J'ai mon panier, il faut donc se lancer (23/06/1941) - Page 2


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

J'ai mon panier, il faut donc se lancer (23/06/1941)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Allemande
avatar

Messages RP : 117
Messages : 219
Âge du personnage : 16 ans

MessageSujet: Re: J'ai mon panier, il faut donc se lancer (23/06/1941)   Dim 4 Juil - 2:00

Hermeline continua à se bidonner avec l'enthousiasme et l'innocence propres à son âge, du moins jusqu'à ce qu'elle réalise que Tim ne partageait pas le coté comique de la situation. Elle croisa son regard et soudain, son rire s'étrangla en un gargouillis indigné et demi-noyé.

L'attraper ? Alors qu'il était tout nu ? Même à l'aulne de la moralité à géométrie variable des femmes de sa familles, c'était parfaitement inenvisageable. Secouant négativement la tête avec énergie, la jeune fille ne le quitta pas des yeux, se mordillant nerveusement la lèvre alors qu'il approchait.

"Je ne me moquais pas..." Bredouilla-t-elle, essayant vainement de découvrir si Timothée était sincèrement vexé ou bien s'il cherchait juste la faire marcher. Mais que ce soit l'un ou l'autre, de toute façon il se rapprochait beaucoup trop pour la tranquillité d'esprit de la pensionnaire. Fermant courageusement les yeux, elle se contenta de continuer à secouer la tête. Le petit discours était assez imagé pour qu'Hermeline s'empourpre depuis la pointe des orteils et jusqu'au bout des oreilles. A vrai dire, elle aurait à peine été étonnée de voir l'eau se mettre à bouillir autour d'elle.

Le baiser sur le front lui fit rouvrir les yeux d'un coup. Donc, il ne lui en voulait pas vraiment et cherchait juste à la mettre mal à l'aise. C'était réussi.
D'autant plus réussi que même pour un plongeon en canard, l'eau de la Fresne ne serait jamais assez opaque.

Ce n'était pas juste. Il n'avait pas le droit de lui faire ce genre de coup. C'était malhonnête. Et ce maillot était bien plus proche d'elle que de lui. En fait, pendant que Tim barbotait à l'aveuglette sous les eaux, il avait suffit de tendre le bras à Hermeline pour se saisir du caleçon. Elle ne se transformerait pas en guimauve rougissante.
Et forte de cette résolution, l'air pas commode, la jeune fille attendit que Timothée remonte...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français
avatar

Messages RP : 174
Messages : 212
Âge du personnage : 14 ans

MessageSujet: Re: J'ai mon panier, il faut donc se lancer (23/06/1941)   Dim 4 Juil - 10:42

Timothée avait eu l'intense satisfaction de voir Hermeline rougir et quand il fut sous l'eau il eut l'intense satisfaction de sentir la fraicheur lui faire du bien. Parce qu'il avait beau se montrer bravache il n'en menait pas si large que ça. Il pataugea un peu tout en cherchant le précieux morceau de tissu quand il se rendit à l'évidence, il devait reprendre son souffle et il n'avait rien trouvé. Il sortit de l'eau à quelques mètres de la demoiselle qui avait un trophée dans les mains. Ah ! C'était embêtant ça...

Il fit un petit sourire penaud avec des yeux larmoyants où brillaient une étincelle de joie, fit aussi un pas en avant en faisant se rejoindre ses index pour avoir l'air encore plus repentant.

" Herm'line, t'sais que j't'aime alors t'peux m'passer c'que tu tiens ? C'pas que j'suis gêné, mais ben t'vois, j'suis pas sûr qu'tu sois d'cord pour que j'sorte d'l'eau à poil ! "

Il fit un pas supplémentaire vers elle toujours avec cet air larmoyant mais incroyablement sadique aussi. Il était maintenant à moins de deux mètres d'elle, l'eau un peu au dessus de la taille, et il continuait à avancer. Il se mordillait la lèvre inférieure comme en proie à une intense réflexion et finalement il haussa les épaules.

" Bon, on fait un accord, tu me r'donnes c'que j'veux et moi ... j'fais un truc qu'tu veux ! Enfin, c'dépend d'truc quand même, mais voila ! Ca t'va ? "

Il continuait à combler l'écart entre eux deux et nul doute que son prochain mouvement serait de le combler le plus possible en sautant sur la demoiselle qui avait kidnappé l'ultime rempart de son absence de pudeur. Oui, c'était pas de chance mais il en avait vu d'autres et puis ... Hermeline peut-être aussi non ? Enfin, c'était discutable puisqu'elle était une fille de bonne famille mais d'après ce qu'il en savait, elle avait des cousins donc ... elle devait en avoir vu d'autre, ou tout du moins savoir ce qui différenciait les garçons des filles.

Mine de rien, il ne faisait pas très chaud quand on avançait lentement et Tim commença à sautiller sur place sans quitter la demoiselle des yeux. Et oui, il n'avait aucune gêne pour le moment, il en aurait certainement en repensant à la scène mais là il ne voulait pas perdre la face devant celle qu'il aimait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemande
avatar

Messages RP : 117
Messages : 219
Âge du personnage : 16 ans

MessageSujet: Re: J'ai mon panier, il faut donc se lancer (23/06/1941)   Dim 4 Juil - 12:00

Une fois saisie du précieux étendard, Hermeline s'était consciencieusement passée de l'eau sur la figure, histoire de calmer un peu de la confusion qui lui enflammait les joues. Un fois remise de ses émotions, le caleçon fermement tenu dans la main gauche, elle se concentra sur la manucure de sa main droite, visiblement très absorbée par ses cuticules.

Quand Tim émergea enfin, c'est à peine si elle laissa glisser un regard jusqu'à lui. Se composant un visage serein, la jeune fille écouta d'une oreille presque distraite le début de supplication qui lui était adressé. Lorsque le garçon évoqua ce qu'elle tenait en main, elle regarda le maillot comme si elle le voyait pour la première fois, jouant presque la surprise de le trouver là.
Fixant un point juste à la racine des cheveux de Timothée _ Il valait mieux qu'elle évite de le regarder dans les yeux ou même ailleurs _ la petite pensionnaire haussa négligemment les épaules elle aussi.

"Oh tu sais, je serais peut-être gênée mais après tout, j'ai un frère et une flopée de cousins, je sais plus ou moins à quoi m'attendre." Dit-elle avec autant de conviction qu'elle pouvait en mettre à paraitre blasée. "Mais enfin, je m'en voudrais que tu provoques un arrêt cardiaque aux quelques mémés qui nous surveillent derrière les jalousies de leurs fenêtres depuis tout à l'heure..." Rajouta-t-elle, pleine d'une fausse bienveillance et le regard modestement baissé.

"Te demander quelque chose en échange ?" Releva-t-elle cependant, ouvrant des yeux trop innocents pour être honnêtes. "Tss, ce n'est pas mon genre... Ceci t'appartient, il serait fort malséant de ma part de ne pas de le rendre. Je t'en pris, viens le chercher." Et elle agita distraitement le caleçon, sa petite main férocement cramponnée au tissu et son regard reflétant une indicible vacuité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français
avatar

Messages RP : 174
Messages : 212
Âge du personnage : 14 ans

MessageSujet: Re: J'ai mon panier, il faut donc se lancer (23/06/1941)   Dim 4 Juil - 17:16

Bon, c'était loupé pour la menace quoi que ... il pouvait toujours la mettre à exécution tout en fixant la demoiselle pour voir si elle gardait ce petit ton sûr d'elle-même ! Mais pour le moment il n'allait rien faire. Il continuait à attendre qu'elle parle tout en réfléchissant au temps qu'il lui faudrait pour récupérer son bien. Trop de temps, elle pouvait gagner pour le moment en lançant le vêtement sur la berge. Mais il allait finir par réussir à faire ce qu'il voulait. Elle parla des petites vieilles qui feraient un arrêt cardiaque et il éclata d'un rire mauvais.

" T'sais c'pas sûr, j'pense qu'el' savent c'que c'est ! "

Elle était par contre très fourbe et il ne voyait aucun inconvénient à l'être tout autant du coup. Il cessa de sautiller sur place et la laissa terminer sa phrase disant qu'il pouvait aller le chercher. Mais bien entendu, et il ne se ferait certainement pas avoir par la même occasion ! Franchement, elle le prenait pour un idiot ? Ah mais il y avait par contre une solution.

" Alors c'est d'accord, j'viens l'chercher ! "

Il s'étira avant de se tourner vers la berge et de sauter le plus haut possible.

" V'la pour vous l'vieilles ! "

Le cri avait été aigu et nul doute qu'il avait été entendu, il se retourna vers la demoiselle avec un sourire des plus pervers aux lèvres et fit un pas en avant.

" Donc tu peux m'le r'donner maint'nant que j'suis près d'toi ! "

Et il reproduisit le mouvement précédent mais sans se retourner cette fois avant de sauter sur Hermeline, les deux mains tendues vers le maillot. Cela pouvait fonctionner et puis comme elle l'avait dit, il n'y avait rien qu'elle n'avait déjà vu. Et même s'il râtait le maillot, nul doute qu'il parviendrait à enlacer la demoiselle. Ce qui fit qu'il eut un instant de stress bien vite dissipé par le plaisir de tenir son aimée dans ses bras.

" J't'aime, mais c'pas une raison pour êt' trop s'pa ! "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemande
avatar

Messages RP : 117
Messages : 219
Âge du personnage : 16 ans

MessageSujet: Re: J'ai mon panier, il faut donc se lancer (23/06/1941)   Dim 4 Juil - 17:59

Le rire de Timothée était tout sauf rassurant, aussi Hermeline était-elle à peu près préparée au pire. Mais visiblement pas à ça. Les yeux écarquillés par une profonde hébétitude et la plus sincère des surprises, elle poussa un couinement de souris et rougit furieusement. Elle tourna rapidement la tête, autant pour vérifier qu’aucune mamie Montreuilloise ne défuntait et tombait de son balcon, que pour éviter d'être confrontée une vision qu'elle n'était pas sûr de pouvoir affronter avec tout le détachement clinique nécessaire.
Elle aurait peut-être du prendre en compte le fait que Tim manquait peut-être des notions indispensables de la plus élémentaire pudeur.

Le bruit d’un corps qui retombe dans l’eau lui permit de supposer qu’elle pouvait de nouveau lever le regard vers son camarade, mais ce qu’elle vit ne la rassura pas du tout. Le sourire en tranche de courge qui lui faisait trois fois le tour de la figure n’augurait rien de bon de la part du garçon.
A ce stade, la petite pensionnaire aurait volontiers relâcher son otage pour courir se mettre à l'abris derrière sa serviette de bain. Sauf que le mouvement de Tim lui fit clore les paupière avec l’énergie du désespoir, tandis qu’elle serrait ses bras tout contre elle comme pour faire du pauvre caleçon un bouclier entre elle et son agresseur. Résultat, plus de fuite possible puisqu’elle était désormais retournée entre les bras de Timothée.

Il faut parfois savoir se satisfaire de son succès sans trop en rajouter. Hermeline était d’ailleurs tout prête à concéder cette victoire éclatante à Tim, sauf qu’il cru bon de préciser qu’il n’avait pas à être sympa.

Non.Sans. Blague.

Rouvrant des yeux rendue presque noirs par la frustration de s’être laisser avoir, la jeune fille décida tout soudain que puisqu’elle était déjà rouge au-delà de la confusion, il n’y avait plus grand-chose qu’elle puisse faire de pire. Pire que d’être coincée dans la Fresne dans les bras d’un garçon tout nu s’entend.

Avec un sifflement de chatte en colère, elle lui colla son caleçon sur le torse d’un mouvement qui aurait facilement pu passer pour un coup de poing si elle y avait mis de la force ou une intention plus hostile. Puis, profitant de son élan, elle passa ses bras autour de son cou, non sans veiller à garder une distance prudente entre elle et lui.

« Je t’ai attrapé au fait. Tu veux me raconter toute l’histoire maintenant ou tu préfères remettre ton maillot d’abord ? » Demanda-t-elle d’un ton ferme malgré ses joues couleur coquelicot.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français
avatar

Messages RP : 174
Messages : 212
Âge du personnage : 14 ans

MessageSujet: Re: J'ai mon panier, il faut donc se lancer (23/06/1941)   Dim 4 Juil - 21:22

Le maillot était revenu à son propriétaire légitime et les bras d'Hermeline étaient revenus à leur place légitime également donc Timothée pouvait réfléchir à la situation et piquer un fart à son tour. Ben oui, quand même, il n'avait aucune éducation et aucune pudeur mais il était quand même dans les bras d'une fille. Il fit un grand sourire à la demoiselle qui annonçait l'avoir attrapé et le laissait décider s'il voulait ou non remettre son maillot. Il haussa les épaules avec une petite grimace.

" Bof, t'sais, tu s'rais pas là, j'l'aurais même pas am'né ! Mais bon ben quand t'es là c'pas pareil, alors j'le r'mets et pi on sort pour causer ! "

Il se contorsionna pour remettre le vêtement à sa place tout en restant dans les bras d'Hermeline puis il lui fit un grand sourire et l'embrassa au coin des lèvres. Il avait remarqué que cela court-circuitait temporairement les capacités cognitives de la demoiselle et c'était tout ce dont il avait besoin pour faire ce qu'il avait en tête.

Il se recula un instant avant de passer un bras sur les épaules de la demoiselle et l'autre sous ses genoux et de la soulever comme ça. Elle n'était pas bien grande et il n'avait pas loin à aller donc ça ferait l'affaire. Il l'embrassa à nouveau au coin des lèvres et commenta la situation.

" Là je s'rais vache, j'te lais'rais r'tomber à la flotte ! Mais j'suis gentil donc j't'emmène à nos affaires. "

Et hop, il sortit de l'eau avec la demoiselle dans les bras et il la déposa tranquillement sur le sol avant de se coucher à coté d'elle et de laisse leurs mains entrelacées.

" C'que j'vais t'dire va p'tet pas trop t'plaire. Mais, j'voudrais qu'tu m'dise un truc avant. "

La main se serrait instinctivement sur celle de la demoiselle et il regardait obstinément le ciel alors qu'il parlait.

" Hermeline, est-ce que tu m'aimes toi aussi ? Est-ce que tu veux qu'on sorte ensembles même devant les autre ? S'il te plait. "

Il sentait les larmes qui menaçaient de couler et il s'essuya les yeux d'un geste rageur tout en attendant la réponse. Oui, il voulait bien tout lui dire, mais est-ce qu'elle ne se jouait pas de lui pour obtenir ses informations ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemande
avatar

Messages RP : 117
Messages : 219
Âge du personnage : 16 ans

MessageSujet: Re: J'ai mon panier, il faut donc se lancer (23/06/1941)   Dim 4 Juil - 23:56

Après le spectacle dont Timothée avait gratifié tout le quartier des bords de Fresne _ ainsi que l’innocente jeune fille qu’elle était _ oui, Hermeline voulait bien le croire sur parole quand il disait que le maillot n’était pas un accessoire très usité d’ordinaire.
Dénouant ses bras, elle lui laissa toute latitude pour qu’il puisse retrouver un minimum de décence. Durant cette délicate l’opération, elle s’abima dans la contemplation du ciel, un endroit fort reposant pour les nerfs éprouvés de la blondinette et où personne ne faisait de bonds de carpes en tenue d’Adam.

Cependant elle reprit pied avec la réalité pour le reperdre aussitôt, à la faveur d’un baiser. Elle se demandait encore si elle devait sourire ou s’offusquer, quand elle se sentie décoller. Et ce n’était presque pas un effet secondaire du dit du baiser.
Réalisant que Tim la portait, Hermeline prit sur elle de ne pas trop gigoter. Tomber ne faisait pas vraiment parti de ses priorités. Au contraire, elle se cramponna au garçon comme si sa vie en dépendait. Même s’il avait mis sa menace à exécution, il n’y avait aucun risque pour la petite pensionnaire de finir à la flotte. C’est que mine de rien, il y en avait de la poigne là-dedans quand les évènements le nécessitait !

Une fois déposée au sol, la jeune fille roula sur le ventre, histoire de garder un contact visuel avec Timothée. Les coudes plantés dans l’herbe, la mains de Tim dans les siennes, elle était aux premières loges pour voir la crispation de son visage quand il posa sa question.
Expulsant tout l’air de ses poumons comme si elle avait subitement reçu un coup de poing, Hermeline resserra ses doigts autour de ceux de Timothée.

« Je ne suis jamais tombée amoureuse. Je ne sais pas ce que ça fait. Mais si c’est avoir envie de passer du temps avec toi, envie de discuter et même de me disputer avec toi, de partager des baisers et de faire des bêtises comme patauger dans la Fresne sans maillots … Alors oui, je t’aime. » Dit-elle sans vraiment réfléchir. « Et on sort déjà ensemble devant tout le monde. Enfin je veux dire, si j’avais voulu qu’on se voit en cachette, j’aurais jamais accepter qu’on se retrouve à Montreuil, il y a bien trop de gens que je connais qui trainent dans le coin. » Rajouta-t-elle dans une tentative d’humour qui finit dans un trémolos étranglé.

« Pourquoi tu me demandes ça maintenant et comme ça ? » Demanda finalement la petite jeune fille, vraiment inquiète désormais. Se déplaçant légèrement, elle prit la place du ciel dans son champ de vision, plantant son regard dans le sien. « Si c’est si grave que ça, alors ne me dis pas. Si tu veux me mentir ou si la vérité est trop moche alors je préfère que… Ne dit rien d’accord ?» Et ses derniers mots sonnaient un peu comme une supplique. C'était peut-être de la lâcheté que ne pas vouloir affronter une réalité déplaisante, mais c'était bien mieux que d'être blessée, n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français
avatar

Messages RP : 174
Messages : 212
Âge du personnage : 14 ans

MessageSujet: Re: J'ai mon panier, il faut donc se lancer (23/06/1941)   Lun 5 Juil - 21:50

Les yeux de Tim s'embuèrent quand il entendit le début de la réponse de la demoiselle. Elle n'était jamais tombée amoureuse donc elle ne l'aimait pas, c'était normal et logique. Elle continua certainement pour lui expliquer que malgré tout elle l'aimait bien, qu'ils pouvaient rester amis et que si il lui révélait où se trouvaient les oeufs ce serait encore mieux. Mais il ne la stoppa pas car celui lui permettrait de reprendre confiance en lui.

Mais elle conclut le début de ses phrases avec un oui je t'aime qui fit naitre un espoir dans le coeur du garçon qui sentit ses yeux s'embuer. Il se dit qu'il devait cesser d'être aussi sensible, cela ne faisait pas viril du tout ! Et il voulait faire mâle ! C'était loupé d'accord mais tant pis !

Il se tourna vers elle alors qu'elle disait que certains devaient déjà les avoir vu et il lui sourit timidement tout en écoutant la suite.

" J'vais t'dire l'vérité et j'veux pas qu'tu t'serves ed'moi ! "

Elle lui proposait de se taire plutôt que de lui mentir et il soupira. S'il se taisait c'était avouer qu'il avait menti et cela il ne pouvait pas le faire. Il regarda autour de lui avant de faire rouler la demoiselle pour se retrouver au dessus d'elle et l'embrasser au coin des lèvres tout en soufflant doucement.

Il lui sourit encore timidement tout en donnant la véritable explication cette fois.

" En fait je l'savais d'puis l'début qu'c'étaient d'résistants. Y m'ont pas payé pour l'z'aut' z'oeufs mais voulaient savoir si j'pouvais leur en filer d'nouveaux. Alors quand on a dit qu'on allait le r'faire, j'ai pas voulu l'dire, mais j'crois qu'y m'ont fait un peu picoler pour que j'cause. Donc du coup ils savaient et y m'sont tombés d'ssus. Y voulaient qu'j'en choppe d'autres et quand j'dis non, et que j'voulais pas leur d'nner, y m'ont cogné. Après tout c'que j'sais c'est qu'zont causé d'Edelweiss qu'y z'avaient eu mais rien d'plus. Je sais que je m'suis fait avoir com' un con mais j'crois qu'y z'ont pas encore d'placé c'qu'on a pris. Donc p'tet qu'on pourrait les faire r'chopper par d'vrais r'sistants ? "

Un peu décousu comme discours mais il était un peu plus réaliste que le premier. En tout cas il expliquait comment les hommes lui étaient tombés dessus.

" T'm'en veux pas trop ? Faut que j'te fasse plus d'bisous ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemande
avatar

Messages RP : 117
Messages : 219
Âge du personnage : 16 ans

MessageSujet: Re: J'ai mon panier, il faut donc se lancer (23/06/1941)   Lun 5 Juil - 22:38

Lorsque Tim parla d’enfin dire la vérité, et qu’il enchaina sur les risques qu’il courrait si elle se servait de lui dans un but encore obscure, Hermeline ne put s’empêcher de regimber.

« Me servir de toi ? Je te signale quand même que pour l’instant celui qui s’est servis de l’autre c’est toi… D’abord, pour préparer le coup et ne pas faire d’omelette je me suis prise une mandale d’un flieger hystérique. Ensuite si on avait été surpris dans Sarnand Peter et moi, l’une des seules excuse pour sauver nos fesses c’était qu’on jouait au vétérinaire dans l’étable, autant dire un aller simple dans le plus lointain couvent de la Bavière profonde pour moi ! » Grommela-t-elle, passablement vexée que sa loyauté puisse ainsi être mise en doute.

Elle avait sans doute encore plein de choses à rajouter sur le sujet, mais comme elle changea soudain de référentiel, se retrouvant sur le dos avec un Timothée en train de l’embrasser… Et bien elle perdit lamentablement le fil de se qu’elle voulait dire. Heureusement que le parlé haut en couleur du garçon nécessitait beaucoup d’attention pour être déchiffré, sinon la petite blondinette aurait pu passer tout son discours à essayer de calculer le tord que pouvait faire à sa réputation la position dans laquelle elle se trouvait.
La fin du récit fut ponctuée d’un regard inquisiteur, pendant que la jeune fille se saisissait machinalement d’une de ses boucles blonde pour la tortiller dans un accès de réflexion intense.

« Je t’en veux mais je pense que j’arriverais à vivre avec, ça passera dans quelque minutes. Mais ne m’embrasse pas maintenant parce que sinon je ne vais plus réussir à réfléchir correctement. » Rajouta-t-elle avec une innocence confondante, portant aux lèvres sa mèche de cheveux autant pour se protéger d’un baiser que pour aider à sa réflexion.

« Oui ça, ça ressemble à quelque chose qui pourrait être arrivé… Mais si jamais tu te retrouves encore à picoler et à bavasser sur des choses qui peuvent te valoir au choix la déportation ou le peloton d’exécution, je te promet que cette fois c’est moi qui te cogne ! » Dit-elle en agitant sévèrement un index vengeur sous le nez du coupable. « Et puis reprendre les œufs comme du dit, déjà ce ne serait pas rien. Mais les faire embarquer par des " vrais "… » Là il faut bien avouer qu’une certaine discussion avec un certain rouquin lui revint en mémoire, provoquant un bredouillement fort inopportun et une légère coloration des pommettes. « Enfin je veux dire, c’est pas comme si en soulevant un pavé sur la place ou avait une chance d’y trouver un nid ! ils se cachent et ils ont bien raison et c’est dangereux et … Oh et puis flute, tient. Si tu arrives à monter un plan valable dans lequel on ne risque pas de se faire liquider par tes copains, j’ai peut-être un moyen de les faire passer, mais je te jure que si on se fait descendre je te tue !»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français
avatar

Messages RP : 174
Messages : 212
Âge du personnage : 14 ans

MessageSujet: Re: J'ai mon panier, il faut donc se lancer (23/06/1941)   Ven 9 Juil - 15:22

L'index vengeur fut embrassé pour lui faire perdre de son pouvoir et Tim éclata de rire à la fin du petit discours enflammé de son amoureuse. Oh que ça faisait bizarre de penser ça, il était amoureux et elle l'était en retour et là ils s'embrassaient... enfin non, là ils causaient de trucs qu'ils avaient fait mais ce n'était pas grave.

Il remarqua bien vite le manège avec la mèche de cheveux et il s'approcha de la demoiselle pour lui ravir cette distraction, lui aussi il pouvait mâchouiller une mèche de cheveux, sauf que ce n'étaient pas les siens.

" S'on s'fait trucider, t'pourras pas m'faire d'mal t'sais. "

Il commença à fatiguer et il s'allongea tout contre elle pour machinalement retracer les contours de son visage. Elle était si jolie qu'il regrettait de ne pas savoir dessiner. Il faudrait qu'il trouve un moyen d'avoir un portrait ou une photo. Il continua à passer le doigt sur la joue de la petite blonde avant de reprendre la parole sur un ton sérieux.

" Je vais réfléchir, mais pas tout d'suite. Là ben ... s'tu veux ... on pourrais s'faire un p'tit gouter, j'ai choppé d'trucs. "

Pourquoi il était toujours timide quand il proposait des trucs différents à la demoiselle ? Et pourquoi est-ce que son ventre gargouillait au mauvais moment, le faisant rougir jusqu'à la racine des cheveux ? Il devait reprendre contenance et le mieux pour ça c'était de ... enfouir son visage dans le cou d'Hermeline pour l'embrasser tendrement. Oui ça donnait matière à reprendre contenance... enfin s'il ne prolongeait pas trop le contact quand même parce que sinon il allait perdre toute contenance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemande
avatar

Messages RP : 117
Messages : 219
Âge du personnage : 16 ans

MessageSujet: Re: J'ai mon panier, il faut donc se lancer (23/06/1941)   Ven 9 Juil - 18:12

Hermeline avait l’étrange et désagréable sentiment que Timothée ne prenait pas du tout au sérieux ses menaces. Certainement parce qu’au lieu de paraitre ne serait-ce qu’un peu concerné par le doigt accusateur pointé sur lui, il l’avait négligemment embrassé.
Se renfrognant légèrement, elle avait entre-ouvert la bouche _ dans le but évident de se plaindre avec fermeté _ mais cela avait seulement donné toute latitude au traitre pour se saisir de sa boucle de cheveux et la lui ôter des lèvres. La légitime protestation de la jeune fille mourut avant même d’avoir eu la chance d’exister, remplacée par un vague gémissement à peine audible pour le commun des mortels. Mais pourquoi, et surtout comment est-ce qu’il trouvait toujours le moyen de lui clouer le bec et de lui remplacer le cerveau par une motte de fromage blanc ?

« je ne veux pas vraiment te cogner, donc le mieux se serait de s’en sortir sans problèmes… » Réussit-elle à bredouiller distraitement en réponse à sa remarque, mobilisant toute son énergie à retrouver un minimum de capacités cognitives. Activité d’autant plus difficile que la main du garçon lui caressait maintenant le visage et qu’il était couché vraiment tout près d’elle.

La petite pensionnaire ignorait tout de la contenance conservée ou perdue de Timothée mais ce qu’elle savait, c’était que ses baisers dans le cou étaient remarquablement agréables. Cela lui provoquait des chatouillis dans tout le corps, et elle avait l’étrange impression qu’une escadrille de papillons était en train de danser le sacre du printemps dans son ventre. Attrapant la main de Tim, elle noua ses doigts aux siens et se pelotonna contre lui.

« Tu sais que je ne suis pas un gouter ? » Demanda-t-elle avec une naïveté touchante, tandis quelle redessinait les lignes de sa main du bout des doigts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français
avatar

Messages RP : 174
Messages : 212
Âge du personnage : 14 ans

MessageSujet: Re: J'ai mon panier, il faut donc se lancer (23/06/1941)   Sam 10 Juil - 15:10

C'était vraiment bien de pouvoir réduire Hermeline à l'état de petite chose bredouillante par un simple baiser. Mais il ne fallait pas qu'elle trouve le moyen d'en faire autant avec lui sinon Tim n'apprécierait pas trop. Parce que quand même, c'était lui l'homme dans la relation et il ne voulait pas être qualifié de petite chose. Il la regarda un petit peu alors que leurs mains se liaient et qu'elle commençait à faire des choses très agréables avec son pouce. Non ! C'était pas du juste si elle s'amusait elle aussi à lui faire ressentir des sensations nouvelles ! Elle était blottie contre lui en plus, et elle sentait bon et elle était belle et il devait se lever !

Il voulut le faire mais elle parlait et elle lui donnait une raison supplémentaire pour ne pas bouger. Comment ça elle n'était pas un gouter, il la trouvait pourtant tout à fait appétissante.

" Ouais j'crois que j'sais. Mais parfois j'ai envie de te dévorer toute crue. "

Il était bien, vraiment trop bien parce qu'il se sentait détendu et que cela n'augurait rien de bon pour la suite. En effet, avec le corps de la demoiselle contre le sien, tout contre le sien, Timothée regrettait d'être là dans cette tenue finalement. Autant il se fichait un peu de son apparence ou de la pudeur autant ben fallait pas trop pousser quand même.

" Bon, je vais aller le chercher dans la panier hein ! "

Il était plus que rouge et se forçait à s'envoyer des ondes de calme pendant qu'il allait chercher le panier et qu'il enfilait son short directement sur son maillot humide. Il revint avec l'accessoire en osier et sortit les gâteaux au miel qu'il avait chippé à la cuisine.

" Tiens, c'pour toi !"

Il tendait un petit biscuit à la demoiselle, ne se préoccupant pas du tout du miel qui collait un peu à ses doigts. Maintenant qu'il avait un short, ça allait bien !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemande
avatar

Messages RP : 117
Messages : 219
Âge du personnage : 16 ans

MessageSujet: Re: J'ai mon panier, il faut donc se lancer (23/06/1941)   Sam 10 Juil - 20:14

Il y avait des phrases qui une fois sorties de leur contexte ne voulaient à peu près plus rien dire. Mais quand elles étaient dites comme ça, avec le visage de Tim enfouis dans son cou et bien ma foi, se faire comparer à quelque chose de comestible était relativement flatteur. Au point même de faire rougir la jeune fille à qui cela était destiné et de la faire pouffer nerveusement.
Pour être tout à fait honnête envers elle-même, elle avait en fait gloussé. Mais ce terme sentait par trop sa guimauve pour qu’Hermeline l’admette, et ce même dans l’intimité de sa propre conscience.

Pendant que Timothée allait chercher le panier de provisions, sa petite camarade elle tenta de discipliner sa crinière blonde. Entre l’eau qui les faisait boucler encore plus qu’à l’accoutumé et le soleil qui les séchait un peu n’importe comment, elle n’avait pas assez de ses dix doigts pour remettre de l’ordre dans tout ça et en faire un vague chignon qu’elle fixa comme elle put. La jeune pensionnaire n’avait pas pour habitude d’être coquette, mais elle éprouvait soudain une certaine réticence à se montrer avec l’équivalent capillaire d’un nid de corneille sur la tête.
Soufflant sur une mèche rebelle qui lui balayait les yeux, elle regarda avec circonspection le biscuit tendu avant de sourire, les yeux pétillants.

« Au miel ? » Demanda-t-elle d’un air gourmand, presque incrédule, tendant une main vers le gâteau avant de se raviser. L’éducation de Sainte-Marie _ qui professait entre autres choses qu’une jeune fille de bonne famille n’avait jamais faim en public et surtout pas quand c’était proposé par un garçon _ se disputait avec l’état d’adolescence, qui confessait un affamement permanent surtout en ce qui concernait les sucreries.

Les doigts de la blondinette voletèrent un instant au-dessus de la pâtisserie, mais elle finit finalement par se décider et s’en saisir délicatement. Après tout, céder à la tentation était le meilleur moyen de la supprimer.

« Oh merci ! » Dit-elle très poliment avant de croquer dans le biscuit et de se lécher négligemment les doigts pour ne pas perde une goute de miel. Et tant pis pour les bonnes sœurs si elle avait l’air d’une sauvageonne avec son demi-gâteau dans une main et du miel sur le bout du nez.

« il y en a pour toi aussi au moins ? » Interrogea-t-elle cependant, tout en suçotant distraitement son pouce. Elle avait beau tomber faible devant les douceurs, elle n’en était pas encore au point d’oublier de partager si besoin était.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français
avatar

Messages RP : 174
Messages : 212
Âge du personnage : 14 ans

MessageSujet: Re: J'ai mon panier, il faut donc se lancer (23/06/1941)   Dim 11 Juil - 18:05

En tout cas son cadeau semblait plaire à la demoiselle qui eut un sourire ravi aux vues du gâteau qu'il lui donnait. Timothée sourit à son tour en la regardant hésiter. Visiblement, ses bonnes manières devaient hésiter entre prendre le dessus sur sa gourmandise ou non. Tim savait bien ce que ça faisait, lui aussi parfois hésité avec sa gourmandise. Bon, pas ses bonnes manières bien entendu, il était totalement dénué de ces choses qui se nommaient les bonnes manières, du moins il le faisait croire. Il se dit un instant que Hermeline l'aimait et qu'il pourrait peut-être lui parler ...

Elle se saisit de la gourmandise avant qu'il ait le temps de dire quoi que ce soit et elle commença à manger alors qu'il se léchait les doigts, tant pis pour les bonnes manières il verrait plus tard. Il la regarda manger avec un sourire aux lèvres et il décida également de commenter.

" Ben d'donc, t'en as jamais mangé ou quoi ? Tu t'jet' d'ssus comme l'pauv'té su'l'bas clergé breton ! "

Elle lui demanda ensuite s'il en avait pour lui et elle le fit se mordre la lèvre inférieure, est-ce qu'elle avait seulement conscience de ce qu'elle faisait là ? Il s'approcha en souriant et sans la prévenir, il lui lécha le bout du nez plein de miel !

" Avec c'que t'as su'l'bout d'nez j'ai pas b'soin ! Mais pour tout t'dire ouip j'en ai d'autres. "

Il sortit trois nouveaux gâteaux et en goba un en entier avant d'en redonner un à Hermeline. Puis il s'étendit sur le sol en soupirant.

" A c'qu'on est bien ! J'rest'rais là tout' la journée ! "

Oui, la journée était belle et Timothée décida de rester là le plus longuement possible, car après tout il avait tout son temps. Il inspira avant de se blottir contre Hermeline, pour se dorer au soleil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemande
avatar

Messages RP : 117
Messages : 219
Âge du personnage : 16 ans

MessageSujet: Re: J'ai mon panier, il faut donc se lancer (23/06/1941)   Dim 11 Juil - 20:30

Voir Timothée suivre son exemple et jouer lui aussi les petits chats, à se lécher le bout des doigts, rassura un peu la jeune fille sur son propre comportement. Son éducation un peu prout-prout-madame _ qu’elle recevait depuis presque deux ans maintenant à Sainte-Marie _ n’avait pas encore tout à fait éliminé de ses habitudes les merveilleux enseignements reçus à la ferme des Pelous, ou bien encore dans les différentes casernes où elle avait grandi.

Rougissant un peu lorsque Tim se moqua de sa gourmandise, elle haussa finalement des épaules et rit avec lui.

« C’est qu’au pensionnat on n’a plus droit aux sucreries, les sœurs économisent les coupons de restriction pour pouvoir envoyer des dons aux orphelins de guerre. Et chez maman, on utilise les tickets que le major nous donne pour aider un peu la famille. Et puis comme j’ai une paire de cousin et un beau-frère prisonniers en Allemagne, on leur fait des colis pour tenir le coup. » Expliqua-t-elle tranquillement, tout en terminant consciencieusement de se nettoyer les doigts du bout de la langue.

L’attaque suivante du garçon eut l’effet maintenant habituel, provoquant balbutiements, combustion spontanée et autres simagrées du même genre. Hermeline dut donc se rendre à l’évidence, se faire lécher le bout du nez la rendait aussi bête que de se faire lécher la main ou embrasser. Dissimulant sa gène derrière le grignotage minutieux d’un deuxième biscuit, elle s’étendit à son tour et se pelotonna à nouveau contre Tim en soupirant d’aise. C'était le typiquement le genre de position à laquelle elle risquait vite de prendre goût si elle n'y prenait pas garde.

Oui, c’était vraiment une belle journée. Geneviève allait lui faire payer de s’être défilée comme ça, et de l’avoir obligée à emmener elle-même Ivan à son cour de violon au lieu de rejoindre son sergent Schultz. Mais ça en valait drôlement la peine...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: J'ai mon panier, il faut donc se lancer (23/06/1941)   

Revenir en haut Aller en bas

J'ai mon panier, il faut donc se lancer (23/06/1941)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Die Adler :: Montreuil :: Quartier bourgeois :: Promenade le long des rives de la Fresne-