Wrong time, wrong place. [Lundi 16 Juin 1941]


AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

Wrong time, wrong place. [Lundi 16 Juin 1941]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Français

Messages RP : 169
Messages : 460
Âge du personnage : 14 ans

MessageSujet: Wrong time, wrong place. [Lundi 16 Juin 1941]   Sam 16 Oct - 15:19

C'était un Lundi, Peter détestait les Lundis, comme beaucoup de monde d'ailleurs... Le Lundi, c'était le jour ou on sortait de la torpeur et du repos du week-end pour aller travailler. Les collégiens n'échappaient pas à cette règle, règle d'autant plus cruelle pour eux que c'était leur dernier Lundi de l'année. En effet, Peter terminait son année de quatrième le Vendredi même et comme tous les collégiens, il faisait la gueule, il faisait la gueule d'autant plus que le beau temps n'était pas au rendez-vous aujourd'hui. Même s'il ne pleuvait pas le ciel était assez couvert et menaçant. Le parapluie était rangé dans le cartable dans le doute, pas besoin de sortir son manteau aujourd'hui malgré toutes les protestations de sa mère. Il n'en avait qu'un, alors comment ferait-il si il pleuvait pas aujourd'hui et beaucoup de demain? Il n'aurait jamais le temps de sécher. Alors que des bermudas, des chemises et des bretelles, il n'avait que çà dans sa garde-robe. Au pire il pourrait en changer, pour ce que çà apportait comme changement d'ailleurs... Peter était bien partit en culottes et chemises courtes aujourd'hui : le parapluie le protégerait en cas de problème et il ne faisait pas spécialement froid...
Il 'était 7h40 et Peter était à quelques minutes de marche de son collège, autant dire qu'il s'était appliqué à être bien à l'heure! Cela l'autorisait à flâner ce qu'il fît en s'arrêtant devant un parterre de fleurs. Ce parc minuscule était toujours désert à cette heure-ci, néanmoins sait-on jamais, il jeta un coup d'œil à droite, un à gauche et il s'accroupît pour piller les quelques tulipes qui étaient sorties de terre. Ça ferait sûrement plaisir à Jeanne allez savoir! De toute façon qui ne risque rien à rien!
C'est alors qu'il se relevait qu'il entendît du bruit derrière les buissons. Fronçant les sourcils, poussé par la curiosité naturelle du pré-ado qu'il était, il se faufila derrière ces derniers pour réécouter ce qu'il avait entendu et apparemment ce n'était pas des gazouillis d'oiseau mais bien une conversation...Peter se frotta les mains, prêt à jouer à l'espion junior avant de tendre l'oreille.


Dernière édition par Peter Fischer le Lun 1 Nov - 14:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français
avatar

Messages RP : 5
Messages : 11
Âge du personnage : 36 ans.

MessageSujet: Re: Wrong time, wrong place. [Lundi 16 Juin 1941]   Mar 19 Oct - 17:09

Un parc public avant huit heures, dans le quartier Saint-Paul, ça c’était un excellent endroit pour se retrouver. Le problème, c’était que l’attitude d’Accart n’était plus aussi excellente qu’à son arrivée. Après tout, il venait d’entendre qu’on avait perdu une partie de sa cargaison destiné à l’Hauptmann Andreas Regel. Et il avait même maintenant envie de lui décoller la tête, à son contact. Accart prit le coursier par le col de sa chemise, et bien qu’il décida qu’il n’était pas nécessaire de lui décocher une droite, il le rapprocha sensiblement de lui pour qu’il puisse le voir droit dans les yeux :
« Je me fous de tes excuses, ce que je veux, c’est retrouver ma cargaison. Alors, tu vas plutôt me dire ce qui s’est passé. »

Le trentenaire décrocha un moment son regard des yeux menaçants du truand pour regarder ses accompagnateurs : Bellin, qu’il connaissait bien, et un type qui se nommait visiblement Alexandre. Le parisien, comme d’habitude, resté comme une montagne face au vent : inamovible et impressionnant. L’autre était plus petit, mais son air de « je m’en occupe, si tu veux », ne lui inspirait pas plus confiance. Il se rappela en quelques secondes qu’Accart attendait une réponse de lui, et se décida à marmonner quelques mots pour expliquer la perte de la marchandise :
« Eh bien… On les a perdues lors du voyage. Ou quelqu’un nous les a piquées. »

Un léger bruit dans les buissons se fit entendre. Personne n’y prêta visiblement attention, et le pesant silence s’éteint lorsque Pierre repoussa son contact avec force, l’homme s’affalant lamentablement sur le sol. L’expression de colère sembla se dissiper sur le visage du malfrat, qui cligna des yeux et poussa un long soupir.
« Bon, dit finalement Pierre, je veux que tu me trouves la liste des gars qui voyageaient dans le même train que toi. »
Le ton qui avait accompagné la phrase, froid et méthodique, avait un air de dire « t’as de la chance que t’es pas mort ». De toute façon, cogner l’homme aurait gêné la recherche de la cargaison, alors Accart préférait s’en abstenir pour l’instant. On n’était pas à la Gestapo, après tout.

Un second bruissement. Cette fois-ci, tous le remarquèrent et les quatre hommes se tournèrent comme une seule même personne vers la direction du buisson. Avant même que le collégien puisse bouger (et si possible, prendre ses jambes à son cou), Louis Bellin était quasiment sur lui et d’une voix puissante et de son accent typiquement parisien, il lança à celui qui les épier :
« Si tu bouges, t’es mort ! »
Bon, il n’avait rien pour à l’instant précis, mais il fallait bien bluffer parfois. Ce n’était peut-être pas nécessaire, mais on ne savait jamais avec les espions et autres délateurs, trop répandus en ces temps de crise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français

Messages RP : 169
Messages : 460
Âge du personnage : 14 ans

MessageSujet: Re: Wrong time, wrong place. [Lundi 16 Juin 1941]   Mar 19 Oct - 23:11

Peter se pinça la lèvre... Pourquoi, mais pourquoi fallait-il qu'il soit toujours aussi curieux? Ça allait finir par lui rapporter des bricoles cette histoire! Ces types n'étaient pas là pour rigoler vu ce qu'ils étaient en train de se dire et nul doute qu'il n'apprécieraient pas découvrir qu'un collégien espionnait leur petite conversation depuis un buisson adjacent. Jugeant qu'il en avait bien assez entendu et que de toute manière il n'aimerait pas la suite, Peter prît le partit de s'exiler sur la pointe des pieds. Il se retourna et, que vît-il?
Un écureuil! Un joli petit écureuil tout mignon tenant un gland entre ses petites pattes. Bon le truc n'était pas dérangeant en soit, mais étant donné qu'il était pile sur son passage et qu'il risquait de faire un boucan d'enfer en défouraillant, c'était contraignant.
Pour essayer de l'attirer ailleurs Peter ramassa un autre gland et entreprît de le lancer là où il ne pourrait pas lui causer de tort, le problème c'est qu'en plus d'avoir fait un peu de bruit, le gland sembla se coincer dans les branches hautes du buisson. Peter regarda successivement le gland et les yeux couleur encre de l'écureuil qui fixaient le fruit sec... Il sembla lâcher le gland qu'il avait déjà dans les mains.

- Oh non...
La suite fût une vrai apocalypse! La bestiole s'agita pour essayer de récupérer le précieux grain, grimpant sur Peter et secouant les branches dans tous les sens. Par réflexe des chatouilles que cela lui faisait le jeune humain se mît lui aussi à s'agiter pour chasser la bestiole. Un tel raffut ne pouvait passer inaperçu et alors qu'il allait prendre la fuite, il entendît une énorme voix tonner dans son dos. Il s'immobilisa donc dans la position qu'il avait adoptée à ce moment là : un pied levé et les bras à moitié levés comme u voleur tentant de se faufiler quelque part. Comme on ne lui donnait pas d'instruction contradictoire, il resta ainsi quelque seconde jusqu'à ce qu'un énorme bonhomme ne rapplique. Il tourna la tête et le dévisagea deux secondes avant d'adopter un immense sourire dans le pur style du smiley n°17 et lui disant.
- Heu... Bonjour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français
avatar

Messages RP : 5
Messages : 11
Âge du personnage : 36 ans.

MessageSujet: Re: Wrong time, wrong place. [Lundi 16 Juin 1941]   Dim 31 Oct - 8:40

Il devait se foutre de sa gueule, ce gamin, avec ses salutations et son sourire à deux francs. Ou alors il était du genre stupide. En tout cas, Bellin allait devoir lui cogner dessus, pour lui remettre les neurones en place, à ce sale mioche. Toutefois, il se contenta de le saisir par l'avant-bras et de le tirer brusquement vers l'avant. Il ne s'agissait pas qu'il prenne la fuite maintenant. Le contact décida quant à lui qu'il était temps de partir, surtout qu'Accart le lui avait fait comprendre. Et de toute façon, il n'avait pas envie d'assister aux échanges entre les malfrats et le collégien, connaissant leur manière de procéder avec les mouchards, les concurrents et les traîtres.

Avant que Louis n’ait pu frapper Peter, Accart fit un geste fatigué pour dire qu’il n’était pas question de lui faire le moindre mal… Du moins, pour l’instant. Sans doute parce qu’il n’était jamais très bon de passer à tabac un gamin, qui, peut-être, n’avait rien fait de vraiment inquiétant. La précaution était certes de mise, mais les méthodes brutales qu’Accart pratiquait parfois pour extorquer des aveux et « faciliter les négociations » n’étaient pas du meilleur goût sur cet adolescent. En plus de son jeune âge, il n’avait pas non plus l’air très solide : petit, svelte et pas très musclé. Lui taper dessus aurait été pour l’instant contre-productif.

Trois regards froids et assassins se rivèrent sur le jeune homme. Mais à vrai dire, Peter était face à Louis, et il était en plus d’une taille similaire à celle d’Hans Pfeffel. Autant dire que la présence de Pierre et d’Alexandre – car oui, il s'agissait bien du nom du troisième malfaiteur - devrait plutôt paraître subsidiaire à un collégien d’une taille aussi ridicule par rapport à celle de Bellin. Les trois hommes, maintenant autour de l’espion improvisé, semblaient réfléchir à ce qu’il fallait dire, rendant le silence encore plus lourd et intimidant. Finalement, ce fut Accart qui décida de parler.

« T’es qui ? Tu fais quoi ici ? T’as entendu quoi ? »
Trois questions simples de criminel dérangé dans ses activités. Et il attendait trois réponses simples et honnêtes d’un adolescent qui n’aurait pas dû être là. Comme pour insister sur le côté simple et honnête de ce que devait répondre, Louis ajouta d’une voix forte :
« Et te fous pas de notre gueule, sinon y risque de t’arriver quelque chose de bien plus grave que d’être tenu par le bras, mon gars. »
Les deux autres malfrats sourirent lorsque Bellin proféra ses menaces. Cela se terminait généralement par un passage à tabac en bonne et due forme, voir à la « disparition » de la personne incriminé, après qu’elle ait reçu sa « correction », comme le disait Bellin. Certains esprits étroits ou respectant la loi auraient parlé d’un meurtre, mais Accart et ses hommes n’étaient pas de ce genre-là.


Dernière édition par Pierre Accart le Mer 3 Nov - 21:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français

Messages RP : 169
Messages : 460
Âge du personnage : 14 ans

MessageSujet: Re: Wrong time, wrong place. [Lundi 16 Juin 1941]   Dim 31 Oct - 16:00

Peter avait perdu son sourire quand la main l'agrippa par le col pour le soulever, il laissa par ailleurs échapper un "Héééééeee!!!!!!" de protestation tandis que ses pieds quittaient le sol. Même s'il savait bien qu'il n'avait aucune chance face à une telle brute (à moins de faire le même coup qu'il avait fait à Pfeffel 3 mois plus tôt), Peter essaya quand même de se débattre en mettant toute sa force pour essayer de desserrer la poigne de Bellin. L'effort se lisait sur son visage crispé : yeux fermés et dents serrées alors qu'il disait à haute voix.
- Lâchez-moi, vous me faites mal espèce de grosse brute!
Il se calma soudainement en constatant qu'on lui barrait toute retraite, en effet les collègues du truand formaient maintenant un cercle autours de lui et Peter regarda successivement les deux hommes en rentrant légèrement la tête dans les épaules. Il recula autant que lui permettait la poigne dont il était prisonnier et faisait subitement moins farouche roulant des yeux apeurés sur ses kidnappeurs.
S'il n'était pas encore tétanisé, les menaces de Louis et les quatre sourires sataniques de ces malfaiteurs paracheva de terroriser le pauvre gamin qui déglutît et dont les genoux commençaient à s'entrechoquer. C'est donc d'une voix émue et bégayant qu'il pris la parole pour répondre aux trois questions du malfrat.

- Je.... Je... Je m'appelle Peter. J'voulais couper par le parc pou... pour arriver plus vite à l'école. J'ai... Je... Tout c'que j'ai entendu c'est que quelqu'un avait perdu quelque chose dans un train et que vous vouliez une liste des passa... Passassa... Passagers. C'est... C'est.... C'est... C'est tout c'que j'ai entendu m'sieur... C'est la vérité j'vous l'jure!
Le trouillomètre toujours au maximum, Peter attendait ensuite la réponse du malfaiteur, sans faire de vagues. Les frissons s'étaient maintenant étendus à tout son corps et Peter n'avait vraiment VRAIMENT pas fière allure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français
avatar

Messages RP : 5
Messages : 11
Âge du personnage : 36 ans.

MessageSujet: Re: Wrong time, wrong place. [Lundi 16 Juin 1941]   Mar 9 Nov - 8:12

Le truand regarda Peter. A vrai dire, maintenant, il faisait moins le fier, face à Louis et ses muscles, ainsi que face à deux autres malfaiteurs. Bon, Accart avait quelques doutes sur le fait que lui et Alexandre participait à la terreur du gamin, mais le fait qu'il était terrorisé lui suffisait pour l'instant. La réponse qu'avait donné le collégien semblait honnête, sans compter les manifestations de peur qui accompagnaient le discours de Peter - ou alors, il était un excellent simulateur... Face aux dires de Peter, Louis leva un sourcil d'un air interrogateur, regardant son « patron ». Pierre comprit ce que voulait dire le parisien, et fit d’un ton plutôt las :
« Laisse-le. »

Le malfaiteur posa délicatement sur le sol le pauvre Peter, comme si de rien n’était. Les trois malfaiteurs reprirent un air plus décontracté, le même air qu’ils auraient eus s’ils avaient discutés avec un Regel autour d’un verre de Bordeaux. Si le collégien avait dit la vérité, autant ne pas le froisser… Et de toute façon, ils auraient finis par le retrouver en cherchant un peu dans le quartier. Pierre regarda un peu plus en détails Peter : une silhouette menue, une petite taille, des yeux bleus, des cheveux blonds, un petit quelque chose… Il réfléchit quelques secondes, et soudainement, le malfaiteur eut une excellente idée. Ce gamin pouvait servir à quelque chose de fort utile et intéressant.
Quant aux deux autres malfaiteurs, ils discutaient « amicalement » avec Peter, jusqu’à ce qu’au moment où Alexandre changea de ton et siffla entre ses dents :
« Tu devrais partir, parce que sinon, tu vas arriver en retard… »

Bellin ricana aux dires de son comparse, tout en fixant le gamin ; c’était une stratégie plutôt habituelle que de faire comme si rien ne s’était passé, puis de filer un peu d’argent au mouchard, tout en le surveillant et notant son nom. Ainsi, au premier geste, il pouvait recevoir une visite des « amis » d’Accart. Toutefois, s’il semblait que « l’inspecteur » mentait effrontément ou en savait trop, il était directement et méthodiquement démonté. Cela permettait, entre autres, de rappeler qu’on ne froissait jamais Pierre Accart. Et si on ne comprenait pas le message, il pouvait arriver quelques bricoles. Alors qu’Alexandre s’apprêtait à donner deux ou trois francs à Peter pour que ce dernier ne fasse pas d’histoires, Accart reprit la parole :
« Dis-moi, Peter… Pourquoi ne pas travailler avec nous ? »
Les deux autres truands firent les gros yeux au patron. Accart devait se foutre de leur gueule. Ou être devenu fou. Ou les deux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français

Messages RP : 169
Messages : 460
Âge du personnage : 14 ans

MessageSujet: Re: Wrong time, wrong place. [Lundi 16 Juin 1941]   Jeu 11 Nov - 19:28

Tout tremblant et apeuré, le jeune Peter n'en menait pas large baladant son regard à apeuré à tour de rôle sur les quatre hommes qui l'entouraient. Inutile de préciser quel état de soulagement extrême il atteignit quand le gangster daigna le lâcher : il allait enfin pourvoir arrêter de se hisser sur la pointe des pieds, chic!
La peur céda ensuite la place à la confusion quand les gangsters firent ensuite mine de faire comme si rien ne s'était passé. Ne sachant pas trop quoi dire, Peter ne répondis rien et se contenta de dévisager les gangsters... Il laissa échapper un petit glapissement de surprise quand le chef de ces malandrins lui tendît quelques francs. Sans aucun doute pour acheter son silence! Mais c'était inutile, ils lui avaient fait bien trop peur pour qu'il essaye de se répandre... Et puis ce n'était pas vraiment le karma de Peter d'accepter des pots-de-vin mais comme cette notion de "karma" lui était étrangère et que de toute façon il serait dans l'obligation de la fermer argent ou pas, Peter ne fît pas d'histoire et accepta les quelques pièces sans rien dire, d'autant que c'était une sacrée somme en ces temps difficiles.
Il regarda l'argent dans sa main, silencieux avant que le gangster face à lui ne le surprenne à nouveau en lui proposant de travailler pour lui. Peter resta les yeux aussi ronds que les autres hommes mais prît la peine de réfléchir un peu... Il avait vraiment besoin d'argent avec sa mère mais à force d'accepter des boulots de droite à gauche, il ne pourrait plus faire correctement ses devoirs! Même si le problème était secondaire car il arrivait en vacances, le principal problème était surtout qu'il s'associait clairement à des malfaiteurs s'il acceptait! Et çà lui causerait sans doute plus de problèmes que celà ne lui apporterait de bénéfices.... Quoique... Il avait l'air de bien payer...
Peter trouva l'argument suprême : et la morale dans tout çà?! Ce fût le mot de la fin pour lui. Il rangea les pièces.

-Je... Je vais être en retard au collège... Merci pour... Pour les pièces...
Peter tourna les talons et ne se retournerait pas, à moins qu'on l'arrête il s'enfuirait des lieux d'une crime avec une hâte toute relative...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Français
avatar

Messages RP : 5
Messages : 11
Âge du personnage : 36 ans.

MessageSujet: Re: Wrong time, wrong place. [Lundi 16 Juin 1941]   Sam 27 Nov - 11:48

Finalement, Peter se contenta de ne pas répondre à la question de Pierre Accart - au grand soulagement de Louis et d'Alexandre -, et finit par éluder la question en prenant l'argent et en disant qu'il allait être en retard. Lorsque le collégien tourna les talons, les deux compagnons d'Accart poussèrent un soupir de soulagement, bien que leur patron ne fut sans doute pas satisfait par une réponse qui pouvait être autant un non avec des scrupules qu'un non ferme... Lorsque Peter quitta le parc, Pierre prit cette moue désapprobatrice qui lui était caractéristique. Le parisien le fixa un moment, avant de penser qu'il serait temps de traiter son patron de cinglé.

« Je sais ce que vous en pensez, c'est pas la peine de me faire un dessin. » fit Accart un peu sèchement, en se retournant vers ses deux compagnons.
A vrai dire, le truand était déçu. Quand il s'agissait d'affaires, il n'était pas question de rire ou de donner des demi-réponses. Il fallait avoir quelque chose de clair et de net, afin de savoir comment prendre la chose. là, il ne savait pas trop quoi en penser. Ce fut Bellin qui le sortit de ses pensées :
« Patron, on a un rendez-vous avec Müller dans une demie-heure. »
Accart avait reprit un sourire plus enjôleur et sympathique, et répondit à Bellin :
« On y va. Alexandre, je te laisse te charger du reste. Tu trouves son nom et son adresse, histoire qu'on puisse le retrouver facilement. »
« Pas de problème, répondit Alexandre, j'vais le suivre. »
Alors que le troisième des malfrats s'éloignait, poursuivant le gamin, Pierre lança une dernière remarque :
« Et tu fais ça discrètement. »

Alexandre opina de la tête, avant que les truands ne se séparent. Il était bientôt huit heures, et Müller les attendait à huit heures trente. En période de rafles, Accart avait trouvé le nom de deux activistes communistes et d'une fillette juive, ce qui ferait sans doute plaisir à l'Unterscharführer. Regel préférait le vin et la fête, Müller les dénonciations et le jeu. En tout cas, Accart avait relégué dans un coin de sa mémoire Peter, dont il s'occuperait le plus tôt possible. L'heure était maintenant aux dénonciations et autres trafics avec le gestapiste Heinrich Müller.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Wrong time, wrong place. [Lundi 16 Juin 1941]   

Revenir en haut Aller en bas

Wrong time, wrong place. [Lundi 16 Juin 1941]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Die Adler :: Montreuil :: Quartier St-Paul (Nord)-