Toi ! Guide moi ! [20 juin 1941]


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

Toi ! Guide moi ! [20 juin 1941]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Allemand
avatar

Messages RP : 217
Messages : 395
Âge du personnage : 16 ans

MessageSujet: Toi ! Guide moi ! [20 juin 1941]   Sam 3 Juil - 16:02

Le dernier jour d'école pour les collégiens français ne devait pas être très différent de celui des allemands et Wolfgang s'attendait donc à tout sauf à les voir travailler. Pourquoi se rendait-il dans un collège ? Tout simplement parce qu'il devait rencontrer le directeur pour parler avec lui de son inscription au baccalauréat l'année suivante. Il n'avait pas pris rendez-vous, cela aurait été inutile étant donné qu'il était un allemand et donc qu'il était sûr et certain d'être introduit en présence de l'homme. Maintenant, il restait à le trouver et à voir ce que pouvait être ce collège.

Car, d'après ce qu'on lui avait dit, il agissait également comme centre d'examen cela devait donc faire l'affaire. Le Flieger avait passé son uniforme et marchait d'un pas martial dans les rues, bien content de montrer aux français qu'il était là et que personne ne pouvait rien trouver à lui redire à ce sujet. Il finit par arriver aux portes de l'établissement qui se vidait déjà de ses occupants. Ah, il arrivait tard ? Tant pis, cela ne le dérangeait pas le moins du monde et l'un des collégiens ferait tout à fait l'affaire pour le guider jusqu'à la personne qu'il voulait voir. Sans oublier qu'il allait pouvoir parler avec lui pour avoir quelques informations sur l'établissement scolaire.

Il avait volontairement éliminé l'institution Saint François car il ne souhaitait pas se retrouver dans un groupe où l'église était la chose la plus importante au monde. Il repéra l'élève idéal, un vrai petit Aryen avec ses cheveux blonds et ses yeux bleus. Un peu petit par contre d'après ce qu'il pouvait voir par rapport aux autres. Mais ce n'était rien, un gamin était toujours un guide intéressant. Oui, le gamin en question devait n'avoir qu'un ou deux ans de moins que l'allemand mais il n'avait rien vécu d'intéressant. Wolfgang se demanda un instant si ce garçon allait faire partie de cette parodie des jeunesses nommé Scoutisme. Cela lui ferait assurément du bien ... enfin s'il était assez malin pour ne pas croire tout ce qu'on racontait.

Wolfgang s'approcha de lui et des amis qui étaient en train de lui parler et il le salua comme aux jeunesses, c'est à dire un peu moins militairement, mais tout aussi allemand.

" Toi ! Guide moi dans ton collège. "

Oui, il ne s'était pas présenté, il n'avait rien fait pour être aimable, mais c'était logique, après tout, ce n'était qu'un civil français, pas quelqu'un dont il fallait flatter l'égo.
_________________

Avatar from Ulenka
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français

Messages RP : 169
Messages : 460
Âge du personnage : 14 ans

MessageSujet: Re: Toi ! Guide moi ! [20 juin 1941]   Dim 4 Juil - 0:27

Quoi de plus interminable qu'un cours de Français la dernière heure du Vendredi après-midi? LA dernière heure de Français de l'année en dernière heure un Vendredi après-midi!! Peter n'était pas le seul à penser cela et avec de nombreux collègues, faisait faire des petits cercles à sa plume au dessus de sa feuille. Monsieur Bougoin, professeur de ladite matière s'en rendait bien compte et se montrait plutôt indulgent envers ses jeunes élèves en cette dernière heure de l'année. Néanmoins, monsieur Bougoin était de mauvaise humeur : il était de mauvaise humeur car il avait fait exprès de leur parler en ce jour d'un livre remplit d'action et de cape et d'épée, "le compte de Monte-Cristo" pourtant un chef d'œuvre de la littérature Française! C'était peine perdue que d'essayer de capter leur attention en ce jour et il abdiqua dans un soupir en entendant la sonnerie, souhaitant de bonnes vacances à ses élèves.
Pour Peter, cette sonnerie marquait la fin de son année de 4ème, un long et bel été se profilait alors et c'est dans la même réaction que tous les autres gamins que son inactivité passagère se mua en enthousiasme particulièrement puissant tandis qu'il se dirigeait vers la sortie de l'école. Les conversations émanantes de la foule de gamins en furie couvrait largement le bruit d'activité de toute la rue. Peter lui-même se dirigeait vers le portail avec ses amis en discutant de ce qu'ils allaient bien pouvoir faire pendant leur été. Le portail semblait presque pas assez large pour laisser passer tout le monde et le passage fût laborieux, même en attendant que tous les moutons soient sortis de l'enceinte du collège. Le groupe de Peter était donc une des derniers à sortir et là... Ils s'immobilisèrent net. Un Allemand leur faisait face, droit dans ses bottes et son uniforme, un jeune Allemand. Peter et ses amis réussirent à le reconnaître au bout d'une bonne seconde d'analyse, ce qu'il leur adressa ensuite les pétrifia tout net sur place, en particulier Peter qui resta bouche bée, les yeux grands écarquillés face au salut Hitlérien fait par l'Allemand.
Mais? Mais qu'est-ce qu'il fait là?
La rue s'était vidée en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire mais la quinzaine de gamins encore présents dans le coin avaient fait silence, tous les yeux fixés sur Peter, tous avec des yeux exprimant un profond mépris et une surprise totale. Les amis de Peter le regardèrent ensuite, eux aussi visiblement choqués. Daniel se pencha vers Peter

- Non mais c'est quoi çà? Tu le connais.
Offusqué, avec un hoquet, Peter lui répondît.
- T'es malade! J'ai jamais vu ce type!!!
Répondit-il à demi-voix. Il ne l'avait jamais vu à part à la fête des fous bien sûr, çà ses amis en faisaient abstraction mais pas les autres autours qui commençaient à chuchoter sec. devinant ce qu'ils pouvaient bien se dire, Peter avait envie d'exploser, ses poings se serraient et il aurait volontiers explosé la gueule l'Allemand face à lui pour çà. Il ne se rendait pas compte ce que ce simple geste qui lui était adressé, pouvait avoir comme répercussion dans sa vie. Il devait faire quelque chose, même
ses propres amis ne savaient plus où ils en étaient. Il fît alors quelque chose qu'il allait très vite regretter, il positiva en se disant qu'il le regretterait toujours moins que d'avoir laissé ce mec le saluer d'une manière nazie. Les rumeurs sur lui allaient bon train dans l'école, surtout depuis l'affaire du petit juif, David, que ce connard de Michel l'avait accusé à tort d'avoir dénoncé. Il ne pouvait pas leur laisser à tous une raison de penser qu'ils avaient eût raison, donc le geste interdit arriva. Peter inspira profondément et, dans un geste mesuré, expulsa un crachat de sa bouche qui alla s'échouer sur le bitume à ses pieds.
Les "oooh!" et autres chuchotements dans la foule redoublaient d'intensité et les amis de Peter s'écartèrent vite de lui comme s'il avait la peste. Peter lui était déterminé, les genoux tremblants de peur en imaginant qu'elle pouvait être la réaction mais il s'efforçait de rester droit, de ravaler ses larmes face au type en face.
Alors qu'il pensait qu'il était quasi mort, Peter sentît un énorme choc sur sa joue gauche, c'était une gifle, une gifle magistrale que lui avait infligé uns des deux surveillants guettant la sortie. Le plus surprenant était que c'était de la part de Raymond, un jeune d'une vingtaine d'années, un zazou d'habitude très gentil avec tout le monde. La gifle claqua fort et arracha un petit gémissement à Peter, ce dernier en relevant la tête voyait que son visage exprimait du regret mais aussi de l'admiration en fait pour le jeune garçon, chose qu'il ne laissa pas voir au jeune nazi puisqu'il lui tournait le dos. En fait c'était un pur réflexe qu'il avait adopté pour lui sauver la mise, avalant en une seconde la distance le séparant du gamin. Peut-être qu'ainsi la sentence du nazi serait moins sévère et surtout, il se mettait à la place de Peter et un tel geste ne pouvait que renforcer les dires positives à son sujet.
Il éleva ensuite la voix, bizarrement très convainquant dans un rôle de méchant.

- Espèce de petit con! tu vas voir ta raclée! Quand à vous circulez tous! Ya rien à voir, allé du balais!
Hurla-t-il aux gamins qui détallèrent alors comme des gamins, y compris les amis de Peter. Le garçon, bien qu'humilié avait paradoxalement, pensait-il sauvé son honneur... Mais à quel prix, çà il allait le savoir alors qu'il se massait encore la joue tandis que le surveillant lui empoignait le bras, le traînant dans la cour intérieure de l'école là ou le nazi pourrait régler ses comptes avec le jeune Peter, du moins l'espérait-il parce que l'addition serait autrement plus salé s'il décidait de l'emmener à la kommandantur. Une fois à l'intérieur de la cour, un des surveillants était en retrait et l'autre présentant d'une manière confuse toutes ses excuses pour ce comportement intolérable à l'égard de l'occupant. Le garçon restait toujours ses genoux tremblants, dissimulant piètrement son immense peur des représailles tout en essayant vainement de rester droit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 217
Messages : 395
Âge du personnage : 16 ans

MessageSujet: Re: Toi ! Guide moi ! [20 juin 1941]   Dim 4 Juil - 11:07

Visiblement, cela ne plaisait pas au collégien de le rencontrer mais Wolfgang n'en avait strictement rien à faire. S'il n'était pas assez intelligent pour comprendre où était son intérêt, ce n'était pas au Flieger de le lui apprendre. Et alors qu'il allait avancer pour le faire réagir, l'autre lui cracha aux pieds. Wolfgang ne fit pas un pas en arrière, il était habitué à ce type de manifestations quand il était aux jeunesses et maintenant il allait lui montrer à ce français.

Mais il n'en eut pas le temps qu'un surveillant frappait l'élève irrespectueux. Le Flieger regarda l'homme sans dire un mot, le fixant, immobile dans une position de garde à vous assez impeccable. Pendant ce temps-là, le surveillant qui avait une allure étrange, criait sur le coupable avec un air totalement convainquant. Wolfgang le regarda faire sans agir tout en détaillant les réactions du petit français. A priori, il n'était pas capable de se maitriser, cela serait amusant, très amusant même.

Wolfgang suivit les deux autres dans la cour du collège et il regarda le décor avec un soupir, c'était minable et miteux. Il comprenait mieux certaines choses concernant la décadence de la France. Mais ce n'était pas grave, il allait pouvoir se débrouiller quand même. Il fixa le surveillant qui débitait des excuses inutiles et certainement tout sauf sincères tout en attendant que cette litanie soit terminée. Il ne fallait pas oublier que Wolfgang était un spécialiste des excuses non sincères.

" C'est assez. Je m'occupe du reste. "

Son ton était froid et ses yeux ne marquaient aucune émotion, il s'avança vers le gamin et l'entraina un peu à l'écart. Une fois ceci fait, il s'appuya sur le mur en croisant les bras et en ayant un léger sourire aux lèvres.

" Tu sais que tu as eu de la chance que mes bottes ne soient pas touchées, sinon tu aurais dû les lécher ! Je ne vais pas dire que tu n'as pas mérité la gifle, et je suis content de voir que tu es assez idiot pour faire ce que tu as fait. Maintenant dis moi, tu as déjà été fouetté devant tous tes camarades ? "

Wolfgang avait un sourire aux lèvres, mais ce dernier ne montait pas à ses yeux qui restaient sans expression aucune, il fit un pas en avant pour se retrouver juste à coté du garçon et lui murmura à l'oreille.

" N'essaie même pas de recommencer, je serais moins gentil que maintenant. "

Il reprit sa position contre le mur, croisant les bras et appuyant son pied sur le ciment.
_________________

Avatar from Ulenka
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français

Messages RP : 169
Messages : 460
Âge du personnage : 14 ans

MessageSujet: Re: Toi ! Guide moi ! [20 juin 1941]   Dim 4 Juil - 20:32

Le crachat n'avait pas touché les bottes du soldat ce qui était normal après tout puisque Peter ne les avait pas visés, il n'était pas fou à ce point, les nazis en avaient sans doute pendus/fusillés/décapité pour moins que çà. Lui même avait du mal à croire à sa situation, à croire à sa propre réaction qui avait pourtant été mûrement réfléchie dans son cerveau. En tout cas tout s'était passé très vite et alors qu'il reprenait un peu ses esprits, il fût happé près d'un mur par le jeune Allemand. Là il l'écoutait déblatérer tout son discours sans même, paradoxalement y prêter attention. Ses yeux n'exprimait que haine profonde à l'encontre de ce type qui, non seulement était un nazi, mais qui en plus abusait injustement de sa supériorité et du fait que Peter ne pouvait rien lui répondre. Et s'il y à bien un truc que Peter ne pouvait pas supporter c'était les lâches dans ce genre qui se cachaient derrière un uniforme, un sourire narquois en plus. Il serra les poings et les dents à l'évocation de sa probable sentence, une larme humidifiait ses yeux, des larmes d'impuissance et de colère.
Ne pouvoir rien faire comme çà, c'était pire que tout, savoir qu'on allait être puni pour un acte de bravoure face à l'ennemi et qu'on ne pouvait rien dire était pire encore que de s'imaginer recevant ces coups de martinet devant ses amis. Et il se prétendait gentil en plus?!!! Comment des assassins pouvaient-ils se dire gentils?
Peter restait immobile, à part quelques tremblements de rage contenue qui agitaient surtout ses poings, il fixait de ses yeux embués le bitume droit devant lui. Une question lui trottait dans la tête, lui torturait les méninges, question qui sortît donc, sans qu'il ne dévie son regard, seules ses lèvres avaient bougé.

- Pourquoi moi? Pourquoi vous l'avez fait à moi ce salut? Ya peut-être 200 autres garçons dans cette école alors pourquoi spécialement moi?
Ne sachant pas s'il devait ou pas attendre une réponse à la question, il continuait à fixer le sol droit devant lui, sans bouger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 217
Messages : 395
Âge du personnage : 16 ans

MessageSujet: Re: Toi ! Guide moi ! [20 juin 1941]   Lun 5 Juil - 11:22

C'était bien ce que pensait Wolfgang, un gamin qui n'avait aucune idée de ce qu'il avait fait, qui avait réagit à l'instinct et certainement sans réfléchir avant. Oui, il comprenait sans mal puisque lui aussi avait une légère tendance à faire ça. Il l'écouta poser ses questions sans répondre aux siennes et il eut un léger sourire aux lèvres. Oui, si la mentalité ici était de ne pas aimer les allemands, il imaginait sans mal les rumeurs qui allaient courir sur le jeune homme.

D'un autre côté, cela aurait pu être pire et Wolfgang aurait pu arriver en lui tapant dans le dos, nul doute que cela aurait plu indéniablement au bon petit français. Il haussa les épaules en le voyant qui ne regardait que ses pieds et il inspira pour ne pas lui crier dessus que s'il voulait se rebeller, il pouvait le faire mais pas en s'aplatissant comme une crêpe dès qu'un souci se profilait à l'horizon. Et étrangement cela le mis presque plus en colère qu'il ne l'était déjà.

" Et bien je t'ai choisi toi parce que tu es un gentil petit garçon blond aux yeux bleus et que je savais qu'il suffisait de te faire les gros yeux pour que tu te recroquevilles. Et je doute que tu aurais apprécié que je te salue comme si nous nous connaissions. Maintenant dis moi, tu as eu un comportement détestable... "

Il eut encore un sourire aux lèvres alors qu'il faisait relever le menton au français d'un geste de la main. Enfin, pas si français que cela si l'on considérait la point d'accent que Wolfgang entendait quand il parlait, mais c'était une autre question.

" Regarde moi ! "

L'ordre en allemand avant claqué et le Flieger n'avait pas perdu son léger sourire. Puis il termina sa phrase précédente en français.

" ... quelle sanction est méritée pour ton geste ? "

Oui, le jeune homme venait de proposer à l'autre blond de choisir la sanction appropriée, mais nul doute qu'il attendait que ce soit une sanction en proportion avec la gravité de l'action.
_________________

Avatar from Ulenka
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français

Messages RP : 169
Messages : 460
Âge du personnage : 14 ans

MessageSujet: Re: Toi ! Guide moi ! [20 juin 1941]   Lun 5 Juil - 14:51

Dans qu'elle situation s'était-il mis? Et surtout pourquoi les tuiles avec les nazis tombaient toujours sur lui? Pourquoi les gens devaient-ils se focaliser sur la couleur de ses cheveux et de ses yeux, et surtout sur son origine? Pourquoi était-il né Allemand à une telle époque?
Autant de questions qui torturaient l'esprit de Peter à cet instant précis et auxquelles il ne trouverait jamais de réponses. Des problèmes qui lui étaient injustement imposés et auxquels il n'y aurait jamais de solution.
Si Peter évitait le regard du nazi, c'était déjà parce que le voie le dégoutait mais aussi car il l'inquiétait grandement, ce sourire, très énervant était aussi et surtout très angoissant. Peter commençait à avoir peur, très peur, plus encore que Siedler ne l'avait jamais impressionné. A ce que l'Allemand lui dit à propos de son profil Aryen, il répondit vite.

- Merci je sais, j'en souffre bien assez d'ailleurs...
Si ce mec était un minimum intelligent, il comprendrait sans doute pourquoi. Il sentît ses doigts se poser sous son menton, cela le révulsait mais il réussît à retenir le réflexe qui l'aurait fait dégager sa main de son le menton. A l'ordre en Allemand, il obéit instantanément, par complète soumission plutôt que par respect de l'autorité, étant donné qu'il ne la considérerait jamais comme légitime.
On dit que les yeux sont le reflet de l'âme, celle-ci devait être sacrément tordue et même vicieuse. Ce type jouait avec lui, torturait son esprit ce qui symbolisait un haut degré de sadisme.

- S'il vous plaît... Je veux juste rentrer chez moi.
Peter était mort de peur, tout tremblant et ses yeux pleuraient vraiment cette fois-ci, ses genoux beaucoup plus fort qu'avant... Le jeune Allemand avait vraiment un pouvoir de peur sur Peter qui atteignait son paroxysme.
- Pourquoi vous êtes si cruel? Pourquoi vous aimez faire du mal aux gens?
Le choix de l'Allemand se justifiait alors par son incapacité à réfléchir à du vocabulaire Français. C'était un sentiment étrange puisqu'il avait l'impression de ne plus avoir le contrôle de sa propre bouche. Cette bouche l'avait encore une fois mit dans la merde pensait-il et ses genoux tremblèrent encore un peu plus fort avant de totalement se relâcher. Puisque ses jambes cessèrent de le porter, Peter doutait que la main de l'Allemand réussisse à le soutenir. Il tomba donc par terre contre le mur, les genoux ramenés sur sa poitrine et ses mains paumes contre le sol, sanglotant. Il était apeuré par ce qui pouvait bien lui arriver maintenant, il était aussi désespéré de voir que le cliché du nazi sadique existait vraiment alors qu'être quelqu'un de correct n'était pas incompatible avec le fait d'être nazi, Siedler en était un exemple, du moins pensait-il.
La voix toute saccadée de sanglots il articula.

- Pitié, Je... Je... Je veux pas mourir, me faites pas de mal! Je suis désolé, je recommencerais plus! J'vous en supplie!
Cette fois-ci c'était la panique totale qui s'était emparé du jeune Peter, jamais il ne s'était sentît si proche de la mort et le soldat face à lui, à cause de son air inquiétant, dégageait une aura qui lui faisait atteindre un niveau de peur tel qu'il n'avait jamais connu de toute sa vie. Pourtant il n'avait pas levé sa main sur lui, mais sa simple face de sadique suffisait étant donné les antécédents de Peter à la Gestapo, ce type n'aurait qu'un mot à dire et, 14 ans ou pas, ce serait sans doute douze balles pour lui ou encore pire, la corde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 217
Messages : 395
Âge du personnage : 16 ans

MessageSujet: Re: Toi ! Guide moi ! [20 juin 1941]   Mar 6 Juil - 22:38

Le garçon s'effondrait immédiatement alors que Wolfgang souriait un peu plus avant de cesser immédiatement. Mais de quoi il parlait là ? Pourquoi est-ce qu'il le suppliait ? Ca servait à quoi de le supplier alors que ce n'était pas cela qu'il voulait le faire. Il le regarda se recroqueviller sur le sol en inspirant lentement. Il se tourna vers le surveillant qui les fixait tous deux et il soupira.

Il s'agenouilla à côté de ce garçon avant de lui parler.

" Je ne peux pas te laisser rentrer chez toi. Mais tu vas me suivre. "

Il s'avança vers le surveillant et inspira avant de prendre une voix plus sèche.

" Quelle pièce on peut aller ? "

Le surveillant sembla hésiter mais le regard de Wolfgang le dissuada de tenter d'argumenter et le Flieger attendit qu'on lui donne le lieu sans bouger. Bien vite il avait eu la direction à prendre et Wolfgang retourna vers le français avant de le prendre sous le bras et de le faire entrer dans la petite pièce. Il l'assit sur une chaise avant d'en faire autant.

" Tu crois que j'aime faire ce que je fais ? Je suis un monstre sanguinaire c'est ça ? Tu vois plus loin que le bout de ton nez ? Si je n'interviens pas, je suis faible et lâche, si j'interviens tu chiales comme un mioche en ayant peur de crever pour un acte que finalement je ne peux pas te reprocher. Tu m'indiffères tu vois, j'aurais pu devenir un ami mais qu'est ce que tu me fais dès que je hausse la voix, tu t'écroules sur le sol ! Tu devrais avoir plus de fierté tu sais ! Alors, on fais quoi maintenant ? "

Ce garçon était ridicule et l'allemand le méprisait presque pour ça, il espérait tout de même que ce ne serait pas la source d'une nouvelle crise de larmes ce qu'il venait de lui dire parce qu'il n'avait pas été méchant, vraiment pas.
_________________

Avatar from Ulenka
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français

Messages RP : 169
Messages : 460
Âge du personnage : 14 ans

MessageSujet: Re: Toi ! Guide moi ! [20 juin 1941]   Mer 7 Juil - 0:12

Apparemment, les supplications de Peter avait eût de l'effet sur l'Allemand. Quand le sourire sadique s'effaça de son visage, Peter ne savait plus ou il en était, s'était-il trompé? Peut-être n'était-il pas si sadique que çà finalement... Non, ces idées qui ne pouvaient êtres vraies repartirent aussi vite qu'elles étaient arrivées dans sa tête, pourquoi l'aurait-il terrorisé sinon. Il s'accroupissait à côté de lui, que faire? Rester... De toute façon il ne pouvait rien faire d'autre, ses jambes lui interdisaient de bouger.
Néanmoins, Le flieger semblait s'être refroidit et beaucoup plus posé maintenant, moins enclin à faire tout ce que Peter avait imaginé. C'était du coup très confus dans sa tête alors qu'il lui empoignait le bras pour l'emmener dans une salle. Il se dit qu'il en avait peut-être fait un peu trop en fait...
Partant sur cette idée, le garçon eût tout le temps de se calmer le temps d'arriver à une salle pour un entretien en tête à tête. Par la suite, le discours de ce dernier semblait aussi plus ouvert à la conversation.
Fais un peu trop? Oh que oui, Peter s'en rendait compte maintenant, il s'était ridiculisé devant une menace qui finalement était beaucoup moins grande qu'il ne la croyait.
Quand il eût finit de parler, Peter resta silencieux une petite seconde avant d'inspirer, regardant le flieger. Il avait séché ses larmes.

- Je sais pas... Je...
Peter expira par le nez en ayant un petit sourire ironique tandis qu'il arrêtait une seconde de regarder l'Allemand.
- Je suis ridicule... J'en suis désolé.
Peter se redressa en reniflant légèrement.
- J'ai totalement paniqué, vous aviez votre sourire là... Je me suis imaginé les pires choses... C'est pas le genre de truc qu'on fait si on veut devenir "ami" comme vous dites. Remarque, cracher aux bottes non plus, on est partis sur de mauvaises bases je crois, moi le premier.
Ajouta-t-il avec un très court et léger rire pour détendre l'atmosphère. Peter se relaxait un peu, il n'oubliait pas qui il avait en face de lui mais arrivait quand même à lui parler avec beaucoup moins de crainte. Néanmoins, il avait toujours eût du mal à sonder les gens qui peuvent souvent se comporter comme des bouledogues à d'abord vous lécher la main puis à la mordre.
- Avant tout le monde me harcelait parce que je suis blond aux yeux bleus, et ya pas longtemps ils se sont mis à dire que j'étais une balance à la Gestapo sous prétexte que je connais de loin Herr Siedler. Depuis ma vie est impossible et quand vous êtes arrivé avec le salut, j'ai agis sans réfléchir...
Il marqua encore un temps de pause gênée avant de vite reprendre.
- Je sais que çà excuse pas le geste, mais çà l'explique, d'autant que vous avez dit vous même que vous pouviez pas me le reprocher, çà veut dire que vous pouvez comprendre...
Il s'était éloigné de la question initiale, qui était de savoir ce qu'ils faisaient maintenant... Revenir à se sujet l'inquiéta davantage, à nouveau sa voix se troublait.
- S'il vous plaît, j'vous l'ait demandé, laissez moi rentrer chez moi. Je vous jure que j'ai compris la leçon, j'ai faillit me faire pipi dessus...
C'était honteux de l'avouer mais en attendant c'était vrai, s'il n'avait pas été aux toilettes à la récré, il n'aurait peut-être plus de pantalon à l'heure actuelle... Si l'Allemand manifestait vraiment l'envie cruelle de lui faire payer la chose au prix fort, il lui demanderait encore sur le ton légèrement implorant.
- S'il vous plaît, m'emmenez pas au poste, ya Pfeffel là-bas, lui serait capable de me tuer, sans rire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 217
Messages : 395
Âge du personnage : 16 ans

MessageSujet: Re: Toi ! Guide moi ! [20 juin 1941]   Ven 9 Juil - 11:34

Et le voila qui bredouillait lamentablement tout en poursuivant ses excuses. Wolfgang soupira bruyamment de manière à bien lui montrer que s'il continuait dans cette direction, la discussion serait rapidement terminée pour l'allemand parce qu'il n'allait pas supporter des excuses d'un mioche incapable de se contrôler un tout petit peu. Et dire qu'on disait des adolescents qu'ils avaient une fierté ! Il fallait croire que tout ce qui était français était un peu retardé (ou attardé) dans le domaine du développement de la personnalité. Entre les caporaux incapables de s'empêcher d'en faire trop et les ados qui se dégonflaient comme des ballons dès qu'on appuyait un tout petit peu, Wolfgang avait la nette impression que ce n'était pas un hasard si la France avait été vaincue.

Ensuite cela s'arrangea un petit peu et Wolfgang fit un grand sourire ironique au gamin pour lui montrer qu'il pouvait recommencer à faire très peur. C'était vrai tout de même qu'il était impressionnant pour un ado de deux ans de moins que lui ! Non, mais il réfléchissait à ce qu'il disait ou quoi ? Parce que quand même, il y avait l'uniforme mais il devait bien se rendre compte que leur différence d'âge n'était pas si manifeste que ça ! Et puis il n'avait pas tellement de contacts avec les jeunes français, le seul qu'il avait croisé était certainement un cas à part parce que franchement, Wolfgang ne retrouvait rien de Tim dans ce garçon.

Ensuite vint le grand discours sur les enfants qui sont méchants entre eux sous prétexte que certains ne sont pas comme ils l'aimeraient et Wolfgang eut envie de le couper aussitôt en lui racontant quelques expériences amusantes des jeunesses. Mais il se tut et regarda le gamin s'empêtrer dans ses explications.

Siedler ? Il connaissait Siedler ? Et bien ça pour une surprise, Wolfgang haussa les sourcils et l'écouta parler un peu plus intéressé que par le petit ton plaintif qu'il gardait en permanence. Bon, il ne disait rien, il continuait à se faire plaindre sans rien de plus et il s'humiliait lui même en avouant qu'il avait eu peur au point de mouiller sa culotte.

Wolfgang soupira et allait répondre quand vint la fin du discours et la remarque concernant Pfeffel. Ah oui, ça c'était possible, même si le Flieger le voyait plutôt humilier le plus possible le gosse pour ensuite en rire. Cela ne l'empêcherait pas de le cogner, après tout Pfeffel était une brute notoire, mais pas au point de tuer un gamin, pas trop vite en tout cas et pas si Siedler était présent.

" Et bien c'est très intéressant tout ça. Je ne me savais pas aussi dangereux, il faudra que je continue dans cette voie alors. En tout cas, je suis très déçu de ne pas avoir poussé un peu tout à l'heure, te pisser dessus aurait été un joli spectacle tu ne crois pas ? Enfin ... pour moi bien entendu. "

Le sourire du Flieger était amusé et nullement menaçant, car autant il aimerait voir le gosse s'humilier, autant il savait ce que cela ferait sur son honneur et son orgueil et surtout, il ne voulait pas donner d'explications futures donc voila.

" Bon, maintenant que tu as fini de t'aplatir devant moi et de me supplier comme le petit garçon que tu es de rentrer chez toi pour voir ta maman et pleurer dans ses jupes, tu vas me guider vers le principal de ton collège, chiales pas, je dois le voir pour moi et je ne vais pas lui parler de toi en mal ! Mais avant on va faire un marché tous les deux. Si je ne te punis pas pour ton acte, je suis un faible, donc je vais te punir. Tu me retrouves dans quinze jours à la sortie de la ville, près de la forêt. Là, je vais t'entrainer un peu ! "

Wolfgang avait à nouveau un sourire un peu sadique aux lèvres, mais seulement un peu de sorte que cela ne devrait pas occasionner d'épanchement incontrôlé du gamin. Il ne savait pas ce qui lui avait pris de mettre le rendez-vous aussi loin, sauf peut-être une volonté de le faire flipper un petit peu encore ...
_________________

Avatar from Ulenka
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français

Messages RP : 169
Messages : 460
Âge du personnage : 14 ans

MessageSujet: Re: Toi ! Guide moi ! [20 juin 1941]   Ven 9 Juil - 16:37

Peter prêta une oreille attentive au Flieger et il était sceptique. Sceptique quand à la manière de réagir à ces injonctions mais non hésitant quand à la manière de les analyser, çà faisait mal, très mal à Peter mais il devait lui reconnaître qu'il avait raison. Se faire renvoyer dans les cordes comme çà à propos de son attitude pleureuse était dur mais assez mérité enfin de compte. C'était juste que c'était particulièrement difficile de se le faire dire par un nazi. Il opinait légèrement tandis que le Flieger lui parlait, d'après le sourire qu'il avait à nouveau affiché et la déclaration de ses "désirs", ce type était manifestement un sadique, sans doute à un moindre degré que tout ce qu'il s'était imaginé mais un sadique quand même. En tout cas Peter était parfaitement hermétique à son humour déplacé et ne récolta pour toute réponse à sa plaisanterie sur la culotte mouillé qu'un point serré et le visage encore plus serré de garçon en face de lui. Encore une fois, il lui aurait volontiers effacé ce sourire de la bouche à grand coups de pied de biche, mais au delà du fait qu'il était Allemand, il avait raison de lui en foutre plein la gueule car son attitude déplorable le dégoûtait lui-même en y repensant à postériori.
Peter ne pleurerait plus, plus devant lui, il se le promettait intérieurement sur l'honneur. C'était exactement ce qu'il voulait mais en même temps il n'allait pas encore se ridiculiser pour que le mec soit pas content? C'était pas très malin... D'autant qu'il l'avait dit, dans le pire des cas "tu m'indiffère". Une attitude très philosophique et surtout facile à adopter quand on avait le pouvoir de son côté... Il aurait préféré se faire tabasser et en rester là plutôt que ce salopard abuse injustement du pouvoir qu'il possédait, mais la vie n'était pas juste après tout... Autant s'y faire dès maintenant et apprendre à encaisser.
Il ne laissa donc rien transparaître même à l'annonce de la punition. Au leiu de çà, il s'appuya sur le dossier de sa chaise, comme s'il adoptait une position parfaitement détendue bien que son visage soit toujours aussi crispé. Il dit d'un ton neutre, parfaitement maîtrisé, sans tremblements dans la voix, une voix qui s'avéra d'ailleurs être Allemande. Quand il avait sangloté, le Flieger avait pu penser qu'il était un élève doué en langues mais sans plus, juste assez pour comprendre l'Allemand, cette fois-ci c'était un pari, lui montrer qu'on avait pas besoin d'être Français pour le détester et que même les Allemands de naissance pouvaient éprouver de la haine envers une attitude si détestable.

- J'aurais pas la patience d'attendre 2 semaines pour plus vous voir. Et si on avançait plutôt?
Aucun accent si ce n'est son petit accent du à sa provenance de Stuttgart, parlé parfait, le but était donc d'arrêter la comédie. en tout cas, il voulait de la fierté, il en avait, Peter l'envoyait clairement bouler et se concentrait pour que qu'elle que soit la réaction, il conserve une attitude digne cette fois-ci.
Une fois la chose faite, il se leva et lui fît signe de le suivre jusqu'au directeur. Sur le chemin il poserait une autre question.

- Tout à l'heure, pourquoi vous avez posé des questions d'on vous connaissiez par avance la réponse?
Il faisait allusion à "Est-ce que j'y prends du plaisir? Est-ce que j'ai l'air d'un monstre?". Cela allait peut-être aggraver son cas mais tans pis, marre de s'écraser parce que monsieur était un nazi puissant.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 217
Messages : 395
Âge du personnage : 16 ans

MessageSujet: Re: Toi ! Guide moi ! [20 juin 1941]   Sam 10 Juil - 12:51

Ah ben quand même, enfin le petit se rebellait devant d'horriblement puissant Wolfgang. Non, mais on croyait rêver en l'entendant parler. Il demandait s'il pouvait s'entrainer dès à présent, le fou ! Comme si l'allemand allait obéir parce qu'un simple civil le demandait (et même pas poliment). Wolfgang se retint de lui rire au nez mais ne put empêcher son sourire de s'accentuer alors que l'accent allemand était de plus en plus présent.

" Je comprends pourquoi ils te parlent comme ça tes amis, tu es allemand n'est-ce pas ? Tu veux t'entrainer maintenant et bien soit ! "

Le Flieger se leva et se planta devant le gamin qui continuait à parler pour ne rien dire, on aurait cru un chat qui feulait devant un animal plus dangereux car même si Wolfgang ne voulait pas lui faire de mal ni abuser de sa position, il ne supportait pas qu'on lui résiste sans ensuite faire preuve de véritable courage. Donc si l'élève se dégonflait, il n'aurait plus aucun sentiment de pitié pour lui.

" Je connais les réponses tu sais mais je pense que toi tu ne les connais pas. Corrige moi si je me trompe mais tu n'as jamais intégré les jeunesses, tu n'as pas eu de formation militaire ni de camp d'entrainement dirigé par des caïds de cinq ans tes ainés ? Tu n'as jamais eu l'occasion d'être brimé, humilié ou frappé parce que cela faisait rire les autres ? Non, tu t'es enfuis de ta patrie d'origine pour te réfugier ici comme le pleutre et le lâche que tu es. As-tu une seule fois dans ta vie fait quelque chose de dangereux ? Non bien sur que non ! Tu me craches aux pieds mais ensuite tu chiales parce que tu as peur de moi. Tu es un incapable, un idiot et un couard, je croyais voir en toi un petit peu de fierté mais non, tu ne peux même pas avoir de fierté car cela te fait trop à appréhender. Pitoyable. Tu veux aller pleurer dans les jupes de maman ? Et bien va ! La porte est ouverte morveux ! "

Et bien maintenant il ne fallait qu'une chose, attendre la réaction du morveux en question et voir si, par un hasard incroyable, il avait la force de répondre. Sinon, pour Wolfgang ce serait un de ces ados qui tentent de montrer leur force mais qui en sont incapables. Franchement, cela ne l'étonnait même pas qu'il soit en France ...
_________________

Avatar from Ulenka
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français

Messages RP : 169
Messages : 460
Âge du personnage : 14 ans

MessageSujet: Re: Toi ! Guide moi ! [20 juin 1941]   Sam 10 Juil - 22:55

Tandis qu'il conduisait le soldat chez le directeur, Peter ne se renferma qu'un peu plus dans son mutisme et adopté un air encore plus grave quand l'Allemand perça son secret. C'était le but recherché certes, mais il ne savait pas pourquoi, il n'avait pas du tout envie de lui répondre. En fait, il se demandait si encore une fois il n'avait pas agît avec trop d'impulsion en grillant sa couverture. Peut-importe après tout, c'était fait et la meilleure manière d'en stresser était d'y penser.
Il s'immobilisa pour ne pas lui rentrer dedans quand il se mît en travers de mon chemin. Il écouta ce que lui disait le Flieger avec un haussement de sourcil, wouah, ça avait vraiment l'air passionnant les jeunesses hitlériennes, et dire qu'il avait raté çà... Par contre, au moment ou il commença à l'accuser d'être un lâche, Peter ne s'offusqua pas et au contraire écarquilla grandement les yeux. Un sourire naissant s'écartait à mesure que l'Allemand lui parlait pour être une vraie banane à la fin de son discours. Il n'eût pas la politesse qu'avait eût plutôt Wolfgang et, après avoir pouffé dans sa barbe, explosa de rire en se tenant le ventre. Juste retour des choses, disons que par cette manière il égalisait dans l'humiliation réciproque. Après une bonne tranche de rigolade, il argumenta avec cette fois-ci le sourire le plus narquois qu'il avait.

- Vous êtes ridicule... Qu'est-ce que vous pouvez en dire, vous savez rien de ma vie... J'en ai fait plus que vous croyez des trucs dangereux...
Il se pencha alors en avant comme pour murmurer un secret.
- Largement plus palpitant que de chevaucher un courrier.
D'après ses galons, c'est ce qu'il était, un Flieger sur courrier. Il élargît encore plus le sourire de la manière à prendre la mine la plus moqueuse et mystérieuse possible. C'était risqué, hou qu'est-ce que c'était risqué mais qu'est-ce que c'était bon!!!
Il se remis à marcher sans accorder un regard à l'Allemand.

- C'est fun que vous me parliez des jeunesses, c'est justement à cause de la loi de Décembre 36 que mes parents sont venus en France avec moi.
Il s'arrêta à nouveau et en silence, se retourna et jaugea pendant une seconde le soldat en allant de ses pieds à sa tête. Il eût un immense sourire encore une fois en le regardant.
- J'mettais jamais rendu compte avant aujourd'hui à quel point j'leur était redevable. J'dois vous remerciez, vous y êtes pour quelque chose...
Est-ce qu'il en faisait trop? Sans aucun doute mais c'était bon, bon, très très bon même!!! Il fît quelques mètres de plus en mimant à l'extrême le pas de l'oie en pouffant de rire et une fois arriver devant la porte du directeur, fît un geste théâtral.
- Nous y sommes...
Avant qu'il entre, il redit.
- Bon alors on met çà pour quand?
Il allait pleurer sa mère, sans aucun doute...Mais ç'aurait été dommage de lui envoyer toutes ces quiches à la tête pour se dégonfler comme une baudruche maintenant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 217
Messages : 395
Âge du personnage : 16 ans

MessageSujet: Re: Toi ! Guide moi ! [20 juin 1941]   Dim 11 Juil - 14:07

Le pauvre petit français avait finalement des crocs qu'il pouvait montrer et Wolfgang continua à sourire alors que ce dernier répondait à ses remarques. Et bien ce serait amusant de jouer avec lui. Là Wolfgang se voyait comme un dragon prêt à fondre sur sa proie qui n'avait aucunement la capacité de se défendre. Il verrait bien comme l'enfant réagirait lors de cette future attaque.

" Quoi de plus dangereux hein ? Oh, je sais tu as été espionner dans les vestiaires des filles ! Quel grand courage il t'a fallu. "

Ils arrivaient au point de rendez-vous et l'allemand devait se poser car le directeur ne serait pas aussi facile à impressionner que le gosse et cela pouvait donc mal finir. Il regarda le mioche qui marchait en imitant les anatidés et il pouffa devant son air ridiculement bravache.

" Je ne suis pas pressé moi et ce n'est pas comme si tu allais pouvoir quitter la ville durant tes vacances. Mais soit, le 22 juin, je veux te voir à la sortie nord de la ville. Et en tenue pour faire du sport bien entendu. "

Il le regarda un instant avant de lui faire le plus beau salut militaire qu'il pouvait avant de frapper à la porte du bureau et d'entrer après qu'on l'y ait invité. Il referma la porte derrière lui et commença à expliquer ce qu'il voulait au principal de ce collège. Il lui suffisait de demander de toute façon pour obtenir ce qu'il désirait. Il lui parla également du garçon à la fin de l'entretien en félicitant le directeur pour son comportement admirable et en demandant son nom. Une fois que ce fut fait, il put repartir à Sarnand le coeur plus léger et surtout, la tête pleine d'idées pour vérifier si ce gamin en valait ou non la peine.
_________________

Avatar from Ulenka


Dernière édition par Wolfgang Abendroth le Lun 12 Juil - 16:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français

Messages RP : 169
Messages : 460
Âge du personnage : 14 ans

MessageSujet: Re: Toi ! Guide moi ! [20 juin 1941]   Dim 11 Juil - 19:10

Peter haussa les épaules à la déclaration du Flieger, encore avec un sourire.
- Moui, c'était pas à çà que je pensais mais je l'ai fait aussi.
C'était puéril mais au bout d'un moment à quoi servait d'avoir enculé toute une base de la luftwaffe si on pouvait pas s'en vanter tout du moins en laissant planer le mystère...
Le sourire disparût dès que le militaire eût franchit les portes du bureau du directeur. Une larme de rage le remplaça... Peter ne se croyait pas capable de haïr si fort quelqu'un en si peu de temps, un véritable connard fidèle à la réputation qu'avaient les nazis d'êtres de véritables connards. C'était surtout cette impuissance qui lui était insupportable, dire qu'il allait devoir servir de marionette à ce garçon détestable pendant toute journée le dégoûtait et le mettait dans un état de rage tel que ses poings en tremblaient. Il se promis alors de lui faire payer un jour. N'importe comment mais s'il avait un jour l'occasion il se ferait un malin plaisir de prendre sa revanche sur ce sale type, il en faisait une question d'honneur. Et le plus tôt serait le mieux. Néanmoins il réussît quand même à avoir un sourire en repensant à son escapade à Sarnand. Quoi qu'il en soit, il pouvait se réjouir en se disant qu'il avait une longueur d'avance sur ce type...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Toi ! Guide moi ! [20 juin 1941]   

Revenir en haut Aller en bas

Toi ! Guide moi ! [20 juin 1941]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Die Adler :: Montreuil :: Quartier St-Paul (Nord)-