.

-Antoine est passé en même temps que moi dans les bureaux de la Gestapo, il n'a plus aucune confiance en l'homme, et encore moins pour ce qui est des allemands...

La jeune infirmière l'embrassa dans le cou, tout doucement.

-Je ne veux pas te perde, Jochen. Pardonne-moi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand

Messages RP : 115
Messages : 252
Âge du personnage : 25 ans

MessageSujet: Re: Rendez-vous au clair de lune... (24 avril )   Ven 16 Avr - 0:36

Si elle aurait pu, Jochen en était sûr, elle se serait flagellée pour expier sa faute. Ah les femmes, Même en lui expliquant qu'il ne lui en voulait pas, elle semblait persuadée du contraire, et prête à expier sa faute...

-Je m'en veux tellement... Ne leur en veux pas, la guerre nous a changé... Ils ne voient pas encore la différence entre allemands et nazis, ils t'ont traité comme leur ennemi...et moi aussi. Je n'ai pas encore leurs manières, mais ce sont des hommes, ils agissent comme des brutes pour qu'on ne touche pas à leurs femmes ou leurs enfants, passer au travers des balles ou voir un camarade se faire fusiller, ça change une vie. Je ne cherche pas à nous justifier, car il n'y a rien à pardonner, mais plus l'Occupation dure et moins on est humain.
-Je ne leur en veut pas plus à eux qu'à toi... la guerre rends inhumain si on n'y prends pas garde, quel que soit le côté dans lequel on se bat. Moi je sais que je risquerais de le devenir si la vie de ceux qui me sont chers est menacée. Si la tienne est menacée, je deviendrais fou furieux...

Il la serra un peu plus contre lui alors qu'elle semblait rechercher un peu de réconfort dans ses bras. Il aimait ce contact, il aimait qu'elle en ai besoins. Il lui caressa les cheveux et déposa quelques baisers sur sa tête. Oui, si jamais quelqu'un se risquait à porter la main sur Louise, le monde ne serait pas assez grand pour qu'il se cache. Le courroux du jeune allemand le suivrait jusqu'en enfer s'il le fallait.

-Antoine est passé en même temps que moi dans les bureaux de la Gestapo, il n'a plus aucune confiance en l'homme, et encore moins pour ce qui est des allemands...
- J'espère qu'un jour lui et moi serons amis... j'espère qu'un jour il reprendra confiance en l'homme

Un doux baiser fut déposé dans le cou du jeune Flieger. Il frissonna un peu, il n'avait pas l'habitude de recevoir des baiser dans le cou, mais il apprécia ce contact et souris.

-Je ne veux pas te perde, Jochen. Pardonne-moi...
- Tu ne me perdra jamais Louise. Je te le promet... tu ne me perdras jamais.

Il lui caressa la joue en déposant un baiser sur son front puis, alors qu'elle redressait la tête, il l'embrassa. Oui, s'il avait eut quelques doutes en sortant de l'infirmerie la veille, il n'en avait plus un seul maintenant. Il voulait faire sa vie avec la femme qu'il avait dans les bras en ce moment.

- Je t'aime madame l'infirmière...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Française

Messages RP : 75
Messages : 81
Âge du personnage : 30

MessageSujet: Re: Rendez-vous au clair de lune... (24 avril )   Ven 16 Avr - 15:12

Les quelques tentatives du Flieger pour lui rendre son sourire fonctionnaient peu à peu. Blottie contre lui, elle reprit confiance en elle. Un baiser sur ses lèvres lui redonna définitivement ce sourire qui illuminait son visage.

-Moi aussi, je t'aime... Je ne veux plus que tu te fasse agresser de cette façon, alors si tu retombe sur des rebelles, dis-leur bien que je suis avec toi, ils t'épargnerons sans doute.

Il y avait peu de résistants à Montreuil, mais le peu qu'il restait était ceux qu'elle avait connu du temps de son frère. Une sorte de fidélité les liaient tous, c'était une sorte de famille que les temps durs avaient rapprochés. Lorsqu'il évoca son ami le barman, elle sourit. Devenir amis impliquaient ne plus avoir à s'affronter ni se détester, or si cette rivalité existait, c'était parce qu'elle se tenait entre les deux hommes.

-Il t'a rendu jaloux, non ?

Cela l'amusait, mais elle savait qu'il n'avait pas à le craindre sur ce point. L'homme en question était marié et aimait sa femme, Louise était considérée comme sa soeur, rien de plus. Il n'avait pas à douter d'elle, si elle l'avait voulu, elle se serait déjà réfugiée dans les bras d'un résistant.

-Tu n'as rien à craindre, ce sont mes complices, et rien de plus.

Elle passa ses bras autour de son cou et l'embrassa tendrement. Puis elle se détacha de lui et entreprit de lui faire visiter la pièce qui, à première vue, semblait banale. Elle ouvrit une armoire qui contenait bon nombre de vestes de costumes et uniformes français. Elle écarta les cintres pour dévoiler le fond de l'amoire, sur le côté, on pouvait distinguer une corde assez courte. Elle tira dessus et ouvrit le faux-fond du meuble pour découvrir ce qu'il renfermait. Fusils, révolvers, munitions, mitraillettes... c'était un véritable attirail militaire dont disposaient ses complices.

-Ici on renferme nos munitions, si un jour tu te trouve dans le besoin, on te fournira...

Même si ces armes pouvaient se retourner contre la France, elle savait qu'il ne l'utiliserait pas contre ses semblables à elle. Mais ce qu'elle espérait, c'est qu'il fasse feu contre leurs enemis communs, les SS. Contre toutes ces ordures qu'étaient les nazis.

-Mais ne nous fait plus de telles frayeurs en t'habillant ainsi...

Cette dernière phrase avait une pointe d'humour noir, car cela avait bien faillit coûter la vie au jeune allemand.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand

Messages RP : 115
Messages : 252
Âge du personnage : 25 ans

MessageSujet: Re: Rendez-vous au clair de lune... (24 avril )   Sam 17 Avr - 23:05

Enfin elle retrouva ce sourire qui la rendait plus resplendissante que d'habitude. Le jeune allemand la préférait ainsi, et ne se priva pas pour la regarder ainsi, un sourire aux lèvre.

-Moi aussi, je t'aime... Je ne veux plus que tu te fasse agresser de cette façon, alors si tu retombe sur des rebelles, dis-leur bien que je suis avec toi, ils t'épargnerons sans doute.
- Je crois que je vais attendre un peu avant de tenter une rencontre avec d'autres rebelles, au moins le temps que l'info circule que je ne suis pas votre ennemi...

Il était clair que cette rencontre avait un peu douché le jeune Flieger. Certes il les comprenait tout à fait et ne leur en voulait pas le moins du monde, mais s'il risquait ainsi sa vie à chaque rencontre, il finirait par en avoir assez, et dirait aux français de le descendre pour de bon, puisqu'ils en avaient tellement envie.

-Il t'a rendu jaloux, non ?

Jochen mit quelques secondes pour se rendre compte de qui parlait la belle française. Bien sûr elle devait parler du barman...

- Un peu j'avoue... si le fusil n'avait pas été là, j'aurais été bien tenté de le mordre...

Dit avec un sourire enfantin, cette remarque n'était nullement agressive. Il était comme ça Jochen... quand il était pas tellement d'accord avec l'attitude d'un proche ou du proche d'un proche, il parlait de mordre plutôt que de frapper. Un petit coup de croc amical vallait mieux qu'un bon pain dans les dents...

-Tu n'as rien à craindre, ce sont mes complices, et rien de plus.
- J'ose l'espérer... sinon je les provoque en duel comme dans le temps...

Il répondit avec joie à son baiser, qui se termina bien vite au goût du jeune allemand. La jolie infirmière se dégagea et se dirigea vers une vielle armoire qu'elle ouvrit. Elle contenait bon nombre de vestes de costumes et uniformes français, Jochen se surpris à regarder la longueur des jambes pour voir s'il n'y en avait pas un à sa taille... peine perdu, ces uniformes étaient tous "standard". Louise écarta les cintres pour dévoiler le fond de l'armoire, sur le côté, on pouvait distinguer une corde assez courte. Elle tira dessus et ouvrit le faux-fond du meuble pour découvrir ce qu'il renfermait. Fusils, révolvers, munitions, mitraillettes... Jochen n'en croyait pas ses yeux elle lui montrait carrément une des planques de la résistance... sa confiance en lui devait être aveugle à présent. Le Flieger s'en senti énormément flatté, mais d'un autre côté, cela le dérangeait un peu, car c'était un danger potentiel de plus pour la sécurité de sa belle.

-Ici on renferme nos munitions, si un jour tu te trouve dans le besoin, on te fournira...

Jochen sourit. Il ne risquait pas d'être dans le besoins de si tôt, il était propriétaire de son C96, et avait quelques munitions de côté...

-Mais ne nous fait plus de telles frayeurs en t'habillant ainsi...
- Promis ma Louise... mais ne me montre pas ce genre de chose. Moins j'en saurais sur tes activités, mieux ce sera pour toi je penses...

Il ferma du mieux qu'il pu la porte coulissante cachant les armes, et prit Louise par les hanches. Il plongea dans ses yeux avec délectation.

- Tu as vraiment des yeux magnifiques ma Louise... et si on commençait notre soirée?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Française

Messages RP : 75
Messages : 81
Âge du personnage : 30

MessageSujet: Re: Rendez-vous au clair de lune... (24 avril )   Sam 17 Avr - 23:55

La remarque du Flieger à propos de son ami la fit rire. Un peu de jalousie par rapport aux autres hommes flattait toujours une femme, il marquait un point. Elle constata à nouveau son honnêteté et sa fidélité à leur amour lorsqu'elle lui montra ses munitions. Il préférait ne rien savoir plutôt que d'être trop mis dans la confidence par peur pour elle. Quelqu'un d'intérressé n'aurait rien dit et gardé ce détail en tête. Mais pas lui... Lui, il l'aimait vraiment, ça se voyait, il avait peur pour elle et il la protègerait jusqu'au bout, elle en était sûre à présent.

-J'ai confiance en toi Jochen. Il ne m'arrivera rien...

Elle se laissa faire et l'embrassa en caressant son visage avec douceur. Mais elle rougit lorsqu'il lui parla de ses yeux.

-Ne dis pas ça, je vais finir par y croire !

Elle n'avait vraiment plus l'habitude qu'un homme la complimente de cette façon. Depuis qu'elle s'était engagée dans la Résistance, elle n'avait pas prit le temps d'avoir des sentiments. Etre tendre lorsqu'il s'agissait de combattre les nazis, ce n'était pas le moment. Mais c'était doux, aussi doux que la chaleur des baisers du jeune allemand. Commencer la soirée ? Elle n'attendais que ça ! Enfin ils pouvaient avoir un moment tous les deux.

-Je n'ai pas d'endroit plus sûr que celui-là, nos soirées, c'est ici que nous les passerons...

Ce sera sûrement les plus beaux moments de sa vie. Elle se blottit contre lui avec tendresse et se laissa embrasser. Oui, probablement ses plus beaux moments...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand

Messages RP : 115
Messages : 252
Âge du personnage : 25 ans

MessageSujet: Re: Rendez-vous au clair de lune... (24 avril )   Mar 27 Avr - 20:26

Le jeune Flieger la trouvait encore plus belle avec le rouge aux pommettes. Il aimait bien aussi l'air qu'elle prenait quand elle était embarrassée.

-Ne dis pas ça, je vais finir par y croire !

- Alors je continuerais à le dire... tu es vraiment très belle
-Je n'ai pas d'endroit plus sûr que celui-là, nos soirées, c'est ici que nous les passerons...

Il l'embrassa tendrement. Il n'avait plus connu ce sentiment depuis son aventure avec sa camarade à Potsdam, et même là, il s'était avéré que, pour les deux, ce n'était qu'une histoire sans suite. Il espérait bien que ce serait différent avec sa Louise. D'un côté c'était déjà le cas... puisque dans l'absolu ils étaient ennemis, elle française, lui allemand, elle résistante, lui officier de l'armée d'occupation. La guerre réservait de bien surprenantes situations, d'autant que l'un comme l'autre pouvaient y perdre la vie... à cette pensée, il serra un peu plus fort Louise contre lui alors qu'elle se lovait dans ses bras.

- ça me convient, du moment que ton ami ne me met pas en joue à chaque fois... je comprends qu'il voie d'un mauvais œil notre histoire, mais ça va vite devenir lassant comme salutation...

Il eut une mimique amusée pour montrer qu'il n'était pas vraiment sérieux. Il était quand même un peu jaloux de la proximité que le barman entretenait avec sa Louise. Mais elle l'avait assuré qu'ils n'étaient que complice. Il lui caressa les cheveux, respirant son parfum, toujours ce subtil parfum de lavande qu'il aimait tant.
Une sensation de vide se fit sentir dans son estomac, il se rappela qu'il n'avait rien mangé depuis le midi... mais au diable son estomac, il n'allait pas le laisser grogner alors qu'il avait la femme de sa vie dans les bras... seulement l'organe se rappela bruyamment à son propriétaire. Jochen rougit sans lâcher Louise, toujours dans ses bras.

- Excuse moi... je n'ai rien mangé depuis ce midi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Française

Messages RP : 75
Messages : 81
Âge du personnage : 30

MessageSujet: Re: Rendez-vous au clair de lune... (24 avril )   Jeu 29 Avr - 20:40

Elle était vraiment bien, blottie contre lui, réfugié dans le parfum de celui qu'elle aimait. Même dans la clandestinité, elle se sentait en sécurité dans ses bras. Elle en oublia les dangers de l'extérieurs, la guerre et ces pourris de nazis... La chaleur de ses baisers était telle qu'il lui semblait n'avoir rien connu d'aussi doux. Mais cette pensée laissa une ombre sur son visage, c'était un affront à la mémoire de son mari, que de penser cela. Elle l'avait aimé, il avait fait son bonheur, plus qu'aucun autre. Jochen aussi la rendait heureuse, c'était certain, mais elle se sentait mauvaise de l'avoir pensé, même si son mari lui avait fait promettre d'être heureuse avec un autre s'il venait à disparaître. Il aurait sans doute apprécié cet officier allemand certes, mais qui détestait plus que tout ceux qui dirigeaient son pays de manière brutale et arbitraire. Sans doute approuvait-il leur liaison, de tout Là-haut... Jochen lui ressemblait un peu: droit, respectueux, tendre, protecteur...et une pointe de jalousie aussi. Son mari était le même, il enrageait quand les regards se posaient sur une femme aussi jolie qu'était la sienne. Il appréciait cependant ce barman qui était devenu leur ami et compagnon d'infortune, ce qui n'était visiblement pas le cas de Jochen !


-Ce n'est pas la tradition de chez nous d'accueillir les amoureux avec un fusil, je l'avoue ! Mais il a eut très peur lui aussi, il ne voulait que me protéger. Ne t'en fais pas, Antoine n'a pas toujours été ce vieil ours grincheux qui t'a ouvert sa porte !

Elle l'embrassa avec tendresse pour qu'il oublie tout cela. Soudain l'estomac de son compagnon vint troubler le silence qui les avait enveloppé. Avec un sourire amusé, elle se détacha de lui.

-Je vais voir ce que je peux faire pour toi.

Elle passa la tête par l'entrebaillement de la porte et appela le barman. Sous leurs pieds, elle savait qu'une poignée de ses compagnons prenaient leur repas ensemble, parfois dormaient là quand ils n'avaient nulle part ou aller. Le bar d'Antoine n'était pas aussi petit qu'il le parraissait car un étage entier était dissimulé au sous-sol. En attendant qu'il revienne, elle invita son officier à s'assoir sur le divan. Elle attendit qu'il soit installé pour s'assoir sur ses genoux et passa ses bras autour de son cou pour l'embrasser. Antoine, quant à lui, ne prit que quelques minutes pour leur ramener une grande assiette qu'il déposa sur la table basse devant eux.

-Pardon pour l'accueil...dit-il d'un air gêné au Flieger. J'ai crût que vous étiez un SS.

En signe de réconciliation, il tendit sa main à Jochen pour qu'il la serre.

-Et faîtes attention à elle, elle a une légère tendance à attirer l'attention de la Gestapo alors... Protégez-là s'il-vous plaît.

Il lui adressa un sourire avant de sortir de la pièce. Louise se serra alors contre son officier, soulagée que les choses aient été mises au clair entre eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand

Messages RP : 115
Messages : 252
Âge du personnage : 25 ans

MessageSujet: Re: Rendez-vous au clair de lune... (24 avril )   Lun 10 Mai - 23:47

-Ce n'est pas la tradition de chez nous d'accueillir les amoureux avec un fusil, je l'avoue ! Mais il a eut très peur lui aussi, il ne voulait que me protéger. Ne t'en fais pas, Antoine n'a pas toujours été ce vieil ours grincheux qui t'a ouvert sa porte !

pour être grincheux, le barman l'avait été. Jochen avait presque eu l'impression que c'était la nature même de l'homme... Son creux à l'estomac tira un sourire à Louise, alors qu'il se surprit à maudire son corps pour avoir interrompu une de leurs étreintes.

-Je vais voir ce que je peux faire pour toi.

Elle se dirigea vers la porte et passa commande. Pendant qu'elle le faisait, Jochen se donna un bon coup de poing dans le ventre, attitude un peu gamine mais qui eu néanmoins le mérite de faire taire le gargouillis suivant. Louise revint vers lui et l'invita à s'asseoir dans le divan qui trônait dans la pièce. Il s'y assit et accueilli sur ses genoux sa belle française. Il l'embrassa. ses lèvres avaient un goût sucré, oscillant entre le miel relevé d'un soupçon de cannelle et un thé dûment sucré... il adorait ce goût. Mais ne pu pas en profiter autant qu'il l'aurait voulu, car son repas arriva sur une grande assiette que le barman se fit un devoir de poser bien devant lui.

-Pardon pour l'accueil...dit-il d'un air gêné au Flieger. J'ai crût que vous étiez un SS.
Ne vous en faites pas, mon ami, je n'ai pas vraiment réfléchi en mettant ce pantalon, mais il n'y a pas eu mort d'homme... pour moi, l'incident s'arrête ici...


L'homme tendis une main que Jochen fut trop heureux de serrer. Une poignée de main franche, solide et virile comme il les aimait. Un large sourire vint aux lèvres de Jochen... il venait de se trouver un allié pour protéger Louise, un allié de poids...

-Et faîtes attention à elle, elle a une légère tendance à attirer l'attention de la Gestapo alors... Protégez-là s'il-vous plaît.

Jochen serra Louise contre lui dans une attitude protectrice.

Ne vous en faîtes pas pour ça... je ne les laisserais pas lui faire de mal...

Une fois le barman parti, il senti Louise se serrer contre lui. Il l'enlaça et l'embrassa, la berçant doucement, heureux tout simplement de l'avoir dans ses bras.

Même les ours peuvent être câlin parfois


Il l'embrassa dans le cou

Et je me sens très ours en ce moment
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Française

Messages RP : 75
Messages : 81
Âge du personnage : 30

MessageSujet: Re: Rendez-vous au clair de lune... (24 avril )   Mer 12 Mai - 23:26

Un profond soulagement envahit le coeur de l'infirmière, cette poignée de main était comme une promesse que c'était faite les deux hommes en silence, plus rien ne les opposait désormais.

-Merci, murmura-t-elle au Flieger.

La remarque de son ami par rapport à la Gestapo l'avait fait sourire. C'était un clin d'oeil plus qu'appuyé à l'incident qui s'était produit il y a quelques semaines, avec un SS justement. Elle ne s'en était sortie qu'avec quelques hématomes et une lèvre fendue, c'était amplement suffisant. Louise ne lâchait jamais l'affaire quand il était question de tenir tête aux nazis, c'était bien ça le problème. Mais jouer au chat et à la souris, elle ne pouvait plus se le permettre car désormais, un homme partageait sa vie, et elle ferait tout pour l'épargner. Tout comme la vie des enfants qu'elle aurait un jour...

Encore un baiser, au creux du cou. C'était doux. La jeune infirmière en frissona. Elle se laissa doucement aller contre lui. Sa peau était si douce que ses mains ne se lassaient pas de caresser son visage. Et ses lèvres appelaient les siennes. Le temps semblait s'être arrêté pour eux, plus rien au monde ne comptait désormais.

-Alors comme ça les ours sont calins ?

Avec un sourire elle répondit à ses baisers avec la plus infinie des tendresse qu'elle s'était longtemps refusé. Le deuil ? La guerre ? La résistance ? Elle ne savait pas vraiment pourquoi elle avait mis sa vie entre parenthèses, mais ce qui était sûr, c'est qu'à présent, elle n'en perdrait pas une seconde. Un amour aussi tendre ne pouvait se refuser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Rendez-vous au clair de lune... (24 avril )   Aujourd'hui à 13:38

Revenir en haut Aller en bas

Rendez-vous au clair de lune... (24 avril )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Die Adler :: Montreuil :: Quartier du Marais (Sud)-