Pas de congé dominical pour les hommes en noir ! [Dimanche 22 Juin]


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

Pas de congé dominical pour les hommes en noir ! [Dimanche 22 Juin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Char d'assaut chaleureux
avatar

Messages RP : 196
Messages : 1140

MessageSujet: Pas de congé dominical pour les hommes en noir ! [Dimanche 22 Juin]   Lun 16 Aoû - 1:47


SS-Oberscharführer Hans Pfeffel

... même si en fait, au SD de Montreuil, on portait rarement du noir, le cliché restait tenace. Hans Pfeffel ne se demandait même pas pourquoi la population s'imaginait qu'ils allaient se promener fringués comme ça, surtout au mois de Juin : l'énorme blond savait qu'il n'était pas futé, aussi lui paraissait-il franchement stupide que d'autres puissent croire qu'ils allaient porter du noir. Sous le soleil. Fermé au col. Et puis quoi encore ? On finissait trempé sous les bras sans même avoir fait de sport.

Il regarda sa montre : 10h30. D'accord. Il était en avance. Bien. Le patron serait content, parce que le patron n'aimait pas quand Pfeffel était en retard (surtout si c'était parce qu'il avait pris le temps de casser les chaises d'un bar du coin). D'un autre côté, le patron avait dit qu'il fallait le rejoindre à 11h30 au QG, parce qu'avant, il était à la messe, et qu'il ne voulait pas qu'une voiture du SD débarque devant l'église. Pfeffel ne comprenait même pas ce qu'il allait foutre à l'église ; il comprenait juste qu'il ne fallait pas une heure pour emmener Otto Raydel de l'appartement qu'il squattait au QG. Toutefois, il comprenait encore mieux sa propre curiosité : lui, il logeait à l'hôtel, dans une chambre normale. Il se demandait pourquoi Raydel avait droit à un appartement, même s'il était petit. Ca restait un chez soi.

Voilà pourquoi Hans Pfeffel descendit de sa voiture, se pointa devant la concierge et, quand elle lui demanda ce qu'il faisait là, déclara simplement : "Gestapo !" avant de lui dire : "Raydel, où ?"
Qu'il ne fasse pas partie de la gestapo était le cadet de ses soucis : ça faisait réagir les Français quand on leur disait ça, par exemple quand on voulait un verre gratuit. La petite grosse lui indiqua l'étage, puis battit en retraite dans sa loge.

Elle n'était même pas baisable, pensa Pfeffel en montant les escaliers. Il n'y avait pas d'ascenseur, c'était déjà ça.

Arrivé en haut, Pfeffel avisa le nom sur la boite au lettre (à côté de la porte ! Bizarre, cet immeuble !), puis tambourina sur le battant, histoire d'être sûr de réveiller tout le monde, et surtout l'occupant des lieux s'il dormait encore...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adler.jdrforum.com
Allemand
avatar

Messages RP : 40
Messages : 80
Âge du personnage : 32 ans

MessageSujet: Re: Pas de congé dominical pour les hommes en noir ! [Dimanche 22 Juin]   Lun 16 Aoû - 2:08

Ce matin, Otto s'était levé tôt. Pas qu'il soit en pleine forme particulièrement, mais la chaleur à Montreuil se faisait maintenant sentir. L'été s'installait bien trop vite au goût du germanique. Il préférait le temps allemand, il y faisait beaucoup plus frais qu'en région française.

Il s'était déjà préparé de façon à pouvoir se tenir prêt lorsque l'homme qui devait venir le prendre arriverait. En effet, ce matin, il avait rendez-vous sur le coup des onze heure trente au siège de la SD, pour une réunion en vue d'une rafle qui devait se tenir dans les prochains jours.

Le nazi regarda sa montre à remontée mécanique, il était dix heures vingt. Il avait un petit appartement de quelques pièces, aussi, il passa à la cuisine et attrapa un bout de pain. Il en coupa une fine tranche et en avala la moitié. Otto regarda ensuite par la petite fenêtre. Rien, seulement un homme vêtu d'un uniforme qui parlait à la vielle concierge de son immeuble.

Il était loin de se douter que quelques secondes plus tard, on tapa assez fortement à sa porte. Il ouvrit la porte et il ne fut en rien choqué de voir l'homme en uniforme qui s'était tenu devant l'immeuble. Il prit la parole d'une voix claire faisant appel à sa mémoire pour se souvenir du nom de l'homme. Siedler lui en avait parlé.

-Enchanté Herr Pfeffel.

Il se fendit d'un salut hitlérien plutôt rapide. Et invita son hôte à pénétrer à l'intérieur d'un signe de main.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Char d'assaut chaleureux
avatar

Messages RP : 196
Messages : 1140

MessageSujet: Re: Pas de congé dominical pour les hommes en noir ! [Dimanche 22 Juin]   Lun 23 Aoû - 0:59


SS-Oberscharführer Hans Pfeffel

Pfeffel n'attendit pas que le soldat eu terminé son salut pour entrer : il passa à côté de lui avec une impolitesse crasse en répondant : "ouais ouais, Heil Hitler, dites, c'est beau chez vous ?"

Il enfonça les mains dans ses poches et se mit à tout observer, le nez en l'air. Ouais, pas super grand, mais raisonnablement haut de plafond (ce qui voulait dire que l'immense sous officier ne se prenait pas le lustre ringard en marchant), avec de jolies fenêtres qui rendaient l'appartement très lumineux. Pfeffel aurait bien vécu dans un truc comme ça, avec un peu plus de bordel en plus, évidemment. La femme de ménage de l'hôtel, par exemple, avait tout à fait compris qu'il fallait laisser trainer par terre tous les magasines porno qu'il avait envie d'y entasser. Chez Raydel, c'était trop rangé.
Donc suspect. Pfeffel n'aimait pas quand c'était trop propre : ça sentait la mort, après.

"J'ai vu la concierge. Pas de chance, elle est moche."

Il haussa les épaules et s'installa sur la première chaise venue avec un air de propriétaire.

"Vous n'auriez pas un petit digestif, par hasard ?"
Du genre vodka, whisky ou chartreuse, par exemple.
"On est en avance d'une heure, ça nous laisse le temps de faire connaissance."

Puis, il ajouta, ayant manqué oublier le respect : "Herr Hauptmann."

Raydel avait peut être le plus grand respect pour les individus du genre de Pfeffel, mais ce n'était pas réciproque. Pfeffel, qui avait fait partie de la SA, n'avait jamais pardonné à la Wehrmacht son comportement des années 30 : les officiers avaient jugés que les hommes en brun de la milice ne valaient rien ; qu'ils étaient indisciplinés -ce qui était vrai-, violents -ce qui était vrai également- et qu'ils n'avaient rien à voir avec le glorieux feldgrau de l'armée allemande. Eh bien, Pfeffel détestait être méprisé sans rendre la pareille et, à tord ou à raison, Raydel portait bien des galons de l'armée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adler.jdrforum.com
Allemand
avatar

Messages RP : 40
Messages : 80
Âge du personnage : 32 ans

MessageSujet: Re: Pas de congé dominical pour les hommes en noir ! [Dimanche 22 Juin]   Lun 23 Aoû - 14:54

Le sous officier Pfeffel entra dans son appartement, délivré avec grâce par la bonne administration allemande. Ce dernier ne semblait pas spécialement très réfléchi, même un peu... Spécial. En plus de tout, l'homme était assez grand, voire géant. L'autre homme était quelqu'un d'assez curieux, un simple d'esprit.

Pfeffel lui expliqua qu'il venait de rencontrer la concierge et que malheureusement, cette dernière n'était pas très belle. Il était vrai, cette dernière était plutôt très laide. Un mélange entre le stéréotype des ménagères et d'un chien méchant, échappé. Lorsqu'elle ouvrait la bouche, Otto faisait mine de ne pas comprendre. Il n'appréciait guerre cette femme.

L'homme prit ensuite place sur une chaise en bois, chaise faisant partie de l'équipement fournit par l'armée. Peu après, il lui demanda si il avait un digestif.Otto avait pu avoir quelques bouteilles d'alcool. Il se dirigea vers un petit meuble à deux portes et ouvrit une bouteille de Vodka russe. Il attrapa deux verres au passage.

Ici, tout était rangé. Otto aimait l'ordre, que ce dernier soit public ou personnel. Il n'aimait pas la crasse, que cette dernière soit de la saleté ou que cette crasse se nomme juiverie et communisme.

Il les posa sur la petite table en bois et fit couler le liquide dans les deux verres, il en tendit un au sous-officier de la SD. Otto appréciait bien cet homme. Hans Pfeffel avait plus l'air d'un gros nounours que d'un membre actif de la SD.

-Vous êtes sous les ordres d'Herr Siedler, c'est bien cela ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Char d'assaut chaleureux
avatar

Messages RP : 196
Messages : 1140

MessageSujet: Re: Pas de congé dominical pour les hommes en noir ! [Dimanche 22 Juin]   Mar 24 Aoû - 11:48


SS-Oberscharführer Hans Pfeffel

"Ouais," répondit Pfeffel en prenant visiblement ses aises. Comme la chaise devait être trop droite pour son bon plaisir, il l'inclina d'une poussée des jambes jusqu'à l'appuyer contre le mur derrière lui. Le bon, voire même très bon point, c'était quant même que l'officier se mettait à son service.

Pfeffel se demanda si Raydel faisait ça parce qu'il avait un caractère de serviteur ou s'il espérait contenter Siedler. L'avantage de son rôle de chien-chien de l'officier en charge de Montreuil était que du coup, la plupart des gens qui connaissent Siedler lui associaient immédiatement Pfeffel qui, de fait, bénéficiait de certaines largesses au nom de son supérieur. En général les officiers s'abstenaient de ce genre de comportements, mais Pfeffel ne disait pas non, loin de là.

Il accepta avec un sourire ravi le verre de vodka et l'avala cul sec. L'alcool lui brûla la gorge mais il était habitué.

"Je suis le second de l'Hauptsturmführer," dit fièrement Pfeffel après avoir passé la pointe de la langue sur sa lèvre inférieure pour attraper le mince filet de vodka qui s'y était déposé. Il précisa ensuite que Herr Siedler avait toute confiance en lui pour s'occuper de ses affaires, tout en sachant que ce n'était absolument pas vrai. Siedler le prenait pour un idiot de bas étages. Pas besoin d'être une lumière pour s'en rendre compte ou pour reconnaitre que le paisible universitaire, avec ses longues années d'études, son vernis petit bourgeois et les livres qu'il lisait pour compenser son vide social le dépassait facilement dans ce domaine. Mais, bah, Siedler était un faible, ce qui laissait largement la place à Pfeffel pour briller à son côté.

"Vous, j'ai entendu dire que ça allait pas fort avec votre patron."

Les potins, y'avait que ça de vrai... uniquement pour se moquer, évidemment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adler.jdrforum.com
Allemand
avatar

Messages RP : 40
Messages : 80
Âge du personnage : 32 ans

MessageSujet: Re: Pas de congé dominical pour les hommes en noir ! [Dimanche 22 Juin]   Mar 24 Aoû - 15:48

Un simple d'esprit ! C'était vraiment cela, un véritable simplet. Un peu bête sur les bords. Ce dernier s'amusait même à se balancer sur sa chaise, à la manière d'un enfant. Pfeffel, était dans la hiérarchie militaire, plus bas qu'Otto. Mais ce dernier, qui venait faire la rencontre d'Hans l'appréciait. Malgré sa bizarrerie et son air plutôt enfantin qui le rendait agréable.

L'officier de la Heer avala une gorgée du fort liquide transparent que son verre contenait. Avant d'avoir terminé ce dernier, il attrapa la bouteille et versa un nouveau verre à l'autre homme. Il se servit à son tour également. L'homme semblait fier d'être le second de Siedler. Il semblait fier que ce dernier lui accorde une "confiance aveugle."

Alors qu'Otto portait de nouveau son verre plein à la bouche, il manqua de s'étouffer. Apparemment les rumeurs allaient vite. On savait déjà que son chef, l'Oberst Krüger et lui entretenaient des relations particulières depuis que le nazi était arrivé. Il était vrai que le meurtre de la criminelle âgée n'avait pas spécialement ravi Krüger et son génie.

L'Hauptmann répondit, d'un air pincé.

- Disons que ça pourrait aller mieux.

Comme pour éviter d'en parler plus, il avala le reste de son verre d'un coup et il prit la parole en tapotant légèrement sur la table en bois.

-Vous êtes arrivé à Montreuil, il y a longtemps, Herr Pfeffel ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Char d'assaut chaleureux
avatar

Messages RP : 196
Messages : 1140

MessageSujet: Re: Pas de congé dominical pour les hommes en noir ! [Dimanche 22 Juin]   Mar 31 Aoû - 19:22


SS-Oberscharführer Hans Pfeffel

Ben en même temps, si ce qu'on disait était vrai, ça pouvait effectivement aller mieux. Mais dire ça n'allait pas donner du grain à moudre dans le petit moulin pfeffelien. Un peu de commérages, que diable ! Des détails ! Du croustillant ! Du scandaleux ! Bien sûr, Pfeffel n'était pas une de ces minettes efféminées qui aimaient les ragots juste pour le fun, mais il ne disait pas non quand il s'agissait d'affuter sa curiosité sur les gens qu'il n'aimait pas. Et puis, le fait de se trouver en territoire étranger l'encourageait à se montrer beaucoup plus attentif envers ses compatriotes : la douce plongée dans un groupe soudé et massif du style de la SA devenant impossible, l'homme devait se mettre un peu plus sur la défensive.

Mein Gott, mais qu'est-ce qu'on s'ennuyait dans ce trou !

Déçu, Pfeffel expédia rapidement la réponse à la question avec un "Oh, depuis un bout de temps" vague. En fait, il était là depuis plus longtemps que la plupart des occupants du QG de la gestapo. Il allongea tranquillement ses jambes tout en restant en balancier sur sa chaise, appréciant de mener la conversation et de se conduire dans l'appartement de Raydel comme s'il était chez lui.

"Vous savez, l'Oberst Krüger, c'est un type bien, très allemand et tout. Je pense pas que ce soit vraiment de sa faute, cette affaire."


Il se gratta la tempe des doigts et fit mine, sans subtilité, d'en savoir long et même très long sur l'affaire. Mais il voulait ménager son suspens et attendait donc que Raydel lui pose des questions avant de cracher le morceau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adler.jdrforum.com
Allemand
avatar

Messages RP : 40
Messages : 80
Âge du personnage : 32 ans

MessageSujet: Re: Pas de congé dominical pour les hommes en noir ! [Dimanche 22 Juin]   Mar 31 Aoû - 19:45

Pfeffel était réellement un homme des plus étranges. En effet, ce dernier semblait être un stéréotype du gardien un peu bête mais terriblement terrifiant en matière de respect de l'ordre. Bien qu'il ne soit pas à Montreuil depuis très longtemps, il était sorti, il s'était renseigné sur les principaux officiers des différents services allemands présent dans la ville. Il s'était renseigné notamment sur les services de police, la SS ainsi que la SD.

Il savait de bonne source qu'Hans Pfeffel était un bourrin qui usait plus de ses mains pour donner des coups que pour les passer aux bras d'une séduisante jeune femme. A son sujet, on disait également qu'il n'était pas très malin, et que Siedler le craignait. Bien sûr, cela n'était qu'une rumeur mais face à la grandeur et à la carrure de l'homme, on pouvait très facilement prendre peur.

Otto le regarda, cet homme, bien qu'il pensait apprécié son air un peu curieux devenait de plus en plus pénible. La concierge elle même était moins attiré par les potins que semblait l'être l'homme de la SD. Raydel aimait cogner mais il réfléchissait également. Il ne frappait pas sans raison, et la grand-mère était morte pour une bonne cause : la sécurité du Reich.

Il se décida à répondre Pfeffel. L'envoyer dans le décor toute en douceur. Lui faire comprendre que cela n'était pas ses histoires le plus discrètement possible.

-Vous savez, Herr Pfeffel, je n'aime pas en parler. L'Oberstleutnant Krüger est mon supérieur, aussi, je le respecte.

Dans ses rêves s'était retenu d'ajouter Otto. Il n'était pas vrai qu'il considérait Krüger comme un bon allemand, mais plutôt comme un faux nazi qui avait profité de la situation pour fuir le combat à toutes jambes. Otto s'était battu, il avait perdu un œil pendant le combat, ce n'était pas une tare.Il considérait cela comme un honneur d'avoir était blessé pour le Reich.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Char d'assaut chaleureux
avatar

Messages RP : 196
Messages : 1140

MessageSujet: Re: Pas de congé dominical pour les hommes en noir ! [Dimanche 22 Juin]   Mar 31 Aoû - 23:08


SS-Oberscharführer Hans Pfeffel

Autant pour la subtilité. Soit Raydel était stupide (et venant de Pfeffel, même lui en doutait), soit il était de trop mauvaise humour pour saisir les perches qu'on lui tendait.

Le gestapiste eu un soupir las et manqua lever les yeux au ciel, ce qu'il fit d'ailleurs à demi. C'est fou comme parfois, les gens supposément intelligents devaient être tenus par la main pour tomber dans le panneau.

"Oui, oui, c'est exactement ce que j'ai dit, c'est bien pour ça que je dis que c'est pas sa faute à lui, vous voyez."


Bon, c'était clair, maintenant ? Mais l'officier oserait-il demander des détails ? Les gens de la Wehrmacht étaient tous affreusement coincés. Entre leur devoir de réserve, l'honneur, la politesse et leur balais dans le cul, leur esprit se retrouvait plus corseté qu'une bourgeoise du début du siècle : incapable de trop respirer sans se broyer les côtes, de courir sans s'évanouir dans les limbes du calage moteur ou de ressentir de l'émotion sans qu'il faille leur amener des sels.

A tous les coups Raydel n'allait pas oser. Pfeffel décida donc de zapper l'étable durant laquelle l'officier posait les questions pour enchainer directement sur ses Terribles et Grandioses Révélations.

"Vous savez, moi je suis là depuis aussi longtemps que Krüger et, sauf votre respect, les officiers comme lui, c'est quant même des hommes. Même les officiers écoutent un peu trop les femmes, parfois. Sauf que celle qu'écoute Krüger, ben, c'est pas spécialement une bonne allemande, vous comprenez ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adler.jdrforum.com
Allemand
avatar

Messages RP : 40
Messages : 80
Âge du personnage : 32 ans

MessageSujet: Re: Pas de congé dominical pour les hommes en noir ! [Dimanche 22 Juin]   Mar 31 Aoû - 23:28

Le ton sarcastique qu'employa l'officier Pfeffel dans sa première réplique fit immédiatement comprendre à Otto que les propos qu'il tenait à l'égard de Krüger n'était qu'un tissu d'ironie. Otto comprenait maintenant qu'Hans Pfeffel n'aimait pas Krüger, enfin, du moins que lui était au courant des potins sur l'Oberst.

Les potins... Voilà quelque chose que l'homme en noir semblait aimer particulièrement, c'était à savoir. La brute fanatique de rumeurs et intéressé par les secrets de ses collègues. C'était bon à savoir, ne jamais rien raconter à cet homme, il pourrait le dire à la première personne, sous prétexte que la conversation dérive sur la personne en question.

Otto regarda Pfeffel enchaina de nouveau sur une réplique qui souda les pensées du jeune Raydel. Hans venait clairement de lui dire que Krüger était sous le charme d'une femme pas tellement allemande. Si les dires de l'homme étaient vrais, Otto avait la preuve que l'autre n'était qu'un traitre au Peuple. En effet, fricoter avec une française n'était pas digne d'un officier, surtout de la Wermacht.

Otto fit mine de ne rien laisser voir, surtout ne rien laisser transparaitre sur sa joie à l'officier de la SD. De quelle française était-il sous le charme ? L'aubergiste... Qu'elle était son nom déjà ? Manon ? Peut-être, ou peut-être, était-ce une autre jeune femme ?

-Ah vraiment ? Eh bien... C'est curieux, Herr Pfeffel, surtout venant de Krüger...

Et vas-y que je te passe un bon coup de pommade, sortez les violons ! Otto regarda ensuite l'heure, il était presque temps de partir, Siedler n'attendrait pas... Onze heures et demie, c'était onze heures et demie, pas une minute de plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Char d'assaut chaleureux
avatar

Messages RP : 196
Messages : 1140

MessageSujet: Re: Pas de congé dominical pour les hommes en noir ! [Dimanche 22 Juin]   Sam 4 Sep - 1:41


SS-Oberscharführer Hans Pfeffel

Aaaaaah ben voilà ! Il mordait timidement à l'hameçon, le poisson, mais on aller y ar-ri-ver ! Restait à enfoncer le clou jusqu'à ce que la bestiole ne choppe le verre de terre, l'avale, puis que ça monte au cerveau. Et tant pis s'il fallait y aller au maillet, tant qu'on arrivait au bout.

Pfeffel acquiesça donc vigoureusement aux affirmations de Raydel, l'air résolument bovin et totalement convaincu par ce qu'il disait. Surtout, il était enchanté que l'officier, après l'avoir traité comme s'il était un général de brigade qui venait de vomir sur son paillasson (c'est à dire avec une déférence injustifiée mais très plaisante), se montre si intrigué par ses propos. C'est donc avec un entrain renouvelé que le sous officier continua sur sa lancée.

"Vous savez, le colonel est un homme et il doit se sentir seul, si loin de chez lui," répondit-il avec une compassion feinte à la truelle. "Et elle... elle sait y faire. Le genre jolie et culturée, vous voyez ? Elle sait bien y faire, oui, mais avec... l'affection que le colonel a pour elle... est-ce que je peux vraiment vous dire cela ? Je ne voudrai pas causer de problèmes au colonel, vous savez... ce n'est pas de sa faute s'il fréquente à l'insu de son plein gré une femme, disons, pas très catholique, vous voyez ?"

Il acquiesça de nouveau, comme si cela pouvait ajouter du poids à ses paroles.

"Mais jolie. Si elle moche comme comme votre concierge, sûr que la vie serait plus facile pour tout le monde !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adler.jdrforum.com
Allemand
avatar

Messages RP : 40
Messages : 80
Âge du personnage : 32 ans

MessageSujet: Re: Pas de congé dominical pour les hommes en noir ! [Dimanche 22 Juin]   Sam 4 Sep - 2:01

Otto ne put réprimer un petit sourire à peine voyant. Enfin, il espérait de tout cœur que l'autre homme ne l'ait pas vu, car ce serait la porte ouverte vers d'excellentes rumeurs directement tirées de l'esprit très particulier du sous-officier. Cet homme était plutôt du genre insistant mais cela lui procurait une sympathie involontaire.

Ce géant était un homme fanatique de potins et il semblait vouloir communiquer toutes les dernières nouvelles de l'armée allemande en poste à Montreuil. Est-ce les deux verres de Vodka ? Ou est-ce qu'il était toujours aussi loquace et sans gêne ?

Pfeffel était une sorte de géant nounours mais de type "je cogne sans raison", un nounours assassin en gros... L'Hauptmann écouta le reste de ce que débitait Hans, et pour ne pas changer, il s'agissait de la vie privée du commandant de la garnison de Montreuil. Il était vrai qu'il devait être seul aussi loin de son Allemagne natale, sa belle Allemagne.

Il enchaina sur une phrase pleine d'une ironie certaine et bien marquée, ce qui fit de nouveau sourire l'officier de la Wermacht. Les commentaires d'Hans Pfeffel plaisaient à Otto, aussi ce dernier attrapa la bouteille de Vodka et il en versa dans les deux verres. Il faisait soif dans le coin...

-En effet Herr Pfeffel, je vois. Beaucoup de femmes ne sont pas ce qu'elles prétendent être.

Il se retint rapidement d'ajouter un "tant mieux pour lui". Il but une gorgée de Vodka et fixa de nouveau sa montre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Char d'assaut chaleureux
avatar

Messages RP : 196
Messages : 1140

MessageSujet: Re: Pas de congé dominical pour les hommes en noir ! [Dimanche 22 Juin]   Lun 6 Sep - 14:49

[J'accélère un peu ^^]


SS-Oberscharführer Hans Pfeffel


"Voilà, tout à fait, vous avez parfaitement compris !"
répondit joyeusement Pfeffel. Il se leva d'un bond qui aurait pu être gracieux s'il avait eu une corpulence plus légère mais qui, en raison de son poids, fit plus de bruit qu'autre chose. Il tira ensuite un peu sur sa veste pour effacer les plis, fit rouler deux ou trois fois ses épaules, rectifia son col puis, comme s'il estimait être prêt, s'ancra solidement sur ses pieds et regarda sa montre.

"On va y aller, si ça ne vous dérange pas."


L'air de dire que de toute façon, même si ça le dérangeait, y'avait pas à discuter. Preuve étant qu'il n'attendit aucune réponse avant d'ouvrir la porte et de sortir dans le couloir. Il s'arrêta là, regardant derrière son épaule pour vérifier que Raydel suivait, puis repartit vers les escaliers.

"Dites, moi je peux pas m'occuper de cette affaire, mais vous, vous pourriez peut être essayer de remettre le colonel dans le droit chemin, vous croyez pas ?"
lança le sous officier tout en descendant les marches polies. "Parce que pour l'instant, ça allait, le coin était calme, mais ce serait bien que les choses soient claires avant que ça pète de partout, si vous voyez ce que je veux dire."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adler.jdrforum.com
Allemand
avatar

Messages RP : 40
Messages : 80
Âge du personnage : 32 ans

MessageSujet: Re: Pas de congé dominical pour les hommes en noir ! [Dimanche 22 Juin]   Lun 6 Sep - 18:47

Hans fit une sorte de révérence, enfin, plutôt un mouvement sans grande forme et très bruyant. Lorsque les pieds de la chaise en bois glissèrent avec violence et fracas sur le pauvre sol de l'appartement. D'ailleurs l'officier nazi se demanda comment il avait pu tenir.

Il s'était demandé comment l'armature légère de la chaise ne s'était pas littéralement écroulée sous la masse assez élevée de l'homme. Otto sourit lorsque le nazi se remit à parler. En disant que si il le voulait bien, ils devaient se rendre au bureau de la SD à temps afin de ne pas rater l'entrevue avec Siedler.

La ponctualité... Il ne faisait aucun doute sur le goût pour les choses réglées comme des horloges pour Otto, mais Pfeffel n'avait l'air à vouloir être absolument à l'heure. Mais plutôt quelqu'un de laxiste et d'un peu fainéant. Enfin, du moins, il n'avait pas montré un quelconque goût pour l'heure.

Le nazi suivit le sous officier dans le couloir après avoir simplement refermé la porte. La concierge veillait à ce que son appartement soit sécurisé, sinon, l'administration allemande lui remonterait les bretelles... D'une façon un peu violente. Histoire que les mots "Sécurité pour les officiers" pénètrent dans son esprit. Raydel s'engagea à la suite lorsque l'autre homme lui reparla de l'Oberst. Cette fois, c'était une question...

-Vous savez, il faudrait plutôt lui montrer le vrai visage de cette femme. A savoir que ce n'était pas une allemande.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Char d'assaut chaleureux
avatar

Messages RP : 196
Messages : 1140

MessageSujet: Re: Pas de congé dominical pour les hommes en noir ! [Dimanche 22 Juin]   Dim 12 Sep - 0:39


SS-Oberscharführer Hans Pfeffel

Pfeffel s'arrêta net, au beau milieu des marches, quand il entendit la réponse de Raydel. Mais mais mais... ce mec était con ou quoi ? Soit ça, soit il avait les neurones trop nazifiés pour comprendre qu'en France, les officiers se tapaient des Françaises et n'importaient pas de blondes maîtresses allemandes ! Evidemment que Krüger savait que Manon n'était pas une Allemande, la grognasse parlait à peine la langue de Goethe !

Vraiment, y'en avait à qui faut trop apprendre la vie, pensa-t-il en secouant la tête, blasé, avant de reprendre sa descente. Il ne devait pas se montrer trop discourtois envers Raydel s'il ne voulait pas le vexer, mais enfin...

"Il sait qu'elle n'est pas allemande, elle ne parle pas allemand et elle a un nom français. Mais ce n'est pas problème. Il y a plein de Françaises qui sont très bien. Elles pensent au cul ou au fric et font pas chier sur la guerre."


Parce que quant même, si Raydel prévoyait d'emmerder tous les Allemands qui sortaient avec des Françaises, il n'avait pas fini de s'arracher les cheveux.

"Après, dans les Françaises, le problème c'est celles qui sont pas trop politiquement fréquentables ou qui raconte des trucs vaseux aux gens. Moi je pense que celle là est du genre à avoir une influence vaseuse, justement."


Compris, abruti d'officier ?

En passant, il donna un coup de poing dans la porte de la concierge avant de gueuler : "Au revoir !" dans un français baveux. Puis il renifla, sortit et alla enfoncer ses clefs dans les serrures de la Mercedes noire du QG.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adler.jdrforum.com
Allemand
avatar

Messages RP : 40
Messages : 80
Âge du personnage : 32 ans

MessageSujet: Re: Pas de congé dominical pour les hommes en noir ! [Dimanche 22 Juin]   Dim 12 Sep - 10:44

Lorsque Hans Pfeffel s'arrêta en pleine descente, Otto manqua de se le prendre et de tomber. Ce qui aurait eu des conséquences sur son pauvre uniforme. Le sous officier de la SD fit un signe de tête en signe de négation à peine perceptible. Qu'avez dit Otto ? Quelque chose de mal ? N'avait-il pas compris ce que voulait dire le concierge de l'armée allemande ?

L'Hauptmann se mit de nouveau en marchant pendant que le sous-officier reprenait la parole pour lui expliquer, qu'en réalité Krüger savait que la femme était une française mais cela ne le dérangeait pas. Il était vrai que beaucoup de soldats et même des hauts-officiers filtraient avec des françaises.

Il lui expliqua ensuite qu'en soit ce n'était pas dérangeant, parce qu'elles ne pensaient qu'à l'argent ou aux parties de jambes en l'air. Mais il disait également que la compagne de l'Oberst était une commère qui entretenaient des propos "vaseux".

Otto se contenta de faire un signe de tête. Que Krüger aille s'amuser avec une française ne le surprenait même pas. Cet homme était indigne de sa position dans la Sainte armée de l'Empire Germanique. Il était indigne de diriger autant d'hommes et de se permettre de fréquenter l'ennemi de façon aussi proche.

Cependant, le capitaine fit un sourire quand l'autre homme tapota à la porte de façon violente en criant au revoir à la concierge. Ils sortirent ensuite. Les deux hommes arrivèrent enfin devant la voiture. L'air frais frappée légèrement le visage. Otto attendit qu'elle soit ouverte et sans y être invité, il grimpa sur le siège passager. Direction le Q.G de la SD. Il n'y était jamais allé, mais Heydrich avait du mettre les moyens pour que sa police soit bien lotie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Char d'assaut chaleureux
avatar

Messages RP : 196
Messages : 1140

MessageSujet: Re: Pas de congé dominical pour les hommes en noir ! [Dimanche 22 Juin]   Mer 22 Sep - 0:41


SS-Oberscharführer Hans Pfeffel

Ca aurait surtout eu des conséquences sur l'état de santé de Raydel, Pfeffel n'appréciant guère les contacts physiques à l'insu de son plein gré volontaire. C'est donc les marches polies de l'immeuble qu'auraient gracieusement rencontré le dents de l'officier ; il fallait donc se féliciter, pour la bonne tenue des escaliers, qu'un tel incident ne se soit pas produit.

Une fois enchâssé dans la voiture, Pfeffel donna un tour de clef, apprécia le ronronnement de la voiture puis, sans crier gare, braqua et démarra brusquement. La petite mercedes bondit et crissa de tous ses pneus, s'engagea dans un virage un peu raide sans ralentir et dépassa carrément les limitations de vitesse urbaine dès qu'elle passa en ligne droite, accompagnée des sifflements pas très mélodieux du conducteur.

Le trio Raydel-Pfeffel-voiture continua ainsi jusqu'à la place de l'Oiseleur. Alors, Pfeffel ralentit subitement et adopta une conduite fluide à la limite de la mollesse pour s'engager sur l'esplanade, puis se gara brusquement mais impeccablement avec d'autres voitures à quelques mètres de l'église. Il dit à Raydel de rester à l'intérieur, puis sortit et contourna le véhicule pour ouvrir la portière arrière gauche. La messe était terminée et un flot discontinu de montrois en sortait, des femmes ou des hommes âgés accompagnés d'enfants pour la plupart. Quelques rares allemands passèrent également sans se mêler aux autres.

Pfeffel referma la portière après qu'un homme en civil se soit installé à l'arrière.

"Hallo, Hauptsturmführer," dit Heinz Siedler d'air absent pendant que Pfeffel ramenait la voiture sur la chaussée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adler.jdrforum.com
Allemand
avatar

Messages RP : 40
Messages : 80
Âge du personnage : 32 ans

MessageSujet: Re: Pas de congé dominical pour les hommes en noir ! [Dimanche 22 Juin]   Mer 22 Sep - 14:20

Un fou avec un volant ! C'est ainsi qu'on aurait pu qualifier le sous officier du service de la SD. Hans Pfeffel était un fou, il venait de démarrer d'une façon peu commune et surtout assez dangeureuse. Otto avait connu pire sur le front, aussi, il ne fit aucun mouvement brusque lorsque les pneux firent un bruit violent de crissement.

Lorsqu'ils furent en route, le chauffeur ne s'empêcha pas de siffler quelques morceaux qu'Otto ne connaissait pas. Des sifflements qui ne ressemblaient pas à grand chose. L'officier de l'armée régulière tapotait sur le képi qu'il venait de quitter, la chaleur s'était quelque chose dans cette foutue ville ! L'Allemagne, c'était mieux, c'était même une évidence.

Ils étaient en route pour l'Eglise, où il devait passer prendre Siedler, l'Hautpmann en charge du service de la SD à Montreuil. C'était lui le grand organisateur du nettoyage organisé, que beaucoup de communistes et autres criminels appelaient "génocide". On ne tuait personne pour rien, il y avait toujours une raison.
Les juifs étaient des gens riches, aujourd'hui, ils perdaient tout et c'était bien fait. Ils ne riaient plus, ne dirigeaient plus rien, ne récoltaient pas de grosses sommes d'argent en faisant semblant de soigner la race pure.

La voiture arriva devant le bâtiment religieux et s'arrêta. Otto patienta quelques minutes pendant lesquelles, il vu des gens, tous croyants qui sortaient de la messe que venait de donner le curé.
Siedler pénétra dans la voiture. Otto le regarda.

-"Hallo Herr Siedler."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Pas de congé dominical pour les hommes en noir ! [Dimanche 22 Juin]   

Revenir en haut Aller en bas

Pas de congé dominical pour les hommes en noir ! [Dimanche 22 Juin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Die Adler :: Montreuil :: Quartier bourgeois-