La Grande Vadrouille (des lots et des tickets) [Dimanche 1 Juin]


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

La Grande Vadrouille (des lots et des tickets) [Dimanche 1 Juin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Char d'assaut chaleureux
avatar

Messages RP : 196
Messages : 1140

MessageSujet: La Grande Vadrouille (des lots et des tickets) [Dimanche 1 Juin]   Sam 29 Mai - 22:58


Charles Duplessan
Maire de Montreuil

Il était beau, le maire, qu'elles disaient, les collégiennes. Il avait un chapeau en feutre genre policier d'Hollywood, un grand sourire charmeur, un air viril et un grand manteau. Pas ce dimanche, évidemment, parce qu'il faisait un grand soleil, et que même si l'hiver avait été froid, les mauvais jours étaient passés. Duplessan était en costard de notable, chapeau sur la tête, une horrible cravate bleue vive brodée d'un chat noir autour du cou. Par tradition le maire portait cet infâme truc au blason de Montreuil depuis on ne savait pas trop quand, mais ça ne semblait pas gêner Duplessan qui en tripotaient le bout tout en parlant à sa secrétaire, une fille avec de belles fesses mais un nez crochu.

L'estrade avait été montée parallèlement à la gare et à la rue Carnot, dos à la mairie et face à l'Eglise et au monument au mort. Un vendeur de crêpes dont on ne sait pas trop d'où il venait s'était d'ailleurs installé près de la stèle au soldat ; ailleurs, on avait plutôt tendu d'immenses tables de banquets, mais sans nappes blanches parce qu'on manquait de tissu. Quelque part à l'avant un gros moustachu racontait très fort qu'on se serait cru dans une réunion d'avant guerre du Parti Radical, le cassoulet en moins.

La populace s'installait au fur et à mesure sur les bancs alors que quelques vieilles bigotes prenaient ostensiblement le chemin de l'église. La messe avait été dite à 8h pour que la loterie puisse se tenir à 10h, mais certaines vieilles avaient l'air de croire qu'on ne changeait pas ainsi les habitudes des pratiquantes. Des Allemands s'étaient installés au bout de deux tables du côté de Carnot et en terrasse d'un café qui faisait le coin de la place. La rumeur allait toujours bon train sur les portraits soit disant offerts par tel ou tel commandant et certains s'étaient déplacés juste pour voir si Klegerman et Krüger avaient vraiment eu le culot d'y placer leurs idoles respectives ; quelques uns ricanaient même que si ça se trouve, la gestapo locale avait casé un tableau d'Himmler dans le lot.

Quand la montre de Duplessan annonça 9h57, elle décida que c'était comme si c'était 10h, repoussa un peu son chapeau en arrière pour qu'on voit mieux son visage et s'avança vers son micro. Un truc super récent, parce que la mairie de Montreuil n'avait pas eu de micro avant 1937, et qu'on ne le sortait pas souvent.

"Hem hem. Messieurs dames, si j'ai sorti aujourd'hui notre bien aimée cravate-au-chat," il la lissa d'une main pour bien la mettre en valeur, tout sourire, "c'est que nos fêtons comme il se doit notre appartenance à cette magnifique ville qu'est Montreuil ! Comme c'est une fête amusante et pas un truc solennel, je ne vais pas vous emmerder avec un long discours, passons aux choses intéressantes : 3000 tickets vendus -avouez, vous en avez acheté plusieurs !-, 200 lots offerts par l'ensemble de la communauté montroise. Vous connaissez le principe, je choisis un lot, je tire un nombre et si vous avez ce nombre, vous vous levez en criant très fort et vous venez prendre votre lot.

Premier lot ! Du papier à lettre fleuri, idéal pour écrire à votre fiancé."

Sous entendu : Prisonnier en Allemagne.

Il plongea sa main.

"Numéro 2513 pour les lettres fleuries ! Le prochain lot est un jeu de cartes. Je rappelle qu'il est interdit de parier de l'argent..."

Il replongea.

"Numéro 18 ! Prochain lot : Une tablette de chocolat."

Il déplia le papier.

"Numéro 47 !"


[Pas de tour de jeu ! Prochain tirage dans 7 jours. Répondez si vous estimez avoir quelque chose à dire ou si vous avez envie. Si vous n'avez pas votre numéro, regardez dans votre boite à mp !]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adler.jdrforum.com
Française
avatar

Messages RP : 85
Messages : 120
Âge du personnage : 25 ans

MessageSujet: Re: La Grande Vadrouille (des lots et des tickets) [Dimanche 1 Juin]   Sam 5 Juin - 15:51

Une loterie. A Montreuil. Le premier dimanche de juin – et le dimanche premier juin. A cette nouvelle Jeannine avait presque sauté de joie et s’était empressée d’acheter un ticket pour chaque membre de sa famille pouvant être présent le jour J. Etant donné qu’elle travaillait à la mairie, ça n’avait pas été très difficile, et toute la famille, de Grand-mère Louise à la femme de Gabriel en passant par les deux enfants de Simone avait été ravie de recevoir son ticket.

Toute la famille… sauf Madeleine. Sa sœur ne lui avait même pas laissé le choix. Elle avait pris le téléphérique spécialement pour « inviter » la domestique à la loterie et lui remettre son petit papier, comme si elle ne pouvait pas attendre que celle-ci prenne un jour de congé et descende en ville. Et elle n’avait même pas laissé l’occasion à la jeune femme de protester. Sûre d’elle, la fonctionnaire avait bombardé son aînée d’arguments sans lui laisser le temps d’ouvrir la bouche ; elle lui avait assuré que sortir un peu lui ferait le plus grand bien, qu’elle verrait ainsi tous les membres de sa famille et que, vu le temps qu’elle passait à Sarnand à travailler, personne ne trouverait à redire si elle prenait une demi-journée pour aller s’amuser. Et, sur ces bonnes paroles, elle lui avait collé le ticket dans la main et une bise sur la joue, avant de s’éloigner pour aller saluer l’oncle Von Lichteinstein et tout en assurant sa sœur que si elle n’était pas à l’épicerie familiale le jour J et une heure avant l’heure H, elle viendrait elle-même la chercher, jusque dans les plus profondes des étables à dragons s’il le fallait.

Et comme elle ne doutait pas une seule seconde que sa cadette puisse mettre ses menaces à exécution – et même corrompre Gabriel et Simone par la même occasion – Madeleine n’avait même pas envisagé une seule seconde de résister. D’autant plus que, bien que terrorisée par l’idée de se retrouver coincée au milieu d’une foule sans nombre, elle avait tout de même envie de voir les membres de sa famille qu’elle n’avait pas souvent l’occasion de rencontrer au complet. Certes Léon ne serait pas là, mais après tout, quand elle serait au milieu de sa fratrie, entourée par ses parents et ses neveux, il y avait peu de chances qu’elle doive parler à quelqu’un d’autre, non ? C’était en tout cas, ce qu’elle n’avait pas cessé de se répéter à partir du moment où sa main s’était refermée sur le ticket de loterie jusqu’à celui où elle s’était retrouvée assise sur un banc, au milieu de la Place de l’Oiseleur, encadrée par les membres de sa famille.

Ces belles pensées s’évanouirent néanmoins rapidement quand le maire prit la parole et qu’il fut question de « se lever en criant très fort et d’aller prendre son lot » si le numéro tiré correspondait à celui de son ticket. Madeleine pâlit brusquement et fixa des yeux horrifiés sur le maire debout sur l’estrade, avant de déglutir avec nervosité et de se tourner vers Paul, son neveu, qui se trouvait à côté d’elle.

« Je te donne mon ticket si tu veux, proposa-t-elle à voix basse, en lui tendant le morceau de papier.
– C’est le tien, Tante Mado, » répondit simplement le garçonnet après avoir dévisagé la jeune femme pendant quelques secondes.

La domestique pâlit un peu plus et réprima un soupir en se redressant et en reportant son regard sur l’estrade. Elle était peut-être la seule personne présente sur la place à prier pour que le numéro tiré ne soit pas le sien. Surtout pas le sien. Et à chaque fois que la main du maire plongeait à la recherche d’un nombre, elle ne pouvait s’empêcher de se mordiller la lèvre et de se tordre les doigts – et le ticket qu’ils tenaient. 2513… 18… 47.

Le cœur de Mado rata un battement quand sa mère, à deux places d’elle, se leva d’un bond en brandissant son ticket.

« C’est moi ! »

Avec un nouveau soupir de soulagement, la jeune femme suivit Ernestine Rollin du regard, le temps qu’elle se fraie un passage entre les bancs et prenne la direction de l’estrade, le sourire aux lèvres. Une tablette de chocolat, il y en avait plein dans l’épicerie familiale, mais au prix que ça coûtait à présent, en gagner une c’était toujours agréable. Et puis, songea Madeleine, la probabilité était très faible que, sur les 3000 tickets vendus, il en soit tiré un aussi proche du numéro 47 que le sien, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Char d'assaut chaleureux
avatar

Messages RP : 196
Messages : 1140

MessageSujet: Re: La Grande Vadrouille (des lots et des tickets) [Dimanche 1 Juin]   Sam 5 Juin - 21:50


Charles Duplessan
Maire de Montreuil

"Le prochain lot : une tablette au chocolat !"


Alors que la secrétaire distribuait les lots, un grand sourire aux lèvres (c'était tout de même plus joyeux que de distribuer des tickets de rationnement !), Duplessan fouillait de nouveau parmi les papiers. Il en tira un nouveau, le déplia avec application, puis annonça le verdict : "Numéro 3001 !"

Quelque part au fond, un ouvrier bien gras se leva en agitant son billet, bousculant quelques uns de ses voisins. L'homme leur répondit avec un fort accent Marseillais qu'il faisait ce qu'il voulait.

Duplessan fouilla de nouveau...

"Le numéro 1002 remporte un poisson rouge !"

Un poisson rouge, oui mesdames messieurs, et même que ça ne se mangeait pas : pas assez de chair sur ce petit machin frétillante. Mais bon, un poisson rouge, c'est mignon, c'est rouge, ça plait aux enfants... est-ce que le numéro gagnant avait des enfants ? Le poisson, lui, nageait (ou plutôt surnageait) dans un bocal à confiture.

"Et pour le N°55, une magnifique flûte à bec !"

Enfin, magnifique... encore fallait-il l'essayer pour savoir si elle sifflait juste !

Sur leurs tables un peu à l'écart, les Allemands se désintéressaient un peu de l'affaire, le temps que les portraits attendus entrent dans la danse. C'est qu'ils venaient un peu pour ça...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adler.jdrforum.com
Française
avatar

Messages RP : 85
Messages : 120
Âge du personnage : 25 ans

MessageSujet: Re: La Grande Vadrouille (des lots et des tickets) [Dimanche 1 Juin]   Mar 8 Juin - 12:55

Une autre tablette de chocolat… Pour le numéro 3001. Un soupir de soulagement qu’elle ne put réprimer s’échappa des lèvres de Madeleine et elle se détendit imperceptiblement, avant de se raidir à nouveau lorsque la main de maire replongea à la recherche d’un nouveau numéro. Jésus Marie Joseph ! Elle n’allait pas pouvoir rester continuer comme ça pendant toute la loterie ! Deux cents lots, avait dit le maire au début ! Ca voulait dire qu’elle risquait de faire une crise cardiaque deux cents fois avant que tout cela ne soit terminé ? Pourquoi, mais pourquoi Jeannine avait-elle eu la mauvaise idée de la forcer l’inviter à la loterie, hein ? Elle ne faisait pourtant rien de mal, là-haut, à Sarnand, n’est-ce pas ? Pourquoi n’aurait-elle pas pu rester au château, hein ?

Heureusement, le numéro suivant était bien éloigné de celui inscrit sur son ticket. 1002. Pour un poisson rouge, en plus. Certes, c’était joli les poissons rouges, mais Mado ne voyait vraiment pas ce qu’on pouvait en faire, à part le regarder tourner dans son bocal pendant des heures. Et elle en tout cas n’avait pas des heures devant elle pour observer les évolutions d’un poisson. Surtout qu’il aurait risqué de finir dans l’estomac de Glouton avant d’avoir eu le temps de faire un tour. Non, décidément, venir à la loterie n’était pas une bonne idée. Non seulement, elle risquait de se faire tirer au sort et de devoir se déplacer devant tout le monde, mais en plus ce serait pour aller chercher un lot qui disparaîtrait très vite. Certes la probabilité que ça tombe sur son ticket n’était que de 1/3000 mais c’était déjà bien trop selon son point de vue, sans compter que ladite probabilité augmentait à chaque tirage et que…

Comment ça, numéro 55 ?

Un hoquet s’échappa des lèvres de la domestique, sans qu’elle soit capable de dire s’il s’agissait de surprise ou de désespoir et elle déplia fébrilement le bout de papier qu’elle tenait, comme pour s’assurer que ce n’était pas le bon. Peine perdue. Elle connaissait son numéro depuis le temps qu’elle se le répétait en priant pour que le maire ne le tire pas. Oh misère ! Elle fixa un instant le morceau de papier, sans même réussir à formuler une pensée digne de son nom, jusqu’à ce que son neveu, sans doute intrigué, se penche par-dessus le bras de la jeune femme et y jette un coup d’œil à son tour.

« C’est toi, le 55, Tante Mado ! »

L’exclamation sembla remettre en marche les fonctions cognitives de la domestique, qui pâlit subitement et froissa instinctivement le billet tout en jetant un regard éperdu au garçon, comme pour lui enjoindre de se taire. Mais trop tard. Jeannine était assise de l’autre côté de Paul et avait tout entendu.

« C’est toi, Mado ? Mais qu’est-ce que tu attends ? Vas-y !
– Mais… » tenta la jeune femme.

Mais elle ne pouvait pas se lever devant tout le monde, et se déplacer jusqu’à l’estrade. Et elle ne savait même pas en jouer, de la flûte, en plus. C’était impossible, elle ne pouvait pas, répétait ses pensées affolées, tandis qu’elle se sentait totalement pétrifiée. C’était impossible, elle ne pouvait…

« Oh ! »

Par réflexe, elle se leva d’un bond lorsque sa sœur se pencha en arrière pour passer derrière son neveu et lui pincer la peau sous les côtes. Se rendant compte qu’elle était debout au milieu de la foule assise, ce qui la rendait aussi repérable qu’un phare allumé en pleine nuit, même si elle n’était pas très grande, Madeleine ressentit soudain l’envie de disparaître sous terre. De blanches, ses joues passèrent brusquement au rouge brique, tandis que la paume de ses mains devenait moite.

« Tu es debout maintenant, lui annonça Jeannine avec un sourire qui se voulait certainement rassurant mais qui n’eut pas beaucoup d’effet sur sa sœur, vas-y, ils vont pas te manger. »

Après un dernier regard désespéré qui n’incita pas pour autant les autres membres de sa famille à faire quelque chose d’autre que de sourire comme pour l’encourager – si Léon avait été là, c’était sûr qu’il ne l’aurait pas laissée y aller – la domestique n’eut d’autre choix que de se résigner. Elle tenta de déglutir, mais sa bouche soudain très sèche l’en empêcha, et elle se mit en marche, en tâchant de ne pas trébucher sur les pieds des autres personnes assis dans la même rangée et de ne pas se casser la figure comme elle le faisait si souvent dans les couloirs de Sarnand. Lorsqu’elle atteignit l’estrade, avec au moins autant d’enthousiasme qu’un condamné qui parvenait à l’échafaud, elle ne parvint même pas à lever les yeux pour tenter de voir autre chose que les pieds de la personne à qui elle adressait la parole et se contenta d’ouvrir la bouche pour prononcer quelques mots, d’une voix si fluette qu’elle eut elle-même du mal à l’entendre.

« C’est moi, le 55. »

Et l’(heureuse) propriétaire d’une flûte à bec dont elle ne savait même pas jouer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Française
avatar

Messages RP : 26
Messages : 35
Âge du personnage : 38 ans

MessageSujet: Re: La Grande Vadrouille (des lots et des tickets) [Dimanche 1 Juin]   Mar 8 Juin - 22:12

Pierre Méliès AdrienMéliès Rose Méliès Alexandria Méliès

Le jour de la loterie était pour la famille Méliès une tradition obligatoire et Constance avait comme toujours pris un ticket pour chacun de ses enfants et un pour elle. Aussi, elle s'était dirigée vers la place de l'Oiseleur et avait laissé partir Pierre et Adrien seuls devant pendant qu'elle s'installait sur un banc avec Rose et Alexandria. Elle sourit à certaines connaissances et regarda les trois billets qu'il lui restait tout en attendant de voir qui serait appelé. Ses fils avaient chacun leur billet et elle leur avait dit de ne pas s'éloigner avec leurs amis car sinon ils n'auraient pas leurs cadeaux.

Elle avait repéré la jeune demoiselle Rollin et sa famille et lui fit un sourire d'encouragement en songeant que la chance pouvait devenir de la malchance pour elle, monter sur l'estrade devait devenir un supplice. Elle écouta les premiers tirages au sort pendant que ses filles s'impatientaient un peu de ne pas avoir de cadeau encore. Elle leur avait expliqué qu'il n'y en aurait peut-être pas, mais les deux petites avaient a priori décidé que si !

Les quatre premiers numéros furent tirés et tout le petit monde applaudit avant que le numéro 1002 remporte un poisson rouge ! Constance murmura quelque chose dans l'oreille de Rose qui se leva sur ses jambes avant de crier le plus fort possible, forçant les voisins à se boucher les oreilles.

" C'EST MOI TONTON CHARLES !"

Constance écarquilla les yeux en entendant sa fille crier. De quoi tonton Charles ? Oui, elle avait déjà vu le maire lors de certaines cérémonies et elle savait qu'il s'appelait Charles, mais pourquoi donc tonton ? Ou alors, elle avait tout simplement été, comme souvent trop impulsive et avait fait une association d'idée entre le fait d'avoir des cadeaux et ses oncles qui tentaient de leur en ramener à chaque fois.

Elle fit un petit sourire navré au maire qui ne devait pas manquer d'avoir entendu et elle regarda la pauvre Madeleine se retrouver avec Rose dans les jambes.

" Tu me portes que je fasse un bisou à tonton Charles et à la dame ! Et puis faut crier fort qu'on a dit ! C'EST MA COPINE MADELEINE QUI A LE TICKET QUI FAUT ! Dis ? Pourquoi je savais pas que tu étais mon tonton ?"

Au moins ça faisait de l'ambiance et Alexandria tapait dans ses mains alors que du coin de l'oeil habitué de Constance, Adrien faisait son apparition avec son appareil photo. Il n'y avait pas besoin d'être grand clair pour comprendre que son fils allait immortaliser sa soeur gagnant un poisson rouge. Surtout que comme le disait Alexandria.

" Il est cro beau hein maman ! "

C'était un très beau cadeau, en effet, même si le poisson n'avait pas l'air de la première fraicheur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Char d'assaut chaleureux
avatar

Messages RP : 196
Messages : 1140

MessageSujet: Re: La Grande Vadrouille (des lots et des tickets) [Dimanche 1 Juin]   Jeu 17 Juin - 1:06


Charles Duplessan

Duplessan adorait les enfants. Ils étaient mignons, imaginatifs et, surtout, il n'en avait pas. Il aurait aimé, après avoir épousé sa maitresse Maria, mais ils avaient tacitement accepté que ce n'était pas pour tout de suite : la guerre, sa condition à elle d'étrangère qui pouvait lui coûter son poste, l'insécurité et le stress permanent les faisant douter. Pouvait-on fonder une famille maintenant, alors qu'elle serait presque surement condamnée à souffrir ?

Il sourit néanmoins. Ce jour se dédiait à la fête. Il fit même un signe de la main à la petite fille et se promit que, si quelqu'un la levait vraiment jusqu'à lui, il lui ferait un bisou.
En attendant, la loterie attendait.

L'air un peu absent -il regardait encore la gamine-, Duplessan tira un nouveau papier, le déplia et lu : "Un bouquet de roses... roses ! pour le numéro 519 !"

A l'avant des tables allemands, une jeune femme blonde leva la main en répétant à ses voisins : "Es ist ich ! Es ist ich !"
Duplessan se hâta de passer au suivant.

"Pour le numéro 279, un grelot ! Idéal pour vos chats et chatons !"

A côté de lui, sa secrétaire agitait ledit grelot avec un air un peu con, genre "j'en ai jamais vu de ma vie, oh mais que c'est magnifique !", sans savoir que le gagnant -un type à lunettes assis avec des professeurs de St-Marie- n'était sans doute pas adepte de grimaces gnangan.

"Prochain lot, que les plus patriotiques d'entre vous apprécieront," à ces mots, quelques Allemands bougèrent sur leur chaise, le temps de se redresser un peu et de s'intéresser à la chose, "une écharpe bleue, blanche, rouge !"

Il remua un peu le contenu de la marmite à tickets et tira un résultat.

"N°518 !"

Quelqu'un ricana du côté des tables allemandes, mais Duplessan choisit de ne pas y faire attention : avec les occupants, mieux fallait ne faire attention à rien, sauf quand ça valait vraiment le coup.

"Pour le N°42, un jeu d'échecs ! Le prochain gagnant remportera un lot exotique et précieux," et un peu mité, certes, mais sinon il serait placé plus tard sur la liste des distributions, "une peau de fennec ! Et le gagnant est... le numéro 2090 ! Restons dans le règne animal avec le prochain lot : un magnifique putois empaillé ! "

Autant dire que le sourire devait se retenir d'être franchement hilare : QUI pouvait vouloir offrir un PUTOIS ?

...

QUI pouvait vouloir EMPAILLER un PUTOIS ???

"N° 515 !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adler.jdrforum.com
Char d'assaut chaleureux
avatar

Messages RP : 196
Messages : 1140

MessageSujet: Re: La Grande Vadrouille (des lots et des tickets) [Dimanche 1 Juin]   Jeu 17 Juin - 1:22


Anna Schmidt

"C'est moi ! c'est moi !" s'écria Anna Schmidt en levant la main comme une écolière sur les bancs du collège. Il faut dire que Anna Schmidt ne gagnait pas souvent à la loterie -la dernière fois remontait à l'école primaire, quand elle avait reçu un set de chaises de jardin, toutes détruites quand ses parents avaient insisté pour s'asseoir dessus. Et puis la secrétaire de Sarnand aimait être heureuse, même si parfois, cela exigeait de l'être pour pas grand chose.

Elle se dégagea de sa place, avec un peu de difficulté puisque les deux hommes qui l'entouraient la serraient d'assez près. Ils avaient affirmé qu'il n'y avait pas de place et qu'ils étaient obligés ; Anna ne s'était pas demandé si c'était vrai ou non. Elle avait mieux à faire ! Serrer son petit ticket entre ses doigts en regardant le maire avec un enthousiasme débordant était bien plus important ! Elle ne cessait de se répéter la prononciation de son numéro. Le major von Warlau lui avait dit que c'était le sinksendiexnöf, si bien que, pour être sûre de ne pas le râter, Anna restait très concentrée sur Duplessan.

Une fois debout, la jeune femme se fraya un chemin entre les épaules masculines, prenant gare à ne pas enfoncer ses petits talons entre les pavés. Une fois arrivée, elle accueillit son bouquet entre ses bras, le regard scintillant, puis se retourna vers les tables allemandes pour agiter son cadeau. Un peu comme une mariée, mais l'air de Miss France en plus, avant de retourner s'asseoir en tordant un peu des fesses pour slalomer entre toutes ces viriles et fort carrées... épaules.


Dernière édition par L'Admin le Jeu 17 Juin - 17:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adler.jdrforum.com
Française
avatar

Messages RP : 85
Messages : 120
Âge du personnage : 25 ans

MessageSujet: Re: La Grande Vadrouille (des lots et des tickets) [Dimanche 1 Juin]   Jeu 17 Juin - 16:20

Il y avait des jours comme ça où on aurait mieux fait de rester caché au fin fond de son lit. Ou, au moins, dans un coin bien reculé et introuvable du château de Sarnand. Ou, en tout cas, où on aurait mieux fait de ne pas écouter sa sœur de ne pas venir à Montreuil pour assister à la loterie. Elle n’aurait ainsi jamais eu à se lever devant des milliers de personnes – au moins ! – et à marcher jusqu’à l’estrade pour aller cherche son lot, dont elle ne savait même pas ce qu’elle allait pouvoir en faire. La voix de la raison aurait pu lui souffler qu’il y avait fort peu de chances que les autres montrois présents fassent attention à elle puisqu’elle ne faisait pas beaucoup de bruit et qu’ils devaient tout être focalisés sur le maire et ses tickets, mais l’angoisse et le stress l’étouffaient bien plus sûrement qu’un bâillon. A chaque pas qu’elle faisait, Madeleine avait l’impression que ses pieds devenaient un peu plus lourds et qu’elle ne réussirait pas à les lever pour la prochaine enjambée, tandis que ses joues lui cuisaient un peu plus. Elles devaient certainement être aussi rouge que les écailles d’un Porte-Drapeau et la rendre aussi repérable qu’un phare allumé en pleine nuit.

Heureusement, il y avait toujours un détail qui lui permettait d’éviter le pire, c’était le silence. Tant quand personne ne lui adressait la parole, c’était presque comme si personne ne faisait mine de la remarquer. Il lui restait toujours une chance – même quasi inexistante – de se fondre dans le décor, de disparaître entre les pavés ou de se volatiliser et de s’évanouir en fumée. Sauf que ce ne fut pas elle qui finit par s’évanouir dans les airs, mais plutôt le peu de choses qui lui permettait de garder un semblant de contenance – toute relative, la contenance, cela va sans dire. Abasourdie, horrifiée, la jeune femme posa un regard incrédule sur la petite fille qui venait de se jeter dans ses jambes en s’époumonant.

« Rose ? » hoqueta-t-elle, l’instant de surprise totale suffisamment passé pour lui permettre de reconnaître l’enfant.

Madeleine resta pétrifiée quelques secondes, sans savoir quoi faire, avant de prendre machinalement la petite fille dans ses bras pour la porter à hauteur du maire. Elle ne réalisait même pas ce qu’elle était en train de faire et avait presque l’impression de regarder la scène avec un œil extérieur. Si ce n’avait pas été le cas, elle n’aurait certainement pas accéder au désir de la fillette et risquer de se faire repérer encore un peu plus par le maire, les personnes qui l’entouraient et tous les montrois et allemands rassemblés.

Les mouvements de Duplessan qui tiraient un nouveau ticket et son nouvel appel au gagnant eurent néanmoins le (mal)heureuse conséquence de remettre en phase l’esprit de la jeune femme et ce qu’elle faisait, et celle-ci cligna des yeux une ou deux fois avant de se rendre compte que pour la discrétion, c’était complètement raté. Ses joues se mirent à la brûler et elle se serait tordue les mains de désespoir s’il n’avait pas porté la fille de Constance A la place, elle baissa les yeux et essaya tant bien que mal de déglutir, avant d’ouvrir la bouche par deux fois sans qu’un seul mot ne s’en échappe.

« Ne crie pas, Rose, s’il te plaît, » parvint-elle finalement à croasser à sa troisième tentative.

Et donnez-nous vite nos lots, s’il-vous-plaît, ajouta-t-elle en silence, dans le coin de son cerveau qui était encore capable d’aligner une pensée cohérente, que je puisse regagner ma place pour aller mourir de honte en paix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 180
Messages : 359
Âge du personnage : 31

MessageSujet: Re: La Grande Vadrouille (des lots et des tickets) [Dimanche 1 Juin]   Jeu 17 Juin - 23:08

La loterie, jeu de hasard où on avait plus de chance de voir les gros lots toujours vous passer sous le nez, alors qu'on croit pouvoir cette chance infime de le posséder. Seuls les yeux arrivent à les toucher, le temps d'un passage de main à main, avant de sentir la déception vous prendre les tripes... Mais Peter n'était pas dans cette optique là... Jouer pour participer et surtout un peu. rien de plus. Et histoire de se fondre un peu dans la foule pour repsirer un peu d'air, loin de Sarnand et en civil s'il vous plait.

Après un bon café et une petite cigarette, il avait eu pour idée d'acheter un ticket, pour la loterie, histoir de voir un peu l'ambiance locale de ce jeu presque mondialement connu. Mais pour aujourd'hui, ce n'était que pour le coin local de Montreuil et il y avait un peu de foule. Certains lots pourraient faire de bons petits cadeaux, comme d'autres pourraient être déplaisants. Hessler ne s'attendait pas à gagner de toute manière....Non il n'avait jamais eu de chance pour les jeux de hasard.

Certains lots furent déjà distribués et les gens semblaient heureux de leur tirage. Par contre, on entendit quelques rires pour le suivant... Un putois empaillé... C'était d'un goût. Même le commanditaire manqua de rire en annonçant le cadeau du prochain gagnant et quand il tira le chiffre gagnant... Hessler regarda son ticket... Oh non. Vraiment pas de chance. Il avait vraiment la poisse. Pourquoi lui pour ce.. machin !

Il voulut ranger son chiffre dans la poche, mais certains avaient vu son ticket et il ne pouvait pas se dérober. Au vue des sourires presques compatissants et moqueurs à la fois... Sans doute par le fait qu'ils ne le savaient pas allemand habillé en civil ; un pantalon gris et une chemise claire, tenue classique et passe partout.

"C'est moi...."

Son accent allemand n'allait pas le laisser bien civil bien longtemps. On entendit quelques rires de plus. Peter vint prendre le lot.

"Magnifique animal.... Heureusement qu'il ne sent pas...."

Un superbe cadeau à offrir peut-être pour certains des officiers de Sarnand... C'était une idée tiens ! Il leva son lot pour le montrer et quelques personnes se permirent d'applaudir sa petite malchance. Ce lot là n'était plus en liste, donc les plus beaux avaient encore des chances de leur tomber dans les mains.

Donc à qui il pourrait l'offrir en mode anonyme ? Hans ? Heydrich ? les deux en même temps tiens... Ou alors l'un des deux qui sert d'expéditeur. Ce serait drôle. Il allait méditer là-dessus. Oui une idée à creuser pour l'un des deux officiers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 70
Messages : 142
Âge du personnage : 29 ans

MessageSujet: Re: La Grande Vadrouille (des lots et des tickets) [Dimanche 1 Juin]   Jeu 17 Juin - 23:39

Pas de chance pour Peter car, avant qu'il n'ai eu le temps de retourner se planquer avec son supeeeeeeerbe nouvel animal de compagnie, une chose blonde et franchement pas civile atterrit au niveau de son épaule, un gigantesque sourire aux lèvres. Une écharpe bleu blanc rouge s'enroulait paresseusement autour de son cou (il s'était bien marré en la récupérant, au coin de l'estrade où Hessler ne l'avait sans doute pas vu, car von Warlau s'était installé sur une table presque extérieure à la place), sorte d'insulte moqueuse à tous les patriotes français des environ.

"Leutnant ! Vous avez gagné quelque chose ?"


Bien sûr, Rudy n'attendit pas d'avoir la réponse pour se pencher sur la jolie bébète entre les mains de son subordonné. L'officier était absolument ravi et se promettait de gonfler Hessler pendant des semaines, quitte à devoir le jeter du lit tous les matins pour vérifier que la chose trônait toujours sur son étagère.

"Oh, comme c'est joli !"


Nyark nyark nyark !

"Vous lui avez trouvé un petit nom, déjà ?"
demanda-t-il en guidant Hessler vers sa table, un bras passé autour des épaules de l'autre (enfin, du dos, différence de taille oblige), comme s'ils étaient très bons amis...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français
avatar

Messages RP : 40
Messages : 88
Âge du personnage : 21 ans

MessageSujet: Re: La Grande Vadrouille (des lots et des tickets) [Dimanche 1 Juin]   Ven 18 Juin - 15:15

Yann aimait bien les permissions, surtout quand elles lui permettaient d’aller en ville et de passer un bon moment avec ses compagnons de harnais. La loterie étant un prétexte comme un autre pour aller en ville, les cinq compères de belotte s’étaient offert chacun un ticket, en espérant bien repartir avec quelque chose à la clé. Eh puis, les distractions étaient rares en temps de guerre, alors même si c’était craignos les loteries, même si chez eux avant la guerre ils ne participaient pas à ces manifestations pour gamins et grand-mères, là, ça pouvait être fun. Ça leur rappelait comment c’était avant, quand ils vivaient encore dans un pays libre.

Occupé à dragouiller une jolie brunette à tresses, le breton ne suivait pas vraiment ce qui se passait du côté de la loterie. Par contre, ses potes de belotte oui, ainsi se prit-il un coup de coude dans les côtes lorsque son numéro fut annoncé.

« C’est à toi Casanova ! »

Un peu perplexe – il était à fond dans sa parade de séduction – il jeta un coup d’œil à son ami, qui lui indiqua l’estrade avec le maire qui secouait une fourrure. Ben qu’est ce qu’il lui voulait à lui ?

« C’est ton lot nouille, va le chercher ! » insista Pierre, en passant un bras autour de la taille de SA brunette.

Après un regard assassin pour son pote, Yann s’inclina devant la jeune femme, tout sourire et lui promit de revenir vite. Il bouscula un peu les gens pour atteindre l’estrade où il échangea la peau sable contre le ticket n°2090. Fennec qu'il avait dit le type ? La coïncidence était amusante. Il faudrait absolument qu’il planque Fennec et parade devant le Capitaine Galerne avec cette peau.

Un sourire amusé étira les lèvres du jeune homme qui rejoignit ses potes pour leur exposer son plan démoniaque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Française
avatar

Messages RP : 26
Messages : 35
Âge du personnage : 38 ans

MessageSujet: Re: La Grande Vadrouille (des lots et des tickets) [Dimanche 1 Juin]   Ven 18 Juin - 22:15

Pierre Méliès Adrien Méliès Rose Méliès Alexandria Méliès

Rose trépignait d'impatience, on lui avait tendu son lot mais elle était trop petite pour l'attraper et son tonton Charles ne lui donnait pas. Elle regarda Madeleine qui parlait de ne pas faire de bruit. Elle ne comprenait pas, c'était bien de faire du bruit pourtant. Elle se tourna vers Madeleine et avec la grande discrétion qui la caractérisait, elle lui demanda.

" Allez, on y va heu ! Tu me portes s'te plait ! Allez allez allez !"

Elle sautait presque d'envie et elle allait finir par faire un caprice si cela continuait. Aussi, Constance hocha la tête en direction de son fils ainé qu'elle voyait lui adressait un sourire qui indiquait clairement qu'il proposait d'aider sa soeur à obtenir son lot. Pierre se leva et alla vers sa soeur qui le ne vit qu'au dernier moment et qui protesta vivement.

" Non ! C'est pas toi qui a gagné le poisson, c'est moi ! Toi tu as rien gagné alors tu t'en vas, ma copine Madeleine elle va m'aider. "
" Les autres sont déjà appelés, allez Rose, tu ne veux pas ton poisson ? "

Elle réfléchit un instant avant de tendre les bras à son frère pour qu'il la porte. Ce qu'il fit avec un sourire avant de la soulever au dessus de lui pour qu'elle puisse prendre son lot sans oublier de crier.

" Tonton Charles ! Mon bisou ! Et faut en faire un à ma copine Madeleine aussi hein !"

Un clic retentit sur le côté de l'estrade alors qu'Adrien prenait la photo immortalisant ce moment. Il trouvait que la demoiselle était un peu trop les yeux baissés mais la photo serait réussie tout de même.

Rose vit les autres lots qui étaient proposés et elle faillit sauter de joie en voyant qu'elle avait le plus beau. Y'avait des truc trop moches ! Du moins de son avis, un taxidermiste pouvait trouvait le putois agréable ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français
avatar

Messages RP : 70
Messages : 91
Âge du personnage : 44 ans

MessageSujet: Re: La Grande Vadrouille (des lots et des tickets) [Dimanche 1 Juin]   Ven 18 Juin - 22:52

Paul, installé du côté du corps enseignant de la ville, regardait la foule rassemblée, reconnaissant ici et là des élèves accompagnées de leurs familles. Les bras croisés, légèrement tassé sur sa chaise, il redoutait d’être abordé par une mégère en manque de compliments au sujet de sa progéniture modèle en classe. Pourquoi était-il là déjà ? Ah oui, sa sœur avait acheté des billets et l’avait poussé à quitter la solitude de ses bouquins pour une fois. Guère emballé (depuis le temps il commençait à la connaître la loterie du 1er juin de Montreuil), il avait pourtant cédé pour lui faire plaisir. Le français culpabilisait assez des mensonges à son encontre et de son léger éloignement, aussi, faire cet effort était un minimum. A ce sujet il se demanda un instant si Heinz était quelque part au milieu des allemands, s’il travaillait ou s’il avait fui l’évènement comme la peste, avant de chasser cette pensée de son esprit.

Les lots se succédèrent, pour le plus grand bonheur de certains. Tiens, c’était peut-être son tour. Le professeur réajusta ses lunettes et sortit de sa poche le morceau de papier où étaient inscrits les quelques chiffres que le hasard avait bien voulu lui donner. Alors qu’il vérifiait son ticket une voix de femme retentit non loin de lui.

« Raaaah à un numéro près ! C’est forcément truqué, cette loterie est du vol… »


La suite se perdait dans un marmonnement de mécontentement difficilement audible. Pas besoin de se retourner, il n’y avait qu’une seule de ses collègues pour râler comme un putois en public de la sorte. Dommage pour elle mais c’était lui que le tirage avait choisi.

Nul hurlement de victoire ne retentit cependant de la part de l’heureux gagnant, Apollinaire se contenta d’hausser les épaules avant de se lever tranquillement et de prendre la direction de l’estrade. Il resta de marbre face aux grimaces infantiles de la secrétaire du maire. Faire semblant de sourire un minimum aurait été plus dans le ton de la fête mais après tout il ne tirait pas non plus la tête que ferait un Rottweiler enragé à qui on aurait volé son os. Un grelot… il aurait préféré du whisky, de la lecture ou quelque chose de concrètement plus utile, mais d’un autre côté l’objet en question tombait à point nommé avec l’adoption récente de Chaussette/Afrikakorps/Esméralda. C’était le genre de truc qui, avec un peu d’imagination, pouvait vous occuper une bonne heure sans problème avec votre boule de poil, à condition de n’avoir rien d’autre à fabriquer de son temps.

En voyant la nature des prix suivants il se dit qu’il n’était pas si mal loti, surtout pour le coup du putois empaillé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemande
avatar

Messages RP : 117
Messages : 219
Âge du personnage : 16 ans

MessageSujet: Re: La Grande Vadrouille (des lots et des tickets) [Dimanche 1 Juin]   Sam 19 Juin - 18:11

Les fesses en travers d'une chaise, le corps renversé sur le coté, Hermeline somnolait doucement la tête sur les genoux de sa mère.
Déjà, lorsque la surgé avait sonné la cloche du réveil ce matin là, il avait fallu toute la poigne de Yvette et Chantal pour la sortir de son petit lit douillet et la pousser jusque sous la douche. Froide la douche. Cela avait à peine suffit à lui donner la force de se glisser dans son uniforme du dimanche pour aller écouter la messe d'une oreille plus que distraite. Si Geneviève, en bonne grande sœur qui se respecte, ne l'avait pas pinçouillée durant tout l'office, il y avait fort à parier que la petite jeune fille se serait endormie comme un sac sur le banc de la chapelle.

Étouffant un bâillement très inélégant du dos de sa main, Hermeline laissa errer son regard bordé de cernes violettes sur la foule qui se pressait sur la place. Les allemands paradaient, Madeleine rougissait, les zazous flirtaient, les gosses s'amusaient... Du coin de l'œil, elle aperçut son papa qui discutait avec grand-père Von Lichtenstein et même Ivan qui faisait la navette entre eux et sa mère.

Ici au moins, tout allait bien, tout était normal.

Si en plus le fichu micro de la mairie pouvait tomber en panne le temps qu'elle s'endorme complètement, cela lui permettrait peut-être de retrouver un peu de l'inconscience bénie dans laquelle elle avait vécu avant sa nuit blanche... C'était nul de grandir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grand Vizir
avatar

Messages RP : 63
Messages : 366
Âge du personnage : 35 ans

MessageSujet: Re: La Grande Vadrouille (des lots et des tickets) [Dimanche 1 Juin]   Sam 19 Juin - 22:33

Stéphane appréciait beaucoup Isabelle mais n’était absolument pas amoureux d’elle. Tous deux vivaient en bonne entente, comme deux bons amis d’enfance, mais le feu de leur passion s’était éteint avant même qu’ils se passent la bague au doigt. Ils se faisaient mutuellement cocus avec une belle allégresse, en particulier Monsieur qui, du fait de son sexe, tremblait moins que les femmes devant la morale. Sa dragonne était au bout du compte la seule dame de sa vie. Il aimait toutes les autres à part égale, flirtant, jouant, toujours respectueux, toujours doux, mais jamais épris au point de perdre la tête. Même en amour, Stéphane Wilson restait circonspect et rationnel. En un mot comme en cent, ce n’était pas un bon époux – mais il faisait son possible pour ne pas être un trop mauvais père. Sa Fleur-de-Nuit le retenait souvent loin de sa demeure, mais il prenait grand soin de Pierre, et d’Isabelle dans une moindre mesure, lorsqu’il se trouvait avec sa petite famille. Il avait emmené Pierre à la Fête des Fous, était passé le voir tous les dimanches par la suite, et avait acheté des billets de loterie afin d’avoir une nouvelle excuse pour sortir avec lui, dans le cadre de festivités.

Isabelle avait sorti l’une des plus belles robes pour l’occasion, avec un chapeau à larges bords, histoire de paraître respectable et protéger sa peau de blonde du soleil. Néanmoins, elle ne se gêna pour jeter des œillades coquettes à un beau brun assis derrière eux, visiblement jeune, et tout aussi visiblement intéressé. Stéphane, amusé, fit mine de ne rien remarquer et concentra plutôt son attention sur son jeune fils, assis sur ses genoux. Le môme serrait le billet très fort dans sa menotte, comme s’il craignait qu’un coup de vent lui arrache le précieux numéro qui lui permettrait de repartir avec l’un des lots promis. Il affichait une petite mine déçue dès que quelqu’un d’autre, dans l’assistance, se levait pour aller récupérer son gain, mais le tirage du numéro suivant détournait immédiatement son attention.

Isabelle daigna se concentrer sur le Maire à nouveau lorsque le 42 fut tiré.

"42 !" clama-t-elle en se levant.

Elle prit le temps d’arranger vaguement sa robe – tout de même, elle devait rester digne – puis alla récupérer le joli jeu d’échecs. Une fois revenue à sa place, elle ébouriffa vaguement les cheveux de son garçonnet, pour qu’il ne soit pas trop déçu d’avoir choisi le « mauvais » ticket.

"C’est un jeu pour les grands, mon chéri, mais Papa t’apprendra à jouer quand tu seras un grand garçon. N’est-ce pas, Stéphane ?"

Ledit Stéphane, qui avait laissé un sourire matois étirer ses lèvres à la mention des « jeux de grands », approuva.

"C’est promis" déclara-t-il, avant de reporter son attention sur le Maire.
_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Française
avatar

Messages RP : 85
Messages : 120
Âge du personnage : 25 ans

MessageSujet: Re: La Grande Vadrouille (des lots et des tickets) [Dimanche 1 Juin]   Mar 22 Juin - 13:37

Un soupir de désespoir et de soulagement mêlés s’échappa des lèvres de Madeleine quand Pierre se présenta à son tour à côté d’elle. Soulagement parce qu’elle n’était ainsi plus obligée de porter la petite fille qui passait dans les bras de son frère, ce qui signifiait qu’elle était libre de se tordre les mains pour évacuer une partie de sa gêne autant qu’elle le souhaitait – et accessoirement récupérer son lot et se sauver aussi vite que lui permettaient ses genoux flageolants retourner à sa place. Et désespoir parce que ça faisait toujours une personne autour d’elle, ce qui voulait dire une raison supplémentaire d’attirer l’attention, surtout que Rose ne cessait pas de crier pour autant.

Lorsqu’un clic retentit non loin d’elle, traduisant la présence du deuxième fils de Constance et de son appareil photo, la jeune femme crut qu’elle s’était pétrifiée sur place et qu’elle ne pourrait plus jamais faire un mouvement. Et si le feu qui lui brûlait les joues pouvait la consumer entièrement et ne laisser qu’un petit tas de cendre sur les pavés, ce serait vraiment l’idéal. Malheureusement, ça n’arriva évidemment pas, et un petit neurone, dans un coin de son cerveau, dut même échapper suffisamment à la pétrification pour émettre l’idée que si elle se dépêcher de récupérer son lot, elle pourrait se fondre d’autant plus vite dans la foule en retournant s’asseoir à sa place et peut-être même en profitant de la nouvelle vague d’heureux propriétaires de choses diverses et variées.

En déglutissant avec nervosité, Madeleine fit donc signe à la jeune femme qui distribuait les lots – elle n’avait définitivement pas le force ou le courage pour ouvrir la bouche et prononcer ne serait-ce que quelques mots – et échangea son ticket numéro 55 contre la flûte en bois qui lui revenait… avant de manquer de la laisser échapper en entendant les paroles de Rose. Horrifiée, la domestique ouvrit deux grands yeux qui passèrent du maire sur son estrade à la petite fille au moins deux ou trois fois, avant qu’un son ne réussisse à sortir de sa bouche.

« Oh non, Rose, protesta-t-elle d’une voix si faible qu’elle ne fut même pas sûre de l’avoir entendue elle-même, ce n’est pas la peine. »

Elle s’efforça de grimacer un sourire à l’attention des deux enfants de Constance avant d’opérer un repli stratégique en direction de sa place. Courage, fuyons ! disait l’adage, et Madeleine n’aurait jamais cru qu’il fallait effectivement tant de courage pour réussir à soulever ses pieds et fuir… Enfin fuir était un bien grand mot, puisqu’elle ne risquait certainement pas de gagner une course de vitesse avec des jambes aussi flageolantes que les siennes. Si elle réussissait déjà à retrouver sa famille sans trébucher sur ses propres pieds ou ceux des autres spectateurs, ce serait plus que tout ce qu’elle espérait.

Et – ô miracle – ce fut ce qui se passa. Après de longs instants de solitude, la domestique réintégra enfin sa place sur le banc, entre son neveu et son beau-frère, la respiration aussi saccadée et le cœur battant aussi vite que si elle avait couru un 100 mètres. Et, tandis que le garçonnet tapotait la main de sa tante en contemplant la flûte à grand renfort de « Elle est très bien, ta flûte, tante Mado ! », Jeannine, elle, ne lui laissa même pas reprendre contenance avant de lui adresser un grand sourire satisfait.

« Tu vois, ça c’est bien passé ! » conclut-elle triomphante, sans faire mine d’entendre les protestations chuchotées de sa sœur qui ressemblaient à un « Plus jamais je ne viendrai à la loterie » ou à quelque chose du même genre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Char d'assaut chaleureux
avatar

Messages RP : 196
Messages : 1140

MessageSujet: Re: La Grande Vadrouille (des lots et des tickets) [Dimanche 1 Juin]   Sam 26 Juin - 21:45


Charles Duplessan

L'instant approchait ; celui que Duplessan redoutait depuis le début. Pourtant il ne pouvait rien y faire car quelque soit son choix, il risquait d'agacer quelqu'un. La plaisanterie était mauvaise, assurément, mais le Major Klegerman était quelqu'un d'assez vicieux (et violent, surtout) pour qu'il ne supporte pas qu'elle ne soit pas jouée. L'homme guettait l'estrade depuis une des tables allemandes.
Bon, on en était pas encore là. Et puis les gens oublieraient vite quand on servirait le cassoulet, même si on en avait beaucoup moins que les années précédentes.

Désormais un peu nerveux (mais le cachant très bien derrière son sourire de star), Duplessan fouilla après avoir annoncer que le lot suivant serait un médaillon. Si l'objet avait l'air un peu vieilli, il gardait plus de charme que la plupart des lots, avec son petit loquet permettant de l'ouvrir. La secrétaire qui l'avait reçu avait strictement interdit à tout le monde de l'ouvrir avant l'heure : un peu superstitieuse, elle trouvait délicieux l'intimité que cela réserverait au gagnant. Duplessan s'en fichait assez, de superstition, mais avait caché sa déception. Il préférait la paix dans ses bureaux qu'assouvir sa curiosité.

"Le gagnant est : le numéro 1400 !"

Dans la foulée, il présenta le lot suivant : infâme tableau représentant un pot de fleur. Le dessin n'était pas mal mais les couleurs, assez nauséeuses, pouvait même déprimer un Toute-Vitesse. Mais au pire on pouvait peindre par dessus. La vie coûtait cher alors économiser une toile ne faisait pas de mal.

"N°278 !"

Une femme blonde se leva et Duplessan, tout en pensant à la suite -plus qu'un lot avant la catastrophe !- se demanda si elle aurait le mauvais goût de le trouver joli... plus décida que ça ne le concernait pas et fouilla. Sa secrétaire exhibait le prochain lot.

Il s'agissait d'un chapeau, mais quel chapeau ! Ses bords mesuraient bien trente centimètres de chaque côté. Le tissu de feutre était noir, la forme arrondie. Mais toute son originalité résidait dans la gerbe de plumes colorées, d'une qualité exemplaire, encore bien conservées, à une grosse perle blanche qui avait un peu jauni, à un petit bouquet de fausses fleurs, et surtout à l'alliance du tout qui parvenait à donner l'impression saisissante qu'une poule était venue crever là. L'oeil rond et jaune de la perle fixait avec intensité tous ceux qui auraient pu en douter.

"Numéro 517 !"

Puis, très vite, comme pour se débarrasser de la corvée : "A présent, et avant que nous distribuions le lot final, je souhaiterai remercier les officiers et soldats allemands qui ont voulu participer à cette fête."

Il se rendit compte qu'il ne parvenait pas à avoir un ton totalement sincère. Non seulement ces abrutis de boches le mettaient dans de sales draps par rapport aux Français, mais en plus il fallait qu'il décide d'avantager un corps d'armée par rapport à l'autre. C'était à s'en arracher les cheveux !

"Le premier lot est un portrait du maréchal Göring."

Quelqu'un siffla au fond de la place mais Duplessan l'ignora.

"N°92 !"

Plus vite ce serait fait, plus vite il serait débarrassé.

"Le deuxième lot et un portrait du Général Rommel qui, comme vous le savez tous, est en train de botter le cul de ces foutus Anglais hors d'Afrique"

Ou pas, mais rien à foutre : puisque Vichy était désormais anti anglais, il fallait que ses représentants le soient aussi.

"N°44 ! Pour finir, le prochain lot devrait plaire à tous et à toutes. Offert par monsieur Barrant, je vous présente un objet si rare que même vos ministres n'en ont pas encore vu : un oeuf de dragon pygmée, une espèce rare et exotique en provenance de l'Empire !"

Quand il plongea la main dans ses tickets, il espéra qu'une le gagnant serait un Français. Avec le bordel qu'avaient fichu les verts-de-gris, il faudrait au moins ça pour ramener la bonne humeur.

"N°43 !"

... pourtant, il avait mélangé, si si !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adler.jdrforum.com
Allemand
avatar

Messages RP : 217
Messages : 395
Âge du personnage : 16 ans

MessageSujet: Re: La Grande Vadrouille (des lots et des tickets) [Dimanche 1 Juin]   Dim 27 Juin - 10:47

Tout en progressant dans les lots, Wolfgang se disait que finalement, prendre un ticket rien que pour embêter le peuple ce n'était pas une si bonne idée que cela. Parce que quand on voyait les lots, on pouvait se poser des questions sur la santé mentale des français. Quoi que, c'étaient des français donc il n'avait aucune raison de se poser ces questions, c'était tout à fait normal qu'ils soient si bizarres. Il inspira en regardant son numéro une nouvelle fois et il attendit de savoir s'il allait être appelé.

Cela n'avait pas l'air d'être sa priorité dans la journée aux vues des soupirs qu'il poussait, premièrement parce qu'il n'avait personne à voir, enfin personne à part ses camarades de Sarnand et qu'il les voyait assez, et deuxièmement parce qu'il commençait à se dire que les allemands récupéraient tous les lots les plus nuls. Il était donc fort probable que le maire, cet infâme français, ait répartit les tickets en deux catégories. Il en eut la confirmation quand son numéro fut appelé. Il tourna un instant la tête pour vérifier ce qu'il pensait et il eut un véritable sourire.

Il se leva dignement et marcha au pas jusqu'à l'estrade avant de faire son plus beau salut militaire, quitte à se faire remarquer, autant passer pour un parfait soldat bien embrigadé. Il tendit son ticket et récupéra son lot avant de faire un demi-tour tout aussi régulier et de se diriger vers la petite chose baillante. Oui oui, la petite chose blonde, pénible, déplaisante, hautaine et fatiguée. Il la salua militairement sachant fort bien que cela allait l'exaspérer et déclara d'un ton soigneusement épuré de toute émotion.

" Tiens, ça m'a fait pensé à toi, je te l'offre ! "

Et sans qu'elle puisse réagir, il lui colla l'ignoble chapeau sur la tête et fit demi tour en priant pour ne pas éclater de rire avant d'arriver à sa place. Et oui, Wolfgang avait hérité du numéro 517, du chapeau horrible et d'un sens de l'observation lui permettant de repérer Hermeline dans la foule. Pour un peu, il aurait presque été désolé.
_________________

Avatar from Ulenka
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemande
avatar

Messages RP : 117
Messages : 219
Âge du personnage : 16 ans

MessageSujet: Re: La Grande Vadrouille (des lots et des tickets) [Dimanche 1 Juin]   Dim 27 Juin - 14:49

Un jeune militaire allemand, tout bouffis de son importance, qui se déplace dans la foule française précédé de vingt pas par son orgueil démesuré, ça se remarque forcément. Voyant entre ses paupières mi-close son tourmenteur de Sarnand approcher, Hermeline se redressa et jeta un œil circonspect à l'ensemble que formait le flieger et le chapeau. L'un comme l'autre étaient ridicule, mais la combinaison harmonieuse du tout prenait des proportions inquiétante.

Si Wolfgang crut qu'un salut militaire pouvait agacer la jeune fille, il en fut pour ses frais. Un soupir dédaigneux et un salut tout aussi militaire, mais qui fleurait bon son l'armée française, lui répondit. La petite pensionnaire se saisit du chapeau avec un air mauvais mais se força à sourire de toute ses dents.

"Toi, je te garde un chien de ma chienne..." Dit-elle froidement alors que le jeune homme commençait à s'éloigner.
Prenant alors son air le plus vacant, Hermeline se composa un visage angélique de dinde royale, donnant l'impression à quiconque que la lumière qui pétillait au font de ses yeux provenait d'un trou percé à l'arrière de son crâne.

"Wolfyyyyyyyyyyy ! Merci beaucoup, je le garderait précieusement en pensant à touuuuaaaaaa !" Cria-t-elle d'une voix sur-aigüe et en minaudant, ce qui complétait parfaitement le tableau.

Et le Major Von Lichtenstein de poignarder du regard le jeune Abendroth, et de le saisir au collet pour lui demander des explications sur le pourquoi de cadeaux à sa petite benjamine qui n'était encore qu'une innocente enfant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 217
Messages : 395
Âge du personnage : 16 ans

MessageSujet: Re: La Grande Vadrouille (des lots et des tickets) [Dimanche 1 Juin]   Dim 27 Juin - 16:36

Les mots d'Hermeline furent parfaitement audibles et Wolfgang se prépara donc au pire mais pas exactement à ce pire là. Sur le coup, il pouvait vraiment être au mauvaise posture vis à vis du Major. Décidément, lui et les Majors ne faisaient pas bon ménage. Il se retourna vers l'homme avec un sourire aux lèvres comme s'il s'attendait à sa réaction et il répondit à Hermeline en premier.

" Mais ne t'en fais pas ma Hermelinounette, ce n'est qu'un humble présent par rapport à ce que toi tu m'as donné. Oui Major ? "

Il réfléchit rapidement à ce qu'il pouvait dire et finit par trouver un angle d'attaque. Il inspira, faussement ennuyé avant de lui donner son explication. Qu'elle soit totalement fausse ne changeait rien à ce qu'il avait réellement envie de dire.

" Je sais que cela ressemble à un mauvais jeu de conquête amoureuse, mais ce n'est pas cela du tout. C'est juste que votre fille a été importunée par un jeune homme récemment et qu'elle m'a demandé de jouer cette comédie pour le dissuader. Elle ne souhaitait pas vous inquiéter car finalement ce n'était pas grand chose et qu'elle a confiance en moi et en mes actions. Vous savez parfaitement que je n'ai jamais eu l'occasion de fréquenter votre charmante fille et que cela n'est pas dans mes objectifs. Elle est bien trop pure, innocente et en tout point adorable pour que je n'ose imaginer une relation autre que fraternelle avec elle. Après tout en tant que mon supérieur direct, n'êtes vous pas en quelque sorte mon papa ? Et donc oui j'aime votre fille Major, comme j'aime une petite soeur à protéger, j'espère que cela ne vous déplait pas ? "

Il attendit les réactions de l'homme se disant que son petit discours était très bien posé et bien mené. Il regarda la fin de la remise des prix tout en espérant que son beau cadeau était très apprécié par la demoiselle aux vues des ennuis potentiels qu'elle pouvait lui créer. Après tout c'était de bonne guerre et il appréciait ces petites joutes verbales avec la demoiselle.
_________________

Avatar from Ulenka
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemande
avatar

Messages RP : 117
Messages : 219
Âge du personnage : 16 ans

MessageSujet: Re: La Grande Vadrouille (des lots et des tickets) [Dimanche 1 Juin]   Dim 27 Juin - 19:10

La réplique de Wolfgang provoqua une brusque poussée de rage chez la petite pensionnaire. Mais si elle serra les dents à s'en faire péter les molaires, elle n'en continua pas moins à sourire comme si le flieger venait de lui offrir un bout du paradis.

"C'est tout naturel Wolfy. Orion m'en aurait voulu que je ne te prête pas un pantalon sec, il n'aime pas que son pilote ait les fonds de culottes mouillés." Dit-elle en tortillant des doigts et en faisant des ronds sur les pavés du bout de son soulier vernis, comme une gentille petite fille de bonne famille toute émoustillée d'avoir pu venir en aide à un si charmant membre des forces d'occupation.

Le major Von Lichtenstein lui se demandait où sa fille avait bien pu avoir oublier son cerveau ce matin, et de quoi son pilote avait-il bien pu se rendre coupable pour que son innocente enfant lui fasse ainsi un geste fort discourtois dès qu'il lui eut tourné le dos pour s'expliquer.
Le discours d'Abendroth, tout bien léché qu'il soit, fut loin de dérider Ulric. Pour autant qu'il sache, Hermeline n'avait jamais été assez proche de ce godelureau pour éveiller ainsi de tels sentiments fraternels. Et si par malheur pour ce garçon un rapprochement s'était produit, il n'y aurait jamais assez de distances entre Füchsin et Orion pour le protéger de son juste courroux.

"Abendroth, vous savez que cela me déplait." Dit-il froidement en croisant les mains dans son dos et en se redressant de toute sa hauteur. "Hermeline est en effet encore assez innocente et je vous déconseille de sous-entendre de nouveau le contraire comme vous l'avez si peu élégamment fait. Si elle était ennuyée par un homme, ce serait vers l'un de ses innombrables cousins maternels qu'elle se tournerait, pas vers un flieger qui ne se rase même pas encore tout les matin." Expliqua-t-il avec un calme menaçant. "Je suis sûr que faire l'inventaire du matériel de la Lufpost et mettre à jour tout nos registres vous tiendra à l'écart des ennuis et des jeunes-filles. Rompez."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Française
avatar

Messages RP : 18
Messages : 109
Âge du personnage : 33 ans

MessageSujet: Re: La Grande Vadrouille (des lots et des tickets) [Dimanche 1 Juin]   Lun 28 Juin - 14:21

Emmanuelle était venue sans réelle envie, par simple désir de sortir un peu de son trou en vérité. Il faisait beau, les gens étaient de bonne humeur - ou presque, mais n'y regardons pas de trop près - et c'était dimanche, le seul jour où elle n'avait pas à traîner son arrière-train au cabaret. Elle s'était donc un peu forcée en se disant qu'un peu de soleil et un bain de foule ne pouvaient faire de mal à personne. Sauf à une demoiselle particulièrement agoraphobe et sensible à la lumière, bien sûr. Mais c'étaient là des détails qu'elle avait envie d'oublier.

Et pour l'occasion, elle s'était même fendue d'une robe, chose qu'elle faisait rarement hors du cabaret. Une robe toute simple, en dessous du genoux, en mousseline blanche parsemée de pois noirs, achetée avant l'occupation... Elle avait consenti à garder sa perruque pour ne pas choquer avec ses cheveux courts. Bref, Emmanuelle ressemblait à la chanteuse de cabaret qu'elle était le soir et non pas à la harpie qu'elle était le jour.

Sauf qu'elle était de mauvaise humeur.
Et qu'elle s'ennuyait beaucoup.

Aussi, quand elle entendit le numéro 1400, elle poussa un profond soupir traduisant probablement un charmant mélange d'exaspération-agacement-fatigue-désintérêt-lassitude-bon-sang-mais-sur-quoi-je-suis-tombée. Elle vint chercher son lot, sans avoir entendu de quoi il s'agissait, avec l'air d'un boeuf qu'on envoie à l'abattoir. Un médaillon. Bon, au moins elle n'était pas tombée sur le putois. Ni sur un des horribles tableaux de Rommel ou Göring. Remarquez, ça aurait fait une économie de bois pour la cheminée - sauf qu'il n'y avait pas de cheminée, juste un poêle à charbon.

Avec un beau sourire, elle remercia le Maire et retourna se terrer dans un coin à l'ombre. Curieuse, elle ouvrit l'objet... l'edelweiss séché qu'il contenait la fit sourire, sincèrement, pour une fois. Elle aimait bien les edelweiss. Et le médaillon était joli.

C'était plutôt une bonne journée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 180
Messages : 359
Âge du personnage : 31

MessageSujet: Re: La Grande Vadrouille (des lots et des tickets) [Dimanche 1 Juin]   Lun 28 Juin - 21:59

Oh non... Tout mais pas lui.....Peter n'avait pas pu espérer mieux pour voir sa journée foutu et en beauté... Von Warlau était là... et en plus il l'avait remarqué, avec son superbe... lot ! Satané lot d'ailleurs, une porte-guigne. Et même en civil, on ne pouvait pas du tout passer inaperçue avec ses collègues. Quelques rires et des clins d'oeil amusés le gratulèrent encore avant qu'Hans ne se rapproche un peu plus pour découvrir l'empaillé dans les mains du Lieutenant. Qu'il était joli comme il le disait si bien... Tu parles d'une ironie. Mais justement, Peter était un peu souriant.

"Si je m'attendais à vous voir ici Major... Pour une fois que je gagne. Oui il a le poil brillant pour un animal empli de paille. Au moins, c'est pas un puant sous cette forme"

Huk Huk Huk. Chacun son tour.

"Moi qui cherche à faire dans l'originalité, je suis servi n'est-ce pas ? "

"Un petit nom ? Je ne suis pas très animal de compagnie voyez-vous...Je pensais le laisser au loisir de la personne qui aura la joie de le posséder, car mon dragon me suffit pleinement, je ne saurai pas apprécier ce putois à juste titre. "

Il sourit un peu plus.

"C'est un animal qui a une symbolique paraît-il. Il correspond à la réputation. Peut-être que celui qui le possède pourra en espérer plus encore... C'est pourquoi je pensais à vous Major. Un animal de cette importance, de cette carrure... Je vous offre ce magnifique putois"

Il pourrait presque en rire, tellement que c'était presque hilarant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 217
Messages : 395
Âge du personnage : 16 ans

MessageSujet: Re: La Grande Vadrouille (des lots et des tickets) [Dimanche 1 Juin]   Lun 28 Juin - 22:38

En entendant la réplique d'Hermeline, il ne put s'empêcher de se retourner vers elle et de bouger les lèvres en un mot flatteur : peste ! Oui c'était une petite peste mais c'était de bonne guerre et il attendit que le Major décide exactement ce qu'il allait faire de lui avec un sourire innocent aux lèvres. Le problème était tout de même que l'homme le connaissait donc ... ça aidait pas, mais alors là pas du tout à ce qu'il soit pris au sérieux !

Et en effet, cela ne fut pas le cas. Bon sang de bonsoir ! Il n'allait tout de même pas se retrouver avec des trucs en plus à faire parce que cette petite peste profiteuse avait un papa bien placé ? Et bien il fallait croire que si et comme, finalement, il n'était pas si bête que ça, il ne broncha pas.

" Je n'insinuais rien, Major. J'obéis à vos ordres. "

Et il quitta la place en sortant un papier de sa poche et en commençait à réfléchir à ce qu'il allait écrire dessus. Ah, elle voulait la guerre, et bien elle allait l'avoir ! Car or de question qu'elle gagne toutes les victoires parce qu'il avait la menace de son père, cette dernière ne durerait pas éternellement et il trouverait un moyen de reprendre l'avantage.

En attendant, il réfléchit au temps qu'il allait passer à faire ça et il grogna, ce n'était pas le moment de l'embêter en tout cas et il aurait presque voulu croiser un résistant pour pouvoir le tabasser à loisirs, mais cela ne fut pas le cas et il parvint à Sarnand sain et sauf ... mais toujours sur les nerfs !
_________________

Avatar from Ulenka
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grand Vizir
avatar

Messages RP : 63
Messages : 366
Âge du personnage : 35 ans

MessageSujet: Re: La Grande Vadrouille (des lots et des tickets) [Dimanche 1 Juin]   Mar 29 Juin - 16:44

Stéphane trouvait le temps franchement long mais n’en montrait rien. Il y avait des centaines de numéro dans cette loterie, et la probabilité qu’un autre ticket des Wilson soit déclaré gagnant était extrêmement faible. L’Irlandais prenait donc son mal en patience, en réfléchissant aux différents moyens de faire plaisir au fiston, histoire de le consoler de n’avoir eu aucun lot à l’issue de ce tirage interminable. Son petit bonhomme s’était montré extrêmement sage et méritait bien un cadeau. Ignorant complètement le cours des pensées paternelles, le môme continuait à serrer son ticket dans sa menotte, regardant tour à tour le Maire, les lots et le beau jeu d’échec remporté par sa mère. Ses yeux étincelaient. Il ne broncha pas lorsque le tableau, le médaillon et le chapeau passèrent dans d’autres mains, mais commença à s’agiter lorsqu’il constata qu’il ne restait plus que deux tableaux et un drôle de petit œuf. Il n’accorda pas un seul regard aux deux peintures mais serra le poing très fort, en se concentrant sur l’œuf, lorsque ce dernier entra en piste.

Stéphane haussa un sourcil lorsqu’on lui annonça qu’il avait gagné le portrait de Rommel. Il pouvait faire semblant d’avoir perdu son ticket, ou faire celui qui n’avait rien entendu, mais Pierre ou Isabelle risquaient de le dénoncer. Il attrapa donc son gamin sous les aisselles, et le souleva, pour le poser sur les genoux de sa femme. Celle-ci continuait à faire de l’œil au beau brun, mais tendit les bras lorsque son mari fit mine de lui donner le gamin. Ses beaux yeux, bordés de longs cils bruns, disaient : « que vas-tu faire de ce tableau ? » et ceux, pers, de l’Irlandais rétorquaient, mutin : « je trouverais bien ». Ce tableau ferait un effet bœuf dans l’étable de Nobilitas. Ou dans sa chambre d’ailleurs : les coins seraient très pratiques pour accrocher des petits mots et des fleurs pour Madeleine Rollin. Une peinture, même la peinture d’un aviateur ennemi étranger, avait toujours une utilité, tôt ou tard.

Mais finalement, il ne fut pas obligé de lâcher Pierre dans les bras de sa mère, ni de songer à un cadeau superbe pour le consoler de n’avoir rien eu, alors que ses deux parents avaient achetés des tickets gagnants. Il poussa un cri de joie en reconnaissant son numéro et cria « moi, moi ! » en galopant vers l’estrade. Il se serait sans doute étalé devant le Maire si Stéphane ne l’avait pas rattrapé et attrapé dans ses bras.

"Et moi aussi" commenta l’aviateur, en calant sa progéniture au creux d’un unique bras.

Il se demanda si c’était une bonne chose, que Pierre hérite d’un pygmée. Nobilitas n’aimait guère ces petites créatures, gourmandes, stupides et tapageuses, qui la tourmentaient sans cesse – et Stéphane était plutôt de son avis. Pierre était très jeune, de plus. Mais les pygmées étaient de jolies créatures, et c’était sans doute un bon entraînement pour une carrière d’aviateur. Le Capitaine espérait bien que son fils prendrait sa suite, et le présenter devant un œuf le plus tôt possible, même un œuf de pygmée, allait dans ce sens.

"Je vais te garder ton œuf jusqu’à ce qu’il éclose, d’accord, Pierre ?" déclara-t-il, en faisant disparaître le petit œuf dans une de ses poches.

Ce serait un drame s’il le cassait.

Il récupéra ensuite le tableau de Rommel et rejoignit sa femme. Le cirque était terminé, ils pouvaient rentrer !
_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: La Grande Vadrouille (des lots et des tickets) [Dimanche 1 Juin]   

Revenir en haut Aller en bas

La Grande Vadrouille (des lots et des tickets) [Dimanche 1 Juin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Die Adler :: Montreuil :: Centre ville :: Place de l'Oiseleur-