Viens voir le patron [le 18 juin]


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

Viens voir le patron [le 18 juin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Français
avatar

Messages RP : 65
Messages : 111
Âge du personnage : 53

MessageSujet: Viens voir le patron [le 18 juin]   Dim 18 Juil - 19:08

Edouard lorgnait sa montre. Il se montrait impatient aujourd'hui. Non pas contre le travail de son jeune employé ou de son possible retard... Non, il n'était pas en retard, mais le vieux Aéropostier n'avait qu'une hâte : lui faire part de sa décision. Une décision d'ordre professionnelle, car il n'avait jamais eu un travailleur aussi pointilleux que Peter. Un modèle pour les jeunes de cette génération qui n'avait plus le goût de l'effort. Même ses autres employés tiraient au flanc à côté. Peter était un bon garçon et qui trouvait le temps d'aller à l'école et de venir travailler à la poste après pour gagner un peu d'argent ; dans le seul but d'aider sa famille... Quel brave garçon.

Et maintenant, il l'attendait. Il voulait le récompenser de façon honnête et méritée. Après tout, si les autres voulaient avoir ce privilège, ils n'avaient qu'à le montrer. Peut-être qu'en apprenant cet acte de "favoritisme", ils allaient se bouger un peu...Qu'est ce qu'il ne fallait pas faire pour que le courrier continue de passer comme il le fallait. D'ailleurs en parlant de courrier... S'il terminait de noter les arrivées avant la venue du jeune garçon ? Rien que de lui dire la bonne nouvelle, il était tout fébrile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français

Messages RP : 169
Messages : 460
Âge du personnage : 14 ans

MessageSujet: Re: Viens voir le patron [le 18 juin]   Dim 18 Juil - 22:51

Peter se dirigeait vers la poste tout guilleret en ce Mercredi 18 Juin 1941. Comme il n'avait pas cours cet après-midi, c'était travail intensif à la poste, il aimait bien parce qu'il gagnait plus d'argent que les autres jours et de toute façon il gérait pour ses devoirs, avec 15 de moyenne en maths ça ne traînait jamais en longueur... Quoi qu'il en soit, il arriva à la poste de Montreuil affublé de sa tenue habituelle et prêt à l'emploi dès que Monsieur Bourguignoles lui indiquai quoi faire.
Une énigme pour lui était pourquoi il l'avait prit sous son aile, et plus encore, comme chouchou. Peter n'avait pas spécialement l'impression d'en faire plus que les autres : il faisait juste son travail vite et bien. Cette assiduité pouvait aussi se traduire par l'envie de ne pas décevoir mais quand même... Lui, en tout cas, n'avait pas l'impression d'être un stakanov en culottes courtes (parce qu'il en portait 80% du temps, malgré ce qu'on dise, il restait un enfant! Et les enfants çà porte des culottes courtes, pas des pantalons! na!).
Enfin, cela plaisait à Monsieur Bourguignoles donc inutile de se tuer davantage à la tâche ou de relâcher la cadence, maintenant qu'il avait trouvé le bon rythme. En fait, les autres employés semblaient aussi jalouser cette attention dont il bénéficiait de la part de Mr Bourguignoles. Tans pis pour eux, Peter n'aimait pas l'idée de la concurrence dans le travail, il pensait que cela détruisait le travail d'équipe et était néfaste aux performances globales mais après tout, c'était le job de Bourguignoles de manager comme il l'entendait, pas le sien. Et si les autres n'étaient pas capables de comprendre que c'était parce qu'il n'avait pas encore 15 ans qu'il était coconné, c'était qu'ils étaient parfaitement stupides et qu'ils pouvaient aller se faire foutre. D'autant qu'à 15 ans il abattait le même travail qu'eux et parfois même un peu plus pour être payé en heures sup' alors... En tout cas il pouvait témoigner que, malgré tout ce qu'on disait sur eux, les agents PTT n'avaient pas un Petit Travail Tranquille car même s'il ne rentrait pas sur les rotules, Peter avait quand même de bonnes journées fatigantes.
Peter arriva donc de bonne humeur rayonnante adressant un bonjour chaleureux à tous les autres employés avant de se mettre à son boulot. Il n'avait pas encore vu Monsieur Bourguignoles, peut-être était-il en congés aujourd'hui?


Dernière édition par Peter Fischer le Lun 1 Nov - 14:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français
avatar

Messages RP : 65
Messages : 111
Âge du personnage : 53

MessageSujet: Re: Viens voir le patron [le 18 juin]   Lun 2 Aoû - 22:16

Le vieil homme avait presque oublié l'heure d'arrivée habituelle de son jeune employé. Accaparé par le rangement qu'il avait commencé, il ne voyait pas le temps passé. Et quand une porte claqua doucement, il avait à peine levé les yeux de son cahier, continuant de noter ce qu'il était en train de faire. Il arrivait à un âge où pour garder son efficacité, il fallait faire les choses dans l'ordre. Trop se disperser, on finissait par louper des données importantes. Et puis Edouard avait toujours fait les choses dans l'ordre, une par une, comme cela, il ne ratait rien et le travail était parfaitement fait. Comme toujours. Mais quand il eut fini d'écrire sa dernière tâche, il se rappelait que la porte avait été ouverte.... Oups...

Aussitôt, il sortit de l'arrière boutique. Peter était là.

"Désolé mon garçon, je t'avais pas entendu arrivé... Avec l'âge tu sais, on entend de moins en moins bien...."

Il fit un léger sourire désolé et posa son cahier, et regarda l'heure... Ciel... Quelques minutes quand même. Les autres employés faisaient comme si de rien n'était... Pfff, c'était pas eux qui seraient venu le chercher. Ils savaient en plus qu'il attendait Peter. Bon bref.

"Viens avec moi derrière la boutique mon garçon, nous devons parler affaire toi et moi...."

Il l'invita dans l'arrière boutique, vers les sacs en attente de la venue d'un dragon pour partir à leurs destinations.

"Bien, mon garçon... Tu travailles depuis peu dans la Poste et je dois dire que tu ne me déçois pas du tout. Non ne dis rien. Je sais ce que tu vas dire. Je n'en dirai pas plus sauf que je suis fier de t'avoir employé. C'est pourquoi, je souhaite récompenser tes efforts. Et je te laisse le choix... Soit une petite augmentation soit une réduction de ton temps de travail mais en gardant le même salaire. Il va de soi que pour les deux, je ne pourrai pas donner beaucoup, aussi bien en temps qu'en argent. Ah et j'ai aussi un truc pour toi aussi... Mince, j'en ai fait quoi... Je t'écoutes en même temps hein ."

Il commença à fouiller dans les papiers...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français

Messages RP : 169
Messages : 460
Âge du personnage : 14 ans

MessageSujet: Re: Viens voir le patron [le 18 juin]   Mar 3 Aoû - 17:03

Peter était plongé dans le transport d'un lourd colis d'un bout à l'autre de la salle quand il fût interpellé par son boss. Il lui en fût intérieurement reconnaissant parce que ses petits bras maigrelets avaient beaucoup de mal quand même avec les colis de plus de 10 Kg...
Il profita donc de cette intervention providentielle pour déposer à terre le colis en veillant à ne pas le mettre dans les passage des autres employés avant de retrouver Mr.Bouguignoles dans son bureau. Peter était assez serein car il se doutait que ce n'était, au pire qu'une remarque légère qu'il aurait à subir vu le ton du postier, et puis de toute façons il n'avait rien à se reprocher. toujours est-il que cette mise en scène solennelle ne l'intimida pas alors que justement, çà aurait dût. Le garçon était donc un peu sûr de lui à ce moment là, peut-être même un peu trop, il ne fallait pas paraître hautain ou trop sûr de soi quand même...
Finalement il avait eût raison de ne pas s'inquiéter. Il avait tenté de prendre la parole en toute fausse modestie au début de la phrase du vieux postier mais n'eût pas le temps de sortir un mot de sa bouche en fait. Quoi qu'il en soit, Peter était quand même surpris d'une telle décision, et heureux d'ailleurs. Tout sourire, Peter pus ensuite articuler.

- Merci beaucoup M'sieur... Bah, j'aimerais bien une augmentation de salaire plutôt, si vous êtes d'accord.
Il espérait que ce serait pas une petite d'ailleurs, s'imaginait que çà pourrait lui payer son inscription au lycée mais il se ravisa très vite en pensant à la situation précaire dans laquelle se trouvait sa famille. Son travail après tout leur permettait à peine de s'assurer un train de vie un peu meilleur alors à moins que ce soit une grosse augmentation, les portes du lycée lui resteraient fermées à son grand désespoir. Au moins pouvait-il se consoler en se disant qu'il saurait où se faire embaucher à temps plein, histoire de ne pas finir à l'usine parce que ç'aurait vraiment été la misère... Peter était à la fois satisfait et donc déçu, deux sentiments qui cohabitent difficilement, il avait donc un grand sourire mais en même temps des yeux tristounets. Il fallait qu'il essaye de le cacher au vieil aéropostier, qu'il ne se sente pas coupable quand même!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français
avatar

Messages RP : 65
Messages : 111
Âge du personnage : 53

MessageSujet: Re: Viens voir le patron [le 18 juin]   Ven 27 Aoû - 17:30

punaise, ce n'était pas le moment de perdre une lettre ! Il en perdait jamais ! Rhâ, la vieillesse. Saleté qui vous bouffe la mémoire ! Et surtout que c'était une lettre pour le jeune garçon. Et un courrier sans doute important. Un courrier était toujours important ! Toujours et toujours. Bon respirer un peu et il allait la trouver. Puis il écouta la demande de Peter sur les deux choix proposés. Il voulait une augmentation de salaire.

- Alors, donc une augmentation de salaire. Je vais faire au mieux, mais ce ne sera une fortune non plus. ce sera déjà un plus pour ce que tu touches pour toi et pour aider ta famille. Alors....

Il calcula rapidement dans sa tête la somme qu'aurait le jeune gosse pour les prochaines prestations... Il annonça la couleur au graçon. autant être franc. et il cherchait toujours cette lettre...Et enfin, il la trouva ! Elle s'étati glissée sous le comptoir. Hereusement qu'elle avait eu un bord qui dépassait. Sinon, elle serait rester longtemps... très longtemps. Jusqu'au jour où on aurait retiré le comptoir. Il la leva victorieusement dans les airs.

- La voilà. Elle cherchait à jouer les anguilles de bois. Tiens la voilà mon garçon.

Une fois qu'il lui eut remis, il nota l'action sur son cahier.

contenue de la lettre:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français

Messages RP : 169
Messages : 460
Âge du personnage : 14 ans

MessageSujet: Re: Viens voir le patron [le 18 juin]   Sam 28 Aoû - 0:23

Même si cela ne serait pas suffisant pour satisfaire ses projets, Peter ne pouvait pas ne pas se réjouir de l'augmentation que lui proposait le vieux postier. Après cela, l'étonnement succéda à la satisfaction. Une lettre? Pour lui? C'était étonnant puisque seules ses tantes et oncles écrivaient et leurs lettres arrivaient généralement d'Allemagne par paquets de 4 ou 5.
Peter se montra patient pendant que l'homme recherchait la lettre pour la lui donner. Une expression d'inquiétude se peignît sur le visage de Peter lorsqu'il vît qui était l'expéditeur. Malgré qu'elle soit cachetée pour sa mère, Peter ne résista pas à l'envie de l'ouvrir immédiatement et c'est ce qu'il fît sous les yeux du postier.
La lecture fût très rapide et conclue en moins de trente secondes. Trente longues et interminables secondes durant lesquelles Peter pâlit à vue d'œil ligne après ligne, mot après mot. Une fois que ce fût terminé, il laissa la lettre pendre dans sa main et resta immobile, à fixer un point du sol d'un air absent. Il était aussi abasourdit que s'il s'était prît un direct de Pfeffel en pleine face. Il refixa à nouveau la lettre pour confirmer qu'il ne rêvait pas et se mordît les lèvres. Il reprît son souffle comme s'il était remonté à la surface après une apnée prolongée avant de parler au postier.

- J'aurais préféré que cette lettre reste perdue.
Il la reposa sur le comptoir, silencieux pendant quelques secondes puis se tourna vers le postier avec des yeux qui commençaient à être humides. D'une voix très légèrement chevrotante, il dit :
- Mes parents ont renié leur Pays parce qu'ils croyaient en la liberté, l'égalité la fraternité... au nom de çà on s'est exilés loin de toute notre famille, et mon père est mort au combat en se battant contre les siens dans le camps de ceux qui lui ont prît sont père et son frère pendant la grande guerre... Mais çà n'a pas l'air d'enter dans leur ligne de compte...
Le poing crispé de Peter sur le rebord du bureau s'était mît à trembler inconsciemment, de peur, d'incompréhension, de colère de pleins de choses en même temps tandis que les larmes commençaient à sortir d ses paupières.
- Ils vont peut-être nous enlever la nationalité Française et... Et je sais pas ce qui va nous arriver après...
Peter fixa une seconde le postier avant qu'arrive le flot de larmes. Il mît ses deux mains devant son nez et sa bouche pour étouffer le gémissement naissant dans sa gorge tandis qu'il s'imaginait, terrifié, ce que les nazis pourraient bien faire à des Allemands qu'ils considèreraient comme des traîtres, puisque cette lettre voulait dire que de citoyen Français, ils passaient à judas Allemands. Il arrêta d'y penser car il n'en avait tout simplement plus la force, trop occupé à essayer de ne pas fondre en larmes devant le postier même si c'était déjà bien entamé de ce côté là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français
avatar

Messages RP : 65
Messages : 111
Âge du personnage : 53

MessageSujet: Re: Viens voir le patron [le 18 juin]   Jeu 23 Sep - 20:50

Perdre une lettre n'avait jamais été dans les habitudes du vieux aéropostier, même si les nouvelles étaient mauvaises. Une lettre devait aller jusqu'à son destinataire. Mais dans le cas de Peter, et au vue de ce qu'il en racontait, Edouard perdit de son sourire. Se voir refuser une nationalité, c'était comme de se voir renier d'un pays, d'une patrie. Il avait écouté avec la plus grande attention l'histoire du jeune garçon. Bon nombre d'Allemands avaient migré en France après la dernière Grande Guerre, pour retrouver un pays plus conforme à leurs attentes de vie. Mais aujourd'hui, le monde changeait et la France, bafouée dans sa dignité par l'occupation nazie, voyait là dans le refus d'accorder certaines donnes adminsitratives pour se venger dans les règles. Et là, c'était une famille sans histoire qui en pâtissait. Ou allait le monde, songeait le vieux postier.

Peter retenait ses larmes, il cherchait à ne pas les laisser couler le long de ses joues. Edouard avait quitté son comptoir pour rejoindre le jeune garçon et lui posa une main chaleureuse sur son épaule.

"Ne retiens pas tes larmes mon garçon. Quand on a besoin de pleurer, il faut laisser faire. "

Il avait posé son autre main sur son autre épaule. Il était navré pour lui. Mais pourtant, il ne voulait pas le laisser seul à un moment pareil.

"Je suis sûr que cela va s'arranger. Il ne faut pas perdre espoir. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français

Messages RP : 169
Messages : 460
Âge du personnage : 14 ans

MessageSujet: Re: Viens voir le patron [le 18 juin]   Ven 24 Sep - 17:36

Puisqu'on lui donnait l'autorisation Peter ne s'en priva pas et se laissa aller à pleurer toutes les larmes de son corps. Cachant par pudeur son visage dans ses mains, ses sanglots n'en étaient pas moins audibles et quelques travailleurs se demandaient même ce qui pouvait bien se passer dans le bureau du patron. Il redressa son visage rouge et ruisselant de larmes vers Bourguignoles et commença désespéré.
- Mais vous ne comprenez pas? Ça veut dire que moi et ma mère on va perdre la pension que l'armée nus versait pour mon père qu'est mort au combat. On avait déjà du mal à vivre avec mais maintenant on est finis!
Peter renifla, agité de tremblements et de petits gémissements qui auraient étés comiques si sa situation n'vait pas été si tragique, il continua.
- Sans compter que sans la protection accordée par la nationalité Française, on peut se faire arrêter par la Gestapo voire même pire! Ma famille à déserté l'Allemagne en pleine montée du nazisme. Et même si on est ni juifs, ni communistes et "aryen" ils s'en foutent! C'est même une circonstance aggravante!
Peter se montait des films sans aucun doute, mais il avait entendu parlé de tellement d'horreurs perpétrées par les nazis... Et être Allemand leur ferait même perdre le privilège de connaître une mort rapide par peloton d'exécution le cas échéant... Non Peter dramatisait sans aucun doute mais ce n'était pas sa conviction à cet instant. Il réussît tout juste à attraper une chaise et la placer sous lui avant qu'il ne tombe par terre. Le gamin se calmait un peu et continuait à sangloter d'une manière plus retenue néanmoins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français
avatar

Messages RP : 65
Messages : 111
Âge du personnage : 53

MessageSujet: Re: Viens voir le patron [le 18 juin]   Lun 18 Oct - 19:04

Le jeune garçon essayait de retenir ses larmes, mais son corps ne pouvait pas tout empêcher. Sous les sanglots qui réussissaient encore à s'échapper, Peter avait pris une chaise avant de tomber le cul par terre de cette situation qu'il n'avait jamais souhaité voir. Déjà, comme il le disait, sa famille ne se trouvait pas dans une bonne situation, mais là maintenant... Tout un monde d'espoir devait s'écrouler autour de lui. Edouard s'approcha de son jeune employé et s'accroupit en face de lui, pour être à son niveau. Il essaya de sourire, pour lui dire par l'aspect de son visage de garder espoir et il lui tapota la main.

"Allons allons Peter, ne t'emportes pas aussi vitet. Pour le moment, rien n'est encore fait. Essaie de pas dramatiser. "

Il ne pouvait pas nier que la pension militaire que touchait sa mère risquait de partir à la trappe. Mais pour le reste, le jeune garçon en effet devai se faire trop d'angoisse.

"Avant de voir débarquer les hauts dignitaires, il faudrait que toi ou le reste de ta famille ayez fait quelque chose de grave. Là le vrai souci est le contenu de cette lettre. Sache une chose mon garçon. Tu es encore mon employé et cela ne changera pas. Déjà ave ce point, ta mère pourra être rassurée. Autre point, je pourrai engager ma parole que tu es un honnête habitant de Montreuil, qui cherche à rendre service comme il peut pour assurer les revenus des gens qu'il aime. Et si jamais vous rencontrez des soucis financiers, je pourrais peut-être m'arranger avec un ou deux amis fermiers du coin pour vous aider un peu pour un apport de nourriture, contre un peu de travail cela va de soi. Mais ce ne serait qu'en dernier recours je suppose ? "

Il se désolait de voir que le sort s'acharnait sur ce petit gars si volontaire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français

Messages RP : 169
Messages : 460
Âge du personnage : 14 ans

MessageSujet: Re: Viens voir le patron [le 18 juin]   Lun 18 Oct - 21:59

Peter essaya de se calmer un peu aux dires rassurantes d'Edouard. Même si il était optimiste plus que de raison, Peter était largement pessimiste sur ce coup là. Néanmoins il y avait quand même quelque chose de tragique pour lui : car en plus de la nécessité de se mettre très vite au travail étant donné qu'ils n'allaient plus toucher la pension de son père, il pouvait concrètement faire une croix sur toute chance de faire des études au lycée puisque déjà qu'obtenir une bourse depuis les lois de vichy était d'une difficulté hors norme, son obtention et même l'adhésion au lycée lui serait désormais fermée quoi qu'il arrive...
Confronté à cette dure réalité financière Peter ne pût s'empêcher de pleurer si ce n'est plus fort, au moins autant. Voulant donner une explication à tant de tristesse, il s'expliqua à l'aéropostier.

- Si je redeviens Allemand, j'aurais plus le choix, faudra que je parte en usine dès la fin de l'année prochaine. Déjà que Vichy à restreint l'accès aux bourses pour les gens des couches populaires, là je pourrais même pas entrer au lycée même en gagnant au loto!
Et se remît à chialer de plus belle. Il n'attendait pas de pitié, juste qu'on comprenne que s'il se mettait dans un tel état ce n'était pas pour rien. Il finît quand même par essayer de se calmer, car chouiner comme une madeleine ne résoudrait pas beaucoup ses problèmes. Néanmoins, il n'avait pas été sourd aux propositions d'Édouard. Il afficha donc un sourire néanmoins difficilement crédible avec son visage couvert de larmes.
- Merci... Vous êtes quelqu'un de bien Monsieur Bourguignoles... Je vous remercie...
Il se leva t renifle tout en chassant de ses yeux les larmes qui s'y trouvaient encore en clignant frénétiquement des yeux. Il tapa ensuite dans les mains comme pour se motiver.
- Bon... Il y à du travail aujourd'hui n'est-ce pas? Quand à vos amis fermiers, je veux bien passer les aider tout l'été s'ils veulent. Si ils sont aussi gentils que vous, çà ne peut que bien se passer!
Dit-il avec un grand clin d'œil. Même s'il essayait de se donner de la constance, même un aveugle se rendrai compte qu'il était encore tout ému et secoué par cette mauvaise nouvelle... Secoué dans tous les sens du terme puisqu'il tremblait même quelque peu, ce n'est pas tout le monde qui à à peine 14 an reçoit une lettre de 5 lignes comme quoi tous ses rêves étaient foutus avant que la vie ait vraiment commencé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français
avatar

Messages RP : 65
Messages : 111
Âge du personnage : 53

MessageSujet: Re: Viens voir le patron [le 18 juin]   Mer 27 Oct - 21:14

Le pauvre garçon était reparti dans une bonne série encore de sanglots. Edouard le laissa pleurer encore un peu, pour qu'il se soulage. Il n'y avait pas de honte même pour un jeune garçon de pleurer des torrents de larme. Quand on avait besoin de vider ses angoisses, il ne fallait pas retenir les émotions et les laisser couler, cela allégeait le coeur. Mais dans la situation de Peter, le vieux aéropostier émettait quelques doutes. Comme tout jeune gaillard en âge de travailler, le travail obligatoire s'imposait et ils étaient enrôlés de force dans les usines, comme le disait si bien Peter, pour assurer la fonctionnalité des chaînes de production, comme les hommes adultes étaient engagés dans les rangs de l'armée... La vie n'était pas facile, même pour la jeunesse actuelle. Et il trouvait dommage que des jeunes gens aussi méritants que Peter en fassent les frais. Ne pouvait-on pas laisser les âmes travailleuses comme celle de Peter un peu tranquille ?

- La vie ne permet pas d'avoir beaucoup d'étudiants de haut-niveau.. Les intellectuels, ce n'est pas cela que recherchent nos dirigeants. Pour le moment. Les temps sont durs, mais il faut s'accrocher. Aie confiance.

Oui qu'il ait confiance, même si les prochains jours allaient se montrer rudes pour lui et sa famille. Et déjà Peter se motivait, voulant se mettre déjà au travail pour oublier ses soucis. Brave garçon. edouard admirait son courage. Oui il méritait qu'on lui fiche la paix... Si le gouvernement pouvait lui faire une fleur, malgré sa nationalité germanique. edouard aurait voulu lui suggérer de retourner chez lui, mais il redoutait que Peter le prenne mal et se sente abandonné dans cette histoire.

- J'irai leur parler. Je pense qu'ils demanderont une petite contribution de la part de mon dragon pour quelques petits transports, mais ce sera raisonnable pour moi. Cela fera un peu voler ce vieux sac à main de Fulgur (il rit un peu). Alors du travail.... Que je réfléchisse. Ah oui. J'ai eu l'arrivée de trois courriers tout à l'heure, tu te sens d'attaque pour m'aider à classer tout le courrier arrivé ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français

Messages RP : 169
Messages : 460
Âge du personnage : 14 ans

MessageSujet: Re: Viens voir le patron [le 18 juin]   Sam 30 Oct - 12:31

Même s'il paraissait plus confiant, les larmes continuaient de couler silencieusement des yeux du jeune garçon. Il affirma d'un geste de la tête à la proposition de travail de l'aéropostier. Il eût soupir de dépit, quand Édouard lui dit d'avoir confiance. Tandis qu'il convoyait le colis à l'autre bout de la salle, il marmonna.
- Avoir confiance en quoi.... Ma vie est foutue... Snif...
Il renifla un coup et s'essuya le nez avant de se pencher sur un autre colis. Il serra ses mains dessus... Il avait envie de le briser à mains nues mais il les enleva bien vite, se disant qu'il serait plus stratégique pour son avenir professionnel de serrer l'établit plutôt que le colis.
- C'est vraiment trop injuste... Pourquoi c'est si dur aujourd'hui de faire ce qu'on veut de sa vie...
Une question si simple dans le fond! Mais une réponse tellement compliquée à fournir... Le vieil aérospostier arracha néanmoins un sourire au jeune garçon à l'emploi de termes tels que "vieux sac à main" en parlant de Fulgur, à vrai dire, ce rire lui fît beaucoup de bien malgré cette étrange sensation de désolation à l'intérieur de lui-même.

hrp : je sais c cours, mais j'ai pas l'inspiration en ce moment, et pas que sur die adler! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Viens voir le patron [le 18 juin]   

Revenir en haut Aller en bas

Viens voir le patron [le 18 juin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Die Adler :: Montreuil :: Centre ville :: Place de l'Oiseleur-