Anna Schmidt --


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

Anna Schmidt --

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Allemande
avatar

Messages RP : 0
Messages : 8
Âge du personnage : 24 ans

MessageSujet: Anna Schmidt --    Mar 17 Aoû - 0:18

Nom : SCHMIDT

Prénom : Anna

Âge : 24 ans [En l'absence de précisions, choisi un peu au pif...)

Nationalité : Allemande

Métier : Secrétaire à la base militaire de Sarnand

Description physique : Anna est jolie. C'est la principale chose qui se dit d'elle, et c'est assez exact : blonde, des cheveux bouclés, des yeux de biche et un sourire à fossettes, elle se révèle très décorative dans les couloirs qu'elle traverse d'un pas pressé. Elle n'est pas particulièrement grande, mais se trouve dotée de courbes généreuses qui attirent et retiennent l'attention. Elle prend grand soin de sa personne : cheveux, ongles, tout est impeccable. Anna est en fait plutôt coquette, même en ces temps de pénurie, et sa position dans l'armée lui permet d'accéder aux produits d'hygiène dont elle ne saurait se passer. De fait, c'est quelqu'un d'attirant. L'une de ses caractéristiques ? Le claquement de ses talons sur le sol carrelé des couloirs, qui annonce son approche à n'importe quelle oreille un peu exercée.

Description mentale : Un peu cruche, certes. Naïve, sans aucun doute. Un peu trop crédule sur les bords... Mais terriblement gentille. Prête à se dévouer pour n'importe quel hérisson abandonné sur le bord de la route, Anna est la gentillesse incarnée. Mais sa tendance à avaler n'importe quelle énormité fait d'elle le jouet préféré de la base : il est tellement amusant de lui faire croire n'importe quoi ! Anna est également plutôt prudente et préfère se réfugier derrière de solides épaules masculines lorsque le besoin s'en fait sentier et que les ennuis arrivent. Tout le monde connaît son penchant immodéré pour les "petites bêtes" si mignonnes, de la banale souris des champs au bébé dragon hargneux - même si elle peut parfois se montrer effarouchée confrontée à un animal dans un cadre inhabituel. Tout le monde sait aussi qu'elle lève facilement le coude et a tendance aux épanchements affectifs lorsqu'elle est un peu pompette. Ce que beaucoup moins savent en revanche, c'est que la blondinette évaporée voit bien plus qu'il n'y paraît et décèle en un coup d'oeil les humeurs de chacun, ce qui lui permet d'agir avec tous d'une manière appropriée.

Histoire : Il n'y a rien de particulier à dire sur Anna : fille cadette dans une famille comptant deux fils et deux filles, elle a scrupuleusement suivi les instructions parentales pour devenir une secrétaire efficace et dévouée. Totalement étrangère à des enjeux aussi compliqués que la politique et la guerre, elle se contente d'effectuer sa mission avec efficacité, ce qui lui a valu une relative confiance de l'armée et un poste dans une base militaire. Elle ne communique plus trop avec ses parents - son père enseignant et sa mère au foyer sont très loin de son affectation et ils lui manquent un peu, tout comme ses deux frères aînés engagés dans l'armée, et sa soeur aînée, mariée et mère de deux marmots infernaux quelque part dans sa Saxe natale. Elle a grandi dans la rigueur d'un foyer traditionnel, respectant à la lettre les édits paternels, se pliant au bon sens maternel, jusqu'à... jusqu'à son départ pour l'armée et le service qu'elle devait à son pays. Elle y rencontra quelques demoiselles peu farouches qui ouvrirent pour elle un monde tout nouveau de légèreté et de frivolités. Oubliées, ses livres adorés, oubliée, la musique qu'elle aimait à chanter accompagnée du piano familial quelque peu désaccordé. La prude Anna se découvrit d'un coup quelques appétits charnels et expérimenta toutes sortes de substances alcoolisées propices au divertissement. Une évolution radicale, mais quelque part, inévitable... Elle fit la connaissance de femmes libérées, d'hommes très, vraiment très ouverts, et décida un beau jour de croquer la vie à belles dents. La guerre ? C'était très lointain pour elle, et elle n'y comprenait pas grand-chose, n'ayant jamais brillé par son intelligence mais plutôt par sa compétence. La guerre, après tout, c'était une affaire d'hommes, et elle n'avait pas à s'en mêler ! C'était juste pour elle l'occasion de découvrir un nouveau pays. Cela dit, ses rares visites à Montreuil lui ont fait voir un visage terrible des ravages de la guerre, et doucement, un déclic commence à se faire en elle. Elle commence à réaliser son statut de privilégiée, et même si beaucoup de choses lui échappent encore, elle commence à comprendre que la guerre, après tout, n'affecte peut-être pas que les hommes.

Relations : Innombrables. Anna connaît tout le monde, et tout le monde la connaît. Hormis cela, elle n'a pas vraiment d'amis ni d'amant sérieux - elle est tout aussi écervelée dans sa vie sociale que dans la vie de tous les jours et passe de l'un à l'autre sans s'arrêter. Il est possible que cela change un jour, mais la nature d'Anna est si fantasque qu'il serait certainement vain d'espérer...

Dragon : /

Texte personnel :
Par un beau matin de novembre...

Le courrier du jour venait d'arriver, porté avec diligence par un coursier très affairé. Anna reposa délicatement le rapport qu'elle relisait, remettant à plus tard sa tâche ô combien importante de le taper au propre. Le courrier, c'était la priorité ! Elle saisit la pile d'enveloppes, la tria méticuleusement destinataire par destinataire, puis entama sa tournée interne de distribution. Évidemment, et comme chaque jour depuis qu'elle était arrivée à la base, elle rata une marche de l'escalier et son courrier s'envola dans toutes les directions, planant gracieusement dans les airs plus ou moins longtemps selon le poids de la missive. Et comme d'habitude, écarlate du front au menton, elle ramassa la brassée d'enveloppes d'un geste frénétique avant de sillonner le bâtiment dans tous les sens plusieurs fois pour distribuer l'ensemble du courrier. Et, comme d'habitude, "on" s'était comme par hasard rassemblé autour de l'escalier pour assister à la traditionnelle chute du matin. Et l'un des dix-sept hommes présents avait même réussi à la rattraper au vol... Les bruits de couloir disaient que le "rattrapage d'Anna" était en passe de devenir un sport très prisé au sein de la base.

La blondinette préférait s'en voir flattée que fâchée : après tout, certains pectoraux étaient très agréables à tester lors de ces reprises de haut vol, et puis les enveloppes faisaient de si jolis mouvements en descendant vers le sol... Une fois, elle avait même réussi à en envoyer une directement sous la porte de son destinataire. Mais pas ce matin-là, hélas. Non, cette fois, elle n'avait que quelques missives et eut tôt fait de se débarrasser de sa corvée. Elle allait retourner vers son rapport à taper lorsqu'une tache de couleur contre une vitre la fit stopper net dans le couloir - oooooh ! Un petit oiseau tout mignon !

Et c'est à cet endroit exact que le commanditaire dudit rapport la trouva vingt minutes plus tard, le visage collé à la fenêtre, plongée dans l'observation béate d'une famille de rouge-gorges faméliques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Anna Schmidt --

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Die Adler :: Prologue  :: Cadastres :: Archives-