Porté par la pluie et le vent [03/06/41]


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

Porté par la pluie et le vent [03/06/41]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
PNJ

Messages RP : 49
Messages : 48

MessageSujet: Porté par la pluie et le vent [03/06/41]   Mer 9 Juin - 23:38


Ce n'était pas grand chose que ces bourrasques, mais elles faisaient frissonner les gens dans les rues et à l'extérieur. Et en plus il pleuvait jusqu'à noyer les quelques affiches qui se trouvaient en extérieur. Mais depuis le matin, on trouvait des papiers à divers endroits. Certains les jetaient aussitôt, d'autres les lisaient et souriaient quand ils étaient certains de ne pas être vus. Mais la pluie rendait le papier de mauvaise qualité cassant et en fin de journée, seuls de petits morceaux se retrouvaient, délavés et à l'encre ayant bavé.

En tout cas, il faudrait en référer aux personnes compétentes parce que de laisser des papiers vagabonder ainsi cela ne faisait pas bien et les gens pourraient les lire, or on ne savait jamais ce qui trainait dans ces papiers ! Message révolutionnaire, pamphlet anarchiste, propagande londonienne, recette de cuisine, c'était potentiellement dangereux. Et puis, dans ce cas ce serait bien de trouver qui ! Oui, qui avait fait passer ce message.

--

Sous une chaussure d'un habitant de Sarnand, un rescapé s'était collé avant de se détacher et de se retrouver voletant doucement sur l'aire d'atterrissage. Peut-être que le message était important, ou peut-être simplement que ce n'était rien ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Française
avatar

Messages RP : 21
Messages : 42
Âge du personnage : 29 ans

MessageSujet: Re: Porté par la pluie et le vent [03/06/41]   Lun 14 Juin - 3:05

Il y a des jours ou tout va de travers. Le troisième jour du mois de juin de l'année 1941 était un de ceux-là, et en traversant l'aire d'atterrissage, Louise Vannier était de mauvaise humeur.

Encore de la pluie. Elle leva les yeux vers le ciel bouché et laissa échapper un soupir exaspéré. En Algérie, sa dernière affectation avant la guerre, Il devait faire quelque chose comme trente degrés en ce moment-même. Le soleil montait, les ombres diminuaient, et les hommes se réfugiaient dans les maisons encore fraiches tandis que les dragons profitaient de la chaleur en étendant leurs ailes sur le sable. Tamerlan avait adoré ce pays.

Ici, les bourrasques charriaient une pluie froide et serrée, et ses bottes s'enfonçaient dans un boue collante comme une glu épaisse. Et s'il n'y avait que le climat... Tamerlan ne cessait de ronchonner que les locaux étaient froids (Il exagérait cependant. Les étables n'étaient pas SI glaciales que cela) et quand à la cohabitation au sein même de la base... plus le temps passait, plus la situation lui pesait. Et dire qu'elle était arrivée a peine plus d'une semaine plus tôt !
Comme si ça ne suffisait pas, son dragon s'était remis à lui parler de résistance, de combat et de France Libre. Et ça...
Elle avait discuté longuement avec le Verdun, après l'armistice, pour tenter de lui faire accepter le fait que les allemands n'étaient désormais plus des ennemis, qu'ils allaient devoir les côtoyer et même voler à leurs côtés. Le dragon n'aimait pas la défaite, et le convaincre avait pris des heures tout en usant une bonne partie de la patience de la jeune femme. Ils n'avaient pas le choix, de toute façon. les ordres étaient les ordres, et on n'y pouvait rien. Elle avait cru le problème réglé jusqu'à ce qu'il remette la question sur le tapis. En vol, fort heureusement, loin des oreilles indiscrètes. Tamerlan avait beau ne pas être le dragon le plus prudent de l'Armée de l'air, il n'en était pas pour autant un idiot. Mais tout de même...

Tout en avançant, elle se demanda soudain si son second n'avait pas quelque chose à voir là-dedans. Certaines des paroles du Verdun sonnaient curieusement comme un écho aux propos qu'avait tenus Faure avant leur affectation à Sarnand. Elle fronça les sourcils. Il faudrait qu'elle ait une discussion avec le jeune homme, et au plus vite. C'était quelqu'un de compétent, un officier fiable qu'elle estimait... mieux : qu'elle appréciait, autant pour ses qualités de second que pour son franc-parler. Mais il était hors de question qu'elle tolère que qui que ce soit aille monter la tête à Tamerlan. Si c'était bien le cas, le lieutenant était allé trop loin.

Penser à la façon dont elle allait chapitrer Thomas Faure, ronchonner sur le temps, sur la boue, se remémorer l'Algérie... Tout cela avait un gros avantage : celui de l'empêcher de remettre en cause sa propre conduite. Elle ne voulait pas penser a ce qu'ils faisaient ici. On leur avait ordonné de s'entrainer avec les allemands, de voler avec eux en vue d'éventuelles actions conjointes. Qu'elle n'aime pas ça n'entrait pas en ligne de compte. Elle n'avait pas à donner son avis. Les ordres étaient les ordres, et on n'y pouvait rien. Non ?

Intensément occupée à penser à autre chose, tout en fixant ses bottes pour éviter les plus grosses flaques de boue, elle ne vit le papier que lorsque celui-ci vint se plaquer contre son visage, porté par le vent. Elle le ramassa, le défroissa d'un geste en ôtant la terre qui le maculait et parcourut le texte avec curiosité.

Qu'est-ce que c'était que ça, un.. poème ? Elle inclina la tête et fronça les sourcils pour la deuxième fois en quelques minutes. Sans même y réfléchir, elle replia la feuille et la glissa dans sa poche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 217
Messages : 395
Âge du personnage : 16 ans

MessageSujet: Re: Porté par la pluie et le vent [03/06/41]   Sam 19 Juin - 13:00

La pluie était plus que dense et personne ne souhaitait rester sous l'eau. Cependant de la fenêtre de son dortoir, un soldat regardait la cour en se moquant intérieurement de ceux qui étaient obligés de sortir. Lui était bien content d'être au sec et il riait ouvertement, profitant de sa solitude, du malheur des autres. Wolfgang, car qui d'autre que lui pouvait se comporter de la sorte, regarda la capitaine française, offrir de tels postes à une femme, ridicule, se prendre un papier en plein sur le visage.

Il la vit le retirer et le lire, mais ce qui lui parut le plus étonnant, ce fut le geste suivant, elle sembla ne plus se soucier de la pluie et trouver le message bien plus intéressant. Il fronça les sourcils et suivit le geste de la femme. Elle déposait le papier dans sa poche, c'était très bien et très intéressant, il ne lui restait plus qu'à trouver un moyen de découvrir ce que contenait ce message.

Il aurait pu aller voir la femme et lui ordonner de lui remettre le message, mais, premièrement elle était plus gradée que lui et secondement, elle n'avait pas à lui obéir. De plus, son oncle semblait être dans une mauvaise posture à cause de rumeurs concernant la disparition d'oeufs de dragons. Donc, aucun soutien de ce côté.

Il nota dans un coin de sa mémoire qu'il devrait trouver un moyen puis reprit ses activités d'observation, c'était très intéressant et vraiment amusant de tous les voir courir. Il s'esclaffa un instant avant de se tourner vers la porte qui venait de s'ouvrir. Un de ses collègues venait d'entrer et la récréation était terminée. Il hocha la tête face à l'homme et reprit son travail. Oui, il allait passer son Abitur l'année suivante, il l'avait décidé. C'était jeune mais il avait l'avantage d'être sur le terrain. Et il avait demandé à passer l'examen français équivalent également. La dérogation devait arriver d'un jour à l'autre.

Il se frotta les yeux et reprit sa lecture sur les grandes découvertes scientifiques, oubliant la scène et son plan pour récupérer le papier.
_________________

Avatar from Ulenka
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Porté par la pluie et le vent [03/06/41]   

Revenir en haut Aller en bas

Porté par la pluie et le vent [03/06/41]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Die Adler :: Base aérienne de Sarnand :: L'extérieur :: L'aire d'atterrissage-